L’autre printemps 68 : « ne prenez plus les auspices, prenez le pouvoir ».

     

Fig. 1 : de Néron à Galba (printemps 68 ap. J.-C.). En haut, bronzes de Périnthe (Thrace) au portrait de Néron contremarqués au nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; aureus, denier et sesterce de Rome au portrait du nouvel empereur Galba (BnF, MMA).

La fin du principat de Néron (54-68 de n.è.) a été marquée par des événements qui secouèrent l’intégralité du monde romain, depuis la révolte des provinces occidentales contre le pouvoir de l’empereur jusqu’à celle des Juifs contre la domination romaine en général. Comme en mai 1968, les mécontentements se superposèrent contre un pouvoir jugé trop autoritaire et, au profit d’une situation économique, culturelle et politique particulière, un mouvement généralisé de contestation remit en cause le modèle du pouvoir impérial, progressivement mis en place par Auguste un siècle auparavant.

Alors que le mouvement social unit en 1968 les étudiants aux ouvriers, l’Empire romain fut confronté pour la première au printemps 68 de n.è. à une révolte qui impliquait des sénateurs, des chevaliers et des légionnaires. À partir du milieu du mois de mars 68, Néron dut faire face à une révolte ouverte des provinces gauloises et espagnoles ; le conflit atteignit son apogée au mois de mai 68, avec l’affrontement d’une partie des forces des révoltés contre les légions fidèles à Néron, et se conclut, quelques jours plus tard, par la mort de l’empereur qui avait été renversé, et par la reconnaissance d’un nouveau prince, Galba.

Cette période a donné lieu à une bibliographie moderne importante1, mais les auteurs anciens ont également été nombreux à l’évoquer.

Fig. 2 : P. Cosme, L’année des quatre empereurs, Paris, 2012

Les Annales de Tacite relatent les événements survenus entre la mort d’Auguste et celle de Néron (c’est-à-dire de 14 de n.è. à 68 de n.è.). Les Histoires, du même auteur, débutent le 1er janvier 69 et constituent, même si elles ont été écrites avant, la suite des Annales ; le récit se poursuivait jusqu’à la mort de Domitien, en 96 de n.è. Nous avons conservé de Suétone les biographies des premiers empereurs, auxquelles il faut ajouter les biographies de Galba et d’Othon, écrites par Plutarque. Enfin, Dion Cassius a écrit au IIIe siècle une Histoire romaine qui couvrait l’ensemble de l’histoire de Rome jusqu’à son époque.

Cependant, les aléas de la transmission des textes anciens nous les ont fait parvenir de manière lacunaire : pour la période qui nous intéresse, le récit de Dion Cassius ne nous a été transmis que par des abrégés de moines byzantins des XIe et XIIe siècles. Les Annales de Tacite, notre source la plus précise sur les événements survenus au cours du Ier siècle de n.è., nous sont parvenues de manière lacunaire elles aussi. Le récit s’interrompt brutalement au cours de l’année 66 de n.è., et ne reprend avec les Histoires que le 1er janvier 69, nous privant ainsi du récit circonstancié des événements survenus au cours des années 66 à 68, c’est-à-dire la période qui couvre la fin du principat de Néron et la révolte qui y mit un terme. Enfin, à cause des caractéristiques du genre biographique, les Vies de Suétone sont souvent plus centrées sur la personne de l’empereur lui-même que sur les événements qui survinrent au cours de son principat.

     

Fig. 3 : Suétone, Vie des douze Césars, Galba, manuscrit enluminé par Jean Bourdichon vers 1515-1520 (BnF, Mss, NAF 28800)

Mais tous les témoignages concernant cette période n’ont pas disparu : des quantités importantes de monnaies ont été émises au cours des années 66 à 68 et nombre d’entre elles sont parvenues jusqu’à nous. Elles peuvent nous renseigner, par leur iconographie, sur l’idéologie des autorités émettrices responsables de leur production, ou, par leur métrologie ou l’évaluation des quantités qui en ont été produites, sur les finances de l’État romain, sur les richesses des révoltés et les moyens dont ils disposaient pour financer leur révolte contre le pouvoir de Néron. Trois catégories distinctes de monnaies ont été émises au cours du printemps 68 : des monnaies frappées par Néron, l’empereur officiel, dans les grands ateliers monétaires qui se trouvaient dans les villes de Rome et de Lyon ; des monnaies produites par les révoltés contre le pouvoir de Néron et qui ont la particularité de ne pas représenter de portrait impérial ni de mentionner une quelconque autorité émettrice : on les appelle pour cette raison les « monnaies anonymes » ; enfin, des monnaies frappées au nom et/ou à l’effigie de Galba, émises dans les provinces occidentales alors que Néron était encore vivant. Ces monnayages relativement rares sont largement représentés au sein du département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France, qui est la collection institutionnelle qui compte à ce jour le plus grand nombre de « monnaies anonymes », avec quatre-vingt-huit exemplaires.

« Cours Vindex, le vieux monde est derrière toi ! »2

Au cours des années 60, les relations entre Néron et les membres des ordres supérieurs se compliquèrent, en particulier à cause de la pression fiscale que l’empereur faisait peser sur les riches propriétaires. En 64, le grand incendie de Rome détruisit une très grande partie de la Ville : la reconstruction de la capitale généra des frais que l’augmentation des impôts devait financer. En outre, Néron profita de la destruction de Rome pour lancer la construction de son nouveau palais personnel, la Domus Aurea. Là encore, des sommes colossales furent nécessaires pour financer la construction de ce gigantesque et somptueux palais, dans lequel Néron put déclarer qu’ « il allait enfin commencer à être logé comme un homme3 ». En 65, le mécontentement des ordres supérieurs culmina avec l’organisation d’une conjuration de sénateurs et de chevaliers qui avaient pour but d’assassiner l’empereur. Mais ce complot, connu sous le nom de « conjuration de Pison », fut porté aux oreilles de l’empereur et échoua. La répression fut sévère. Les milieux sénatoriaux et intellectuels furent particulièrement touchés, ce qui augmenta le mécontentement des sénateurs. Enfin, les opérations militaires menées en Arménie contre les Parthes coûtaient beaucoup à l’État romain : pour marquer la fin de la guerre, Néron fit venir à Rome Tiridate en 66 pour le couronner roi d’Arménie. Sa présence à Rome fut l’occasion pour le jeune empereur de fermer les portes du temple de Janus, signe que plus aucune guerre n’était en cours dans l’Empire romain et que la paix était totale (fig. 4).

Fig. 4 : dupondius de Néron, Rome, 14, 32g ; RIC I², Nero, 285. La légende de revers représente une phrase particulièrement complexe, avec, fait rarissime dans la typologie monétaire, un ablatif absolu : PACE P(opulo) R(omano) TERRA MARIQ(ue) PARTA IANVM CLVSIT (« après avoir procuré au peuple romain la paix sur terre et sur mer, il (= l’empereur) fit fermer le temple de Janus »). (BnF, MMA, CBN II, Néron, 382).

Ce fut aussi l’occasion de montrer tout le faste dont était capable Rome. Une nouvelle fois, les dépenses furent inconsidérées. Suétone fait le compte de ce que Néron avait gaspillé : « pour recevoir Tiridate – la chose peut sembler à peine croyable –, il prit dans le trésor huit cent mille sesterces par jour, et lors de son départ il lui en donna plus de cent millions4 ». Enfin, l’empereur quitta Rome à la fin de l’année 66 et séjourna durant toute l’année 67 en Grèce pour participer à plusieurs concours de musique.

Pendant son absence, un nouveau complot s’organisa. Contrairement à la conjuration de Pison, il ne prit pas cette fois son origine dans la Ville, mais dans les provinces, et plus particulièrement dans les provinces gauloises, dans un premier temps. Un sénateur d’origine gauloise, Caius Julius Vindex, qui était vraisemblablement gouverneur de la province de Lyonnaise, réunit les aristocrates gaulois à l’autel des Trois Gaules, près de Lugdunum, et leur témoigna sa volonté de se révolter contre Néron. Dion Cassius a imaginé le discours qu’il avait pu tenir lors de la déclaration de la révolte ouverte : quand on le compare aux monnaies qu’il a par ailleurs fait émettre pour financer sa révolte, force est de constater que son mouvement n’était pas, contrairement à ce qu’ont pu croire quelques historiens, un mouvement nationaliste gaulois. Le but de Vindex était simplement de remplacer Néron, jugé indigne de la fonction impériale en raison des meurtres qu’il avait commis et de sa passion honteuse pour les courses de chars, les concours de chant et les représentations théâtrales auxquelles il s’adonnait depuis l’année 64. À en croire Suétone, l’empereur s’était même fait représenter sur ses monnaies dans le costume d’un joueur de cithare (fig. 5) : « il disposa autour des lits, dans les chambres de son palais, ses couronnes sacrées, ainsi que des statues qui le représentaient en costume de citharède, et fit même frapper une monnaie à cette effigie5 ».

Fig. 5 : as de Néron, Rome, ; 8,57g ; RIC I², Nero, 122 (BnF, MMA, CBN II, Néron, 268 )

« Il n’est pas de pensées révolutionnaires. Il n’est que des actes révolutionnaires »6

Or, pour renverser Néron, Vindex avait besoin d’une armée, et, pour la payer et financer sa révolte, il fallait qu’il batte monnaie. Comme il refusait l’autorité de l’empereur officiel – Néron – et qu’il ne souhaitait pas lui-même devenir empereur à sa place, sans candidat à l’Empire, il fit émettre des monnaies d’or et d’argent qui, contrairement à l’usage établi depuis Auguste près d’un siècle plus tôt, ne représentaient pas de portrait impérial à leur droit : ce sont les « monnaies anonymes ». Elles furent émises dans les provinces gauloises pour financer la révolte de Vindex7.

Quoique nous n’ayons pas de mention précise de sa date, la réunion des Gaulois à l’autel des Trois Gaules dut avoir lieu au milieu du mois de mars 68. Un denier « anonyme » émis par les révoltés semble pouvoir donner cette indication chronologique : la monnaie d’argent, représentant à son droit le buste de Libertas, représente à son revers deux poignards entourant un pileus, le bonnet des affranchis (fig. 6).

Fig. 6 : denier « anonyme », Espagne ; 3,37g ; RIC I², Civil Wars, 24 (BnF, MMA, CBN III, guerre civile, 8 ).

Fig. 7 : denier de Brutus  ; 3,55g ; RRC 508/3 (BnF, MMA, REP-13169).

Cette iconographie s’inspire directement d’un denier émis entre 43 et 42 av. n.è. par Brutus et Cassius, célébrant l’assassinat de Jules César, survenu aux ides de mars 44, c’est-à-dire le 15 mars (fig. 7). Sur le denier de Brutus, la légende de revers EID(ibus) MAR(tiis) (« les ides de mars ») vient donner la précision chronologique. Sur sa reprise par Vindex, toute mention des personnes de Brutus et de César est évacuée pour ne garder que l’idée de la libération qui va résulter de la disparition du tyran : en 44 av. n.è., il s’agissait de César ; au printemps 68 de n.è., ce tyran n’est autre que Néron. La reprise de cette iconographie pourrait être une manière de célébrer la coïncidence qui faisait que, de nouveau, à la mi-mars, les Romains souhaitaient se débarrasser d’un tyran. Néron apprit la nouvelle de la révolte des Gaules aux alentours du 20 mars. Aux dires de Suétone, il ne s’en inquiéta pas outre mesure et se contenta de faire venir les principaux sénateurs pour leur montrer le fonctionnement de ses orgues hydrauliques8.

« À travers la monnaie : le pouvoir vous parle tous les jours »9

Les révoltés gaulois se livrèrent à une véritable guerre de l’image, passant par le vecteur des monnaies et de leur circulation. Une des pratiques particulièrement remarquables du monnayage « anonyme » produit sous l’autorité de Vindex consistait à s’inspirer de thèmes iconographiques présents sur les monnaies de Néron pour les détourner. Or, les monnaies « anonymes » de Vindex furent mises en circulation entre le milieu du mois de mars et le mois d’avril 68, à une époque où les monnaies à l’effigie de Néron circulaient.

Les révoltés s’inspirèrent par exemple d’un type monétaire émis par Néron en très grandes quantités et par conséquent très visible au sein du stock monétaire en circulation : depuis plusieurs années, Néron faisait représenter sur des deniers et des aurei Jupiter custos (« Jupiter protecteur ») pour célébrer l’échec de la conjuration de Pison en 65 (fig. 8). L’empereur souhaitait montrer qu’il était protégé par les dieux et qu’il était donc vain – et impie – de s’attaquer à lui.

Fig. 8 : aureus de Néron, Rome ; 7,29g ; RIC I², Nero, 52 (BnF, MMA, CBN II, Néron, 214).

Fig. 9 : denier « anonyme », Gaule ; 3,21g ; RIC I², Civil Wars, 62 (BnF, MMA, CBN III, guerre civile, 29).

Les révoltés imitèrent cette iconographie de revers en prenant soin de changer seulement l’épithète, qui était spécifiquement néronienne, pour la remplacer par le qualificatif de liberator (fig. 9) : c’était une référence directe à la volonté de Vindex de libérer le peuple romain de la tyrannie de Néron. Au droit de la monnaie, le portrait impérial a été remplacé par le portait de Rome, accompagné de la légende ROMA RESTITVTA (« Rome restaurée ») : la mention de la restauration de la Ville fait une nouvelle fois référence au résultat de l’action de Vindex, qui espère débarrasser l’Empire de Néron.

Les monnaies « anonymes » représentant une aigle romaine constituent un autre exemple de cette pratique propre aux révoltés menés par Vindex, consistant à reprendre un thème iconographique des monnaies de Néron, mais en le détournant et en évacuant toute mention de l’empereur.

Fig. 10 : denier de Néron, Rome ; 3,35g ; RIC I², Nero, 68 (BnF, MMA, CBN II, Néron, 238).

Fig. 11 : aureus « anonyme », Gaule ; 7,28g ; RIC I², Civil Wars, 50 (BnF, MMA, CBN III, guerre civile, 16).

À la toute fin de son principat, Néron fit frapper un nouveau type de deniers représentant une aigle militaire, symbole des légions romaines, entourée de deux étendards (fig. 10) ; cette iconographie n’avait plus été utilisée sur des monnaies depuis les émissions légionnaires de Marc-Antoine, produites peu avant la bataille d’Actium en 31 av. n.è. En faisant revivre cette iconographie précisément en 68, Néron appelait à la fidélité ses légions pour qu’elles s’unissent devant la révolte de Vindex. De nouveau, la reprise de ce type néronien par les révoltés de Vindex n’est pas un hasard (fig. 11) : la typologie de revers est quasi la même, et la légende qui l’accompagne, SIGNA P(opuli) R(omani) (« les enseignes du peuple romain »), indique que les légions appartiennent au peuple romain pour mieux priver l’empereur de toute légitimité. Au droit le portrait impérial a encore été remplacé, cette fois par un portrait de Mars, qualifié d’ultor (« vengeur »). Or, l’adjectif vindex, qui servait de surnom à Caius Julius Vindex, signifiait également, en latin, « vengeur ». En utilisant un synonyme, les responsables de la frappe monétaire indiquaient de manière adroite qui était l’autorité émettrice de ces monnaies, et quel était le but de leur émission.

« Élections, piège à cons ! »10 : Galba est proclamé empereur par son unique légion

Vindex ne souhaitait en aucun cas mettre un terme au régime du principat et n’avait pas pour ambition d’exercer le pouvoir lui-même ; il voulait remplacer Néron par un empereur qui aurait les qualités d’Auguste, le fondateur du régime. Il crut trouver ce candidat idéal en la personne de Servius Sulpicius Galba, qui était alors gouverneur de la province d’Hispania Citerior. Ce dernier répondit favorablement à sa demande dans les derniers jours du mois de mars 68 : son adhésion apportait à Vindex l’aide précieuse d’un gouverneur qui avait été jadis consul (en 33 de n.è.), issu d’une des plus illustres et plus anciennes familles patriciennes, citoyen excessivement riche, et disposant de surcroît du renfort d’une légion romaine stationnée dans la province qu’il administrait. Pour la première fois, une légion passait dans la révolte ouverte. Galba se mit alors lui aussi à faire frapper des monnaies « anonymes » dans sa province11.

Le 2 ou le 3 avril 68, Galba fut proclamé imperator par son unique légion, la VI Victrix, et il en leva une autre, qu’il nomma la VII Galbiana, pour préparer l’affrontement qui se profilait avec les légions fidèles à Néron. Lorsque Néron apprit la révolte de Galba, au milieu du mois d’avril12, sa réaction fut cette fois toute différente, et, d’après Suétone, il fut pris de panique : « il tomba évanoui et resta longtemps sans voix, à demi-mort, puis, quand il eut repris ses sens, il déchira ses vêtements, se frappa la tête avec rudesse et déclara que c’en était fait de lui13 ». Il y avait donc deux empereurs concurrents en même temps dans l’Empire romain : Néron avait l’avantage de se trouver à Rome tandis que Galba, en Citérieure, avait créé, si l’on en croit Suétone, un nouveau Sénat14. Le nouvel empereur choisit de préparer les opérations depuis la ville de Clunia15. Même après la mort de Néron, lorsque Galba se retrouva seul empereur, il se souvint du rôle stratégique de cette ville de Clunia et fit frapper un sesterce célébrant le moment où l’Empire lui avait été confié, au cours du printemps 68 (fig. 12).

Fig. 12 : sesterce de Galba, Rome ; 28,55g ; RIC I², Galba, 470 (BnF MMA, CBN III, Galba, 238)

Au revers de ces rares sesterces, l’empereur est assis sur un trône et reçoit des mains d’une allégorie, qu’il faut probablement identifier comme la personnification de la province d’Hispania, le palladium, symbole de l’éternité de l’Empire. La légende de revers HISPANIA CLVNIA SVL indique explicitement le rôle de la colonie dans l’idéologie du nouvel empereur.

Cependant, comme il avait été proclamé empereur, il se devait de montrer qu’il en avait la légitimité et les prérogatives. Quoique les auteurs anciens aient souligné la volonté de Galba de ne pas se déclarer lui-même empereur, préférant s’en remettre au choix du Sénat romain16, la typologie des droits de ses monnaies émises au printemps 68 ne laisse pas de doutes sur ses ambitions impériales : les monnaies « anonymes » sont remplacées par des monnaies qui représentent au droit Galba à cheval17, accompagné de la légende SER(vius) GALBA IMP(erator) AVG(ustus) (fig. 15) ; ces monnaies sont elles-mêmes rapidement remplacées par d’autres monnaies représentant alors le buste de Galba, manifestant ainsi la prérogative impériale qu’était le droit de portrait (fig. 16)18. La simplicité des légendes de droit SER(vius) GALBA IMPERATOR ou simplement GALBA IMPERATOR indique que l’ancien gouverneur n’entendait pas ne pas bénéficier de toutes les prérogatives inhérentes au pouvoir impérial, pour ne pas sembler moins légitime que Néron. Par conséquent, deux monnayages « impériaux » étaient émis en concurrence au printemps 68 : le monnayage au nom de Néron, produit dans les ateliers de Rome et de Lyon, et le monnayage au nom de Galba, frappé dans des ateliers qui avaient ouvert dans les provinces qui avaient rejoint la cause des révoltés et qui se situaient en Gaule, dans la péninsule ibérique et en Afrique.

« Pas de liberté aux ennemis de la liberté ! »19

En attendant, les révoltés continuèrent de produire de la monnaie dans le courant des mois d’avril et de mai 68. Ils voulaient présenter leur révolte comme un moyen de retrouver la liberté dont Néron privait ses concitoyens. Une nouvelle fois, les opposants à l’empereur montraient qu’ils ne souhaitaient pas s’emparer du pouvoir par ambition personnelle, mais pour le bien de la population. Une fois devenu empereur, Galba fera représenter au revers de monnaies à son effigie la divinité Libertas, accompagnée de la légende LIBERTAS PVBLICA (« la liberté du peuple »). L’allégorie tient dans la main droite le pileus, le bonnet que les esclaves recevaient le jour de leur affranchissement (fig. 13). Les révoltés indiquaient de cette manière qu’ils allaient affranchir le peuple, maintenu en esclavage par Néron.

Fig. 13 : dupondius de Galba, Lyon ; 12,45g ; RIC I², Galba, 136 (BnF, MMA, CBN III, Galba, 263 ).

Mais les partisans de Vindex présentaient également l’action salvatrice de leur révolte pour le peuple romain : aussi émirent-ils des monnaies qui justifiaient leur opposition à l’empereur. Certains types monétaires représentant Victoria tenant une couronne et une palme montrent les bénéfices que le peuple obtiendra par la future victoire sur Néron (fig. 14) : la légende SALVS GENERIS HVMANI (« le salut du genre humain ») développe cette idée, tout en plaçant les révoltés qui émettaient ces monnaies sous l’autorité – sans doute fictive – du Sénat, à travers la mention des lettres SQPR (« le Sénat et le peuple romain »). Cette iconographie semble avoir été un slogan propre aux révoltés contre le pouvoir de Néron, déjà mentionné dans l’appel que Galba avait reçu de Vindex et dans lequel il l’exhortait « à se donner comme libérateur et comme chef du genre humain20 ».

Fig. 14 : aureus « anonyme », Gaule ; 7,40g ; RIC I², Civil Wars, 71a (BnF, MMA, CBN III, guerre civile, 36).

« Millionnaires de tous les pays, unissez-vous, le vent tourne »21 :

Une fois proclamé empereur, Galba utilisa une iconographie monétaire qui laissait entrevoir deux thèmes principaux : la volonté de montrer ostensiblement la cohésion qui existait dans le parti qui s’opposait au pouvoir de Néron et la conséquence libératrice et salvatrice qu’aurait l’élimination du fils d’Agrippine. Le thème de la concorde est évoqué par la représentation des diverses provinces qui avaient épousé le parti de Vindex : la Gaule n’est pas évoquée simplement dans son appellation globale, mais le monnayage de Galba préfère distinguer les trois Gaules dans leur pluralité (Lyonnaise, Aquitaine et Belgique) en évoquant leur entente par la représentation de trois têtes féminines, représentant chacune une province de l’ancienne Gaule chevelue (fig. 15). Il s’agit peut-être d’une référence à la proclamation de la révolte ouverte, à la mi-mars, devant l’autel des Trois Gaules.

Fig. 15 : denier de Galba, Gaule ; 3,05 g ; RIC I², Galba, 92 (BnF, MMA, CBN III, Galba, 44 ).

Fig. 16 : denier de Galba, Espagne; 3,11 g ; RIC I², Galba, absent (BnF, MMA, CBN III, Galba, 20).

Un type monétaire évoque la bonne entente entre les deux ensembles de provinces – espagnoles et gauloises – à travers la représentation des allégories de ces deux provinces. Chacun des deux ensembles de provinces est représenté par une allégorie féminine tenant les attributs qui leur sont caractéristiques : lance et bouclier rond pour Hispania, cheveux dénoués et carnyx pour Gallia (fig. 16). Ainsi, cette iconographie résume la bonne entente entre le gouverneur de Lyonnaise Vindex et l’ancien gouverneur de Citérieure Galba. Enfin, Galba utilisa un autre type, moins théâtral, mais qui résumait bien la manière dont il rendait légitime sa prise de pouvoir face à Néron : il fit représenter sur ses monnaies de métaux précieux, comme un slogan politique, l’allégorie divinisée Concordia Provicinciarum, c’est-à-dire la « concorde des provinces » (fig. 17).

Fig. 17 : denier de Galba, Gaule ; 4,08 g ; RIC I², Galba, 105 (BnF, MMA, CBN III, Galba, 53 ).

Une nouvelle fois, Galba entendait montrer que sa révolte n’était pas le fait d’un nationalisme gaulois, comme on a pu le croire jadis, d’une ambition personnelle ou d’une révolte militaire isolée. Le nouvel empereur utilisa l’argument du nombre pour montrer que Néron était unanimement contesté dans les provinces occidentales, et que, à ce titre, il avait perdu sa légitimité à être empereur. À l’inverse, avec l’appui du nombre, Galba se prévalait du consensus uniuersorum, de l’assentiment général, véritable gage de légitimité.

Fort de cet appui et de cette légitimité, Galba entendit redonner à la ville de Rome et à l’ensemble de l’Empire son lustre passé. Par un revers diffusé dans des quantités importantes, l’empereur « concurrent » évoquait sur ses revers ROMA RENASC(ens), « Rome renaissante » (fig. 18) :

Fig. 18 : aureus de Galba, Espagne ; 7,71g ; RIC I², Galba, 40 (BnF, MMA, CBN III, Galba, 22).

C’était une manière d’évoquer le mythe du retour de l’âge d’or, selon la conception cyclique du temps qu’avaient les Romains. Cette conception de la succession des âges faisait se succéder des périodes heureuses et des périodes plus malheureuses ; mais lorsque les temps avaient été sombres, un retour à l’époque heureuse était attendu. Ce retour au bonheur correspondait à un retour de l’âge d’or. Derrière cette promesse, Galba évoquait également indirectement un thème propre à Auguste, qui s’était vanté lui aussi de faire revivre l’âge d’or après les périodes particulièrement difficiles qu’avaient été les guerres civiles de la fin du premier siècle av. n.è.

Tandis que Galba préparait sa stratégie à Clunia, Vindex et ses forces rencontrèrent la puissante armée de Germanie Supérieure à Vesontio (Besançon) au cours de la première quinzaine du mois de mai. Sans que l’on sache exactement quelles furent les dispositions du gouverneur de Germanie Supérieure Verginius Rufus – certaines sources sont trop lacunaires tandis que d’autres sont partiales –, les légions rhénanes écrasèrent les troupes de Vindex, peut-être par fidélité à l’égard de Néron ; vaincu, Vindex se donna la mort. Les événements semblaient donc prendre un tour favorable pour Néron. Cependant, il connut une série de défections parmi ses autres légions. Par ailleurs, les agents que Galba avait envoyés à Rome parvinrent à convaincre les prétoriens d’abandonner Néron, contre la promesse d’une énorme gratification : leur préfet leur promit 7500 deniers par personne s’ils acceptaient de proclamer Galba empereur à Rome. La somme, qui représentait dix ans de solde, n’eut pas de peine à venir à bout de leur loyauté envers Néron. Comme se plaît à le remarquer Tacite, l’argent était bien « le nerf de la guerre civile22 ». De fait, Galba fut proclamé à sa place ; les sénateurs suivirent la décision de la garnison de Rome et déclarèrent Néron ennemi public. Abandonné de tous, il dut s’enfuir et finit par se donner la mort le 9 ou le 11 juin, en apprenant le sort qui lui était réservé si on le découvrait.

Avec sa proclamation par les prétoriens à Rome, Galba devenait donc officiellement le seul et unique empereur. Son portrait fut représenté pour faire connaître les traits du nouveau prince et pour remplacer ceux de Néron. Comme l’on peut s’en rendre compte avec un camée conservé au département des Monnaies, médailles et antiques, représentant vraisemblablement le nouvel empereur, Galba se fit représenter avec les attributs du pouvoir impérial que sont la couronne de feuilles de chêne, encore appelée couronne civique (elle était décernée à un citoyen qui avait sauvé un autre citoyen au combat), ainsi que l’égide, c’est-à-dire la peau de chèvre sur laquelle se trouvait une tête de gorgone et qui était un attribut propre à Jupiter et à Minerve, dont l’empereur se réclamait (fig. 18).

Fig. 18 : camée en sardonyx de l’empereur Galba, 68 de n.è. ; monture en or du XVIIe siècle (BnF, MMA, camée 251).

Après avoir frappé monnaie dans des ateliers ouverts pour les besoins de la guerre civile du printemps 68, Galba s’empara de l’atelier monétaire de Rome, et son portrait y fut enfin gravé, remplaçant ceux de Néron. Le nouvel empereur déclarait par l’intermédiaire de ses monnaies qu’il avait « sauvé » les citoyens de la tyrannie néronienne, comme l’indique la légende de revers SPQR OB C(ives) S(ervatos) (« le Sénat et le peuple romain, pour avoir sauvé des citoyens ») (fig. 19) :

Fig. 19 : aureus de Galba, Rome ;7,35g ; RIC I², Galba, 164 (BnF, MMA, CBN III, Galba, 73).

Non contents de produire des monnaies à l’effigie du nouvel empereur dans l’intégralité du monde romain, les partisans de Galba semblèrent prendre un plaisir non dissimulé à indiquer, même sur les monnaies, que leur candidat à l’empire avait remplacé Néron, comme l’atteste la contremarque sur cet as (fig. 18) :

Fig. 18 : as de Périnthe (Thrace) de Néron, portant en contremarque le nom de Galba (en grec, ΓΑΛΒΑ) ; RPC I, 1760. (BnF, MMA, 2000.316).

Pour indiquer que des monnaies anciennes, trop usées ou produites loin de Rome avaient un cours légal dans l’Empire, il arrivait que les autorités responsables de la frappe indiquent leur validité par l’apposition d’un signe, qu’on appelle une contremarque. En règle générale, cette contremarque était apposée en prenant garde de ne pas abîmer le motif principal de la monnaie destinée à la recevoir. Sur l’exemplaire représentant le portrait de Néron, produit à Périnthe, en Thrace, les responsables de l’atelier monétaire ont délibérément choisi d’oblitérer le souvenir de Néron en effaçant les traits de son visage et en les remplaçant par le nom de celui qui l’avait renversé.

Au mois de juin 68, la révolte avait eu raison de Néron et avait mis un terme à la domination des Julio-Claudiens, qui avaient jalousement gardé le pouvoir impérial durant près d’un siècle. La situation semblait donc favorable à Galba. Cependant, le nouvel empereur était loin de faire l’unanimité, et une nouvelle guerre civile se préparait : elle allait générer plus de conflits armés que celle du printemps 68 et faire se succéder, durant la seule année 69, quatre empereurs.

Dorian Bocciarelli

Bibliographie :

Ce billet est largement inspiré des recherches menées par D. Bocciarelli dans le cadre de sa thèse de doctorat intitulée : Le principat de Galba. Étude historique et numismatique, thèse en histoire ancienne soutenue le 29.11.2016 à l’École Pratique des Hautes Etudes (IVe section, Sciences historiques et philologiques), sous la direction de Michel Amandry.

Délivrez les livres. Affiche de la Bibliothèque nationale, mai 1968 (BnF, ENT QB-1 (1968/15)-FT6 ).
  1. Dans la bibliographie française, citons P. Cosme, L’année des quatre empereurs, Paris, 2012 et P. Le Roux, « Mai 68 en Gaule », dans M.-M. Mactoux et E. Geny (eds), Mélanges P. Lévêque, 8, Religion, anthropologie et société (Annales littéraires de l’université de Besançon, 499), Besançon, 1994, p. 259-274. En anglais, plusieurs articles ont apporté de grandes avancées sur la connaissance de cette période : P. A. Brunt, « The Revolt of Vindex and the Fall of Nero », Latomus, 18, 1959, p. 531-559 (cote BnF: 8-X-21416); D.C.A. Shotter, « A Time-Table for the Bellum Neronis », Historia, 24, 1975, p. 59-74 ; B. Levick, « L. Verginius Rufus and the Four Emperors », Rheinisches Museum für Philologie, 128, 1985, p. 318-346, cote BnF: Z-37049 []
  2. « Cours camarade, le vieux monde est derrière toi », graffito, Odéon, rue Rotrou et Sorbonne, hall grand amphi, mai 1968. []
  3. Suet., Ner., 31, 4. []
  4. Suet., Ner., 30, 4. []
  5. Suet., Ner., 25, 4. []
  6. Graffito, rue Gay-Lussac, mai 1968. []
  7. RIC I², Civil Wars, 37-80. []
  8. Suet., Ner., 40, 6-8 et 41, 4. []
  9. « La police vous parle tous les soirs à 20h », affiche de mai 1968 représentant un CRS devant un micro. []
  10. Graffito, place Saint-Michel, mai 1968. []
  11. RIC I², Civil Wars, 1-36. []
  12. D.C.A. Shotter, « A Time-Table for the Bellum Neronis », Historia, 24, 1975, p. 66-67. []
  13. Suet., Ner., 42, 1. []
  14. Suet., Galb., 10, 2. []
  15. P. Le Roux, L’armée romaine et l’organisation des provinces ibériques : d’Auguste à l’invasion de 409, Paris, 1982, p. 133-134 ; P. Cosme, L’année des quatre empereurs, Paris, 2012, p. 31. []
  16. D’après les sources anciennes, il s’était déclaré « légat du Sénat et du peuple romain » : Suet., Galb., 10, 1 ; Plut., Galb., 5, 2 ; Dion Cassius, 63, 23. []
  17. RIC I², Galba, 1-3 et 85-94. []
  18. RIC I², Galba, 4-84 et 95-141. []
  19. Slogan, mai 1968. []
  20. Suet., Galb., 9, 4. []
  21. Slogan, mai 1968. []
  22. Tac., Hist., 2, 84, 1 : « l’apprêt des vaisseaux, des soldats et des armes remplissait donc de bruit les provinces ; mais rien ne les fatiguait autant que les réquisitions en argent : c’était le nerf de la guerre civile, comme Mucien ne cessait de le répéter ». []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *