Théodora / Sarah Bernhardt

Archive : Image du mois de juillet 2023

Atelier Nadar, Sarah Bernhardt. Porte Saint-Martin. Théodora. Photographie. 1884. Département des Estampes et de la photographie, NA-238 (7)-FT 4.

Cette photographie prise en 1884 représente Sarah Bernhardt (1844-1923), “monstre sacré” du théâtre, en Théodora, épouse de Justinien et impératrice de Byzance dans la pièce éponyme de Victorien Sardou.

Elle provient d’un des albums de référence de l’Atelier Nadar conservés par le département des Estampes et de la photographie. Acquis par l’État en 1949-1950 auprès de la fille de Paul Nadar, le fonds de l’atelier est conservé en partie à la BnF (albums de référence, inventaires alphabétiques des albums et tirages originaux au département des Estampes et de la photographie ; archives entre ce département et celui des manuscrits).

Dans les albums de référence, la série « Cartes albums » présente de nombreux portraits d’acteurs dont certains ayant joué dans des pièces de Victorien Sardou (1831-1908), un des dramaturges les plus célèbres et populaires de la deuxième moitié du XIXe siècle. Il s’est adonné au vaudeville, à la comédie, à la féérie, au drame, et notamment au drame historique dont Théodora, créé le 26 décembre 1884 au Théâtre de la Porte Saint Martin, en est un parfait exemple. L’intrigue se situe à Constantinople sous le règne de Justinien (527-565). Théodora, ancienne courtisane, vit une liaison amoureuse avec Andréas, jeune athénien républicain qui veut assassiner l’empereur. Le complot échoue et suite à un tragique quiproquo Théodora empoisonne son amant avant d’être étranglée sur ordre de Justinien.

La pièce connaît un succès retentissant en raison évidemment de la distribution mais aussi des importants moyens mis en œuvre pour offrir des somptueux costumes et des décors grandioses. La longue robe, la coiffe, les bijoux que porte Sarah Bernhardt ainsi que le cabinet de Justinien aux parois alternant colonnes et peintures de saints ou hauts dignitaires ont été inspirés à Victorien Sardou par les mosaïques de l’église San Vitale à Ravenne. Pour ses drames historiques, il excelle en effet dans la reconstitution, forme scénique de son temps très en vogue, suscitant des polémiques, sur la précision historique du sujet et de la mise en scène, qui passionnent le public et que Victorien Sardou apprécie en ce qu’elles continuent d’accroitre la popularité de la pièce et auxquelles il sait répondre avec brio.

Au moment où il crée sa pièce, les études byzantines en sont à leurs débuts (Gustave Schlumberger, Charles Diehl). Pour les décors et les costumes, il s’inspire des mosaïques byzantines. Quant à l’intrigue, alors qu’il a pris connaissance des écrits de Procope de Césarée (500-553 ou v. 560), le plus important historien du règne de Justinien, et bien qu’il la place durant un événement attesté de ce règne, la sédition de Nika en 532, Victorien Sardou se permet d’importantes inventions : liaison de Théodora avec Andréas un personnage fictif, exécution de Théodora sur ordre de Justinien. Adultère et final mélodramatique servent l’efficacité dramatique et spectaculaire de la pièce et s’expliquent aussi par le fait que le rôle de Théodora a été écrit par Sardou spécifiquement pour Sarah Bernhardt. Le personnage historique a ainsi été façonné pour correspondre au jeu, à la voix et à certains aspects de la jeunesse et du tempérament de l’actrice.

Les sources textuelles pour le règne de Justinien sont nombreuses (textes législatifs et administratifs, correspondance impériale avec la papauté et le clergé, actes de conciles, écrits théologiques, récits historiques et chroniques) mais seuls les écrits de Procope livrent des informations fournies sur Théodora. Cependant, Procope demeure une source controversée à interpréter avec précaution : tandis que, dans les Guerres, il fait un récit globalement enthousiaste des campagnes militaires de Justinien et dans Edifices il dresse un panégyrique des restaurations et constructions réalisées par l’empereur, deux œuvres dans lesquelles Théodora apparaît de façon marginale mais plutôt positive, en revanche dans Histoire secrète ou Anekdota, Procope  livre un impitoyable pamphlet contre le couple impérial. Il insiste ainsi sur les origines très modestes de Théodora et sur sa vie sexuelle et intime présentée comme dépravée et excessive et l’accuse d’avoir été une prostituée.

Les historiens biographes de Théodora doivent recouper ce portrait à charge avec d’autres écrits moins fournis, contradictoires et souvent tardifs, avec des témoignages épigraphiques (attestation d’actions de Théodora contre le proxénétisme, en faveur des pauvres), artistiques (mosaïques), avec des mentions de l’impératrice dans des lois, sur des sceaux, dans les serments des magistrats.

Se dessine le portrait d’une femme vraisemblablement au fort caractère, née vers 496-497, de condition en effet très modeste, fille d’un montreur d’ours à l’hippodrome, travaillant jeune dans les milieux du théâtre avant de vivre en concubinage avec un haut fonctionnaire. Vers 520, elle aurait été mise en relation avec Justinien qui obtient de son oncle l’empereur Justin qu’elle reçoive la haute dignité de patricienne et que soit édictée une loi (en 524) abrogeant l’interdiction légale faite aux anciennes actrices de contracter un mariage légitime afin de l’épouser (entre 525 et 527). En 527, Justinien et Théodora revêtent ensemble la pourpre impériale. Conseillère avisée et écoutée, elle aurait notamment durant la sédition Nika convaincu Justinien de ne pas fuir et de résister à la révolte, influente sur certaines affaires du gouvernement, elle aurait été un soutien, pendant vingt ans aux côtés de son mari et empereur, avant de mourir en 548 d’un cancer.

Jusqu’au 27 août, se tient au Petit-Palais l’exposition Sarah Bernhardt. Et la femme créa la star qui présente de nombreuses œuvres conservées par la BnF dont le manteau et la coiffe arrière portés par l’actrice dans Théodora et conservés au département des Arts du spectacle.

Pour en savoir plus :

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Théodora / Sarah Bernhardt", in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/20776, [consulté le 21/02/2024].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.