Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci

Dans les magasins de la BnF se trouvent des trésors inconnus du public. Parmi eux, des milliers de fragments de papyrus, de parchemin et de papier inscrits en grec ancien, démotique, copte et arabe1 attendent patiemment d’être redécouverts. Ces documents, légués à la BnF par Seymour de Ricci (1881-1942), un érudit bibliophile, sont conservés dans des boîtes en carton, certains encore en vrac. Malgré quelques campagnes d’identification et de conditionnement2, le nombre et la variété des documents ont découragé les bibliothécaires et les conservateurs de les traiter dans leur totalité à leur arrivée.

Boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci, boîte en carton vue de l’extérieur.

Lors du Congrès international de papyrologie de 2022 qui s’est tenu à Paris, le fonds Seymour de Ricci a été mentionné pour attirer l’attention de la communauté scientifique sur l’importance des fragments encore inédits3. Ainsi, la BnF souhaite maintenant les rendre accessibles aux groupes de recherche, autant intellectuellement que physiquement, en les inventoriant et en les conditionnant.

Boîte n°10 du fonds Seymour de Ricci, boîte en fer blanc vue de l’intérieur, fragments de papyrus et de cartonnage de momie.

Seymour de Ricci, bibliophile acharné

Pour comprendre l’origine et l’organisation de ce fonds inédit, il est essentiel de connaître la personnalité de Seymour de Ricci. Né au Royaume-Uni en 1881, il s’installe à Paris avec sa mère en 1898. Ses études à l’École Pratique des Hautes Études le conduisent d’abord vers l’épigraphie romaine et l’archéologie, puis vers l’égyptologie. Il se spécialise dans les textes grecs et coptes gravés sur pierre et sur papyrus avant de se consacrer à la bibliographie et à l’histoire du livre. Grâce à sa lecture minutieuse des catalogues de ventes et ses visites des bibliothèques privées et publiques, Seymour de Ricci réalise des dizaines de catalogues de livres et 60’000 fiches bibliographiques pour son usage personnel. Il devient ainsi expert en bibliothéconomie, c’est-à-dire en gestion des bibliothèques. Le ministère de l’Instruction publique confie à Seymour de Ricci plusieurs missions à l’étranger, notamment en Égypte où il acquiert, entre autres, des papyrus grecs et coptes. Certains de ces documents sont destinés à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres4, tandis que d’autres sont donnés à la BnF.

Le nombre de publications de Seymour de Ricci ne reflète pas l’ampleur de ses travaux. Sa dévotion à la connaissance et aux institutions françaises est reconnue par l’octroi de la Légion d’honneur le 3 avril 1935. À sa mort en 1942, Seymour de Ricci lègue la totalité de ses papiers aux institutions publiques. Il souhaite fournir des instruments de travail aux générations futures afin de faciliter leurs recherches, en particulier au niveau des bibliographies5. Aujourd’hui, Seymour de Ricci est considéré comme pionnier de la papyrologie française par ses recueils d’inscriptions grecques et latines d’Égypte6.

Les fragments de papyrus

Le reliquat à traiter consiste pour l’essentiel en fragments de papyrus conservés dans onze boites en carton. Ces documents ont été acquis par Seymour de Ricci en Égypte lors de ses voyages effectués entre 1905 et 1909. Plus précisément, d’après ses notes manuscrites dans le carnet coté Copte 166, certains fragments ont été acquis au Caire, d’autres près de leur lieu de découverte à Illahun, Medinet el-Fayoum et Assouan. La poussière et les déjections animales contenues à l’intérieur des boîtes montrent que les documents ont été laissés tels qu’ils ont été trouvés. Seymour de Ricci a également reçu des papyrus de la part d’érudits de l’époque, Théodore Reinach, Raymond Weill et Maurice Nahman. Le legs des documents à la BnF est référencé dans le Registre des entrées du département des Manuscrits : dons : manuscrits et imprimés documentaires, 1895-1948, n° 3307 à 7810, à partir du feuillet 220v avec le numéro d’entrée 7203. Si l’ensemble des documents a reçu un numéro d’entrée, le registre ne mentionne aucun numéro d’inventaire pour les fragments. Ils n’ont donc pas été inventoriés individuellement lors de leur arrivée à la BnF.

Boîte n°5 du fonds Seymour de Ricci, pochette en papier neutre, fragments de papyrus et cartonnage de momie.

Les fragments de papyrus sont dans des états très variés. Ils ont été soit placés dans des pochettes ou des feuilles de papier neutre, soit mis en sandwich entre deux feuilles de verre. Trois boîtes conservent également des fragments de papyrus en vrac. Certains documents, provenant de cartonnages de momie7, sont devenus très friables, nécessitant une manipulation extrêmement précautionneuse à l’aide d’instruments philatéliques. La majorité des manuscrits comportent des inscriptions en grec, copte, arabe et démotique, tandis que les autres sont anépigraphes ou présentent seulement des traces de pigments.

Boîte n°2 du Fonds Seymour de Ricci, huit fragments de papyrus mis en sandwich entre deux feuilles de verre.

Traitement des papyrus inédits

Les premières phases du traitement des documents inédits ont été déterminées dans le cadre d’un stage de trois mois, de février à avril 2023, au Département des Manuscrits, portant  sur la question de la curation des fonds papyrologiques8.  Elles consistent à coter provisoirement les fragments et à les inventorier. Cette démarche permet de donner une référence aux papyrus, facilitant ainsi leur manipulation et leur étude. Elle donne également la possibilité d’identifier la logique du fonds. Chaque étape du dépouillement des boîtes ainsi que chaque manuscrit sont photographiés, dans le but de garder une trace de leur classement d’origine réalisé par Seymour de Ricci.

Documentation photographique du fonds : du conditionnement externe au fragment.

La cotation provisoire choisie pour ce fonds commence par l’abréviation SdR pour Seymour de Ricci, puis mentionne le numéro de la boîte, de la pochette et enfin du fragment. Elle permet ainsi de garder l’ordre des fragments à l’intérieur des boîtes. Par exemple, la cote SdR-2-1-2 renvoie au fragment n°2 de la pochette n°1 de la boîte n°2 du fonds Seymour de Ricci. Les documents sont ensuite pré-catalogués, c’est-à-dire référencés dans un tableur avec les données suivantes : photographie, cotation, dimensions, identification de la langue et description, comprenant une évaluation de leur état et de leur pertinence. Chaque fragment peut alors être nommé et reconnu, sa disparition peut également être signalée en cas de perte.

Fichier xls (Microsoft® Excel®) de documentation des fragments.

Ce premier contact avec les papyrus Seymour de Ricci apporte déjà plusieurs informations sur le fonds : il confirme que l’ordre des fragments correspond aux lots indiqués dans le carnet Copte 166, c’est-à-dire aux ensembles de documents acquis simultanément. Il est donc crucial de documenter cette composition et d’en garder une trace numérique pour l’historique des manuscrits. Le nombre total de fragments de papyrus semble dépasser le millier de pièces. Leur traitement sera donc de longue haleine, d’autant plus que certains fragments ne portent aucune inscription. Néanmoins, rien ne saurait être jeté : ces documents font partie des collections nationales et l’avancée des technologies, en particulier de l’intelligence artificielle (IA), rendra peut-être possible la reconstitution des papyrus. La majeure partie des documents contient toutefois des textes et la ressemblance de certaines inscriptions laisse également envisager des raccords.

Le travail se poursuivra avec la mise sous verre des fragments, notamment lors d’ateliers de conditionnement de papyrus en collaboration avec le Collège de France et l’Institut de Papyrologie de la Sorbonne. Ces événements permettent aux étudiants d’entrer en contact avec des documents inédits et peuvent ainsi les encourager à les étudier. Une fois pré-catalogués et mis sous verre, les papyrus pourront être communiqués aux chercheurs afin d’être traduits et commentés. Enfin, l’étude des fragments permettra leur cotation définitive dans les collections du Département des Manuscrits où, par le passé, les premiers documents issus de ce fonds ont été répartis selon leur langue. Ainsi, l’éclatement du fonds Seymour de Ricci prouve l’importance de documenter son classement original et d’en reporter les informations dans les notices mises en ligne.

Alix Frauchiger

 

  1. L’écriture hiéroglyphique, apparue à la fin du VIe millénaire av. J.-C., est employée pour les textes religieux tout au long de l’histoire de l’Égypte ancienne. Le hiératique, sa simplification, est attesté pour la pratique quotidienne à partir du IIIe millénaire av. J.-C. avant d’être progressivement supplanté par sa propre simplification, le démotique, au VIIe siècle av. J.-C. Au IIIe siècle ap. J.-C., les chrétiens d’Égypte utilisent le copte, dérivé du démotique, comme langue liturgique, qu’ils écrivent avec l’alphabet grec augmenté de caractères démotiques. Lors de la conquête de l’Égypte par les Arabes en 641 ap. J.-C., l’arabe devient la langue officielle du pays. []
  2. Ces campagnes ont permis la cotation et le reconditionnement des documents suivants : Egyptien 240, 241, 242, 245, 246, Supplément grec 1291, 1294, 1336-1340, Copte 164, 165, 169, 170, 171, 172, 173, 174, Nouvelle acquisition latine (NAL) 3147 et Arabe 7075-7076, 7191-7203, en grande partie numérisés sur Gallica. []
  3. Desclaux Vanessa. “La collection papyrologique « orientale » de la Bibliothèque nationale de France”, XXXe Congrès international de papyrologie, conférence présentée à Paris, 30 juillet 2022. []
  4. Voir notamment Fournet Jean-Luc, Gascou Jean. “Un lot d’archives inédit de Lycopolis (Égypte) à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres”, Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 152e année, N. 3, 2008. p. 1041-1075, sur persée.fr. []
  5. Ses papiers sont regroupés sous la cote NAF 28414 “Fonds Seymour de Ricci”. []
  6. Pour en savoir plus sur la vie et la personnalité de Seymour de Ricci, voir Ramsay Nigel. “Seymour de Ricci“, Institut national d’histoire de l’art, mis à jour le 29 janvier 2013 ; Préaux Claire. “Seymour de Ricci”, Chronique d’Égypte, 18, n°36, 1943. p. 326-330, sur brepols.net ; Capart Jean. “Seymour de Ricci”, Chronique d’Égypte, vol. 19, n°37, 1944. p. 96-97, sur brepols.net. []
  7. À partir de la Troisième Période Intermédiaire (1069-664 av. J.-C.), les sarcophages des momies sont progressivement remplacés par du cartonnage, à savoir des couches de lin et de papyrus recouvertes de plâtre. Les papyrus employés sont le plus souvent d’anciens documents administratifs et littéraires. Une fois retirés du cartonnage, ces fragments offrent de précieuses informations sur la vie quotidienne de l’Égypte antique. []
  8. Frauchiger Alix. Curation des fonds papyrologiques à Paris et au Caire : Étude comparative de quatre institutions françaises, [Mémoire de stage, Master of Advanced Studies en Conservation du patrimoine et Muséologie], Université de Genève, 2023. []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Alix Frauchiger (4 septembre 2023). Les papyrus oubliés de Seymour de Ricci. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sf


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.