Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques

Dans les collections du département des Monnaies, médailles et antiques on compte aujourd’hui vingt-six stèles puniques votives provenant de Carthage, en Tunisie. Elles font figure de rescapées d’un voyage plus ou moins tumultueux de part et d’autre de la Méditerranée à la fin du XIXe siècle puis d’accords entre différentes institutions parisiennes dans la première moitié du XXe s. L’une1 d’entre elles est aujourd’hui exposée dans les nouvelles salles du musée de la BnF, représentante d’une ample collection très intéressante sous bien des angles, dont leur provenance.

Stèle punique exposée dans le musée de la BnF. BnF, MMA,  Inv.54.pun.26 (photo : L. Détrez)

Vingt-cinq stèles votives puniques proviennent de deux missions archéologiques et épigraphiques menées d’une part par Évariste Pricot de Sainte-Marie2 entre 1873 et 1876, et d’autre part par Ernest Babelon et Salomon Reinach3 entre 1883 et 1884. Une dernière stèle4 a été donnée en 1898 par l’épouse d’Edmond Le Blant, directeur de l’École française de Rome de 1882 à 1888.

Les stèles de la mission d’Évariste Pricot de Sainte-Marie

L’exploration archéologique de la Tunisie accomplie sous le patronage de l’Académie des inscriptions et belles-lettres5, au profit du Corpus Inscriptionum Semiticarum (CIS) est confiée de 1874 à 1876 à Évariste Pricot de Sainte-Marie (1843-1899), diplomate français et premier drogman du consulat général de France, en poste à Tunis depuis le 11 juin 1873. Au total, deux mille cent quatre-vingt-dix stèles sont mises au jour en 1874 et 1875 dans le quartier de Dermech, sur une parcelle appelée Feddan el-Behim, comme l’indique le contrat de location du terrain6.

Carte des fouilles de Sainte-Marie entre 1874 et 1876, localisation des tranchées par des lettres, dans Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 9.

La collecte des inscriptions est une étape très importante de la mission confiée à Sainte-Marie et, comme il est spécifié par les membres de l’Académie,

« si, comme nous l’espérons, les lois de la Régence de Tunis ne s’opposent pas à la sortie des antiquités, M. de Sainte-Marie devra expédier à Paris toutes les pierres portant des inscriptions qu’il trouvera […] ».

L’archéologue a d’ailleurs une idée très précise de la destination des antiquités qu’il met au jour7 et qu’il acquiert sur le terrain. Malgré l’intérêt que porte le musée du Louvre aux stèles et autres antiquités de la mission de Sainte-Marie, les négociations avec les institutions françaises se révèlent complexes du fait de difficultés budgétaires8. L’arrivée d’un premier envoi en France est annoncée par un courrier du 21 octobre 1874 et la caisse entre au Louvre le 23 octobre 1874. Elle renferme vingt stèles puniques mises au jour à Carthage et une inscription d’Altiburos. Les deux mille cent soixante-dix stèles qu’il découvrira par la suite seront toutes dévolues à la Bibliothèque nationale.

Sainte-Marie finit par obtenir l’autorisation d’envoyer toutes les stèles sans qu’aucun budget ne lui soit attribué. Néanmoins, le 2 septembre 1875, un courrier adressé par le ministère de l’Instruction publique au conservateur du musée du Louvre annonce l’arrivée de deux mille stèles puniques destinées à la Bibliothèque nationale et, pour le Louvre, une statue de l’impératrice Sabine et trois hermès trouvés à Carthage9. Le 5 octobre 187510, Sainte-Marie annonce avoir remis le produit de ses fouilles le 29 septembre à l’amiral Roze, commandant en chef de l’escadre, à bord de son navire amiral le Magenta. La cargaison compte au total quarante-cinq caisses à répartir entre la Bibliothèque nationale (trente-neuf caisses comptant deux mille quatre-vingt-trois inscriptions puniques) et le département des Antiques dans le palais du Louvre (six caisses d’antiquités romaines et grecques).

Remontée du mât de misaine du Magenta et préparation d’un scaphandrier pour la plongée en vue de repérer et récupérer dans les fonds marins le matériel archéologique embarqué sur le navire. Le Monde illustré, 13 novembre 1875.

Dans la nuit du 30 au 31 octobre 1875, à la suite d’un incendie, le navire militaire coule dans la rade de Toulon11. Dans les semaines qui suivent, des scaphandriers récupèrent dans l’épave les canons et une partie des objets archéologiques. En effet, dans une lettre datée du 20 novembre 1875, l’amiral Roze embarqué à bord du Thétis assure à Sainte-Marie que tout sera tenté pour sauver les œuvres12. Le lieutenant de vaisseau Koenig, attaché en 1875 à la direction du mouvement du port à Toulon, prête son concours à la recherche des antiquités puniques et romaines de Carthage dans la rade de Toulon13. Des lettres du vice-amiral Penhoat14, préfet maritime de Toulon, et du lieutenant de vaisseau Koenig attestent que durant l’hiver 1875-1876 une très grande partie du chargement est récupérée : la majeure partie des stèles, l’inscription du Kef, la statue de Sabine, dont la partie inférieure du visage reste manquante malgré les recherches. Sur les plus de deux mille exemplaires, mille quatre cents stèles ont été repêchées entre la fin de 1875 et le début de l’année 1876. Ces ex-voto extraits du Magenta, dans un état plus ou moins fragmentaire, sont alors adressés à la Bibliothèque nationale dont l’administrateur général annonce la réception en février 187615. Un constat d’état de la collection est alors publié par Philippe Berger (1846-1912), épigraphiste, disciple et collaborateur d’Ernest Renan (1823-1892) pour le CIS :

Sur les 2088 pierres qui la composaient, 300 environ ont été transformées en chaux ou réduites en morceaux trop petits pour qu’on puisse espérer d’en rien tirer. Nous avons rempli trois caisses de débris qui ne sont bons qu’à être jetés. Un nombre à peu près égal de pierres très mutilées, mais portant des lettres ou des symboles, a dû être, à ce titre, provisoirement conservé. Le restant peut se répartir encore en plusieurs catégories. En effet, le feu n’a pas agi de même sur toutes les pierres. Les unes ont été entièrement calcinées ; elles ont pris une couleur de suie qui permet difficilement de reconnaître les caractères dont elles sont couvertes ; en même temps la pierre est devenue friable et se casse au moindre choc. D’autres ont également été brûlées ; elles sont noires par places ; seulement cette couleur inégale et sale n’a endommagé que la surface de la pierre ; elles sont solides. Sur d’autres en dernier lieu, la flamme n’a laissé qu’une teinte d’un gris uniforme, sur laquelle les creux formés par les lettres ou les images se détachent en noir. Cette teinte donne à la pierre un certain air antique qui n’est pas désagréable. On peut en évaluer le nombre à quatre ou cinq cents. Enfin cent deux pierres, formant un envoi distinct, ont échappé au feu et sont arrivées intactes16.

Après cet accident, Sainte-Marie annonce un dernier envoi de cent deux petites stèles votives17 qui seront d’ailleurs dans un premier temps adressées par erreur au musée du Louvre18 avant d’être déposées au Cabinet des médailles de la Bibliothèque nationale.

Les stèles de la mission de Salomon Reinach et Ernest Babelon (1883-1884)

Extrait du Cahier intitulé « ΡΕΙΝΑΧΟΥ ΕΜΙΟΣ ΜΕ ΕΚΛΕΨΗΙ ΑΠΟΤΕΙΣΕΙ » de Babelon et Reinach. Archives du cabinet du Corpus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (Photo : H. Le Meaux).

Ernest Babelon (1854-1924), qui deviendra directeur du Cabinet des Médailles en 1892, et Salomon Reinach (1858-1932), qui deviendra attaché au musée des Antiquités nationales de Saint-Germain-en-Laye, effectuent des fouilles sur le site de Carthage, sur les terrains de la plaine située entre Byrsa et les ports acquis par le cardinal Lavigerie19. Sur le lieu-dit Feddan el-Behim, là-même où Sainte-Marie avait opéré dix ans plus tôt, cinq cent quatre-vingt-trois stèles20 sont mises au jour, dont trois cent trente présentent une inscription publiée dans le CIS. Les stèles anépigraphes restent pour la plupart d’entre elles inédites malgré l’intérêt de certains décors relevés par les deux inventeurs21. Peu figurent dans Carthage. Guide en Algérie et en Tunisie à l’usage des touristes et des archéologues, publié par Babelon en 1896. Les objets recueillis dans le cadre de cette mission archéologique à Carthage sont alors répartis entre le Louvre et la Bibliothèque nationale et, selon les souhaits du cardinal Lavigerie, une partie des stèles puniques exhumées dans la tranchée de Feddan el-Behim sont données au musée Saint-Louis. Elles y sont encastrées dans les murs autour de la chapelle22. En dépit de la publication de 1886 et des archives manuscrites et photographiques relatives à cette mission, l’identification des deux cent cinquante-trois stèles anépigraphes n’est pas aisée. Les fiches de Babelon et Reinach ne sont pas toutes illustrées, ce qui rend difficiles, voire impossibles pour nombre d’entre elles, à la fois leur identification et l’établissement de la correspondance avec le corpus des stèles qui se trouve aujourd’hui au Louvre et au musée national de Carthage, tout comme, par conséquent, la distinction d’avec les stèles anépigraphes des fouilles de Sainte-Marie. On se consolera en se souvenant que toutes ces stèles proviennent de la même tranchée.

« Inventaire et Numérotage des stèles puniques (Ex-voto à Tanit et à Baal-Hammon) conservées au Département des Médailles et Antiques de la Bibliothèque Nationale ». Paris, Bibliothèque nationale de France, MMA, Ms 61.

L’entrée des stèles des missions Sainte-Marie et Babelon-Reinach est signalée dans le registre K, n° 1899 des acquisitions 1868-1882 en juillet 187623 et le document intitulé « Inventaire et numérotage des stèles puniques24 » établit, lorsqu’il s’agit de stèles inscrites, la correspondance entre les numéros des stèles puniques de la Bibliothèque nationale (toutes missions confondues) et les numéros du CIS. Nous avons pu compléter les données de ce registre avec les photographies prises à la Bibliothèque nationale des stèles anépigraphes retrouvées dans les archives du Cabinet du Corpus Inscriptionum Semiticarum.

Stèles anépigraphes décorées de mains à la Bibliothèque nationale, photographie d’avant 1913. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, cabinet du Corpus Inscriptionum Semiticarum.
Stèles anépigraphes à la Bibliothèque nationale, photographie d’avant 1913. Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, cabinet du Corpus Inscriptionum Semiticarum.

Les ex-voto puniques de la Bibliothèque nationale sont par la suite déposés au musée Guimet suivant l’arrêté ministériel du 6 décembre 191325, avant d’être proposés au musée du Louvre26. Ils y sont en effet déplacés, à la suite du décret de 1945 instituant le musée Guimet comme « département des Arts asiatiques ». Le transfert de l’ensemble des œuvres « hors Asie » a lieu le 27 avril 1950 au profit des différents départements du Louvre.

Vue de la présentation de stèles puniques de Carthage au Louvre (salle 313).

On ignore la raison pour laquelle quinze stèles de la mission Sainte-Marie, dix stèles de la mission Babelon-Reinach et une stèle de la collection Le Blant n’ont pas suivi les quelques mille autres stèles dans leur déplacement entre musées et réserves. Elles sont restées au Cabinet des Médailles, fidèles au destin souhaité par Evariste Pricot de Sainte-Marie, Ernest Babelon, Salomon Reinach et Edmond Le Blant.

Hélène LE MEAUX



Citer ce billet
Hélène Le Meaux (2024, 30 janvier). Vingt-six stèles puniques de Carthage au Cabinet des Médailles et Antiques. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vpp8

  1. BnF, MMA, Inv.54.pun.26. []
  2. Inventaire des 13 stèles Sainte-Marie actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : Inv. 54.pun.1 = S.M.1515 = B.N.14 = CIS 183 ; inv.54.pun.10 = S.M.475 = B.N.61 = CIS 1083 ; inv.54.pun.11 = S.M.2120 = B.N.8 = CIS 1576 ; Inv. 54.pun.12 (CIS 1826) ; inv.54.pun.13 = S.M.1863 = B.N.60 = CIS 1863 d’après inv. BN-CIS ; inv.54.pun.14 ; inv.54.pun.15 = CIS 1886 ; inv.54.pun.16 = B.N. 1655 ; inv.54.pun.2 = S.M.76 = B.N. 55 = CIS 617 ; inv.54.pun.3 = S.M. 77 = B.N. 59 = CIS 618 ; inv.54.pun.4 = S.M. 524 = B.N. 72 = CIS 689 ; inv.54.pun.6 = S.M. 1671 = B.N. 109 = CIS 838 ; inv.54.pun.7 = S.M. 2128 = B.N. 27 = CIS 916 ; inv.54.pun.8 = S.M. 919 = B.N. 15 = CIS 919 ; inv.54.pun.9 = S.M. 2150 = BN. 1 = CIS 921. []
  3. Inventaire des 13 stèles Babelon – Reinach actuellement conservées à la Bibliothèque nationale, MMA : inv.54.pun.18 (B.N. 1716, CIS 2130), inv.54.pun.19 (B.N. 1690, CIS 2166), inv.54.pun.20 (B.N. 1663, CIS 2170), inv.54.pun.21 (B.N. 1603, CIS 2174), inv.54.pun.22 (B.N. 1626, CIS 2180), inv.54.pun.23 (B.N. 1667), inv.54.pun.25 (B.N. 1675), inv.54.pun.26 (CIS 2204), inv.54.pun.27 (B.N. 1720, CIS 2207), inv.54.pun.28 (B.N. 1726). []
  4. Inv.54.pun.29. []
  5. Arrêté du 23 mars 1874. Lors de la séance de l’Académie des inscriptions et belles-lettres du 27 mars 1874, Ernest Renan donne lecture des instructions qu’il a rédigées, au nom de la commission des inscriptions sémitiques, pour diriger les recherches de Sainte-Marie sur les inscriptions puniques de Carthage et des environs, « Informations diverses », CRAIBL, 18e année, no 1, 1874. []
  6. Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 40. []
  7. Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 11-12 : « J’avais hâte, en effet, de faire passer sous les yeux de la commission du Corpus, en dehors des estampages, les inscriptions si promptement et si heureusement trouvées » (p. 12); Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 85. []
  8. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7, de 1851 à 1890 : le 23 septembre 1974, Sainte-Marie se voit refuser par le ministère de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts un financement supplémentaire pour l’expédition des pièces archéologiques ; courrier daté du 21 septembre 1874 du ministère (bureau des travaux historiques et des sociétés savantes) adressé au directeur des Beaux-Arts : crédit spécial pour la prise en charge des frais de transport des divers objets d’antiquités phéniciennes de Tunis pour le Louvre. L’archéologue demande un « crédit alloué pour pouvoir faire l’acquisition d’objets intéressants qui lui seraient apportés par les Arabes » après son envoi en France en juin 1874 de deux chapiteaux corinthiens et d’une stèle acquis à Tunis. Sainte-Marie renouvelle sa demande de crédit pour les envois de l’année 1875. Lettre du directeur des Musées nationaux au ministre de l’Instruction publique datée du 22 juin 1874 au sujet de l’insuffisance des crédits ; CRAIBL, séance du 18 décembre. []
  9. Statue de Sabine MNB 957, Hermès Ma 1839, Ma 1834 et Ma 1835 (musée du Louvre, département des Antiquités grecques, étrusques et romaines). []
  10. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890) : Courrier de Sainte-Marie adressé le 5 octobre 1875 à M. Wallon, ministre de l’Instruction publique. []
  11. M. Guérout et J.-P. Laporte, Le Magenta, du naufrage à la redécouverte (1875-1995), Paris, 2018. []
  12. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890) ; Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 134-135. []
  13. Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 134. []
  14. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890) : Lettre adressée par le vice-amiral commandant en chef, préfet maritime Penhoat à Sainte-Marie le 15 décembre 1875 depuis le port de Toulon ; Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 135. []
  15. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890) : Lettre du 3 mars 1876 adressée au directeur du musée du Louvre de la part du ministère : « L’administrateur général de la Bibliothèque nationale m’annonce qu’il a reçu les inscriptions retrouvées dans le sauvetage du Magenta qu’avait envoyées Sainte-Marie. » []
  16. Citation de l’article de Berger du 15 avril 1876 dans Sainte-Marie, Mission à Carthage, Paris, 1884, p. 86-88, en particulier p. 87. []
  17. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890) : Courrier du ministère de l’Instruction publique (Louvre) à la Bibliothèque nationale daté du 1er mars 1876 au sujet des quatre caisses arrivées de Marseille. []
  18. Pierrefitte, Archives des musées nationaux, 20140044/7 (1851-1890), lettre du 11 mars 1876 du directeur des Musées nationaux à l’administrateur général de la Bibliothèque nationale : « J’ai reçu dernièrement au Louvre plusieurs caisses d’objets antiques envoyés de Tunisie par Sainte-Marie. Parmi ces objets se trouvent environ 100 stèles votives qui auraient dû vous être adressées, car c’est à la Bibliothèque nationale que les destinait le donateur »; lettre du 4 mars 1876 : sur la confusion des destinations des inscriptions (environ cent stèles votives et deux inscriptions (grecque, latine); lettre du 13 mars 1876 de l’administrateur général au directeur des Musées nationaux : « Je m’empresse de vous remercier de l’obligeante proposition que vous voulez bien me faire d’envoyer à la Bibliothèque nationale les stèles votives que Sainte-Marie nous destinait et qui vous ont été portées par erreur. De notre côté nous tenons à votre disposition les deux inscriptions appartenant au Louvre qui étaient contenues dans les caisses que nous avons ouvertes. Elles seront remises aux agents que vous aurez la bonté d’adresser à la Bibliothèque, rue de Richelieu, de 10 heures à 4 heures »; lettre du 22 mars 1876 : reçu de la direction des Musées nationaux trois caisses contenant cent deux stèles votives données à la Bibliothèque nationale par Sainte-Marie. []
  19. S. Reinach et E. Babelon, « Recherches archéologiques en Tunisie (1883-1884) », Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, p. 7-8. []
  20. S. Reinach et E. Babelon, « Recherches archéologiques en Tunisie (1883-1884) », Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, p. 9-10. Les informations publiées en 1886 se retrouvent en partie dans les Archives de la bibliothèque de l’Institut (Ernest Babelon Ms 8526 3c) où le manuscrit intitulé Journal de fouilles d’Ernest Babelon en Tunisie en 1883-1884 est conservé. Les archives du cabinet du Corpus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres (dossier 20) conservent un cahier intitulé « ΡΕΙΝΑΧΟΥ ΕΜΙΟΣ ΜΕ ΕΚΛΕΨΗΙ ΑΠΟΤΕΙΣΕΙ » composé de huit cent quatre fiches manuscrites. []
  21. S. Reinach et E. Babelon, « Recherches archéologiques en Tunisie (1883-1884) », Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques, 1886, p. 10. []
  22. S. Reinach et E. Babelon, « Recherches archéologiques en Tunisie (1883-1884) », Bulletin archéologique. Comité des travaux historiques et scientifiques,1886, p. 9. []
  23. Nous remercions très chaleureusement Mathilde Avisseau-Broustet, conservatrice au département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale, de nous avoir généreusement fourni ces informations et Louise Détrez, conservatrice dans la même institution pour son attentive relecture. []
  24. BnF, MMA, Ms 61. []
  25. Archives de la Bibliothèque nationale, MMA, 23 ACM 7, 1912 : brouillon d’une lettre adressée par Babelon à l’administrateur général concernant le dépôt des monuments puniques au musée Guimet. Archives de la Bibliothèque nationale, MMA, 24 ACM 1 : 1913 : cession de monuments par le département des Médailles, transfert des stèles puniques au musée Guimet ; 5 novembre 1913, lettre de Babelon à René Dussaud, conservateur adjoint des Antiquités orientales du Louvre. Lettre d’Émile Guimet à Babelon, 4 juin 1913 : demande des nouvelles concernant le choix des monuments pour l’envoi au musée Guimet (stèles phéniciennes, papyri grecs…). []
  26. Archives des musées nationaux (1876-1912) F/17/3470 : Acquisitions par voies extraordinaires (copies, transferts, restitutions). Émile Guimet offre au Louvre le choix des stèles puniques qui seront mises à la disposition du musée Guimet (23 novembre 1913) 20144795/37. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.