Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II

Archive : Image du mois de janvier 2024

Multiple de 4 ½ solidi de Licinius II, 319 ap. J.-C. (BnF, MMA, fonds général.21) © Bibliothèque nationale de France (remerciements à Christophe Petit)

A l’occasion de la nouvelle année, les Romains avaient pour coutume d’offrir des présents (strenae, d’où nos étrennes). L’empereur ne dérogeait pas à la règle et distribuait alors à son entourage de spectaculaires monnaies d’or, comme ce médaillon frappé en 319 au nom de Licinius II. Son poids de 20 g fait de cette monnaie exceptionnelle un multiple valant 4 ½ solidi (le solidus, l’unité en or, pèse environ 4,5 g). Sa valeur d’échange était à la hauteur de son caractère honorifique.

L’iconographie du revers est de circonstance puisqu’elle représente les quatre saisons de l’année. Les Romains représentaient parfois les saisons sous la forme d’allégories féminines, comme sur le « Vase des Saisons » exposé dans le Musée de la BnF. Le type monétaire, apparu à la fin du IIe siècle ap. J.-C., montre quant à lui des personnages masculins engagés dans une danse, des Génies plutôt que des enfants à en juger par leur musculature développée. De gauche à droite se succèdent les saisons dotées d’attributs : le Printemps porte un panier de fleurs sur la tête ; l’Été joue de sa faucille pour moissonner ; l’Automne retient un chevreau de la main droite et porte une assiette de fruits dans la main gauche, symbolisant notamment les vendanges ; l’Hiver, vêtu de la tête aux pieds contrairement aux autres Génies nus, porte sur l’épaule droite une branche à laquelle sont suspendus deux canards et tient un lapin de la main gauche pour évoquer la chasse. La scène illustre le renouvellement cyclique des ressources prodiguées par la nature. En découlent les « temps heureux » invoqués à travers la légende FELICIA TEMPORA.

Alabastre, « Vase des Saisons », fin Ier s. av. J.-C. – début Ier s. ap. J.-C. (BnF, MMA Camée.623) © Serge Oboukhoff

L’empereur est le garant de ce bonheur universel. La stabilité de l’Empire est alors pourtant vacillante. Au moment où ce médaillon est frappé, à la fin des années 310, le gouvernement de l’Empire est partagé entre deux camps rivaux. Constantin Ier et ses fils, Crispus et Constantin II, contrôlent les provinces occidentales tandis que Licinius Ier et son fils Licinius II ont la main sur la partie orientale de l’Empire. Le médaillon à l’effigie de Licinius II a été frappé à Aquilée, au Nord-Est de l’Italie, comme l’indique la marque MAQ (pour Moneta Aquileiensis) à l’exergue du revers. Cet atelier était placé sous le contrôle de Constantin Ier. Celui-ci met en avant le fils de son « collègue » Licinius Ier. Au droit de la monnaie, le jeune Licinius II, bien qu’il n’ait pas encore 10 ans, est représenté en commandant en chef des armées. Son impressionnant buste est revêtu d’une cuirasse, elle-même recouverte du manteau militaire (paludamentum). Il tient une lance de la main droite et un globe surmonté d’une victoire, symbole de pouvoir, dans la main gauche.

Cet hommage rendu à Licinius II intervient au moment où celui-ci revêt le consulat, la plus haute magistrature de l’administration romaine. Les consuls sont appointés le 1er janvier de chaque année. Au milieu du Ier siècle av. J.-C., Jules César avait d’ailleurs avancé la date du début de l’année, traditionnellement située le 1er mars, au 1er janvier pour la faire coïncider avec l’entrée en fonction des consuls. Le fait que ce médaillon ait été frappé par Constantin dans son atelier le plus oriental, situé à proximité de la frontière avec le domaine de Licinius, n’est sans doute pas un hasard. Il est tout à fait possible que les monnaies de ce type (deux exemplaires nous sont parvenus, le deuxième étant conservé au British Museum) aient été destinées en priorité à être offertes à Licinius et à sa cour pour le Nouvel An.

Ce médaillon illustre donc l’entente qui existait alors entre les deux camps, malgré une première guerre civile qui avait eu lieu quelques années plus tôt. Mais la référence aux temps heureux relève de la pure rhétorique car Constantin savait les jours de Licinius père et fils comptés. En 321, les hostilités reprennent avec pour prétexte la nomination des consuls de l’année, une question décidément sensible. La guerre qui s’ensuit aboutit à l’exécution de Licinius Ier en 325 et à celle de son fils peu de temps après. Constantin pouvait désormais installer sa dynastie à la tête de tout l’Empire. Felicia Tempora !



Citer ce billet
Vincent Drost (2024, 1 février). Le Nouvel An et les « temps heureux » selon les Romains : un médaillon d’or de Licinius II. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vqau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.