Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique

Archive : Image du mois de juin 2023

Article en une du journal Le Merle moqueur, 3 mars 1923 © BnF/Gallica

La découverte de la tombe de Toutânkhamon par l’Anglais Howard Carter en novembre 1922 à Louxor a rencontré un large écho dans la presse internationale : les articles illustrent la fascination pour ce jeune pharaon jusqu’alors peu connu, la richesse de son mobilier funéraire et rapportent l’empressement des célébrités et des têtes couronnées qui se pressent pour visiter son tombeau creusé dans la Vallée des Rois.

A partir de février 1923, avec l’ouverture officielle de la tombe, l’engouement ne faiblit pas, accompagnant la découverte des différentes salles de l’hypogée et la sortie progressive du mobilier très bien conservé. La presse satirique n’est pas en reste, comme le montre l’édition de l’hebdomadaire Le Merle Blanc du 3 mars 1923, un journal fondé par l’anarchiste Eugène Merle dans la lignée du Canard enchaîné. Dans ce numéro, plusieurs articles (en une et en page 4) s’inspirent de l’égyptomanie ambiante pour se moquer de l’actualité française et internationale, mêlant jeux de mots et caricatures.

Avec cette brève en forme de liste présente en une, le journaliste a joué sur les dérivés possibles autour du nom du roi : cela donne lieu à des calembours évoquant des personnalités du monde politique, culturel et sportif de l’époque, prétexte pour souligner des détails physiques ou pour faire allusion à des anecdotes bien connues des lecteurs. Il suggère de refermer leur tombeau car les personnes évoquées sont en fin de carrière ou sur le déclin, ou tout simplement de l’autre bord politique que celui du journal.

Est citée ainsi la gloire du music-hall et actrice Mistinguett, associée à des “fanons” de baleine, une allusion à sa dentition prononcée également soulignée dans des caricatures de l’époque.
Les “marrons” renvoient aux poings du boxeur Georges Carpentier
tandis que les “tétons” de la danseuse Isadora Duncan évoquent ses audaces vestimentaires : à la fois louée et raillée au sujet de ses performances considérées comme originales depuis les années 1900, elle s’affranchit en effet des règles du ballet pour proposer une danse libérée des contraintes avec des vêtements amples et sans corset. Elle acquiert dans certains journaux la réputation d’une danseuse “nue” et est l’objet de critiques faussement choquées dans la presse satirique.

Le qualificatif donné à Maurice Barrès est une allusion à l’expression “gentil mouvement de menton », qui lui est régulièrement associé depuis 1917 dans les colonnes du Canard enchaîné et qui culmine dans un article intitulé “Un joli mouvement de Menton” publié le 5 février 1919 L’homme politique est en effet une des cibles favorites de l’hebdomadaire durant la Grande Guerre en raison de son militarisme et de sa promesse, non tenue, de s’engager : fin 1914, il n’avait alors pas suivi le gouvernement qui s’était réfugié à Bordeaux et ses détracteurs estimaient que son engagement se réduisait donc à un “mouvement de menton“.

Enfin, parmi ces personnalités est évoqué André de Fouquières, connu pour sa vie mondaine et ses sympathies royalistes, donc bien éloigné du bord politique du Merle blanc, et perçu comme une figure parmi d’autres qui mériterait de connaître le même sort que le roi égyptien. Retrouvez d’autres chefs d’œuvre de pastiches de la presse française dans l’exposition “Pastiches de presse”, à la BnF-François Mitterrand, Paris, qui se tient jusqu’au 29 octobre 2023 (programme des rencontres et des conférences disponible sur le site de la BnF).

Pour en savoir plus

  • Sur ce numéro du Merle blanc avec pastiche égyptien, plus de détails dans un billet Gallica de mai 2023
  • Sur la découverte de la tombe de Toutânkhamon à travers les clichés de l’Agence Rol : billet Gallica, septembre 2019


Citer ce billet
Hélène Virenque (2023, 1 juillet). Quand Toutânkhamon inspirait la presse satirique. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8sa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.