Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage

Maurice Barrès par Jacques-Emile Blanche, Bibliothèque nationale de France, Estampes et photographie, MUSEE OBJ-102

Cet article, issu de réflexions conduites dans le cadre d’une thèse de doctorat, se propose d’étudier le rapport de Maurice Barrès aux Parnassiens à partir de quelques documents du fonds Barrès de la Bibliothèque nationale de France. À la suite du don de Mme Bazin, légataire de Philippe Barrès, le fonds Maurice Barrès est entré dans les collections de la BnF en 1978. Il est composé de la Correspondance, riche de plus de 100 000 lettres reçues, d’une centaine de carnets et de cahiers de notes, des dossiers de genèse des principales œuvres, de dossiers politiques, d’une bibliothèque de plus trente mille ouvrages1.

La rencontre de quelques écrivains Parnassiens amène le jeune Maurice Barrès (1862-1923) à s’intéresser à l’antiquité. Le « rêve hellénique », pour reprendre l’expression de Fernand Desnoay2, est  une marque du retour à l’idéal antique que quelques Parnassiens ont prôné à partir du milieu du XIXe siècle. À l’origine du nom du mouvement parnassien se trouve une anthologie poétique. En 1866, Louis-Xavier de Ricard et Catulle Mendès lancent chez l’éditeur Lemerre, un recueil, Le Parnasse contemporain, qui se veut représentatif de la poésie vivante, toutes générations confondues. Deux autres livraisons suivent en 1871 et 18763.  La triple anthologie est donc un regroupement hétérogène de poètes à l’esthétique différente. Il fait émerger des maîtres nouveaux, dont certains font de l’antiquité un idéal de Beauté. Ainsi, sous l’influence notamment de Louis Ménard, Leconte de Lisle tente de faire revivre l’antique muse dans ses poèmes. Claude Millet le présente comme une « sorte de double d’Ernest Renan », en insistant sur l’importance de l’histoire des religions et des mythologies dans l’intérêt que le poète parnassien développe pour l’antiquité :

À ce premier point s’ajoute l’idée que le plus important dans l’Histoire des peuples est leur religion, et la certitude que le salut ne se trouve que dans le retour au passé ou l’évasion dans l’exotisme. De là, en particulier les Poèmes antiques (1852) et les Poèmes barbares (1862), fragments épiques qui semblent directement sortir du passé, passé de la Grèce archaïque, de l’Inde, du grand Nord scandinave, réécriture savante de mythes qui fait de la poésie une philologie et une archéologie12.

On se propose d’étudier les modalités du « rêve hellénique » chez Barrès, en retraçant l’influence de quelques poètes parnassiens sur sa production littéraire des années 1880.

À la bibliothèque du Sénat. « Faire garder des livres par des poètes »

Les débuts parisiens de Maurice Barrès sont marqués par la fréquentation des Parnassiens4. Albert Allenet, directeur de La Jeune France, favorise la montée du Nancéen à Paris, en le prenant pour chroniqueur5, et lui fait rencontrer à vingt ans Leconte de Lisle et Anatole France, deux figures majeures de ce groupe littéraire :

Nous savons, par les notes d’un carnet, quand [Barrès] le [Anatole France] vit pour la première fois. Ce fut au commencement du mois de mai 1882, lors d’un passage à Paris avant son installation définitive. Accompagné d’Albert Allenet, ce directeur de la revue Jeune France, qui lui a déjà pris quatre ou cinq articles, il va au Sénat où Anatole France est bibliothécaire sous la direction de Leconte de Lisle. Barrès note : « Jeudi, Sénat, une heure et demie. France, Leconte de Lisle, Ratisbonne à peine entrevu6. »

Si le carnet mentionné par Philippe Barrès n’est pas conservé dans l’important fonds Barrès de la BnF, en juin 1882, Barrès écrit une lettre à Anatole France, qui constitue une autre trace de cette récente rencontre7. De plus, au cours de sa vie, il revient plusieurs fois sur l’importance du cercle de la bibliothèque du Sénat pour évoquer ses débuts littéraires8 :

Maurice Barrès, « Les sinécures pour littérateurs », Le Journal, 23 octobre 1900, Bibliothèque nationale de France, cote: Z BARRÈS-1646

Je la connais bien cette bibliothèque ; avec des sentiments de vénération, j’y suis cinquante fois monté quand j’avais vingt ans : Leconte de Lisle et Anatole France m’y faisaient un accueil dont je leur demeure profondément reconnaissant. Et l’on pense que je ne pourrais pas blâmer cette coutume de faire garder les livres par les poètes puisqu’elle donna le loisir à deux maîtres de s’intéresser à mes modestes débuts […].

Comment ! Les livres étaient soignés, catalogués, distribués par Leconte de Lisle ! Mais jamais, au grand jamais il ne daigna s’y occuper. Il faut voir de quel front et de quel monocle il recevait les sénateurs assez impudents pour lui demander un trimestre de l’« Officiel » ou un répertoire juridique9.

Ou dans une version plus tardive au sujet du recueil de Louis Ménard :

Peu après, vers 1883, comme j’avais l’honneur de fréquenter chez Leconte de Lisle, qui montrait aux jeunes gens une extrême bienveillance, je m’indignai d’avoir vu, chez Lemerre, la première édition des Rêveries [d’un païen mystique] presque totalement invendue10.

Comme le rappelle Bertrand Marchal, quoique que « La fin des « Parnassiens » » eût été proclamée en 187611, que dans les années 1880 le groupe esthétique appartienne au passé, plusieurs écrivains sont alors au sommet de leur prestige, intellectuel et social :

L’aventure du Parnasse contemporain s’arrêta donc en 1876, mais ceux qu’on appelait désormais les Parnassiens, et qui arrivèrent dans les années 1880 à l’âge des positions sociales et des honneurs, fourniraient bientôt leur contingent d’académiciens et surtout un académisme durable, que consacrerait, en 1901, le prix Nobel de littérature décerné à Sully Prudhomme12.

En 1881, Sully Prudhomme est élu à l’Académie française, suivi, en 1886 – soit quatre ans après sa rencontre avec Barrès à la bibliothèque –, de Leconte de Lisle, en 1894 de José-María Heredia, et en 1896 d’Anatole France. Ce sera à l’un d’entre eux, Heredia, que Barrès succédera, en 1906, année de la publication du Voyage de Sparte.

Par la fréquentation des Parnassiens, Barrès subit l’influence d’une écriture de l’ailleurs détachée du voyage et tournée vers l’exotisme antique, un Orient hellène conçu dans les bibliothèques, plus précisément dans les rayons de la philosophie, de l’archéologie et de la mythologie comparée, ou perçu dans les salles du Louvre et grâce à des reproductions artistiques. Chez Louis Ménard, que Barrès rencontre grâce à Leconte de Lisle, « on […] voyait toute la Grèce en moulages et en gravures13. » Les Parnassiens n’éprouvent pas le besoin d’aller « chercher des images » en accomplissant le Grand Tour, et nourrissent leurs poèmes de lectures érudites ou de visites au musée ; ils rompent en cela avec le modèle romantique de Chateaubriand, qui avait ramené de Grèce des « tableaux » pour nourrir son épopée antique, Les Martyrs : le décalage temporel entre le temps antique de l’épopée et l’époque moderne n’était pas senti comme un obstacle au voyage par l’écrivain romantique. Anatole France « vit peu du monde extérieur et le réfléchit en pensée, non en images »14 commente Barrès dans la chronique parisienne qu’il consacre à l’écrivain pour la série « Les hommes de La Jeune France », et dont est issu son premier ouvrage, publié chez Chevray, en 188315.

Exemplaire de l’auteur, Bibliothèque nationale de France, Littératures et art, cote: Z-BARRÈS 153

Dans l’œuvre de son aîné, il se montre sensible à l’imaginaire hellène, à l’esthétique parnassienne des Poëmes dorés (Alphonse Lemerre, 1873) et des Noces corinthiennes (Alphonse Lemerre, 1876). Il insiste sur l’érudition de l’écrivain, qui s’oppose à une écriture fondée sur l’observation du monde :

Et dans l’œuvre de France, la place d’honneur, elle est à l’érudit. […] Et chacune de ses pages n’est-elle pas ornée de ces notes qui instruisent ou invitent à la réflexion, de ces « éruditions », comme eût dit Ménage, où l’auteur condense le choix de ses lectures ou de ses méditations ? N’est-ce pas encore l’érudition qu’il nous fait remercier de ces enchanteurs ressouvenirs de l’antiquité qui coulent sous le style de France, s’y rajeunissent et le fortifient, sont enfin comme la sève intime de tout cet épanouissement16 ?

Orient hellène et jeu littéraire

Le jeune écrivain débutant n’entend pas se rallier au mouvement parnassien, dont la fin a été proclamée quelques années plus tôt, mais étudie de près les ouvrages de ce groupe et se livre à un jeu littéraire d’hommage, sous l’incitation de Leconte de Liste : « Ce maître m’avait demandé de lui remettre une nouvelle ou un poème. Je n’ai jamais su faire de vers » déclare-t-il dans la présentation de La Vierge assassinée en 190417.

Exemplaire de Maurice Barrès des Poèmes tragiques dédicacé par Leconte de Lisle et accompagné de la copie manuscrite de la préface aux poèmes antiques, Bibliothèque nationale de France, Littératures et art, cote: Z-BARRÈS 21716

En mars 1884, l’écrivain parnassien lui offre en effet une édition dédicacée des Poèmes tragiques, conservée au département Littérature et art de la BnF : « À Maurice Barrès /son ami/ Leconte de Lisle ». L’édition de 1884 est augmentée d’une copie manuscrite de la « préface aux poèmes antiques », longue de dix-sept feuillets18.

copie manuscrite des premières pages de la préface aux poèmes antiques conservée dans l’exemplaire de Maurice Barrès des Poèmes tragiques de Leconte de Lisle, Bibliothèque nationale de France, Littératures et art, cote: Z-BARRÈS 21716

Le jeune homme, qui depuis août 1883 guette la seconde édition des Poèmes antiques19, se vante de la dédicace obtenue du maître auprès de son ami, Léon Sorg :

Leconte de Lisle vient de publier un fort beau volume, que tu as peut-être entrevu. Il m’en a offert un exemplaire avec cette dédicace : À Maurice Barrès, son ami, Leconte de Lisle.

Il est probable que je vais faire sur lui une étude. La revue où je pourrais la placer est très douteuse. Car il y a Bourget à La Nouvelle Revue, et Lemaitre à La Politique ; du moins me resterait-il La Jeune France et La Revue générale, ce qui me tente médiocrement. Mais, l’important, c’est la plaquette que me ferait sûrement Charavay, et peut-être Lemerre20.

Barrès se met à l’œuvre en mars 1884, un mois après avoir assisté à la représentation des Noces corinthiennes d’Anatole France21 : « Enfin, je travaille à une nouvelle assez longue qui se passe à Alexandrie, au IVe siècle (!). Il y a des chances pour qu’elle soit bien22. » annonce-t-il également à Léon Sorg. Le point d’exclamation souligne la rupture avec la veine « moderne » de ses autres nouvelles, qu’il a alors du mal à faire publier23. Le cadre spatio-temporel, exotique et antique, est désigné comme le moteur de l’écriture, se trouve au cœur de l’esthétique inspirée par les Parnassiens et par les publications savantes contemporaines sur l’hellénisme. La traduction française de l’étude allemande de Droysen, Histoire de l’hellénisme, paraît en 1883-1885, et le dernier volume des études d’histoire religieuse de Havet, Le Christianisme et ses origines, en 188424. Barrès choisit de raconter dans sa nouvelle la chute de l’hellénisme. L’écrivain se concentre sur une période, la fin du monde antique et le triomphe du christianisme, qu’il raconte par la mort symbolique d’Athéné, « l’auguste Vierge »25 du Sérapeum d’Alexandrie, à laquelle assistent le romain Lucius et la courtisane Amaryllis. Il propose son texte sous le titre « Le dernier des Grecs » à La Nouvelle Revue, où collaborent Leconte de Lisle et Paul Bourget. En mai 1884, Juliette Adam, directrice de la revue, refuse sa publication, à cause de son caractère de pastiche et de son imprécision historique :

Monsieur,

Leconte de Lisle a biffé votre titre et a écrit à la place : la dernière des Hellènes. […] L’impropriété des termes, tel est, en effet, le défaut capital et qui pèse à chaque page de la nouvelle charmante, mais d’une facture un peu trop facile, que vous désiriez me voir publier.

Le Dernier des Grecs est bien plutôt né des succès de Flaubert que du vieil Homère. Il n’y a pas une ligne dans votre travail qui ne me rappelle Salammbô et La Tentation de St Antoine. Sans doute vous êtes un savant, Monsieur, qui avez étudié l’antiquité gréco-latine, qui la connaissez, qui avez disséqué à vif les origines du christianisme et percé le masque de la légende biblique, mais rien dans votre travail ne révèle un effort personnel, une vue originale et distincte. Du style de votre étude, qui est l’homme même, n’est qu’une copie de la manière originale et inimitable de Flaubert.

Vous êtes très jeune, Monsieur, et tout en vous exprimant mes regrets de ne vous pouvoir publier, je crois pouvoir vous exprimer l’assurance que je le ferai par la suite. Mes compliments.

Veuillez passer reprendre votre manuscrit à l’administration de la Revue.

J[uli]ette Adam26

La création est placée du côté du travail savant et de l’emprunt littéraire, selon une technique qui est dans le goût des Parnassiens, quoique Barrès la mette moins rigoureusement en œuvre. Anatole France se verra lui-même reprocher son écriture très intertextuelle, ce qui l’amènera à rédiger une « apologie du plagiat » en 189227. Le premier titre retenu par Barrès reprend une expression placée à la fin de la nouvelle :

Ainsi mourut pour ses illusions, sous l’applaudissement des barbares et le bâton des chrétiens, le dernier des Grecs, et seuls une courtisane orientale et un sceptique romain honorèrent ses derniers instants ; mais que t’importe, ô vierge immortelle, ces défaillances passagères des hommes28 !

Barrès joue sur l’ambiguïté, en renvoyant par l’expression « dernier des Grecs », expression provenant peut-être de Plutarque29, tout autant au personnage de la fiction qu’à l’écrivain, comme pour s’inscrire lui-même dans une généalogie grecque. Mais Leconte de Lisle l’invite à changer le titre afin de lever le décalage entre l’annonce d’un héros masculin (« Le dernier des Grecs ») et l’intrigue centrée sur l’héroïne féminine. Parmi les sources d’inspiration mentionnées par Juliette Adam, se trouve le roman antique de Flaubert, que Barrès a découvert en 1877 avec admiration : « Salammbô de Flaubert — C’est un splendide poème en prose » confie-t-il à son ami, Stanislas de Guaita30. Dans son étude, L’Orient de Maurice Barrès, Ida-Marie Frandon minore l’importance des reprises flaubertiennes. Même si Barrès a fait de Flaubert un modèle stylistique quelques années auparavant, en notant ses expressions dans un cahier, il s’en détache sur la question esthétique des images. Selon la critique, la nouvelle de Barrès se rapproche davantage des Noces corinthiennes ou d’Hypathie31. Vingt ans plus tard, en 1904, Barrès désignera en effet comme source de son inspiration moins Flaubert que l’hellénisme des Parnassiens :

On y sent l’atmosphère parnassienne. Cette ébauche d’un enfant est, toutes proportions gardées, de la veine où Anatole France et Pierre Louÿs devaient trouver Thaïs et Aphrodite, deux belles œuvres très divers l’une de l’autre, mais toutes deux filles d’un certain hellénisme qu’en arrivant à Paris j’avais respiré chez Leconte de Lisle32.

Exemplaire de Thaïs dédicacé: « à Maurice Barrès | Anatole France », Anatole France envoie à Barrès un exemplaire de Thaïs, qui paraît en 1889, soit cinq ans après sa nouvelle, Bibliothèque nationale de France, Littératures et art, cote: Z-BARRÈS 19502

À la mémoire textuelle d’Anatole France et de Leconte de Lisle qu’Ida-Marie Frandon a étudiée, on pourrait ajouter l’influence des Rêveries d’un païen mystique (Alphonse Lemerre, 1876), dont l’exemplaire de Barrès est conservé à la BnF33. L’atmosphère de plusieurs poèmes de Ménard semble imprégner la nouvelle. Par exemple, dans le « Banquet d’Alexandrie », deux philosophes évoquent « Athéné », nom de l’héroïne retenue pour la nouvelle, tandis que dans « Le Voile d’Isis », les deux derniers prêtres de la religion égyptienne réfugiés à Philae sont tués brutalement par une troupe de centurions, annonçant la brutalité de la scène finale de la nouvelle34.

Bibliothèque nationale de France, Littératures et art, cote: Z BARRÈS-22964

Le volume porte l’ex-libris tamponné du poète kabbalistique Stanislas de Guaita : le demi-dieu romain Hercule, debout, le Lion de Némée comme coiffe, tient dans sa main gauche le sabre qui servit à couper les nombreuses têtes de l’hydre de Lerne. De sa main droite, il tend en signe de victoire l’une de ces têtes.

Des Taches d’Encre à Sous l’œil des Barbares

Après la lettre sévère de Juliette Adam, Barrès trouve comme seul lieu de publication possible pour sa nouvelle, Les Taches d’encre, gazette éphémère de quatre numéros dont il est le directeur et le seul rédacteur. Il opère un nouveau changement de titre, en renommant son texte paru en février 1885, « Les héroïsmes superflus ».

« Les héroïsmes superflus », Les Taches d’encre, février 1885, exemplaire de Stanislas de Guaita [le premier numéro de la revue porte un envoi autographe de l’auteur à Stanislas de Guaita], Bibliothèque nationale de France, Réserve, cote: RES P-Z-2012

Dans ses articles des Taches d’encre, Barrès continue de dialoguer avec le groupe des Parnassiens, que ce soit en consacrant un portrait à son éditeur, « M. Alphonse Lemerre », ou des étude à ses poètes, « Une nouvelle manière de sentir (MM. Leconte de Lisle et Sully Prudhomme) »35 ou à Henry Houssaye36.

Loin d’être un jeu littéraire anecdotique, la fiction hellène a un rôle matriciel dans l’œuvre de Barrès, qui la reprend avec des variantes dans le chapitre III « Désintéressement » de son premier roman, Sous l’œil des Barbares (1888), avant de la publier en brochure en 1904 sous le nom, La Vierge assassinée37. Pour composer son roman, Barrès récupère d’autres écrits, souvent à l’origine des nouvelles38. Malgré le patchwork esthétique de cet assemblage, il choisit de mettre en valeur l’imaginaire hellène dans son titre, Sous l’œil des Barbares, qui fait écho à celui du recueil poétique de Leconte de Lisle, Poèmes barbares (1862). Le terme « Barbares », présent dans la nouvelle de 1885, sert ainsi de fil métaphorique pour donner une unité à une œuvre bigarrée. La mémoire hellène du titre est renforcée par la publication chez Lemerre, l’éditeur des Parnassiens, et présente le roman de Barrès comme un acte de résistance au réalisme de Zola, qui avait jeté au feu « toute la défroque grecque et barbare »39. L’imaginaire hellène du roman n’a néanmoins pas toujours été compris par les contemporains. Dès 1891-1892, l’écrivain s’explique à ce sujet, en rejetant la lecture de Bourget qui assimile le barbare au « philistin » ou au « bourgeois » dans son article lançant le roman. À Bourget qui écrit : « Les barbares, – ce sont tous ceux que Flaubert appelait avec fureur des bourgeois, Henri Heine des philistins, – les êtres qui, n’étant pas de la même race morale que l’artiste très radiné, constituent cependant la société dans laquelle cet artiste doit se développer40. » Barrès répond en développant le rapprochement entre le monde des Grecs et celui du monde du héros romanesque, Philippe :

Grave erreur de prêter à ce mot de « barbares » la signification de « philistins » ou de « bourgeois ». Quelques-uns s’y méprirent tout d’abord. Une telle synonymie pourtant est fort opposée à nos préoccupations. Par quelle grossière obsession professionnelle séparerais-je l’humanité en artistes, fabricants d’œuvres d’art et non-artistes ? Si Philippe se plaint de vivre « sous l’œil des barbares », ce n’est pas qu’il se sente opprimé par des hommes sans culture ou par des négociants ; son chagrin, c’est de vivre parmi des êtres qui de la vie possèdent un rêve opposé à celui qu’il s’en compose. Fussent-ils par ailleurs de fins lettrés, ils sont pour lui des étrangers et des adversaires.

Dans le même sens les Grecs ne voyaient que barbares hors de la patrie grecque. Au contact des étrangers, et quelque fût d’ailleurs le degré de civilisation de ceux-ci, ce peuple jaloux de sa propre culture éprouvait un froissement analogue à celui que ressent un jeune homme contraint par la vie à fréquenter des êtres qui ne sont pas de sa patrie psychique. [..] Et tout le livre, c’est la lutte de Philippe pour se maintenir au milieu des Barbares qui veulent le plier à leur image41.

Dans le texte de justification qui sert à former a posteriori la trilogie du Culte du Moi en lui donnant une ligne idéologique, Barrès relit la nouvelle parnassienne, en la réorientant dans la perspective égotiste. Ainsi l’héroïne, « Athéné, assaillie dans une façon de tour d’ivoire par les Barbares [devient] la description sincère des couches de ma sensibilité42. » Les termes typiques du Parnasse « tour d’ivoire » et « Barbares », sont désormais associés au discours de l’analyse du Moi, alors même que le Parnasse avait pris ses distances avec l’écriture de la subjectivité. La récupération du vocabulaire parnassien à des fins égotistes ne manque donc pas de sel. C’est peut-être pour cette raison que dans l’Enquête sur l’évolution littéraire de Jules Huret publiée en 1891, Leconte de Lisle cite le romancier dans l’énumération de ses disciples qui se sont fourvoyés. Après Anatole France et Paul Bourget, il décoche une pique contre Barrès, classé dans le groupe des « psychologues » :

Et puis encore, Maurice Barrès, un moiïste. Je me rappelle, je l’ai vu à son débarqué de Nancy, tout frais, tout pimpant ; il n’a presque pas changé, il a du talent, mais je le crois très fumiste43.

Exemplaire du guide de voyage en Grèce de Barrès, avec l’annotation de la main de Barrès: « Maurice Barrès | Athènes avril 1900 »,  Bibliothèque nationale de France, cote: Z-BARRÈS 20561

L’Antiquité, telle que Barrès la rêve à vingt ans dans les salles des bibliothèques, est imprégnée de la culture scolaire, des lectures des poètes parnassiens, au moment où des publications savantes importantes sur l’hellénisme paraissent. Malgré les jugements sévères de quelques contemporains sur les écrits développant cet imaginaire antique, la rencontre avec les Parnassiens constitue un moment important pour Barrès. Les ennuis financiers liés à l’échec de sa gazette Les Taches d’encre amènent d’ailleurs le jeune homme à vouloir rejoindre les Parnassiens au Sénat : « [J]amais je n’ai pu arriver à me faire nommer à la bibliothèque du Sénat, comme je l’ai cherché pendant des mois et des années44 » confie-t-il à Léon Sorg en décembre 1884. C’est seulement près de vingt ans plus tard, en avril 1900, que l’écrivain accomplit le pèlerinage en Grèce. « Si le salon de Leconte de Lisle (les Ménard, les Anatole France, les Henry Houssaye) n’avait pas eu tant de prestige sur mon imagination à vingt ans, irais-je de moi-même chercher dans l’Athènes de Périclès un complément de ma culture ? » déclara-t-il en tête du Voyage de Sparte45, récit publié en 1906 où il porte désormais un regard plus critique à l’égard des apôtres de l’hellénisme.

Jessica Desclaux

Citer ce billet : Jessica Desclaux, "Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage", in L’Antiquité à la BnF, 24/04/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2184, [consulté le 17/07/2018].

 

Bibliographie

1) Sur le fonds Barrès de la BnF en cours de traitement (responsable M. Jérôme Villeminoz, Département des Manuscrits)

2) Écrits de Maurice Barrès cités

  • BARRÈS (Maurice), Anatole France, Paris, Chevray, 1883.
  • –––––, « M. Alphonse Lemerre », Les Taches d’encre, n°2, 5 décembre 1884 [Sur Gallica].
  • –––––, « Les héroïsmes superflus », Les Taches d’encre, n°4, février 1885, p. 1-30 [Sur Gallica].
  • –––––, Sous l’œil des barbares, Paris, Alphonse Lemerre, 1888, chap. III « Désintéressement » [Sur Gallica].
  • –––––, La Vierge assassinée, Paris, E. Sansot & Cie, 1904
  • –––––, Le Voyage de Sparte, Paris, Félix Juven, 1906 ; réed. Paris, Émile-Paul, 1911 [Z BARRÈS -1046] [Sur Gallica].
  • –––––, Le Départ pour la vie, éd. Philippe Barrès, Paris, Plon 1961 [lettres de jeunesse].
  • –––––, L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, Paris, Club de l’honnête homme, 20 volumes, 1965-1968.
  • –––––, Romans et voyages, éd. Vital Rambaud, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, 2 t.

3) Ouvrages critiques

  1. Voir à la Bibliothèque nationale de France, au département des manuscrits, la cote NAF 28210 et au département Littérature et art, la bibliothèque [Z BARRÈS] []
  2. Fernand Desonay, Le Rêve hellénique chez les poètes Parnassiens, Louvain, Uystpruyst, 1928 ; réed.  Genève,  Slatkine, 1974. []
  3. D’après Bertrand Marchal, « La Poésie », dans J.-Y. Tadié (dir.), La Littérature française : dynamique et histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2007, t. II, p. 417-419. []
  4. Ida-Marie Frandon mentionne assez rapidement Leconte de Lisle sans parler du groupe des Parnassiens (L’Orient de Maurice Barrès, étude de genèse, Genève, Droz, 1952, p. 22) et insiste davantage sur la Perse de Mme Chodzko (ibid., p. 23-38 ; p. 37) pour caractériser les débuts parisiens. []
  5. Voir Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, MNR Ms 13 (2-5) 4, lettre de Maurice Barrès à Albert Allenet du 11 février 1882. Sur La Jeune France, voir Maurice Davanture, La Jeunesse de Maurice Barrès (1862- 1888), Lille, Atelier national de reproduction des thèses (diffusion : Libraire Champion, Paris), 1975 t. I, p. 209-227 ; Séverine Depoulain, « Maurice Barrès, écrivain et journaliste littéraire », thèse de doctorat non publiée, dir. par M. Jean-Michel Wittmann, Université de Lorraine, 2013, chap. I., « La presse, un outil pour atteindre la renommée au XIXe siècle », p. 29-36. []
  6. Philippe Barrès, « Introduction » à Maurice Barrès, Anatole France, dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, Paris, Club de l’honnête homme, t. II, 1965, p. 422. []
  7. Voir Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, lettre de Maurice Barrès à Anatole France, Nancy, 24 juin 1882, cote MNR Br 142. []
  8. Maurice Barrès, « Quelques notes sur Louis Ménard », Revue bleue, 12 juillet 1902, p. 33-40 ; Le Voyage de Sparte, Paris, E. Sansot, 1906, chap. 1 « Le dernier apôtre de l’hellénisme » ; La Vierge assassinée, Paris, E. Sansot & Cie, 1904, « Lettre-préface ». []
  9. Maurice Barrès, « Les sinécures pour littérateurs », Le Journal, 23 octobre 1900. []
  10. Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte [1906], dans Romans et voyages, éd. V. Rambaud, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 1994, t. II, p. 391. []
  11. Adolphe Racot, « La fin des « Parnassiens » », Le Gaulois, 17 mars 1876 ; repris dans Yann Mortelette, Le Parnasse, Paris, PUPS, coll. « Mémoire de la critique », 2006, p. 141-146. []
  12. Bertrand Marchal, « La poésie », dans J.-Y. Tadié (dir.), La Littérature française : dynamique et histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2007, t. II, p. 419. []
  13. Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, éd. citée, p. 392. []
  14. Maurice Barrès, « Les Hommes de La Jeune France. XIV. Anatole France », La Jeune France, 1er février 1883 ; repris dans Anatole France, Paris, Chevray, 1883 ; puis dans L’Œuvre de Maurice Barrès, éd. Philippe Barrès, t. II, p. 426. []
  15. Ibid., p. 435. []
  16. Ibidem. []
  17. Maurice Barrès, La Vierge assassinée, Paris, E. Sansot et Cie, 1904, « Lettre-préface », p. 6 [Z BARRÈS-1038]. []
  18. Leconte de Lisle, Poèmes tragiques, Paris, Alphonse Lemerre, 1884. [Z BARRÈS 21716 : exemplaire dépourvu de marques de lecture]. L’édition ne comporte pas de préface imprimée. Dans le fonds Barrès de la BnF, nulle lettre de Leconte de Lisle n’est conservée. []
  19. Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, lettre de Maurice Barrès à Stanislas de Guaita, 15 août 1883, cote MNR Br 142. []
  20. Lettre de Maurice Barrès à Léon Sorg du 28 mars 1884, dans Maurice Barrès, Le Départ pour la vie, éd. citée, p. 200. []
  21. Barrès « assiste sur « invitation » à la représentation des Noces corinthiennes, au théâtre de la Tour d’Auvergne il rencontre Leconte de Lisle, M. et Mme France, R. de Bonnières, dont il fréquente le café. » Maurice Davanture, La Jeunesse de Maurice Barrès, op. cit., t. I, p. 297. []
  22. Lettre de Maurice Barrès à Léon Sorg du 28 mars 1884, dans Maurice Barrès, Le Départ pour la vie, éd. citée, p. 200. []
  23. Maurice Barrès, « Le Chemin de l’Institut », La Jeune France, 1er juin 1882. Voir également la lettre de Maurice Barrès à Léon Sorg du 28 mars 1884, dans Maurice Barrès, Le Départ pour la vie, éd. citée, p. 200. []
  24. Johan Gustav Droysen, Histoire de l’hellénisme, trad. de l’allemand, sous la direction d’A. Bouché-Leclercq, avec la collaboration d’A. Chuquet, P. Huschard et E. Legrand, et G. Pétrovitch, Paris, Leroux, 1883-1885 ; Ernest Havet, Études d’histoire religieuse. Le Christianisme et ses origines, Paris, Michel-Lévy frères, 1873-1884, t. I et II « L’Hellénisme », t. III « Le Judaïsme », t. IV « Le Nouveau Testament ». []
  25. Maurice Barrès, « Les Héroïsmes superflus », Les Taches d’encre, n°4, février 1885, p. 9. []
  26. BnF, fonds Barrès, lettre de Juliette Adam à Maurice Barrès du 20 mai 1884 (papier à lettre « La Nouvelle Revue, 22, boulevard Poissonnière, Paris). []
  27. Anatole France, « Apologie du plagiat », La Vie littéraire, quatrième série, Paris, Calmann-Lévy, 1892, p. 156-176. []
  28. Faute de pouvoir connaître le texte de la version envoyée à Juliette Adam, on se réfère au texte de la version des Taches d’encre, la plus ancienne connue : Maurice Barrès, « Les Héroïsmes superflus », Les Taches d’encre, n°4, février 1885, p. 29. []
  29. « Un Romain, en faisant son éloge, l’appela le dernier des Grecs, parce qu’après lui la Grèce n’avait plus eu aucun homme illustre et qui fût digne d’elle. » Plutarque, Les Vies des hommes illustresPhilopoemen, trad. de Dominique Ricard, Paris, Lebigre frères, 1834 en 8 vol. [Z BARRÈS- 24190 à 24197]. []
  30. Voir Bibliothèque littéraire Jacques Doucet, fonds Henri Mondor, lettre de Maurice Barrès à Stanislas de Guaita, 15 août 1883, cote MNR Br 142. []
  31. Ida-Marie Frandon, L’Orient de Maurice Barrès, op. cit., p. 47-50. []
  32. Maurice Barrès, La Vierge assassinée, éd. citée, « Lettre-préface », p. 5-6. []
  33. Louis Ménard, Rêveries d’un païen mystique, Paris, Alphonse Lemerre, 1876 [Z BARRÈS- 22964]. []
  34. Ibid., « Le banquet d’Alexandrie » et « Le voile d’Isis ». []
  35. Maurice Barrès, « M. Alphonse Lemerre », Les Taches d’encre, n°2, 5 décembre 1884 ; « Dans le prochain numéro, la suite de « Une nouvelle manière de sentir (MM. Leconte de Lisle et Sully Prudhomme) » Maurice Barrès, Les Taches d’encre, n°4, février 1885, n. p. []
  36. Maurice Barrès, « Figures nouvelles : M. Henri Houssaye », La France, 10 mars 1886. Henri Houssaye, Les Hommes et les idées, Paris, Calmann-Lévy, 1886, « L’hellénisme », « La science des religions », « L’esprit chez les Grecs », « M. Ernest Renan : Marc Aurèle et la fin du monde antique » [Z BARRÈS-20851 : la couverture manque. Envoi autographe et lettre autographe de l’auteur, jointe, à Maurice Barrès.] []
  37. Maurice Barrès, « Les Héroïsmes superflus », Les Taches d’encre, n°4, février 1885, p. 1-30 ; repris avec des variantes dans Sous l’œil des barbares, Paris, Alphonse Lemerre, 1888, chap. III « Désintéressement » ; rééditée en brochure sous le titre La Vierge assassinée, éd. citée. []
  38. Voir Maurice Davanture, La Jeunesse de Maurice Barrès, op. cit. []
  39. Émile Zola, « Mes jours de pluie. I. Nos poètes », L’Événement, 20 avril 1868, cité par Yann Mortelette, Le Parnasse, Paris, PUPS, coll. « Mémoire de la critique », 2006, p. 16. []
  40. Paul Bourget, « Un roman d’analyse. Sous l’œil des Barbares par Maurice Barrès », Le Journal des débats littéraires et politiques, 3 avril 1888, p. 3. []
  41. Maurice Barrès, « Le Culte du Moi. Sa justification », Supplément littéraire du Figaro, 24 octobre 1891, p. 1, col. 1-4 ; augmenté dans « Examen des trois romans idéologiques », Sous l’œil des Barbares, Romans et voyages, éd. Vital Rambaud, t. I, p. 19. []
  42. Ibid., p. 20. []
  43. Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire [1891], éd. Daniel Grojnowski, Paris, José Corti, 1999, p. 286. Sur la réalisation de l’entretien de Barrès, voir les lettres de Jules Huret à Barrès, conservées dans le fonds Barrès de la BnF. []
  44. Le Départ pour la vie, éd. citée, lettre de Maurice Barrès à Léon Sorg [fin décembre 1884], p. 234. []
  45. Maurice Barrès, Le Voyage de Sparte, éd. Vital Rambaud, chap. II « Le départ », p. 402. []

4 réflexions sur « Maurice Barrès ou le rêve hellénique du Parnasse : la bibliothèque contre le voyage »

  1. Bonjour,
    puis-je vous de mander si Maurice Barrès est venu à Delphes pendant son voyage ?
    A-t-il laissé des photos de son voyage en Grèce ou des croquis ?
    Cordialement
    Marguerite

    1. Bonjour,
      Je vous remercie de votre question. Je crains que ma réponse ne soit hélas assez décevante.
      Dans Le Voyage de Sparte, Barrès ne mentionne pas Delphes. Dans la correspondance que j’ai lue, je n’ai pas trouvé de mention de cette étape. Pour l’ensemble du voyage en Grèce, on ne dispose pas dans le fonds Barrès de carnets de notes ni de photos.
      En restant à votre entière disposition pour d’autres renseignements,
      bien à vous,
      Jessica Desclaux

      1. Merci.
        Oui, j’avais remarqué cette absence dans Le Voyage de Sparte.
        Il n’aimait guère les archéologues ( voir ce même livre) qui détruisent trop en fouillant jusqu’à l’époque qui les intéresse et ce préjugé l’a peut-être empêché d’aller à Delphes ?

        1. Oui, il est vrai que Barrès insère dans son récit un dialogue devenu fameux avec un pensionnaire de l’EFA, dont Théophile Homolle est le directeur. Mais je ne pense que cela soit la raison expliquant l’absence de Delphes (Homolle écrira d’ailleurs à Barrès durant la guerre). La raison me semble d’ordre géographique et littéraire: Barrès concentre son voyage sur Athènes et le Péloponnèse, dans la tradition des voyageurs avec lesquels il dialogue (Chateaubriand, Renan et Maurras). Les fouilles de Delphes, qui n’ont commencé qu’en 1892, soit huit ans avant son voyage (1900), sont excentrées par rapport à ce circuit déjà fatiguant à faire à dos de mulet… Le site de Delphes n’appartient pas encore aux étapes attendues du tour de Grèce, tandis que l’immense découverte de Schliemann incite plus à se rendre à Mycènes. Il faudrait que je regarde le commentaire du guide Joanne de Barrès sur Delphes pour mieux juger. Dans son voyage en Orient en 1914, Barrès se montrera plus attentif aux fouilles en cours, dans un dialogue étroit avec des archéologues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.