L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates

Le médaillier des faux du département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF – habituellement nommé Cabinet des médailles –renferme quelques milliers de monnaies grecques. Beaucoup sont des copies plus ou moins convaincantes de monnaies authentiques, fabriquées par des faussaires espérant berner les amateurs de monnaies anciennes. Plus rares sont les pièces reconnues comme fausses qui constituaient aussi une nouveauté, ce que les spécialistes nomment un « inédit », soit une monnaie présentant une iconographie, une légende, un détail, etc., jusque-là inconnu.

La monnaie cotée AA.GR.27101 appartient résolument à cette seconde catégorie. Il s’agit d’une pièce d’or pesant 5,32 g – une drachme ? – avec au droit une tête féminine à droite pourvue de boucles d’oreille et d’un collier – Artémis -, et au revers d’un lion agressif à droite surmonté de l’inscription grecque MAΣΣA. L’iconographie et la légende renvoient aux séries monétaires de la cité de Massalia, l’antique Marseille.

Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Un faux moderne

Si d’importantes émissions d’argent de de bronze sont attribuées à l’atelier massaliote, aucun monnayage d’or n’a à ce jour été assigné à cette cité . En 1771 déjà Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent (1718-1798), éminent numismate d’Aix-en-Provence, évoquait ainsi le sujet :

“Les Auteurs qui ont parlé des monnoies d’or de Marseille, traitent ce sujet si superficiellement, qu’ils méritent peu de croyance”1.

Cet avis, si tranché soit-il, n’a jamais été durablement et sérieusement remis en cause depuis.

Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent, Mémoire sur les médailles de Marseille, 1771, p. 1

L’examen attentif de la surface de la monnaie en question permet d’observer les stigmates (bulles, reliefs émoussés) d’un procédé de fabrication par surmoulage, sans aucun doute à partir d’un exemplaire authentique en argent2. Le format, l’iconographie et le style de cette pièce correspondent en tout point aux caractéristiques des émissions dites de “drachmes lourdes”, produites dans l’atelier de Massallia vers 275-225 av. J.-C.3

Drachme lourde de Massalia, vers 275-225 av. J.-C. (BnF, MMA, BN 783)

La monnaie d’or de Massalia de la BnF est donc résolument un faux moderne produit à partir d’une monnaie ancienne en argent. Ce constat établi, nous tâcherons d’éclaircir les circonstances de l’acquisition de cette monnaie pour finalement nous interroger sur la date et les motivations de sa fabrication.

Disputes, vol et mauvaise foi : une acquisition difficile

Comme souvent dans le médaillier des faux, la pièce qui nous intéresse ne possède aucune cote historique4 ni mention de provenance. Soit la monnaie a été acquise comme douteuse, et dans ce cas sans doute aucune mention n’a jamais été apportée à l’inventaire pour un objet destiné au médailler des faux ; soit simplement l’information a été  perdue après sa mise à l’index. C’est le cas de la pièce qui nous intéresse ici. Le registre Ms. 286, couvrant les acquisitions de la seconde moitié du XVIIIe siècle, contient au bas de la page 96 une entrée qui ne peut que correspondre à notre monnaie5. Celle-ci est dite :

« Acquise par échange en 1778 de M. Van Damme pour plusieurs méd[ailles] d’or ».

Acquisition de la “drachme” d’or de Massalia, 1778. (BnF, MMA, Ms. 286, p. 86)

Pieter Van Damme (1727-1806)6 est un libraire et antiquaire d’Amsterdam qui fut un des principaux collectionneurs et connaisseurs de monnaies anciennes de la fin du XVIIIe siècle, correspondant par ailleurs avec de nombreux érudits et savants à travers l’Europe7.

Portrait de Pieter Van Damme (1727-1826). Source

Une lettre en date du 7 mars 1779 adressée par l’abbé Jean-Jacques Barthélemy  (1716-1795) – alors garde du Cabinet du Roy à Paris – à Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent évoque cette acquisition qu’il a réalisée8. L’abbé y indique avoir acquis la monnaie de Massalia en même temps que deux autres pièces d’or : un aureus de l’empereur Carausius et un statère de Nicomède de Bithynie. Barthélemy donna en échange “pour celle de Marseille une médaille fort rare en or, de Ptolémée Ier, roi d’Egypte, représentant au revers un quadrige traîné par des éléphants; pour les deux autres, des médailles impériales en or”.

A.N. Zadoks-Jitta a dépouillé la correspondance qu’ont entretenu P. Van Damme et l’abbé Jean-Jacques Barthélemy au sujet de cette acquisition9. L’affaire fut semble-t-il moins simple que ne le laisse entendre Barthélemy dans son courrier de 1779. Après un premier échec des négociations épistolaires en 1774,10 ce n’est finalement que lorsque le neveu de l’abbé, André Barthélemy de Courcay, se rend à Amsterdam en août 1777 qu’il tente à nouveau d’obtenir l’aureus de Carausius pour son oncle. C’est probablement seulement à ce moment que la monnaie d’or de Marseille est repérée, et intégrée à l’acquisition envisagée. Un dernier obstacle impromptu se dresse alors : après avoir conclu un marché le 21 août et collecté les trois monnaies, Barthélemy de Courcay se les fait voler à la foire de Rotterdam. Elles ne sont finalement retrouvées – grâce à l’action de Pieter Van Damme – et restituées à Barthélemy de Courcay que le 21 octobre, déclenchant pour faire bonne mesure une querelle entre l’abbé Barthélemy et Van Damme concernant le règlement des frais engagés par ce dernier pour retrouver les pièces…  Cet épisode constitue l’ultime échange avéré entre les deux hommes.

Nous ne savons pas exactement quand la pièce fut finalement déclarée fausse et retirée des suites de Massalia. Cela dut malgré se produire assez rapidement, avant 1806.  Dans le premier volume de sa Description de médailles antiques grecques et romaines (un inventaire imprimé de la collection de Paris), Théodore-Edme Mionnet n’assigne à Massilia que des monnaies d’argent et de bronze11.

Th.-E. Mionnet, Description de médailles antiques grecques et romaines, Tome 1, Volume 1, Paris, 1806, p. 67 (BnF, MMA,  11006-MIO-8-(I, 1, 1806, B))

Un faux moderne, fabriqué il y a plusieurs siècles

La production de fausses monnaies antiques est sans doute aussi ancienne que la naissance de l’étude des monnaies de l’Antiquité, au début du XVIe siècle. Les médailliers du Cabinet des médailles sont ainsi riches en pièces d’or attestées normalement en argent ou en bronze. Métal le plus précieux, l’or est aussi le plus recherché par les collectionneurs12. L’apparition de ces monnaies ne pouvait ainsi que susciter l’intérêt, d’autant plus que la découverte de nouvelles variantes voire même de nouveaux monnayages entiers étant encore fréquente au XVIIIe siècle. C’est d’ailleurs ainsi que l’abbé Barthélemy tente de rassurer Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent dans la lettre de mars 1779, ce dernier ayant si catégoriquement repoussé la possibilité de l’existence d’un monnayage d’or massaliote :

“Votre erreur, si c’en est une, nous était commune, et ne fait aucun tort à votre excellent morceau sur les médailles de Marseille. On ne peut pas répondre quand on écrit, des médailles que la terre nous restitue peu à peu, ou qui restent ensevelies dans l’obscurité13.

Barthélemy ne semblait toutefois pas penser que cette pièce avait été récemment découverte. Dans le même courrier il propose qu’il puisse s’agir de l’unique monnaie d’or de Massalia publiée et illustrée par Hubert Goltzius (1526-1583) pour la première fois en 1576, qui serait ensuite restée en Hollande ou en Flandre durant deux siècles.

Monnaie d’or de Massalia, dans H. Goltzius, Sicilia et magna Graecia sive Historiae urbium et populorum Graeciae, ex antiquis numismatibus restitutae, 1613 tome 1, pl. 37, V (pl. 39 dans la première édition, datée de 1576)
Faux moderne. “Drachme” d’or de Massalia, 5,33 g. (BnF, MMA, AA.GR.27101)

Il convient d’admettre que rien ne s’y oppose14. Nonobstant l’écart stylistique, les éléments constitutifs du type monétaire sont tous représentés à l’identique15, jusqu’à la langue pendante du lion. Il est donc possible que la monnaie d’or conservée à la BnF soit bien celle illustrée par Goltzius en 157616.

Comparaison de la tête du lion gravée par Goltzius en 1576 (à gauche) et sur la monnaie d’or de la BnF (à droite)

La pièce d’or copiant les types massaliotes conservée à la BnF aurait donc été fabriquée au plus tôt avant le dernier quart du XVIe siècle, au plus tard un peu avant son acquisition par Barthélemy en 1778.

Des textes aux pièces : le mirage de l’or de Massalia

Pourquoi produire une fausse monnaie d’or de Massalia ? Dans ce cas il ne s’agit sans doute pas d’une fantaisie de graveur : la fabrication par surmoulage démontre l’intention de tromper les collectionneurs de monnaies. L’appât du gain constitue donc la motivation première.

Cependant Massalia se prêtait plus que d’autres cités grecques à ce type de falsification. Le développement de la numismatique va de pair avec la redécouverte des textes antiques à partir du XVe siècle. Or à cette époque les monnaies sont à juste titre perçues comme les objets antiques les plus accessibles et les plus appropriés pour les illustrer. Les inscriptions monétaires identifient les cités, les rois, les empereurs, les héros ou les dieux évoqués dans les textes. Les monnaies constituent à ce titre un véritable imagier de l’antiquité17. C’est bien ainsi que procède Hubert Goltzius dans son ouvrage Sicilia et magna Graecia sive Historiae urbium et populorum Graeciae, ex antiquis numismatibus restitutae, soit une histoire des  cités et des peuples grecs – ici de Sicile et de Grande Grèce – à partir des monnaies anciennes. Le commentaire narre les faits connus à travers les écrits de Tite Live, Athénée, Polybe, etc. (mentionnés en marge), en même temps qu’il s’appuie sur des planches de monnaies.  

H. Goltzius, Sicilia et magna Graecia sive Historiae urbium et populorum Graeciae, ex antiquis numismatibus restitutae, 1613 tome 1, pl. 37

Or justement Massalia est bien attestée dans les textes issus de la tradition manuscrite, notamment en raison de sa longue et solide alliance avec Rome. Goltzius dans son commentaire relatif à cette cité relate plusieurs épisodes, dont deux font mention de son or18.

L’auteur cite d’abord l’abrégé des Histoires Philippiques de Trogue Pompée par Justin, qui raconte la contribution des Massaliotes au tribut que les Romains durent verser au chef gaulois Brennus, qui assiégea la ville en 390 :

“Les Marseillais accompagnèrent d’un deuil public cet événement quand il fut annoncé chez eux, et ils rassemblèrent de l’or et de l’argent, tant public que privé pour compléter la somme pour les Gaulois auxquels ils savaient que la paix avait été achetée.” (Justin, XLIII, 5.9.)

Ensuite c’est Strabon qui est cité. Dans sa Géographie l’auteur parle explicitement de monnaie d’or à Massalia, précisément dans le cadre d’une législation limitant les dots à :

“cent pièces d’or, à quoi l’on peut ajouter encore cinq pièces pour les habits et cinq pour les bijoux d’orfèvrerie” (Strabon, Géographie, IV, 1, 5)

Les mentions de monnaies ne sont pas si courantes dans les textes antiques, les historiens et les numismates continuent aujourd’hui à particulièrement scruter les quelques extraits repérés. Or leur interprétation est bien souvent délicate. Le cas de la citation de Strabon est à cet égard emblématique. Si certains y ont vu l’attestation d’un monnayage d’or des Massaliotes, d’autres ensuite ont proposé d’y reconnaître la présence en Gaule de monnaies de Philippe II de Macédoine, monnayage qui servit ensuite de modèle aux monnayages celtiques19. En l’occurrence le texte de Strabon mentionne seulement des “chrysoï“, soit des “monnaies d’or”. Il peut tout aussi bien s’agir de monnaies d’or étrangères en usage à Massalia, voire simplement un montant exprimé en une unité de compte20. Ce texte peut donc être mobilisé pour supposer l’usage d’or monnayé à Massalia, mais  pas pour affirmer l’existence d’un monnayage d’or de la cité.

On comprend toutefois qu’à la lecture de ces extraits les savants et érudits des siècles passés aient accepté l’idée de l’existence d’un monnayage d’or à Massalia, voire qu’ils aient recherché les monnaies correspondant à ces épisodes. C’est probablement cette opportunité qu’a voulu saisir le faussaire responsable de la fabrication de la pièce d’or de la BnF.

Julien OLIVIER

Pour aller plus loin

 

Citer ce billet : Julien Olivier, "L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates", in L’Antiquité à la BnF, 07/08/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/21052, [consulté le 21/02/2024].

 

  1. L’auteur cite notamment à cet égard la publication d’H. Bouché,  La chorographie ou Description de Provence, tome 1, 1664, p. 77. Fauris de Saint-Vincent accepte toutefois l’existence de pièces d’argent dorées qui selon lui pourraient être antiques, et propose de voir comme une simple erreur de l’imprimeur la mention “Av” (pour “or”) sous une monnaie gravée par Hubert Goltzius en 1576. Voir à ce sujet la section “Des textes aux pièces : le mirage de l’or de Massalia”, ci-dessous. Concernant les pièces dorées, nous ne savons pas à ce jour d’où provient cette information ni à quel type d’objet cela fait référence. Cette idée semble toutefois avoir bénéficié d’un certain succès, elle est encore reprise en 1857 par William Smith dans son Dictionary of Greek and Roman geography, tome II, p. 294. []
  2. Les coins (matrices) de droit et de revers sont d’ailleurs parfaitement semblables à ceux de la paire de coins n° 14 du catalogue de J. Corsi et G. Aulisio, “The lions of Artemis. A die link study of the heavy drachms of Massalia“, Revue Numismatique, 2018, p. 180. []
  3. Outre l’article de J. Corsi et G. Aulisio signalé dans la note précédente, voir M. Feugère et M. Py, Dictionnaire des monnaies découvertes en Gaule méditerranéenne (530-27 avant notre ère), Paris, 2011, p. 48-50 ; en dernier ressort voir G. Depeyrot, Les monnaies hellénistiques de Marseille, Wetteren, 2009. []
  4. L’actuel numéro a été attribué à l’occasion de la numérisation intégrale du fonds en 2012 []
  5. L’abbé Barthélemy, alors garde du Cabinet, donne, dans une lettre en date du 7 mars 1779 adressée à Jules-François-Paul de Fauris de Saint-Vincent, le poids de la monnaie acquise : “un gros vingt-huit grains et demi”, équivalent à 5,33 g, soit le poids de la pièce de la BnF. []
  6. Sur le personnage et ses activités numismatiques, voir A.N. Zadoks-Jitta, “18de de Eeuwsche verzamelaars van antieke“, Het Tijdschrift voor Munt- en Penningkunde en het Jaarboek voor Munt- en Penningkunde, 1951, p. 67-77. []
  7. Environ 1200 lettres adressées à plus de 150 correspondants sont conservées au musée Geermanno-Westreenianum de la Haye. []
  8. La lettre est publiée en intégralité dans les Œuvres complètes de J.-J. Barthélemy, tome 4, Paris, 1821, p. 578-579, et plus récemment reproduite en ligne sur le site FINA. []
  9. A.N. Zadoks-Jitta, “Une mésaventure numismatique”, Revue Numismatique 1952, p. 236-238. []
  10. Voir par exemple la lettre de l’abbé Barthélemy en date du 1 juin 1774, ou celle plus irritée de juillet 1774, pour aboutir en septembre de la même année à un refus des offres faites sans avoir vu au préalable la pièce convoitée. []
  11. Th.-E. Mionnet, Description de médailles antiques grecques et romaines, Tome 1, volume 1, Paris, 1806, p. 67. []
  12. Voyez parmi d’autres ces quelques faux réalisés en or au XVIIe-XIXe siècle : un statère de Vélia (AA.GR.200), un grand module de Locres Opuntii (Salomon de Rothschild.944), une obole de Stymphale (AA.GR.354) ou encore une pièce de Judée de Simon Bar Kochba (Vogüé 541). Des cas inverses – copies en argent de pièces avérées en or – sont également documentés, par exemple pour les monnaies de Bérénice II d’Egypte, précisément beaucoup plus rares en argent qu’en or (AA.GR.696). []
  13. Œuvres complètes de J.-J. Barthélemy, tome 4, Paris, 1821, p. 578 ; en ligne sur le site FINA. []
  14. Malheureusement le poids et/ou le diamètre de la monnaie reproduite en 1576 ne sont pas connus []
  15. Les irrégularités du flan et le grènetis (cercle de points) ne sont signalés pour aucune monnaie. []
  16. Il n’est toutefois pas exclu que la pièce illustrée soit un autre exemplaire identique à celui aujourd’hui conservé à la BnF, et perdu depuis. []
  17. A ce sujet on lira pour le cas britannique l’ouvrage d’A. Burnett : The Hidden Treasures of this Happy Island : a History of Numismatics in Britain from the Renaissance to the Enlightenment, Londres, 2020. Voir également Th. Sarmant, La République des médailles : numismates et collections numismatiques à Paris du Grand siècle au siècle des Lumières, Paris, 2003. []
  18. H. Goltzius, Sicilia et magna Graecia sive Historiae urbium et populorum Graeciae, ex antiquis numismatibus restitutae, 1613 tome 1, p. 321-322. []
  19. Voir les interprétations proposées au sujet de l’extrait de Strabon dans S. Nieto-Pelletier, J. Olivier, “Les statères aux types de Philippe II de Macédoine : de l’Égée à la Gaule, des originaux aux imitations“, Revue Numismatique, 2016, p. 212, n. 172. []
  20. Voir en particulier à ce sujet l’article de S. Scheers, “Les débuts du monnayage en Gaule concernant spécialement les imitations du statère de Philippe II de Macédoine”, Bulletin de la Société française de numismatique, 1978, 10, p. 444-445, ainsi que la lecture de “chrysoï” de X. Loriot, p. 450. []

2 réflexions sur « L’or de Massalia, ou l’antique tentation des numismates »

    1. Bonjour,
      Merci pour votre message. Oui c’est bien une monnaie du même type, mais je ne crois pas qu’il s’agisse de l’exemplaire surmoulé. Regardez la bande de métal hors grènetis au droit est à gauche de la tête sur la pièce d’or de la BnF, mais à droite sur celle que vous avez repérée. La même remarque vaut pour le revers, mais inversement. Par ailleurs, les coins de droit et de revers ne sont je pense pas les mêmes. Comme indiqué dans la note 2 du billet, je crois que la monnaie de la BnF provient d’un exemplaire frappé avec la paire de coins n° 14 du catalogue de J. Corsi et G. Aulisio, “The lions of Artemis. A die link study of the heavy drachms of Massalia“, Revue Numismatique, 2018, p. 180.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.