Le temple d’Antonin et Faustine

Archive : Image du mois de novembre 2023

Cette aquarelle représente une restitution du temple d’Antonin et Faustine à Rome. Elle fait partie du Recueil de plusieurs pourtraits d’édifices et ruines antiques qui se voyent tant a Rome, que autres des plus mémorables et antiques villes de l’Italie et d’autres provinces réalisé par Guillaume Baron, peintre originaire de Montpellier, entre la fin du XVe et le début du XVIe siècle.

Comme l’indique Guillaume Baron dans sa note liminaire, son objectif est de proposer des portraits des édifices emblématiques de la Rome antique « tant de ce qui s’en voit par lesdites ruines que par les monnaies, médailles et antiques forgées par leurs constructeurs afin d’en perpétuer la mémoire ». Son recueil alterne ainsi des vues des ruines et des restitutions des monuments. Il se compose de deux volumes. Le premier, après des pages introductives sur la grandeur des Romains, une description de la ville de Rome, est dédié aux temples, aqueducs et arcs triomphaux.

Recueil de plusieurs pourtraits d’édifices et ruines antiques […], Premier volume par Guillaume Baron. Bibliothèque de l’Arsenal, EST-555

Tandis que le deuxième est consacré aux palais, amphithéâtres, cirques et sépultures antiques.

Recueil de plusieurs pourtraits d’édifices et ruines antiques […], Deuxième volume par Guillaume Baron. Bibliothèque de l’Arsenal, EST-556

Chaque illustration d’édifice ou d’ensemble d’édifices est accompagné de descriptions puisées dans ses lectures des auteurs antiques que Guillaume Baron liste au début du premier volume.

Le temple dit d’Antonin et Faustine a été érigé en 141 apr. J.-C. par l’empereur Antonin le Pieux en l’honneur de sa femme Faustine morte et divinisée en cette même année. A la mort de l’empereur, en 161 apr. J.-C., le temple lui est alors également dédié. Transformé à partir du XIe siècle en église, San Lorenzo in Miranda, et totalement modifié à l’intérieur, le temple conserve à la Renaissance et encore aujourd’hui son pronaos, six colonnes en façade et deux de chaque côté en marbre cipollin (de Carystos en Eubée) hautes de 17 mètres avec des chapiteaux corinthiens en marbre blanc, une frise en marbre sur les deux longs côtés alternant griffons et motifs végétaux, et la grande inscription sur son architrave qui permet de clairement l’identifier :

DIVO . ANTONINO . ET

DIVAE . FAVSTINAE . EX S(ENATVS) . C(ONSVLTO)

«Au divin Antonin et à la divine Faustine par décret du Sénat»

Le premier volume du recueil de Guillaume Baron est actuellement exposé aux pages 88 et 89 dans le parcours de la Galerie Mazarin du musée de la BnF qui propose depuis septembre un nouvel accrochage consacré aux révolutions : révolutions du savoir, techniques, esthétiques, politiques qui ont façonné l’histoire culturelle française et plus largement les mutations civilisationnelles du XIVe au XXIe siècle.

Le recueil de Guillaume Baron conservé à la Bibliothèque de l’Arsenal a été choisi pour témoigner de la mise en pratique, en Europe au tournant des XVe et XVIe siècles, de la perspective inventée à Florence dans le courant du XVe siècle et qui bouleverse la représentation de l’espace.

Le parcours sur la thématique révolutions est à découvrir jusqu’au 8 septembre 2024. Toutes les informations pratiques sur le musée de la BnF sont à retrouver ici.



Citer ce billet
Pauline Darleguy (2023, 2 décembre). Le temple d’Antonin et Faustine. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8so

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.