Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos

Archive : Image du mois de décembre 2023

Les Grecs choisissaient le plus souvent de représenter sur leurs monnaies les dieux, les héros, les cultes de leur cité. C’est exactement ce que firent les Thasiens lorsqu’ils composèrent l’iconographie de ce tétradrachme, dont les images font de plus écho à des éléments architecturaux qui étaient visibles de tous dans dans la ville (asty) de Thasos.

Au droit est une tête de Dionysos. Le dieu est barbu et coiffé d’une couronne de lierre. Au revers figure Héraclès, barbu et coiffé de sa peau du lion de Némée. Agenouillé, il s’apprête à tirer à l’arc. L’ethnique ΘΑΣΙΟΝ confirme qu’il s’agit bien d’une monnaie frappée sous l’autorité des Thasiens, tandis que la cithare aux pieds du héros marque l’émission.

Tétradrachme de Thasos (île de Thrace), vers 404-355 av. J.-C. Type Corpus Nummorum 21518. BnF, MMA, Fonds général 2025.

Située au nord de la mer Égée, Thasos abrita du VIe au Ier siècle av. J.-C. un atelier monétaire important, tout particulièrement pour ses séries d’argent. Avant l’inauguration des monnaies aux types Dionysos/Héraclès, la cité produisait depuis environ 520 av. J.-C. des quantités considérables de statères d’argent représentant au droit Silène enlevant une Ménade, et au revers un carré creux quadripartite.

Statère de Thasos (île de Thrace), vers 479-463 av. J.-C. BnF, MMA, Luynes 1799.

L’introduction des nouveaux tétradrachmes semble avoir été une des conséquences de la  guerre civile qui affecta la cité entre la fin de la guerre du Péloponnèse (431-404 av. J.-C.)1 et la réinstallation d’un régime démocratique vers 390 av. J.-C., puis le retour de la cité dans l’alliance athénienne dès 377 av. J.-C.

Bien que ce nouveau monnayage soit visuellement très différent de l’ancien, son iconographie puise aux mêmes sources  : les cultes importants de la cité, tout particulièrement celui de Dionysos, dont Silène et les Ménades peuplent le cortège. Surtout, Dionysos et Héraclès bénéficiaient à Thasos de sanctuaires importants, installés dès la fondation de la cité par les colons pariens, vers 670-660 av. J.-C.2

Dans un article récent, A. Muller propose d’interpréter l’implantation et la distribution géographique de ces sanctuaires comme une véritable “armure des sanctuaires”, des points forts qui à la fois scandent, délimitent et protègent le territoire de la ville3. Dans cette topographie sacrée, Dionysos et Héraclès se trouvent comme associés, le premier ayant son sanctuaire au cœur de la cité, entre l’agora et les autres sanctuaires de l’intérieur, tandis que le second – protecteur par excellence des entreprises coloniales – se situe aux avant-postes, hors même du système fortifié élaboré au milieu du VIe siècle av. J.-C.

Plan de Thasos avec son rempart bâti au début du Ve siècle av. J.-C. (d’après Y. Grandjean et Fr. Salviat, Guide de Thasos [2000], Fig. 12).
Ce lien est même figé dans la pierre au début du Ve siècle, lorsque la ville est ceinte d’un rempart long de 4 km percé de plusieurs portes. L’une d’elle, menant aux deux sanctuaires, était placée sous la protection conjointe de Dionysos et d’Héraclès4.

Large de 4,75 mètres, le passage était décoré de deux bas-reliefs représentant les divinités. A gauche était une procession de Dionysos avec ses Ménades5, tandis qu’à droite la paroi était ornée d’une représentation d’Héraclès archer, tourné vers l’extérieur de la ville6.

Relief d’Héraclès archer, bloc provenant de la porte d’Héraclès et de Dionysos de Thasos, Musée archéologie d’Istanbul (source)
Restitution de la paroi droite de la porte de Dionysos et d’Héraclès, d’après Deonna, “Les reliefs thasiens d’Héraklès et de Dionysos“, Revue Archéologique, Quatrième Série, Tt 11 , 1908, p. 35.

La ressemblance avec l’Héraclès figuré au revers des tétradrachmes Dionysos/Héraclès est remarquable, et il est presque certain que ce bas relief d’une manière ou d’une autre a inspiré l’iconographie monétaire. Enfin, sur la même paroi court une inscription :

“De Zeus, de Sémélé et d’Alcmène aux longs voiles se dressent les enfants gardiens de la cité” (IG XII, 8, 356)

Dionysos, fils de Zeus et Sémélé, et Héraclès, fils de Zeus et d’Alcmène, sont ici clairement associés et qualifiés de gardiens de la cité. Tout indique que c’est cette fonction qui fut invoquée par les autorités thasiennes lorsqu’elles choisirent de convoquer sur les nouveaux tétradrachmes ces deux divinités, à l’aspect par ailleurs si familier aux habitants de la ville.

Julien Olivier

Hommage à Olivier Picard (1940-2023)

Évoquer Thasos, c’est aussi honorer la mémoire d’Olivier Picard, archéologue et numismate, grand spécialiste de Thasos. La nouvelle de son décès le 1 septembre 2023, alors qu’il travaillait sur les monnaies de fouilles de sa chère île, nous a tous profondément attristés. Peu de temps avant sa disparation Olivier Picard avait reçu le volume de mélanges que lui ont offert ses élèves, disciples et amis : Αντίδωρον. La monnaie grecque entre guerre et commerce. Melanges de numismatique, d”épigraphie et d’histoire offerts à Olivier Picard (éd. E. Markou & S. Psoma). Le choix d’un des tétradrachmes évoqués ici pour orner la couverture est particulièrement bienvenu, comme pour invoquer encore une fois les dieux gardiens de Thasos pour veiller sur la mémoire d’un savant, d’un homme remarquable.

E. Markou, S. Psoma (éds.), Αντίδωρον. La monnaie grecque entre guerre et commerce. Melanges de numismatique, d”épigraphie et d’histoire offerts à Olivier Picard, Athènes 2023

 

  1. Précisément à partir de 411, lorsque Thasos rompt avec Athènes et la ligue de Délos. []
  2. Un passage d’Hérodote (II, 44) évoquant un Héraclès phénicien installé à Thasos avant l’arrivée des Grecs n’a jusqu’à aujourd’hui trouvé aucune confirmation archéologique. []
  3. A. Muller, “Thasos. L’installation du panthéon d’une cité coloniale“, dans S. Agusta-Boularot, S. Huber, W. Van Andringa (dir.), Quand naissent les dieux. Fondation des sanctuaires antiques: motivation, agents, lieux, Collection de l’EFR 534, Athènes, 2017, p. 62-82. []
  4. Voir la description précise des restes de la porte dans le Guide de Thasos, Sites et monuments31, Ecole française d’Athènes, Athènes, 1987, p. 62-63. L’édition la plus récente, publiée en 2000, n’est pas encore disponible en ligne. []
  5. Cette sculpture a été perdue lors de son transfert à Istanbul au début du XXe siècle. Elle n’est plus aujourd’hui connue que par une esquisse réalisée sur place par le docteur Christidis []
  6. Le bloc est aujourd’hui exposé au musée archéologique d’Istanbul. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Julien Olivier (1 janvier 2024). Les dieux gardiens de la cité : un tétradrachme de Thasos. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/veju


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.