Un denier de Brutus célébrant les ides de mars

Archive : Image du mois de mars 2024

Le 15 mars 44 avant notre ère, le jour des ides de mars, Jules César meurt de 23 coups de couteau assénés par une conjuration de sénateurs. Cet acte est revendiqué par le plus célèbre de ces assassins, Brutus, sur d’emblématiques monnaies, tel ce denier en argent.

Denier à l’effigie de Brutus frappé dans un atelier itinérant en 43/42 av. J.-C. BnF, MMA, Ailly 11380. Portail Coins of the Roman Republic Online, n° 503-8.

Cette pièce a été frappée en 43 ou 42 avant notre ère, soit un à deux ans après la mort de César, dans le cadre de la guerre civile opposant le parti des « Césariens » (Octavien, Marc Antoine et Lépide) à celui des « Républicains » (Brutus et son allié Cassius, qui figurait également parmi les assassins de César). Le message diffusé par la monnaie est clair : Brutus, défenseur d’un idéal républicain mis à mal par César, revendique le meurtre de ce dernier en présentant au revers l’arme du crime. Les deux poignards pourraient faire référence à Cassius et Brutus, ou bien aux deux consuls désignés chaque année, piliers du système de gouvernement républicain. Au centre, le pileus, bonnet porté par les esclaves affranchis, symbolise la liberté retrouvée après la mort de César, qui venait d’obtenir du Sénat le titre de « dictateur perpétuel ». La légende faisant référence aux ides de mars, EID(ibus) MAR(tiis), est explicite quant à l’événement commémoré.

Le message n’est toutefois pas sans équivoque. On peut aussi voir dans cette image une référence subtile à l’histoire familiale de Brutus. En effet, son ancêtre prétendu, Lucius Junius Brutus, premier consul de la République romaine en 509 avant J.-C., avait juré sur un poignard sanglant de mettre un terme à la tyrannie du dernier roi de Rome, Tarquin le Superbe. Brutus se conforme ainsi à la tradition républicaine selon laquelle l’iconographie monétaire renvoie aux ancêtres de l’émetteur. En revanche, en faisant apposer son propre portrait sur les monnaies, Brutus s’éloigne de ces principes républicains. César avait été le premier à se voir accorder le droit de se faire représenter sur les monnaies de son vivant, ce qui a pu être perçu comme le signe d’une volonté d’instaurer une monarchie. En procédant de même, Brutus fait justement ce qu’il reprochait à César.

Denier au nom de Jules César « dictateur perpétuel » frappé à Rome en 44 av. J.-C. BnF, MMA, Armand-Valton 729.

Trois de ces fameux deniers en argent au type « EID MAR » figurent au sein des quelques 23 000 monnaies de la République romaine conservées au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF1. Ces deniers de Brutus sont certes rares, mais on en recense tout de même une centaine dans le monde. Les exemplaires en or (aurei) sont en revanche rarissimes2.

Ces monnaies ont connu une postérité remarquable, depuis l’Antiquité jusqu’à  nos jours. L’affichage des poignards a été perçu comme la revendication explicite de l’acte même de l’assassinat, plus exactement du tyrannicide. A plusieurs reprises dans l’histoire, le personnage de Brutus fut invoqué comme modèle du libérateur du peuple. Une petite intaille également conservée à la BnF illustre parfaitement ce culte, dont l’iconographie se fonde sur celle des monnaies « EID MAR ».

Intaille au buste de Brutus. BnF, MMA, inv.58.2411

Cette petite pierre gravée moderne représentant un buste masculin devant lequel figure un poignard renvoie clairement aux monnaies de Brutus.  C’est la raison pour laquelle elle fut déposée au département des Monnaies , médailles et antiques par décret de la Convention nationale le 30 juillet 1793, seulement six mois après la décapitation de Louis XVI.

Vincent Drost

Retrouvez cette monnaie et d’autres le 12 mars 2024 à 12h30, à la BnF-Richelieu ou bien en direct sur Youtube :

Les monnaies romaines et la mise en scène du pouvoir impérial

Et en attendant :



Citer ce billet
Vincent Drost (2024, 2 avril). Un denier de Brutus célébrant les ides de mars. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w54h

  1. Il faut ajouter à cela plusieurs faux, antiques et modernes. []
  2. Trois aurei sont connus. Aucun ne figure dans la collection de la BnF. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.