Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner

Il y a presque un siècle la collection Froehner faisait son entrée au sein du Cabinet des Médailles1. Cet ensemble archéologique conséquent (env. 3500 œuvres) mêlant petits objets de valeur, statuettes, bijoux, inscriptions, « constitue, pour le Cabinet des médailles, un enrichissement de premier ordre, comparable pour la qualité, au don du duc de Luynes »2. Si ce n’est ni dans son caractère esthétique, ni dans son aspect spectaculaire que s’exprime la qualité de la collection de ce chercheur allemand, c’est bien dans son intérêt scientifique. La collection Froehner est en effet celle d’un antiquaire qui a vécu dans la France de la Belle Époque : historien de l’antiquité, archéologue, philologue, numismate et quelque peu byzantiniste, Wilhelm Froehner (1834-1925) était tout cela à la fois, avec une prédilection nettement marquée pour l’antiquité classique. Ses intérêts multiples l’ont conduit à rassembler, dans une accumulation digne de celle d’une Schatzkammer3 princière allemande, des petits objets archéologiques divers sur les plans typologiques, chronologiques, matériels et fonctionnels, le plus souvent inscrits. La collection Froehner nous invite ainsi à passer du strigile en bronze au manche de fouet de cocher en ivoire, du timbre amphorique grec à l’intaille d’époque romaine, du plat en sigillée au décret impérial en grec, de la balle de fronde en plomb à la bague osque en or, dans un mélange parfois déroutant. Comment classer, étudier, conserver un tel ensemble, d’aspect si hétéroclite ?

Alice Grégoire, Buste de Wilhelm Froehner, 1870, BnF MMA buste 1 sur Gallica

Le système de classement choisi de la collection Froehner au sein du Département des Monnaies, médailles et antiques est celui des matériaux, avec les objets relevant de la glyptique, ceux en terre cuite, en verre, en ivoire ou os, en bronze, en pierre, en plomb, en bois et en métal précieux. Si ce cadre de classement scientifique, motivé par des choix de conservation, permet d’intégrer parfaitement la collection au sein des autres ensembles du département, il présente aussi quelques limites, car d’une certaine manière il « cloisonne » des objets qui, dans l’Antiquité, pouvaient être rapprochés, ou qui au sein de la collection, pouvaient être réunis, associés par Froehner. Ce « cloisonnement » a été en partie pondéré par des études, qui intégraient certains objets à des corpus plus vastes et signifiants sur le plan archéologique, comme ceux des objets byzantins ou des intailles magiques4, ou qui étaient uniquement consacrées à certaines catégories spécifiques et réduites de la collection, comme les balles de fronde en plomb ou les tessères consulaires en ivoire ou os5. Ces études scientifiques, nécessaires et fondamentales, ne permettent malheureusement pas d’avoir une vue d’ensemble de la collection. Ce double-constat conduit à repenser notre approche de la collection Froehner, dans sa globalité, tout en essayant de conserver la précision que permet l’étude scientifique d’une petite série d’objets. Ce billet propose l’esquisse, certes très imparfaite, de quelques nouvelles pistes « panoramiques » de classement des objets de la collection Froehner.

Exemple d’objet de la collection Froehner : camée en verre représentant Arsinoé II assimilée à Aphrodite, Égypte, 270 av. J.-C., BnF, MMA Froehner.2083

 

Les croyances : entre magie et religion

Les croyances antiques étaient diverses, à l’image de la richesse des panthéons gréco-romains, et les témoignages des pratiques religieuses ou magiques sont assez nombreux au sein de la collection Froehner. Certaines catégories d’intailles, nommées abraxas, possèdent une valeur magique assumée qui étaient très appréciées par les militaires romains, ce qui explique que l’on en retrouve dans tout l’empire. Les abraxas de la collection Froehner ont été récemment étudiés6, et d’autres productions de la glyptique font aussi partie de ces objets porteurs d’un effet magique, comme le montre ce grylle de la collection (Froehner.2719) ou encore les amulettes égyptiennes, qui pouvaient être utilisées aussi bien dans l’Égypte pharaonique que dans la Rome impériale. Dans ce monde des croyances gréco-romaines, les tablettes de sort jouent un rôle particulier. En plus de quelques exemplaires en plomb traditionnels7, Froehner a réussi à rassembler un certain nombre de feuilles d’or aux inscriptions magiques (peut-être de defixio), beaucoup plus rares du fait de la préciosité du matériau employé8.

En parallèle de ces pratiques magiques qui s’exerçaient dans un cadre plutôt intime, une religion plus classique et officielle existait, comme le montre le relief de Mithra de la collection9 ou les deux stèles avec dédicace à Zeus Olbias10, dieu de paysans, invoqué tant pour les bêtes que pour les gens. Dans ces pratiques religieuses, on peut citer aussi l’ensemble assez remarquable de petits bronzes animaliers votifs provenant des fouilles du Cabirion de Thèbes11, ou encore l’ex-voto anatomique issu de l’ancienne collection Pozzi12.

Intaille en jaspe rouge avec grylle, IIe-IIIe s., BnF, MMA Froehner.2719

 

Bellum gerere13

La collection contient quelques témoignages d’objets liés à la guerre, comme les balles de fronde en plomb à inscriptions grecques14 ou le demi-casque apparemment de type illyrien envoyé de Munich par Jacob Hirsch en 190915. D’autres objets ont pour iconographie la guerre, comme les quelques fragments de vase attique à figures rouges16 ou le bol hellénistique AA.Froehner.14 avec son décor moulé représentant une série de combats de guerriers, portant casques, boucliers, cuirasses et lances. À cette catégorie, il est possible d’ajouter les inscriptions latines mentionnant un soldat romain, comme la stèle du soldat Aurelius Verus (Froehner.V.187) ou la plaque en forme de tabula ansata au nom d’un centurion de la 4e cohorte urbaine de nuit, puis de la 15e cohorte urbaine de jour (Froehner.V.199).

Fragments de coupe attique à figures rouges avec Achille armé jouant aux dés devant un palmier, fin de l’époque archaïque, BnF, MMA Froehner.1582-1585 (c) C2RMF/M. Bourguet

Vie publique

Froehner a collecté au long de sa vie des objets dont le caractère renvoie à un usage public, ou à l’exercice d’une fonction au sein de la vie de la cité antique. À ces derniers appartiennent les tessères d’héliastes, ces derniers étant les membres des tribunaux grecs dans l’Antiquité. Ils étaient désignés par l’ecclésia. Les tessères de la collection Froehner sont toutes en bronze et constituent des témoins archéologiques de cette vie grecque dans ce qu’elle avait de plus quotidienne17.

Froehner a également collecté des décrets officiels, sur marbre, destinés à être lus publiquement ou du moins affichés aux yeux du plus grand nombre, comme le décret de Théangela18, ou le fameux décret sur les violations de sépulture, réputé provenir de Nazareth19, mais qui proviendrait plutôt de Cos, datant de l’époque augustéenne (ce qui expliquerait le nombre important de latinismes présents dans le texte grec).

Décret sur les violations de sépulture en marbre, Ier s., BnF, MMA Froehner.VIII.13

 

Antiqui ludi20

Les jeux occupaient une place particulière au sein des sociétés antiques : astragales, jeux de dés, pions et autres objets liés au divertissement de masse comme les jeux du Cirque. Froehner possédait dans sa collection des objets tout à fait intéressants qui témoignent de ces différentes pratiques. Outre les deux osselets inscrits, rares et difficilement compréhensibles (lien possible avec des rites divinatoires et des procédures de jeu)21 qui font penser aux astragales, il faut citer le cas de deux dés icosaèdres (Froehner.IX.324 et Froehner.VIII.156). Ces deux polyèdres, portant gravées les lettres grecques allant d’A à Y (correspondant aux chiffres 1 à 20) sur douze faces, pourraient faire penser aux dés plus classiques également présents dans la collection22, mais la numération spécifique employée renvoie à l’arithmomancie ou la divination par les nombres23.

Et que dire de toutes les tessères rondes en ivoire, ces pions de jeu avant tout alexandrins et diffusés en Italie à la fin de la République et sous les Julio-Claudiens24, dont Froehner a rassemblé, selon ses dires, la plus grande collection au monde ?

Une petite spécificité est l’intérêt que Froehner a porté vers la fin de sa vie aux manches de fouet de cocher de cirque25, objets en ivoire plutôt tardifs datables des IVe-Ve siècles, dont trois ont été obtenus à Rome auprès de l’archéologue et marchand austro-hongrois Luigi Pollak26.

Dé icosaèdre en grès provenant d’Égypte, IIe s. av. J.-C., BnF, MMA Froehner.VIII.156

Artisanat et commerce

Le monde artisanal et économique antique faisait également partie des grandes préoccupations de Froehner, depuis sa thèse de doctorat consacrée aux noms de potiers de sigillée gallo-romaine de la vallée du Rhin supérieur27 ou comme le montre son goût pour la numismatique28, science auxiliaire pour l’étude de l’économie.

Froehner a collecté un certain nombre d’objets archéologiques possédant des marques d’artisans ou de fabricants ou de propriétaires d’officines artisanales, comme des verres29, des fragments de sigillée30 ou le moule étrusque avec le nom de l’artisan inscrit au revers, Lufcies Aninies (Froehner.1952). Outre les objets portant les inscriptions des artisans, Froehner s’est également intéressé aux objets qui permettaient d’apposer ces marques. 94 signacula en bronze sont présents au sein de la collection31, et font partie de ces sceaux latins ou byzantins destinés à marquer la propriété d’un objet, et dont l’étude typologique a été faite récemment32.

Les échanges commerciaux sont également bien représentés au sein de la collection essentiellement par la catégorie des anses d’amphore estampillées en grec (349 exemplaires), dont un catalogue manuscrit avait été rédigé par Virginia Grace en 1951. Porteurs de formulaires stéréotypés, ces timbres amphoriques présentent un intérêt certain pour l’étude du commerce dans la partie orientale du bassin méditerranéen, apparemment de l’époque impériale. Avec l’essor du commerce et l’usage de plus en plus répandu de la monnaie dans les sociétés grecque classique et surtout hellénistique, puis romaine impériale, les poids monétaires jouèrent un rôle important pour contrôler le bon aloi des monnayages en circulation. La collection Froehner en possède env. 130, en alliage cuivreux, en plomb ou en verre, d’époque grecque, romaine ou byzantine33.

Fragment d’anse en verre avec poucier estampillé sur les deux côtés avec nom en latin et grec du verrier Artas de Sidon, Ier s., BnF, MMA Froehner.1395

 Le monde des morts

Le funéraire occupe une place prépondérante dans l’archéologie classique, et bien des objets proviennent de ce type de contexte, qu’il s’agisse de réceptacles et marqueurs de tombes ou d’objets qui étaient produits ou utilisés lors des funérailles, accompagnant les défunts dans l’au-delà. La collection Froehner compte un certain nombre de ce type de documents, sous forme d’inscriptions funéraires grecques, latines ou encore étrusques.

Quelques exemples : la stèle funéraire d’époque impériale de Maximos Dionysios découverte en Thrace (Froehner.VIII.21), dont l’épitaphe en grec, selon Louis Robert, serait celle d’un grammairien, d’un rhéteur ou d’un philosophe plutôt que celle d’un médecin34 ; l’hydrie de Hadra (cimetière alexandrin), dont l’inscription en grec nous apprend que le vase renfermait les cendres de Phylain d’Étolie, probablement un mercenaire à la solde de Ptolémée II (Froehner.1645) ou encore le cippe funéraire Froehner.IV.171, en forme de buste féminin drapé et marquant l’endroit de la sépulture, découvert en 1870 à Préneste, qui porte l’inscription GEMINIA.C.F / CN.VATRONI.VXOR d’époque républicaine. Quant au miroir étrusque fragmentaire avec représentation de quatre personnages (Froehner.914) avec l’inscription śuθina au dos, qui signifie « appartenant à la tombe », il faisait partie de ces productions qui étaient destinées à former les mobiliers funéraires des élites étrusques de la fin de l’époque classique et du début de l’époque hellénistique.

Miroir étrusque en bronze avec inscription funéraire au revers, première moitié du IIIe s. av. J.-C., BnF, MMA Froehner.914

 

Mot conclusif

Ce billet, par l’intermédiaire de ce petit essai de classification des objets archéologiques de la collection Froehner, vise à redonner un sens à ces objets archéologiques décontextualisés, qui ne perdent pas pour autant leur caractère instructif sur les pratiques, croyances et modes de vie des peuples antiques. De nombreuses pistes sont encore à explorer, à affiner, de nouvelles catégories sont à créer et comme tout système de classification, celui-ci présente des défauts, car certains objets peuvent s’interpréter de différentes manières. Une part d’arbitraire demeure dans l’analyse et la compréhension de la collection Froehner, qui n’a pas encore livré tous ses secrets.

image mise en avant: manche de couteau ou de fouet en os romain du IVe s., BnF MMA Froehner.888



Citer ce billet
Nicolas Perru (2023, 31 décembre). Une « Schatzkammer » des petites antiques au Département des Monnaies, médailles et antiques ? Nouveaux regards sur la collection Froehner. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vejt

  1. Enregistrement : le 18 décembre 1929, n° 12702 du registre Y. []
  2. Salomon Reinach, « A propos de W. Froehner », Revue archéologique, juillet-septembre 1925, p. 140-154 en ligne sur Gallica. []
  3. « salle du trésor » en allemand. []
  4. Un certain nombre d’objets byzantins Froehner ont été étudiés dans le Catalogue d’exposition Byzance. L’art byzantin dans les collections publiques françaises [exposition, Paris, musée du Louvre, 3 novembre 1992 – 1er février 1993] ; sous la direction de Jannic Durand, Paris, RMN, 1992 et les intailles magiques dans Attilio Mastrocinque, Les intailles magiques du département des Monnaies, Médailles et Antiques, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2014 en ligne sur Openedition. []
  5. Marie-Christine Hellmann, « Collection Froehner : balles de fronde grecques », Bulletin de correspondance hellénique, vol. 106, livraison 1, 1982, p. 75-87 en ligne sur Persée.fr, et Jean Babelon, « Les tessères consulaires ou « tesserae nummulariae » du Cabinet des Médailles », Aréthuse, fascicule 18, 1928, p. 6-18 et pl. II en ligne sur Gallica. []
  6. Attilio Mastrocinque, op. cit. []
  7. AA.Froehner.15 à AA.Froehner.19. []
  8. Froehner.1204 à Froehner.1208 ainsi que Froehner.1210 et Froehner.1211. []
  9. Froehner.X.488. []
  10. Froehner.VIII.15 et Froehner.VIII.16. []
  11. Froehner.712, Froehner.713, Froehner.714 et Froehner.715b. []
  12. Froehner.XII.755. []
  13. « conduire la guerre » en latin. []
  14. Inscrites, et si l’on suit l’étude de Marie-Christine Hellmann parue dans le BCH en 1982 (op. cit.), elles sont au nombre de 49. []
  15. Froehner.VII.582. []
  16. Froehner.1581 ; Froehner.1582-1585 ; Froehner.1615. []
  17. Par exemple : Froehner.VIII.109 ; Froehner.626.a à Froehner.626.c ; Froehner.623 à Froehner.626. []
  18. Froehner.VIII.54. []
  19. Froehner.VIII.13. []
  20. « jeux antiques » en latin. []
  21. Barbara Carè, « Osselets inscrits », catalogue d’exposition Ludique. Jouer dans l’antiquité [exposition, Lyon, Lugdunum-musée et théâtres romains, 20 juin – 1er décembre 2019] ; sous la direction de Véronique Dasen, Gand, Snoeck, 2019, p. 106-107. []
  22. Comme les Froehner.858aFroehner.860, Froehner.862, Froehner.863Froehner.864, Froehner.865, Froehner.866 et Froehner.867. []
  23. Fabio Spadini, « Polyèdres, jeu ou divination », idem, p. 112-113. []
  24. Chiara Bianchi, « Les jetons historiés dits « alexandrins » : bilan et propositions », Véronique Dasen et Marco Vespa (dir.), Play and Games in Classical Antiquity. Definition, Transmission, Reception. Jouer dans l’Antiquité classique. Définition, Transmission, Réception, Liège, presses universitaires de Liège, 2021, p. 179-203, en ligne sur academia. []
  25. Par exemple les Froehner.888, Froehner.886, Froehner.886a. []
  26. Lettres de Rome datées des 17 mai et 31 octobre 1909, Weimar, Goethe- und Schiller-Archiv, GSA 107/566, lettres de Luigi Pollak à Wilhelm Froehner pour l’année 1909. []
  27. Inscriptiones terrae coctae vasorum…, Göttingen, Dieterich, 1858, ‘Froehner, Wilhelm: Inscriptiones terrae coctae vasorum intra Alpes, Tissam, Tamesin repertas’, Image 1 of 118 | MDZ (digitale-sammlungen.de). []
  28. Sur ce point, voir notamment Marie-Christine Hellmann, Olivier Masson, « Wilhem Froehner numismate », Revue numismatique 36, 1994, p. 308-329, en ligne sur Persée.fr. []
  29. Par exemple, le Froehner.VIII.65. []
  30. Par exemple, le Froehner.XI.612a. []
  31. Marc-Adrien Dollfuss, « Les cachets de bronze romains », Bulletin archéologique du comité des travaux historiques et scientifiques, nouvelle série, 3, année 1967, Paris, Bibliothèque nationale de France, 1968, p. 117-161 version numérisée consultable en bibliothèque de recherche à la BnF. []
  32. Giulia Baratta, « Il signaculum al di là testo : la tipologia delle lamine », dans Alfredo Buonopane et Silvia Braito (dir.), INSTRVMENTA INSCRIPTA V Signacula ex aere. Aspetti epigrafici, archeologici, giuridici, prosopografici, collezionistici, actes du colloque international, Vérone, 20-21 septembre 2012, Rome, Bardi Editore, 2014, p. 101-131. []
  33. Adolphe Dieudonné, « Poids du Bas-Empire et byzantins des collections Schlumberger et Froehner et de l’ancien fonds du Cabinet. Pl. I et II. », Revue numismatique, 4ème série, t. 34, 1931, p. 11-22 en ligne sur la bibliothèque de l’ENC. []
  34. Louis Robert, Collection Froehner I, inscriptions grecques, Paris, Éditions des Bibliothèques nationales, 1936, p. 56-57, n° 46 en ligne sur Gallica. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.