L’hoplitodromie, épreuve olympique

Archive : Image du mois de février 2024

Détail d’une scène athlétique d’un stamnos du Ve av. J.-C. (BnF, MMA, Delepierre.ca.45) © Serge Oboukhoff; © BnF-CNRS-MSH Mondes

Parmi les épreuves de course disputées aux Jeux olympiques dans l’Antiquité, l’hoplitodromie, course armée, n’est pas toujours la mieux connue bien qu’ayant fait l’objet de représentations comme en témoigne ce stamnos daté du Ve av. J.-C., au département des Monnaies, Médailles et antiques depuis 1966 suite au don Delepierre.

Sur une face, deux entraîneurs barbus et vêtus tenant chacun une baguette alternent avec deux athlètes nus s’apprêtant vraisemblablement à s’entrainer ou à concourir à la course armée. Tandis que l’un pose son casque sur sa tête, l’autre, la tête ceinte par un bandeau, son casque encore à la main, tient un bouclier sur lequel, comme une mise en abyme, a été peint un hoplite courant.

Face du stamnos du Ve av. J.-C. (BnF, MMA, Delepierre.ca.45) © Serge Oboukhoff; © BnF-CNRS-MSH Mondes

L’autre face  figure à nouveau deux entraîneurs et deux athlètes, l’un simplement nu, l’autre semblant tenir une cnémide (jambière) à la main.

Autre face du stamnos du Ve av. J.-C. (BnF, MMA, Delepierre.ca.45) © Serge Oboukhoff; © BnF-CNRS-MSH Mondes

La course armée, issue de la préparation des hoplites lourdement armés, aurait été introduite tardivement au programme des Jeux lors de la 65e olympiade en 520 av. J.-C., la naissance des Jeux olympiques étant placée traditionnellement en 776 av. J.-C. Elle fait ensuite partie, probablement avec des variantes, des Jeux pythiques de Delphes, des Jeux isthmiques de Corinthe et des Jeux néméens de Némée qui composent avec ceux d’Olympie les concours panhelléniques.

Disputée sur une longueur de deux stades à Olympie, à l’origine avec l’équipement complet puis simplement avec le casque et le bouclier. elle devait être assez spectaculaire et imposer une grande condition physique.

Selon Philostrate (IIe-IIIe siècle ap. J.-C.), dans son traité De la gymnastique, cette épreuve serait la dernière à être concourue pour annoncer la fin de la trêve et la reprise des travaux de Mars (7).

Les compétitions de course à Olympie, de vitesse d’une distance d’un stade (environ 192 m), diaulos (double stade), dolichos (de demi fond sur une distance de 7 à 24 stades) et  l’hoplitodromie, se déroulaient au stade. L’entraînement physique rigoureux et exigeant des athlètes s’effectuait au gymnase, à la palestre tandis que l’entraînement à l’épreuve elle-même de la course armée avait probablement lieu à l’extérieur sur des pistes aménagées couvertes ou à l’air libre.

Pour en savoir plus :



Citer ce billet
Pauline Darleguy (2024, 1 mars). L’hoplitodromie, épreuve olympique. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vxrk

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.