Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises

Dans le cadre du projet PIM (Police de caractère pour les Inscriptions Monétaires) mené par la Bibliothèque nationale de France sous la direction de Florence Codine, est envisagée la création de différents alphabets à partir des lettres rencontrées dans les légendes monétaires, afin de donner à leur description plus de précisions. A été considéré parmi l’ensemble des monnaies disponibles au département des Monnaies, médailles et antiques (MMA) l’ensemble des monnaies ibériques et puniques dont les caractères spécifiques nécessitaient la création de polices propres.

Afin de créer des polices de caractères utilisables pour décrire et différencier les légendes de ces monnaies spécifiques, toutes les photographies des monnaies puniques et ibériques conservées à la BnF, dans les zones géographiques que sont l’Espagne, la Sicile et l’Afrique du Nord, ont été examinées.
Il fallait tout d’abord constituer l’éventail le plus large et le plus précis possible des variations significatives dans les légendes. Nous avons pour cela répertorié, annoté et classé les différentes formes graphiques des lettres des alphabets considérés dans ces corpora.

Méthodes

Base de travail

La création de la fonte s’est appuyée sur des ouvrages de référence pour chaque région, cataloguant par date et par atelier les différentes monnaies. À partir de ces ouvrages et à l’appui des alphabets connus, une représentation graphique dessinée et une transcription des légendes monétaires ont été associées à chaque légende pour les types de la collection du MMA. Ces catalogues, pour l’un d’eux appuyé directement sur la collection de la BnF1, constituent les bases des types et des légendes à partir desquelles les monnaies du MMA ont été considérées.

Corpus 1 : monnaies espagnoles.

Pour les monnaies espagnoles de légendes puniques et ibériques, la publication très complète de P. P. Ripollès a été utilisée. Son ouvrage est un catalogue de l’ensemble des types monétaires, pour lesquels l’auteur a créé un alphabet propre, montrant des variations de formes pour certaines lettres2. Cet alphabet a constitué la base de l‘élaboration des allographes pour la compréhension et la retranscription des alphabets. Différentes variations jugées représentatives pour chaque lettre ou syllabe se sont ajoutées à cette base graphique.

Corpus 2 : monnaies puniques (Afrique et Sicile)

Pour les monnaies puniques d’Afrique et de Sicile, différents catalogues ont été utilisés : celui de O. D. Hoover3, de J. Alexandropoulos4, du British Museum5, le Sylloge Nummorum Graecorum de Copenhague6 ainsi que le mémoire de Master 2 de J. Artru, inédit, dont les indications ont été très précieuses7. L’ensemble de ces ouvrages a permis également d’identifier et d’attribuer des monnaies définies comme « incertaines » dans l’inventaire du département. Quelques monnaies n’ont pas pu être attribuées, toutes n’étant pas cataloguées dans les ouvrages cités ; elles représentent cependant une proportion très faible de l’inventaire (une demi-douzaine). Les ouvrages eux-mêmes mentionnent la difficulté d’attribution de certains types monétaires. Ces ouvrages n’établissent pas d’alphabet ou de charte graphique spécifiquement associées aux monnaies considérées ; c’est donc en partant des alphabets sémitiques décrits dans le Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique qu’ont été établies les formes graphiques de base8.

Cinq-shekels, atelier punique de Sicile, vers 264-255 av. J.-C., argent, 37,35 g (BnF, MMA, Luynes 3758)

Protocole et critères de sélection

Protocole

Différentes étapes ont jalonné cette étude. Dans un premier temps, les monnaies ont été examinées une par une par zone géographique à partir du catalogue de référence afin de sélectionner les monnaies dont les légendes étaient visibles et identifiables.  Tout d’abord, a été privilégié l’enregistrement des photographies des monnaies sans précision des ateliers de frappe dans l’interface public. La priorité a été donnée à la création des annotations de sorte que les alphabets puissent être les plus complets possibles, y compris si la détermination géographique associée devait rester lacunaire. Le choix des photographies et des monnaies s’est opéré à partir du Catalogue général de la BnF. Cet inventaire donne pour chaque monnaie un lien conduisant à l’affichage en ligne des prises de vue de droit et de revers dans Gallica, permettant d’identifier immédiatement les monnaies dont les légendes n’étaient pas suffisamment lisibles pour l’utilisation souhaitée. Les photographies des monnaies sélectionnées ont été enregistrées dans un dossier propre, pour être ensuite téléchargées dans le logiciel NumiPal.

Afin de pouvoir travailler sans être confrontée à des problématiques d’ordre techniques liées à la lenteur des serveurs, plusieurs tâches ont été effectuées en parallèle :

1/ A partir du fichier Excel contenant les données de la BnF, les prises de vue des monnaies correspondant aux numéros de référence donnés dans le catalogue Ripollès ont été enregistrées dans un dossier propre, sous un nom (IBER pour les monnaies d’Espagne, QAR pour les monnaies d’Afrique du nord et de Sicile), le nom de l’atelier (quand il est connu) et la référence du catalogue général de la BnF.

2/ Un fichier reprenant les correspondances entre le nom attribué dans le fichier NumiPal, le numéro de catalogue de référence, le numéro d’inventaire BnF, le tout par atelier et par période chronologique si possible, a été créé à la fois en version papier et en version informatisée.

3/ Un tableau général des formes des lettres des alphabets utilisés a été dressé, afin de retrouver rapidement les formes des différentes lettres lors de l’annotation. Chacune des colonnes a ensuite été complétée avec les variations graphiques significatives trouvées au cours des annotations des légendes monétaires. Un tableau général des formes inventoriées a pu ainsi être constitué de même qu’un carnet papier des variations graphiques de chaque forme.

Processus d’annotation

Le téléchargement sous NumiPal et les annotations ont été effectués en deux temps.

1/ Le téléchargement des données brutes, à partir des photographies préalablement sélectionnées, a constitué la phase initiale, très chronophage. Il s’est avéré nécessaire, afin de mettre en ligne les informations relatives aux monnaies sélectionnées : nom de la monnaie, numéro d’inventaire, référence bibliographique, photographie, atelier d’émission et numéro de classement NumiPal.

2/ L’annotation, beaucoup plus rapide, a été ensuite effectuée sur les photographies des monnaies disponibles en ligne. Cette opération s’est faite grâce aux tableaux graphiques préalablement préparés de façon à identifier aisément, dans chaque alphabet considéré, l’existence (ou non) de la forme présente, et d’en déterminer les variations significatives.

Cette dernière phase s’est accompagnée d’un enregistrement dans le logiciel de chaque variation graphique des lettres sous un nom propre. Ainsi, dans l’alphabet sémitique, est enregistrée par défaut la lettre « aleph 1 », associée à la forme initiale prise comme référence. En cas de variation significative sur une photographie, est alors créée une lettre « aleph 2 », associée elle aussi à une forme graphique propre mais distincte. Au fur et à mesure de l’annotation, les lettres ou syllabes repérées sur les monnaies permettent d’identifier des formes nouvelles, ou de consolider l’existence de formes déjà repérées pour une même lettre (fig. 1).

Fig. 1 : variations des allographes pour aleph

Pour les monnaies espagnoles, les deux points précédents ont dû être répétés. Les monnaies inventoriées dans la publication de Ripollès contenaient une partie seulement des monnaies présentes au catalogue de la BnF. Pour identifier les monnaies non inventoriées (mais associées à un numéro de référence existant), une seconde recherche a donc été effectuée à partir de l’inventaire des collections du MMA, par nom d’atelier.

Pour les monnaies siciliennes et africaines, l’analyse s’est faite en deux phases : la première à partir des références de légende, de type et d’atelier du catalogue de O. D. Hoover9, et du British Museum10 permettant de télécharger et d’annoter toutes les monnaies de la BnF attribuées à la Sicile ; la seconde s’est concentrée sur les monnaies d’Afrique du Nord (Carthage et Numidie) à l’appui des catalogues de J. Alexandropoulos11, de J. Artru12 et du Sylloge Nummorum Graecorum de Copenhague13.

Les photographies enregistrées ont été intégrées dans un fichier en ligne propre à chaque monnaie, composé d’une image associée aux données d’inventaire, d’atelier et des catalogues de référence (fig. 2).

Fig. 2: interface de chargement des photos de monnaies

Critères de sélection

Les annotations ont été réalisées à partir des formes déjà publiées dans le catalogue Ripollès. Après une recherche de documentation, un alphabet général a pu être établi, réunissant les variations régionales (hispanique nord-oriental et sud-oriental, celtibérique occidental et oriental).

À partir des formes repérées et utilisées comme base de reconnaissance typographique,  de nouveaux allographes ont été ajoutés pour les lettres considérées comme différentes :

  • Variation de forme complète.
  • Variation significative d’éléments structurant de la forme d’origine.

Toute variation nécessitant une modification de la description en langage naturel a été considérée comme significative : triangle pointe à droite ou pointe à gauche, sablier, sablier dont le centre est barré d’un trait, par exemple.

L’alphabet précédemment établi, calligraphié sur un support papier, a servi à une consultation systématique des allographes existants lors de chaque annotation. Toutes les lettres rencontrées ont été comparées aux allographes déjà enregistrés dans le logiciel à partir de la version papier établie en parallèle (fig. 3).

Fig. 3 : Interface de création d’allographes NumiPal

Les lettres dont la forme, le sens, la taille, étaient comparativement semblables, ont été rattachées aux allographes existants et ajoutées à la catégorie d’ontographe (la lettre de base) leur correspondant sur le fichier papier.

Les critères de discrimination ont été les suivants :

  • Variation de forme géométrique (losange ou ovale).
  • Ajout d’un ou plusieurs éléments (cercle, patte, angle).
  • Retrait d’un ou plusieurs éléments.
  • Changement de sens d’un ou plusieurs éléments.
  • Écartement supérieur à 45°.
  • Variation de courbe (d’angle à courbe).
  • Rotation.

Les oublis du graveur pour certaines lettres ont également été considérés comme discriminants (patte manquante14).

Pour l’alphabet ibérique, les variations suivantes ont été négligées :

  • Variation de la taille des lettres, souvent mineure car la proportion entre lettres dans un même mot est généralement respectée.
  • Différence de ligne de base car la variation est mineure au sein d’une même légende.

La plupart des éléments ignorés décrits ici sont considérés comme des variations artisanales de la gravure monétaire et non comme des oublis – contrairement au dernier caractère discriminant précédent. L’idée présidant à la discrimination ou non des formes s’est placée du point de vue de l’utilisateur. L’utilisateur aurait-il su déterminer la lettre d’origine, s’il était lui-même originaire de la cité d’émission ou non ? Aurait-il pu, grâce à des variations spécifiques, reconnaître l’atelier d’émission ? C’est de ce point de vue que certaines variables (grandeur proportionnelles des lettres et lignes de base par exemple) ont été considérées comme négligeables, tandis que d’autres (ajout d’éléments graphiques, rotation des formes) ont été retenues comme significatives.

L’alphabet définitif des variations pour l’alphabet hispanique ou celtibérique est résumé dans la figure suivante (fig. 4) :

Fig. 4 : Ensemble des variations d’allographes par lettres dans l’alphabet ibérique

Pour l’alphabet sémitique, de multiples variantes ont été prises en compte. Contrairement à l’alphabet ibérique dont les formes semblent rester relativement fixes malgré une utilisation variable, il existe de réelles différences d’un atelier ou d’une zone géographique à l’autre dans les formes et les tailles des lettres sémitiques. Certains allographes représentent des formes très éloignées pour un même ontographe : la lettre mem compte à elle seule 30 formes différentes. L’alphabet définitif des variations pour l’alphabet sémitique est synthétisé dans la figure suivante (fig. 5) :

Fig. 5 : Ensemble des variations d’allographes par lettres dans l’alphabet phénico-punique

Monnaies et allographes

Corpus 1 : monnaies espagnoles

557 monnaies ont été sélectionnées et annotées parmi la collection de la BnF. 3066 annotations ont été effectuées, ce qui a permis d’établir un canevas de 174 formes de lettres et 4 symboles dans l’alphabet ibérique et 146 formes et 4 symboles dans l’alphabet sémitique.

Corpus 2 : monnaies puniques (Afrique et Sicile)

210 monnaies ont été sélectionnées pour cette zone géographique, 955 annotations ont été effectuées, ce qui a permis de rajouter 73 allographes au canevas de l’alphabet sémitique déjà établi par le corpus 1.

Dans les deux corpus, certaines monnaies non publiées ou non encore cataloguées sont attestées : elles apparaissent sous les numéros Ripollès 3000 pour les monnaies espagnoles, ou Hoover 9999 pour les monnaies d’Afrique ou de Sicile. Malgré l’absence de références, elles présentent des formes intéressantes. La plupart consolident les formes déjà trouvées.

Pratique de l’annotation

Les images, une fois enregistrées, étaient visibles dans l’interface publique, permettant de les visualiser à plus grande échelle (fig. 6). L’annotation s’effectue en sélectionnant l’espace où se situe l’allographe à enregistrer.

Fig. 6 : Interface du logiciel d’annotation

Une fois l’annotation effectuée, l’ensemble des allographes annotés est enregistré pour chaque monnaie (fig. 7). Pour un même allographe, l’ensemble des formes repérées est inventorié par numéro de référence (aleph1, aleph 2 etc.) dans le logiciel en ligne. Cette base de données permet alors de retrouver, pour un seul allographe, l’ensemble des formes qui lui ont été attribuées (fig. 8).

fig. 7
fig. 8

La représentation suivante indique les allographes possibles pour l’ontographe aleph et leur fréquence sur les monnaies considérées, ainsi que leur regroupement selon le style de variations (fig. 9).

Fig. 9 : groupes des allographes d’aleph

Fontes

L’ensemble du processus décrit ci-dessus a permis la création de deux alphabets complets, où toutes les lettres des alphabets de référence sont représentées. La collection du MMA permet d’établir une fonte complète des lettres dans chaque alphabet, allant de deux à vingt-neuf allographes pour chacune d’entre elles.

L’alphabet ibérique corpus 1

L’alphabet ibérique a cette particularité qu’il s‘organise comme une langue à la fois syllabique et alphabétique. Cette langue a des spécificités régionales : il existe pour chaque zone géographique, des formes elles aussi spécifiques pour chaque lettre ou chaque syllabe. Si les formes sont parfois communes entre les zones géographiques, le son qui leur est associé ne l’est pas obligatoirement. La multiplicité des peuples dans l’Espagne préromaine a engendré, pour la dimension monétaire, une variation tout aussi importante des légendes, des alphabets et des formes utilisées pour les transcrire (fig . 10).

Fig. 10 : carte des Peuples ibériques, P. P. Ripolles, 201315

Les allographes dans les différents alphabets ibériques considérés sont assez peu nombreux : leur nombre s’échelonne de 2 à 17 par ontographe ; pour 28 ontographes, il existe 177 allographes soit environ 6,3 allographes par ontographe. Cette faiblesse de la variation s’explique par l’existence préalable de différentes formes pour un même son, propre à chaque région.

La différenciation entre les différents alphabets en fonction de chaque région dans les légendes monétaires serait une étude intéressante à faire, qui ne sera pas menée ici16. Malgré la connaissance actuelle des formes de chaque alphabet régional, il est probable que les légendes monétaires pourraient apporter des précisions significatives sur les types d’utilisation des alphabets régionaux, voire une identification par atelier17.

Les lettres ou symboles syllabiques utilisés pour les différents alphabets ibériques ne sont pas toujours très différents les uns des autres ; en revanche, une même forme peut être utilisée pour différents sons en fonction de la région. Aussi, les variations graphiques pour chaque ontographe sont-elles relativement limitées, en particulier pour les symboles syllabiques : ce sont majoritairement les lettres qui subissent le plus de variabilité, en particulier les ontographes E (17 allographes), S/S’ (11 allographes) et R/R’ (15 allographes) ; les symboles syllabiques comptent moins de variabilité, entre 3 et 8 allographes – hormis pour GE/KE (11 allographes).

L’alphabet phénico-punique : corpus 1 et 2

Les variations de lettres existent de façon bien plus importante pour les lettres les plus fréquentes dans les inscriptions, mais les variations sont également importantes sur les lettres dont la calligraphie est plus complexe : bien que le beth soit une lettre fréquente, elle ne compte que 11 variations, quand l’aleph compte 21 allographes (fig. 11) et le mem 29 (fig. 12). La lettre la moins sujette à la variation est le zayin, qui ne compte que deux allographes.

Fig. 11: quelques variations du aleph sur des monnaies phéniciennes (PHE), puniques (QAR) et ibériques (IBER)

Dans le cas des allographes sémitiques, le nombre d’allographes au total comprend à la fois les allographes espagnols et les variantes qui n’existent que pour le corpus siculo-punique. Ce dernier groupe ajoute des allographes supplémentaires spécifiques pour seulement 17 des 24 lettres de l’alphabet. Il existe donc une base commune qui, pour certaines lettres, n’est utilisé que d’un côté ou de l’autre de la Méditerranée. Les variations espagnoles sont plus tardives que les variations carthaginoises et siciliennes, datées des Ve – IIe siècles tandis que les monnaies d’Espagne sont datées des IIe – Ier siècles avant J. –C.

Notons que pour l’alphabet sémitique, les variations concernant les lettres beth, resh et daleth sont peu nombreuses car les trois lettres se forment de façon semblable, la différence fondamentale étant située sur la longueur de la jambe, ce qui oblige également les graveurs et les autorités à limiter les variations gênantes pour la compréhension.

Synthèse

Le travail d’annotation a permis d’une part, d’établir une base de données des formes des lettres des légendes monétaires des deux alphabets décrits et d’établir une police pour deux « alphabets » très différents l’un de l’autre ; l’alphabet ibérique, à la fois alphabétique et syllabique, composé de signes très carrés, souvent angulaires, relativement stables dans leur forme comme dans leurs proportions ; l’alphabet sémitique quant à lui, comporte un grand nombre de variations de formes, à la fois en fonction des zones géographiques, des graveurs et des périodes considérées.

D’autre part, ce travail a également permis d’observer de façon détaillée l’évolution des formes des lettres et leur régionalisation : il est frappant de constater que certaines variations de lettres sont propres à certains ateliers. A titre d’exemple, le tav calligraphié sous la forme d’une courbe est typique de Carthage, tandis qu’un mem surdimensionné n’apparaît que sur des monnaies de Malaca ; de même l’aleph n°20 n’existe que sur les monnaies de Carthage à l’éléphant.

Il ressort donc de ce travail, au départ très technique, des conclusions historiques et géographiques très précises : des variations graphiques spécifiques permettraient de retrouver un atelier de gravure et son environnement linguistique. Une étude plus poussée des types graphiques rencontrés pour une même lettre pourrait fort bien donner des alphabets propres à chaque région, et dont certaines seraient spécifiques à un atelier pour une période donnée. Cela pourrait permettre d’identifier, à long terme, des monnaies de provenance incertaine en fonction des types de gravure, des allographes et donc des ateliers.

Cette étude permet également de se renseigner sur les habitudes de gravure et les particularités socio-culturelles des graveurs ou des monétaires : il semble que la liberté de gravure soit relativement plus large sur les lettres composées de plusieurs éléments, et particulièrement dans l’alphabet sémitique – qui couvre des régions géographiques plus éloignées les unes des autres. Leurs variations malgré leur nombre, permettraient dans une étude plus approfondie, appuyée sur les données ici rassemblées, d’identifier précisément un alphabet par atelier et par période.

Fig. 12: quelques variations du mem sur des monnaies puniques (QAR), ibériques (IBER) et phéniciennes (PHE)

Une seconde explication de la variation des lettres tient probablement à la nécessité de la reconnaissance des lettres ainsi exécutées, en fonction des utilisateurs ou des régions. Les allographes dont la facture est moins soignée se rencontrent plus aisément sur les monnaies de bronze que sur les monnaies d’argent, où les variations malgré leur fréquence, restent davantage soignées. Il y aurait là une considération sociologique, peut-être culturelle, à creuser quant au public visé par ces inscriptions ou la destination prévue des monnaies émises : le bronze voyagerait potentiellement moins que l’argent ; sa reconnaissance s’effectuerait donc par des utilisateurs plus proches du lieu d’émission et partant, de même culture linguistique.

Cette liberté rend d’ailleurs la lecture et la reconnaissance difficile : certaines lettres sont très proches les unes des autres, au point que seule une différence de taille relative entre elles permet la réelle reconnaissance. Prises isolément, elles restent énigmatiques : le beth, daleth, resh, sont parfois tout à fait semblables, de même que le kav, le waw et certaines formes de pè.

Difficilement reconnaissables en tant qu’ontographes mais aisées à distinguer les unes des autres, ces variations pourraient, en étudiant de plus près les gravures et les allographes déjà connus, permettre d’attribuer de façon bien plus précise certains types de gravures, certains styles ou certaines formes de lettres. Il y a là matière à une étude plus approfondie qui pourrait amener des informations intéressantes pour la datation ou l’attribution de monnaies peu lisibles ou non attribuées.

Un approfondissement particulièrement intéressant consisterait à créer, pour chaque fiche de monnaies, une catégorie « ateliers » qui permettrait d’établir la liste des formes de lettres qui y sont connues dans l’alphabet utilisé. En plus de pouvoir attribuer des monnaies jusque-là incertaines, ces précisions permettraient d’établir une cartographie des formes et des types de lettres utilisées dans les régions concernées, sur des périodes précises. Cette cartographie pourrait s’établir de façon évolutive pour les langues considérées au cours des périodes. Chaque lettre, chaque forme, chaque alphabet pourrait alors être considéré en fonction de sa fréquence dans les ateliers, des variations qui existent dans sa région, et il serait possible d’en extraire des informations pour son environnement linguistique.

Ce travail, mis à disposition de spécialistes en linguistique pour les langues puniques, néo-puniques et ibériques, pourrait permettre d’envisager l’évolution des langues elles-mêmes dans le cadre d’un projet à la fois purement technique – la description de légendes monétaires – historique – avec l’attribution des monnaies et la compréhension des circulations et des diffusions numéraires – et linguistiques, avec la trace tangible de l’évolution des formes dans une région donnée.

Gaëlle Thévenin

Bibliographie

quelques références bibliographiques supplémentaires, en plus de celles déjà citées dans le texte:

HOZ, J. de, «La recepción de la escritura en Hispania como fenómeno orientalizante», Anejos del Archivo Español de Arqueología XXXV, 2005 p. 363–380.

LEJEUNE, M., « D’Alcoy a Espanca: Réflexions sur les écritures paléo-hispaniques », in Michel Lejeune. Notice biographique et bibliographique, Lovaina, 1993, p. 53–86.

SOLIER, Y., « Découverte d’inscriptions sur plombs en écriture ibérique dans un entrepôt de Pech Maho (Sigean) », in Revue Archéologique de Narbonnaise 12, 1979, p. 55–123.

UNTERMANN, J., Monumenta Linguarum Hispanicarum, Wiesbaden (1975),

    • part I Die Münzlegenden. (1980):
    • part II Die iberischen Inschriften aus Sudfrankreicht (1990)
    • part  III Die iberischen Inschriften aus Spanien. (1997)
    • part IV Die tartessischen, keltiberischen und lusitanischen Inschriften.

VELAZA, J., « La escritura en la península ibérica antigua », La escritura y el libro en la antigüedad, Madrid, 2004 p. 95–114.

Citer ce billet : gthevenin, "Projet de Polices des Inscriptions Monétaires : le cas des monnaies ibériques et carthaginoises", in L’Antiquité à la BnF, 25/03/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2074, [consulté le 21/08/2018].
  1. P. P. Ripollès, Monedas Hispanicas de la Bibliothèques nationale de France, BnF, Paris, 2005 []
  2. P. P. Ripollès, Monedas Hispanicas de la Bibliothèques nationale de France, BnF, Paris, 2005 []
  3. O. D. Hoover, Handbook of Coins of Sicily, Classical numismatic Group, London, 2013 []
  4. J. Alexandropoulos, Les monnaies de l’Afrique antique, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2007 []
  5. G. F. Hill, A Catalogue in the Greek coins in the British Museum. Sicily, Longmans, Londres, 1876 []
  6. J. K. Jenkins, The Royal collection of coins and medal. Danish national museum, Sylloge nummorum graecorum 42,  North Africa. Syrtica – Mauretania, Munksgaard, Copenhague, 1969 []
  7. J. Artru, Carthage : Monnaie et histoire, des origines à la troisième guerre punique, Mémoire de Master 2, Université d’Orléans, 2014-2015 []
  8. E. Lipiński (dir), Dictionnaire de la civilisation phénicienne et punique, Brepols, Turnhout, 1992, en particulier les alphabets n° 22, 35-43, tableaux graphiques p. 204 -214 []
  9. O. D. Hoover, Handbook of Coins of Sicily, Londres, Classical numismatic Group, 2013 []
  10. G. F. Hill, A Catalogue in the Greek coins in the British Museum. Sicily, Longmans, Londres, 1876 []
  11. J. Alexandropoulos, Les monnaies de l’Afrique antique, Presses universitaires du Mirail, Toulouse, 2007 []
  12. J. Artru, Carthage : Monnaie et histoire, des origines à la troisième guerre punique, Mémoire de Master 2, Université d’Orléans, 2014-2015 []
  13. J. K. Jenkins, The Royal collection of coins and medal. Danish national museum, Sylloge nummorum graecorum 42, Munksgaard, Copenhague, 1969 []
  14. Par exemple dans l’alphabet ibérique, l’allographe O9, qui n’est autre que l’allographe O2 sans sa patte centrale []
  15. P. P. Ripolles, Ancient Iberian Coinage, Documentos Digitales de Arqueologia, Museu de Prehistoria de Valencia, 2013 []
  16. P. P. Ripolles, Ancient Iberian Coinage, Documentos Digitales de Arqueologia, Museu de Prehistoria de Valencia, 2013, signale des particularités de ce point de vue []
  17. J. Ferrer I Jané, « Novetats sobre el sistema dual de diferenciació gràfica de les oclusives sordes i sonores », Palaeohispanica 5, 2005, p. 957-982 et id., « Els sistemes duals de les escripturas ibèriques », in Acta paleohispanica XI, 2013, p. 445-459 ; J. A. Correa, « Los semisilabarios ibéricos: algunas cuestiones », ELEA 4, 2004 p. 75–98, J. Rodriguez Ramos, « La lectura de las inscripciones sudlusitano-tartesias »,  Faventia  22/1,  2000 p. 21–48; voir aussi http://www.wikiwand.com/fr/%C3%89critures_pal%C3%A9o-hispaniques#/overview []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.