Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger

Le vendredi 1er décembre 2023 se tient à l’École française de Rome, ouverte au public piazza Navone et en ligne, la journée d’étude “Bibliothèques de recherche à Rome (1860-1930) : les fondements d’une collection documentaire d’exception.”

Co-organisé par l’École française de Rome et la British School at Rome avec le soutien du Centre Gabriel Naudé (EA 7286, Enssib), dans le cadre des célébrations pour le 150e anniversaire de l’École française de Rome, l’évènement donne la parole aux bibliothèques d’instituts d’archéologie et d’histoire, allemand (Deutsches Archäologisches Institut Rom), américain (American Academy in Rome), belge (Academia Belgica), britannique (British School at Rome), espagnol (Escuela Española de Historia y Archeología), français (École française de Rome), néerlandais (Koninklijk Nederlands Instituut Rome), installés à Rome. Ces expériences sont comparées à celles des bibliothèques britannique et française qui furent fondées respectivement à Athènes et au Caire, pour la British School at Athens et l’Institut français d’archéologie orientale.

La bibliothèque de l’IFAO

Le cas de la bibliothèque de l’École française du Caire, futur IFAO, est emblématique du rôle indispensable alloué à la structure documentaire destinée à accompagner les recherches et la formation des jeunes membres pour l’étude et la collecte des inscriptions et observations sur le terrain égyptien, à la suite du grand œuvre d’Auguste Mariette sur place.

En janvier 1881, Gaston Maspero arrive au Caire. Dès 1873, il avait songé à une école française à l’image de celles d’Athènes et de Rome. Dans l’intervalle, différents acteurs suggèrent des projets similaires. Auguste Mariette est très malade et des rumeurs font craindre que le Service des Antiquités égyptiennes et le Musée égyptien de Boulaq n’échappent à l’influence française.

Xavier Charmes, chef de la division du secrétariat au ministère de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, y voit une opportunité pour appuyer auprès de Jules Ferry le nom de Maspero. Il charge ce dernier d’établir une mission permanente le 13 novembre 1880. Le 10 décembre 1880:

La commission [des voyages et missions scientifiques] est d’avis qu’il faut réserver 3000 francs pour la mission que M. Maspero va entreprendre en Égypte. De cette mission doit naître l’École française du Caire1

Dans les divers projets soumis, la bibliothèque est prévue d’abord avec un budget annuel de 5.000 francs, ramenés à 3.000 francs au moment du décret de fondation. L’établissement d’une bibliothèque est conçu comme le passage crucial pour marquer intellectuellement et physiquement cette installation d’une mission permanente au Caire,

Une sorte de grande khan scientifique, avec une riche bibliothèque

Le Caire est alors perçu comme

le point indiqué comme centre, non seulement des études égyptologiques, mais aussi des études relatives à la Syrie, à l’Arabie, à l’Abyssinie et à toutes les régions du Nord de l’Afrique

note Ernest Renan dans son rapport du 6 décembre 1881 favorable au projet soumis par Maspero.

Liste d’imposition de la fin du 2e s., BnF, Manuscrits, Copte 135, f. 3v

L’École, placée sous la tutelle du Ministère de l’Instruction publique, maintient des liens importants avec la France et notamment la Bibliothèque nationale. Les documents des décennies 1880-1900 conservées sous les cotes F17 2930 à 2932, 4148, 13602 à 13604 aux Archives nationales, mentionnent ainsi des manuscrits égyptiens, grecs, coptes et arabes sur papyrus, parchemin ou papier acquis ou copiés sur le budget de la bibliothèque du Caire et proposés à Léopold Delisle, alors administrateur général de la BN. Le dépouillement de ces archives et l’étude de l’histoire de l’IFAO continuent de contribuer à enrichir la connaissance et la documentation de l’histoire des collections qui furent proposées ou sont encore conservées en France.

Pour une histoire des bibliothèques d’instituts étrangers

La journée d’étude permet de poser le contexte des bibliothèques de recherche installées sur un territoire étranger et de s’intéresser en particulier aux premières décennies de leur fonctionnement, dans un arc chronologique assez large, des années 1830 aux lendemains de la Première Guerre mondiale.

L’histoire des « instituts » étrangers à Rome (institut est ici employé au sens large) est le résultat d’opportunités (ou absences d’opportunités) de recherche et de disponibilité des sources. Cette histoire est aussi le reflet de la place de la recherche en histoire, art et histoire de l’art dans l’histoire intellectuelle et culturelle de chacun des pays représentés. Le décentrage de la réflexion hors de Rome, consistant à envisager certaines de ces bibliothèques comme éléments de réseaux nationaux, permet d’aborder la question de l’influence du réseau national sur la constitution d’une collection documentaire et sur les attentes des lecteurs vis à vis de ces bibliothèques.

Sept bibliothèques de recherche du territoire romain et deux bibliothèques installées au Caire et à Athènes sont invitées à discuter de leurs histoires respectives dans un dialogue avec Andrea De Pasquale, du Ministère de la culture italien, spécialiste de l’histoire des bibliothèques italiennes.

Pour en savoir plus:



Citer ce billet
Antiquité BnF (2023, 30 novembre). Journée d’étude: les bibliothèques de recherche d’archéologie et d’histoire à l’étranger. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sn

  1. Archives nationales F17 29301 p.12 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.