Dessins de papyrus enroulés

Archive : Image du mois d’août 2023

Il est rare de conserver pour les papyrus égyptiens d’époque pharaonique découverts avant le milieu du XIXe siècle une idée de leur présentation originale.  Quelques documents conservés à la Bibliothèque  illustrent le choix de documenter l’artefact au moment du déroulement et de l’encadrement du papyrus pour en conserver une mémoire.

L’Egyptien 214 (anciens n° d’inventaire: Cabinet des médailles 1382 et Manuscrits Egyptien 144) est une lettre datant du IVe siècle avant J.-C. environ, comportant douze lignes en démotique sur le recto ou côté perfibral (sens horizontal des fibres). Cette lettre était transportée et conservée roulée. Le dessin, légendé “la même lettre liée d’un fil et scellée, avant d’être déroulée”, est peint sur calque, contrecollé sur le carton crème destiné à servir de montage de présentation du papyrus. Il témoigne que la lettre était restée cachetée, maintenue par un lien et sécurisé au centre par une bulle de terre crue sur laquelle avait été apposé un sceau: on devine un motif imprimé dans une dépression circulaire.  Le texte se trouvait roulé à l’intérieur, tandis que sur le verso, une seule ligne, “l’adresse”, est visible sur la face opposée au scellé.

Egyptien 214, état restauré en 2022, sur Gallica.

Des commentaires portés à la plume notent les observations faites au moment du déroulement et précisent que la lettre était roulée du bas vers le haut, en haut: “endroit où le papyrus était replié sur lui-même pour refermer le rouleau”, en bas: “endroit où le papyrus était replié sur lui-même pour commencer le rouleau”.

La datation en “février 1850” du montage associant le dessin, les commentaires et le papyrus a pu être redécouverte à l’issue d’une restauration de l’ensemble en 2022 par Eve Menei dans le cadre de la programmation annuelle de restauration du Département des Manuscrits au sein de la BnF. En décadrant le document, il a pu être établi au moins deux phases de présentation du document: celle contemporaine du montage crème (en 1850) et celle de l’encadrement actuel (vers 1892-1893) où le montage précédent a été contrecollé sur un fond cartonné bleu en laissant une fenêtre au verso pour permettre de voir l’inscription de l’adresse tandis que le recto était pourvu d’un alentour bleu orné de deux traits noirs, censé conférer une homogénéité visuelle à la collection de papyrus égyptiens lors de la campagne d’encadrement au début des années 1890. Cet état est documenté dans l’ancienne numérisation laissée accessible sur Gallica.  La fenêtre au verso devenue dangereuse pour le document, l’ensemble a été décollé du carton. Le papyrus a été désolidarisé du montage crème pour soulager la tension s’exerçant sur les fibres, et remplacé dans le montage évidé, fixé souplement par des languettes de papier japon sur un nouveau fond crème. Le tout a été réencadré dans le cadre de 1892-1893 entre deux verres. L’alentour bleu qui masquait la date manuscrite de “février 1850” a été retiré.

L’Egyptien 178 et l’Egyptien 182 illustrent la même démarche d’une présentation documentant par le dessin et des annotations manuscrites l’état original du papyrus avant son déroulement et conservation séparée des objets. On reconnaît la technique et l’écriture comparables à celles déployées pour l’Egyptien 214, sans doute dans les mêmes années:

Dessins accompagnant la présentation de l’Egyptien 178 et de l’Egyptien 182, sur Gallica

Avant la fiabilisation technique de la photographie, ces deux dessins renseignent la manière dont des petits papyrus contenant des décrets oraculaires et dessins magiques pouvaient être utilisés. Ils montrent le degré d’élaboration de l’enroulement du papyrus dans une enveloppe. L’enchevêtrement savant de liens élaborés et d’éléments complexes forme un objet magique destiné à garantir la réalisation du contenu tout comme à protéger le porteur de l’amulette.

Pour aller plus loin sur la thématique du dessin d’antiquités:



Citer ce billet
Vanessa Desclaux (2023, 1 septembre). Dessins de papyrus enroulés. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8se

Une réflexion sur « Dessins de papyrus enroulés »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.