La BnF hors les murs : Animaux fantastiques

Comme chaque année, des collections de la BnF voyagent et se donnent à voir dans d’autres musées et institutions.

Plusieurs d’entre elles (objets antiques, manuscrits, estampes, livres, maquettes de spectacle) participent à l’exposition Animaux fantastiques au Louvre-Lens depuis le 27 septembre et jusqu’au 15 janvier 2024.

Riche de plus de 250 œuvres de l’Antiquité à nos jours, le parcours explore les rapports de l’homme à ces êtres merveilleux entre fascination et répulsion, domptage et domestication et retrace l’histoire des plus célèbres de ces animaux.

De nombreuses pièces de la BnF mettent notamment en lumière les griffons, oiseaux à tête d’aigle et au corps de lion ailé : une bague à chaton de la deuxième moitié du Ve siècle av. J.-C., un camée d’époque hellénistique, deux sceaux-cylindres (1980.292.11 et Seyrig.1980.292.35), ce bronze grec d’époque archaïque.

Statuette “Griffon”, vers 650 av. J.-C. BnF département des Monnaies, médailles et antiques, bronze.774.©Serge Oboukhoff; ©BnF-CNRS-MSH Mondes

Est exposé également un cratère en calice daté entre 380 av. J.-C. et 360 av. J.-C. qui représente sur l’une de ses faces une gryphomachie.

Cratère en calice “Gryphomachie”, entre 380 av. J.-C. et 360 av. J.-C., BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, De Ridder.922, ©Serge Oboukhoff; ©BnF-CNRS-MSH Mondes

Dans la mythologie grecque, les griffons gardaient les trésors d’Apollon dans le pays légendaire des Hyperboréens en Scythie et se battaient fréquemment avec les Arimaspes, guerriers à un seul œil.

En tête du billet, on peut voir un dessin représentant un des griffons du cratère réalisé par Jean-Baptiste Muret et rassemblé dans son Recueil des monuments antiques (volume 6, planche 92).

L’exposition est aussi l’occasion de présenter quelques pièces de la collection des intailles dites “magiques”1 du département des Monnaies, Médailles et Antiques.

Intaille (jaspe rouge), entre Ier et IIIe siècle : Chèvre-poisson vers la gauche, avec une tête de taureau à la place de la queue. BnF département des Monnaies, médailles et antiques, Blanchet.87. ©Serge Oboukhoff; ©BnF-CNRS-MSH Mondes

L’interprétation de l’iconographie et du but de ces intailles n’est pas toujours aisée.

Intaille (hématite), entre Ier et IIIe siècle. BnF département des Monnaies, médailles et antiques, AA.Seyrig.104 ©Serge Oboukhoff; ©BnF-CNRS-MSH Mondes

Sur cette gemme, l’oiseau à la tête nimbée et radiée de sept rayons, debout sur un œuf déposé sur un autel a été identifié par les spécialistes au Phénix d’après le récit d’Hérodote (Enquête II, 73) : à la mort de son père, le phénix façonnerait un œuf de myrrhe pour enrober et transporter son père jusqu’au temple d’Hélios à Héliopolis2. La fonction de l’intaille peut être renvoyée à l’idée de la renaissance mais peut aussi avoir un lien avec la digestion et le bon fonctionnement de l’estomac. D’après la tradition, l’oiseau ne mangerait jamais et n’aurait donc pas de problèmes digestifs3.

D’autres gemmes exposées font découvrir Chnoubis, serpent à tête de lion, figure courante des gemmes de l’époque romaine et à laquelle des vertus thérapeutiques pouvaient être associées.

Intaille (hématite), entre Ier et IIIe siècle :  À l’intérieur d’un serpent ouroboros, l’utérus sur la clé. Dessus, debout, Anubis en momie, Chnoubis lové et dressé, la tête vers la gauche entourée de deux rayons. BnF département des Monnaies, médailles et antiques, Blanchet.25 ©Serge Oboukhoff; ©BnF-CNRS-MSH Mondes

Cette intaille fait partie de la catégorie des gemmes “utérines” qui représentent l’utérus sur une clé dominée par une ou plusieurs divinités égyptiennes. Elles permettaient de demander l’ouverture ou la fermeture de l’utérus pour favoriser selon les cas l’accouplement, l’accouchement, l’avortement, la conception ou la gestation4.

Pour en savoir plus :



Citer ce billet
Pauline Darleguy (2023, 21 octobre). La BnF hors les murs : Animaux fantastiques. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sk

  1. Sur la catégorie des gemmes “magiques”, cf. Attilio Mastrocinque, Les intailles magiques du département des Monnaies, Médailles et Antiques, p. 12. []
  2. Françoise Labrique, “Le regard d’Hérodote sur le phénix (II, 73)” dans Hérodote et l’Egypte. Regards croisés sur le Livre II de l’Enquête d’Hérodote. Actes de la journée d’étude organisée à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée – Lyon, le 10 mai 2010. Lyon : Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, 2013. pp. 119-143. (Collection de la Maison de l’Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique, 51) []
  3. Attilio Mastrocinque, Les intailles magiques du département des Monnaies, Médailles et Antiques, p. 62 []
  4. Attilio Mastrocinque, Les intailles magiques du département des Monnaies, Médailles et Antiques, p. 83 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.