Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.)

Aujourd’hui conservé à la Bibliothèque nationale de France, le papyrus Prisse est l’un des plus anciens manuscrits littéraires connus. Produit à l’aube du deuxième millénaire avant notre ère, c’est un rouleau de plus de 7 mètres de long sur 15 cm de haut. Le papyrus est un recueil d’enseignements, une sorte de bibliothèque en réduction. Malgré la mise en scène de personnages historiques d’un passé ancien et prestigieux – des vizirs de l’Ancien Empire, au temps des pyramides – le rouleau et ses textes datent du Moyen Empire (1640-2063 av. è. c.) et plus précisément de la 12e dynastie (1781-1991 av. è. c.), au temps des Sésostris. C’est l’époque d’épanouissement de la littérature égyptienne, qui explore les valeurs et la vision du monde des membres de l’élite, proches du pouvoir.

Visionneuse en ligne du papyrus permettant de suivre la traduction sur le document original, avec possibilité d’afficher/ne pas afficher la transcription en hiéroglyphes et la translittération.

Le programme de recherche ÉCRITURES mène une réflexion sur tous les éléments de signification, qui contribuent au sens d’un manuscrit, au-delà du seul message linguistique : de la philologie traditionnelle aux humanités numériques, en passant par l’interprétation à haute voix, quels sont les moyens à notre disposition pour donner au lecteur moderne une expérience du manuscrit ancien qui soit au plus proche de ce qu’elle pouvait être pour le scribe antique ?

Une exploration totale du « plus ancien livre du monde » a ainsi été menée, à propos du papyrus Prisse. Le programme s’est ainsi emparé de ce rouleau comme galop d’essai pour construire une expérience de lecture numérique d’un manuscrit ancien qui donne accès aux différentes dimensions du texte (linguistiques, graphiques, spatial, visuelle, sonore etc.). Ce cas d’étude est un préliminaire pour envisager des corpus textuels complexes, comme les florilèges de scribes du Nouvel Empire (Late Egyptian Miscellanies) que le programme a en ligne de mire. 

Encodage des vers P618 à P627

Ce navigateur disponible à l’adresse https://prisse.ifao.egnet.net/ prend la forme d’une application web monopage développée et déployée en utilisant eXist-db, un système de gestion de base de données XML. Les données encodées au format XML/TEI-EpiDoc sont formatées par le biais de requêtes XQuery et de transformations XSLT et présentées sous la forme d’un document HTML mis en forme par des feuilles de style CSS et rendu interactif par différentes fonctions JavaScript, dont celles fournies par la bibliothèque OpenSeadragon ayant permis la reconstitution du papyrus. Cette bibliothèque est compatible avec le protocole IIIF, protocole qui pourra, à terme, être utilisé pour créer une reconstitution numérique du papyrus citable, consultable et utilisable par d’autres projets.

Développement de l’application par Nicolas Souchon à l’Ifao

L’Enseignement de Ptahhotep, la deuxième œuvre conservée sur le papyrus Prisse, mêle étiquette de cour à des préceptes moraux destinés à l’homme de bien qui se doit de s’intégrer à la société et d’en garantir la cohésion. Le roi l’en récompensera comme les dieux qui ont posé les cadres du monde. Le genre de l’« enseignement » encode le savoir éthique et pratique en Égypte. Le texte n’en est pas moins une œuvre littéraire, traversée par le souffle de la poésie, les paradoxes de l’existence humaine, l’humour et les doutes de l’auteur. Tissée par des maximes qui posent autant le bien faire que le bien dire, l’œuvre fait une apologie de l’écoute, qui lie, comme un fils à son père, celui qui écoute à celui qui est écouté. Et les générations seront unies entre elles par la transmission du savoir, par la circulation des œuvres littéraires.

Thibaut Corrion, devant le papyrus Prisse à la BnF, le 19 mai 2022

En marge de la réalisation du navigateur et de l’exposition L’Aventure Champollion, présentée à la BnF au printemps-été 2022, Chloé Ragazzoli et Thibaut Corrion ont travaillé la traduction et l’interprétation du texte. Le regard du comédien sur le texte prononcé et donné à entendre devient un outil de philologie vivante, qui donne à sentir le grain d’un texte à la fois familier et étrange. Des vers qui sont un défi au grammairien deviennent limpides une fois portés par la voix humaine. C’est le cas de la longue variation sur le verbe « écouter » dans la deuxième partie de l’œuvre, indice pour l’historien que de telles compositions étaient destinées à une performance à voix haute, probablement en petite société.

Outre l’enregistrement en studio, Thibaut Corrion a donné une lecture publique de l’œuvre, en présence du papyrus original, à la Bibliothèque nationale de France, le 19 mai 2022.

Crédits

  • Direction du projet : Chloé Ragazzoli (EHESS)
  • Direction technique et réalisation du navigateur : Serge Rosmorduc (CNAM) et Nicolas Souchon (EPHE et Ifao)
  • Interprétation dramatique : Thibaut Corrion, comédien, auteur et metteur en scène
  • D’après la traduction et translittération de Bernard Mathieu (Université Montpellier III)

Pour aller plus loin



Citer ce billet
cragazzoli (2023, 5 octobre). Lire un papyrus égyptien au XXIe siècle : édition numérique du papyrus Prisse (1800 av. è. c.). L’Antiquité à la BnF. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sj

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.