Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère

Archive : Image du mois de septembre 2023

La vitrine du musée de la BnF consacrée à l’enfance présente une monnaie romaine à l’iconographie particulièrement originale : au revers, deux têtes d’enfants sortent de cornes d’abondance entrelacées entre lesquelles se trouve un caducée ailé. Derrière cette image en apparence pacifique se cache une réalité qui l’est bien moins, dans un contexte de luttes de pouvoir intestines au sein de la dynastie julio-claudienne.

Sesterce au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 938, BNCMER II, Tibère 72

Ce sesterce en orichalque (laiton), d’un diamètre de 34 mm et d’un poids de 28,52 g, a été frappé à Rome en 22 ou 23 après J.-C. À l’avers, il porte le nom de Drusus1, fils de l’empereur Tibère. L’autorité émettrice est toutefois le Sénat de Rome, comme indiqué au centre par les lettres S C (senatus consulto, signifiant « avec l’accord du Sénat »). Au revers, les deux jeunes enfants représentés sont les fils jumeaux de Drusus, Germanicus Gemellus et Tiberius Gemellus, nés en 19.

Le message véhiculé par cette monnaie a des visées purement dynastiques. À l’avers, Drusus est désigné comme le fils de Tibère (TI[berii] AVG[usti] F[ilius]) et le petit-fils d’Auguste divinisé (DIVI AVG[usti] N[epos]). Au moment où cette pièce est frappée, Drusus est au faîte de sa carrière : il avait été désigné consul l’année précédente et la légende précise qu’il est Pontife (PONT[ifex]) et a revêtu sa deuxième puissance tribunicienne (TR[ibunitia] POT[estate] II). Avec une telle ascendance et doté de ces charges hautement honorifiques, Drusus apparaît ici comme le premier candidat à la succession de son père, d’autant plus depuis la mort prématurée du très populaire Germanicus, neveu et fils adoptif de Tibère. L’année même où Germanicus mourait, Drusus donnait naissance à ses jumeaux, garantissant ainsi la pérennité de la dynastie.

Mais l’ambitieux et manipulateur Séjan, le préfet du prétoire (chef de la garde impériale) et bras droit de Tibère, ne l’entendait pas ainsi. Celui-ci aurait séduit la femme de Drusus, Livilla, et les deux amants auraient, avec la complicité d’un esclave, empoisonné Drusus à petit feu jusqu’à ce qu’il succombe à une étrange maladie le 14 septembre 23, il y a tout juste 2 000 ans. Le complot n’a été découvert que des années plus tard grâce aux révélations de l’ex-femme de Séjan. Un funeste destin allait aussi s’abattre sur la progéniture de Drusus : Germanicus Gemellus est mort peu de temps après son père tandis que Tiberius Gemellus, qui avait été adopté par Tibère, a été assassiné par son cousin Caligula qui venait de prendre la tête de l’Empire.

Malgré sa disparition précoce, à l’âge de 35 ans, et son destin inachevé, Drusus est passé à la postérité. Son image a été diffusée et conservée au fil des siècles grâce à la statuaire et aux monnaies. Si son portrait ne figure pas sur les sesterces, les as (division du sesterce) révèlent ses traits, typiques de la physionomie des princes Julio-claudiens.

As au nom de Drusus frappé à Rome sous le règne de Tibère, en 22 ou 23 apr. J.-C. Département des Monnaies, médailles et antiques, Fonds général 4797, BNCMER II, Tibère 78
Musée du Louvre, Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines, MNE 835

Les monnaies de Drusus ont de longue date été prisées des collectionneurs, dont l’objectif était souvent de constituer des « séries de têtes ». Le sesterce de Drusus présenté dans le musée a d’ailleurs un pedigree ancien et prestigieux. Il porte au revers, derrière la nuque du jumeau de gauche, un poinçon argenté représentant un aigle qui constitue la marque d’appartenance à l’ancienne collection de la famille d’Este, ducs de Ferrare. Cette marque a vraisemblablement été apposée au XVIe siècle, avant que la collection d’Este ne soit dispersée. Il est possible d’établir qu’au XVIIe siècle, la monnaie était déjà entrée en possession des rois de France. En effet, un registre d’inventaire de la collection royale daté de 1699 mentionne un grand bronze de même type. Il s’agit très vraisemblablement de la monnaie en question puisque le seul autre exemplaire répondant à cette description conservé à la BnF provient de la collection Armand-Valton, entrée au XXe siècle.

Extrait de l’Inventaire des monnaies de bronze de l’Empire romain, daté de 1699, BnF Ms. 244.

Cette modeste monnaie de bronze perdue au milieu des richesses exposées dans le musée de la BnF constitue ainsi un artefact exceptionnel, à la fois témoin de l’histoire mouvementée des débuts de l’Empire romain et objet de collection passé entre d’illustres mains.

Vincent Drost

Pour aller plus loin sur l’histoire et l’art de la dynastie julio-claudienne



Citer ce billet
Vincent Drost (2023, 1 octobre). Sesterce de Drusus, fils de l’empereur Tibère. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8si

  1. Tiberius Drusus Claudius Iulius Cæsar Nero de son nom complet, communément appelé Drusus II []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.