Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914)

Dans ma nouvelle publication Quo vadis, Cabiria and the ‘Archeologists’, j’examine la manière dont les premiers longs métrages italiens sur l’Antiquité tels que Quo vadis? (1913) et Cabiria (1914) se sont appropriés la culture du XIXsiècle : la littérature, le théâtre et – surtout – la peinture d’artistes ‘archéologistes’ tels que Jean-Léon Gérôme, Lawrence Alma-Tadema et Georges-Antoine Rochegrosse. J’ai également cherché à explorer, notamment pour Cabiria, le rapport entre l’iconographie du cinéma et l’état de l’archéologie et des collections muséales au début du XXsiècle. Pour l’épopée Cabiria, qui se déroule en Sicile, à Carthage et à Cirta (l’actuelle Constantine) pendant la deuxième guerre punique (218-201 av. J.-C.), il s’agissait de rechercher des études sur l’archéologie de Carthage de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mais aussi de faire des recherches, par exemple, au Musée du Louvre. Il en est ressorti que certains motifs tels que les chevaux et les éléphants ne se retrouvent pas tant dans la collection du Louvre que plutôt sur les monnaies puniques de la collection de la Bibliothèque nationale de France.

Le Temple de Moloch (intérieur) dans Cabiria (G. Pastrone, 1914). (c) Museo Nazionale del Cinema, Turin.

Si l’on considère les motifs animaliers dans le film Cabiria (Giovanni Pastrone, Itala Film 1914), les éléphants géants sculptés au centre de la salle du Temple de Moloch, placés en groupe autour des piliers qui soutiennent le toit, sont particulièrement frappants. Le motif de l’éléphant revient dans la salle du trône d’Hamilcar avec deux statues d’éléphants géants qui délimitent l’espace. Il s’agit manifestement d’inventions de Pastrone, qui pourraient évoquer les célèbres éléphants d’Hannibal. La source la plus directe de cette utilisation d’éléphants comme atlantes a dû être les illustrations bibliques de Gustave Doré montrant Daniel expliquant les écritures sur le mur à Belshazzar, roi des Babyloniens, comme l’a découvert Bruno Grimm.

Le festin de Balthazar. Gravure de Gustave Doré (1832-1883) publiée dans La Sainte Bible selon la Vulgate, Tours : Alfred Mame et fils, éditeurs, 1866, vol. 2, col. 100, BnF, RLR, SMITH LESOUEF R-6284, sur Gallica

Mais Pastrone a peut-être aussi été inspiré par des pièces de monnaie anciennes. Le Cabinet des médailles de la  Bibliothèque nationale de France à Paris, ainsi que dans les musées archéologiques britanniques, allemands, italiens et espagnols, conservent des séries de monnaies antiques, notamment carthaginoises, représentant des éléphants. Les exemples les plus remarquables sont probablement les émissions attribuées aux Barcides en Ibérie (Espagne), avec au revers soit un éléphant guidé par son cornac, soit le pachyderme marchant seul.

Dishekel d’argent hispano-carthaginois, vers 227-221 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes 3958)
1 1/2 shekel d’argent hispano-carthaginois, vers 227-221 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes 3959)

L’éléphant figure également sur des pièces romaines, par exemple les deniers républicains à légende Q·C·M·P·I, frappés vers 81 av. J.-C.,  et des mosaïques représentant des éléphants d’Afrique. En effet, les Romains semblent d’ailleurs avoir tué tous les éléphants dits de l’Atlas.

Denier de la République romaine à légende Q·C·M·P·I, vers 81/0 av. J.-C. (BnF, MMA, REP-6228)

Une stèle avec un éléphant, aujourd’hui conservée au Musée national de Carthage, est une autre possibilité. Pastrone a peut-être été inspiré par des monuments plus récents, datant du XIXsiècle, comme la fontaine à éléphants ou la colonne de Boigne (1838) à Chambéry, en France, conçue par Pierre-Victor Sappey.

Le Temple de Moloch (interieur) dans Cabiria (G. Pastrone, 1914). (c) Museo Nazionale del Cinema, Turin.
Détail. Le Temple de Moloch (interieur) dans Cabiria (G. Pastrone, 1914). (c) Museo Nazionale del Cinema, Turin.

Outre les éléphants, le cheval était un motif populaire dans la monnaie carthaginoise, tout comme dans le décor de Cabiria. Il suffit de penser aux chevaux galopant devant un palmier sur les boucliers du temple de Moloch. Le cheval était en fait le motif le plus utilisé sur les pièces puniques, tant à Carthage que dans les établissements puniques d’Espagne et de Sicile, et il était généralement représenté seul ou devant un autre motif carthaginois populaire : le palmier.

Trishekel carthaginois de Sicile, vers 270-260 av. J.-C. (BnF, MMA, Armand-Valton 590)

La Bibliothèque nationale possède un grand nombre de ces monnaies, mais les musées archéologiques italiens et espagnols en possèdent également. Si plusieurs pièces représentent également des chevaux au galop, et si le cheval ailé Pégase était très populaire, la représentation du cheval de Cabiria dans une pose chancelante était assez rare. De plus, au lieu de consulter les spécimens originaux à Paris, Turin ou ailleurs, Pastrone a peut-être utilisé des sources écrites. L’étude Numismatique de l’Ancienne Afrique, Vol. II (1861) de Christian Tuxen Falbe, Jacob Christian Linberg et Ludvig Müller, qui a souvent été réimprimée et qui comportait une grande section sur le monnayage punique, avec des images de chevaux devant des palmiers, de chevaux au galop et parfois d’un cheval titubant, a servi de référence.

L. Müller, Numismatique de l’ancienne Afrique. 2: Les monnaies de la Syrtique, de la Byzacène et de la Zeugitane, Copenhague, 1861, p. 86.

Un dernier lien avec le monnayage punique peut être trouvé dans la représentation des divinités. Si Baal-Moloch est omniprésent dans Cabiria, dans le temple, dans le cauchemar de Sophonisbe et, en miniature, dans la chambre du prêtre Karthalo à Cirta, l’autre grande divinité vénérée dans l’ancienne Carthage était Tanit, qui joue un rôle important dans le roman de Flaubert.

Stèle punique représentant Tanit, vers 225-50 av. J.-C. Découverte à Constantine, tophet d’El Hofra (Louvre, AO 1020 ; BERTRANDY, 1987, No 9)

Jusqu’au IVsiècle avant J.-C., Tanit était représentée uniquement sous une forme aniconique et abstraite sur des stèles funéraires. Le Louvre et le Museo di Antichità de Turin en conservent plusieurs exemples, et de nombreuses stèles ont été trouvées à Carthage, notamment au tophet (lieu de culte), mais aussi en Sardaigne et à Cirta (plus tard Constantine), l’un des lieux de tournage du film. Tanit est souvent représentée sous la forme d’une figure triangulaire stylisée aux bras écartés, souvent accompagnée des symboles entrelacés du croissant de lune et du disque solaire au-dessus d’elle. Ce n’est qu’à partir du quatrième siècle que le panthéon punique est associé aux styles grec et égyptien. En effet, de nombreuses monnaies puniques présentent une version figurative de la tête de Tanit “en profil”, probablement héritée de têtes d’Aréthuse des monnaies syracusaines, auxquelles les premières émissions monétaires carthaginoises de Sicile empruntent leur iconographie.

D’Aréthuse à Tanit, de Syracuse à Carthage. De gauche à droite : décadrachme de Syracuse, vers 405-400 av. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1382) ; tétradrachme carthaginois de Sicile, dit “siculo-punique”, vers 350-320 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes.1435) ; shekel de Carthage, vers 320-310 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes.3730)

La représentation abstraite de Tanit est pratiquement absente du film de Pastrone, bien que l’on voie, dans la scène du temple, des personnes portant des bâtons avec un triangle et un croissant de lune combinés à un disque solaire, comme s’il s’agissait d’une Tanit déconstruite.

Frontispice de Salammbô. (T. 2) de Georges Rochegrosse, gravé à l’eau-forte par Champollion (BnF, RLR, RES M-Y2-769 (2))

Pourtant, comme je l’ai expliqué au chapitre 3 de mon livre, l’aspect général et la composition du Temple de Moloch de Cabiria doivent beaucoup aux aquarelles et aux illustrations de livres de l’artiste français Georges-Antoine Rochegrosse. Le cheval chancelant provient plutôt du frontispice de Rochegrosse pour le tome II de l’édition Ferroud (1900) de Salammbô de Gustave Flaubert, lui-même inspiré des monnaies puniques. Les taches de sang, les gouttes de sang et le signe avec le cheval suggèrent le caractère violent du roman.

Détail du frontispice de Salammbô. (T. 2) de Georges Rochegrosse, gravé à l’eau-forte par Champollion (BnF, RLR, RES M-Y2-769 (2))

Le disque solaire avec ses rayons géométriques est visible dans le même frontispice. Là aussi une inspiration monétaire n’est pas impossible : une importante émission de monnaies d’or carthaginoises datée du temps de le Première guerre punique est ornée au revers, au-dessus du cheval, d’un disque solaire pourvu de rayons et de deux uraei.

Détail du frontispice de Salammbô. (T. 2) de Georges Rochegrosse, gravé à l’eau-forte par Champollion (BnF, RLR, RES M-Y2-769 (2))
Hémishekel de Carthage, vers 264-241 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes.3747)

Pastrone a clairement combiné les deux éléments en un seul. En ce sens, on pourrait dire que Pastrone a vraisemblablement aussi regardé les sources originales indirectement, à travers les “lunettes” de Rochegrosse. Le regard “archéologique” de ce dernier, mêlant la recherche historique et l’imagination du XIXe siècle, est devenu une base importante pour l’iconographie du film Cabiria.

Ivo BLOM

Le film Cabiria de G. Pastrone (1914) sera projeté à la Fondation Jérôme Seydoux-Pathé le 24 novembre à 15h. La séance sera précédée à 14h30 d’une présentation par Ivo Blom. Retrouvez toutes les informations ici

Pour aller plus loin :



Citer ce billet
iblom (2023, 13 novembre). Éléphants, chevaux et divinités. Monnaies puniques et l’iconographie du film Cabiria (1914). L’Antiquité à la BnF. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.