Le Grand Camée de France

Archive : image du mois de mai 2023

Grand Camée de France. Rome, premier quart Ier siècle. Sardonyx, H. 31 cm, l. 26,5 cm. BnF, MMA, Camée.264.

Œuvre phare du musée de la BnF, le Grand Camée, appelé également Camée de France, est un legs exceptionnel de l’Antiquité. Désormais présenté dans la galerie Mazarin, il y retrouve l’essentiel des œuvres qui l’accompagnaient dans le Trésor de la Sainte Chapelle. Il convient donc de revenir rapidement sur cette pierre gravée hors du commun.

Suscité au Ier siècle de notre ère par une commande émanant du cercle restreint de la première dynastie à régner sur l’empire romain (les Julio-Claudiens), ce camée est gravé sur une sardonyx (ou sardoine) de dimensions inaccoutumées (31 x 26,5 cm) présentant cinq couches colorées différentes ce qui a permis au graveur de développer un ambitieux discours iconographique qui, au-delà de la prouesse technique et de la qualité artistique, supporte un programme politique qui est une source précieuse pour l’historien.

Description

Registre supérieur

La scène, spectaculaire, se déploie sur trois registres, le premier (ci-dessus) se situant dans le cosmos. Auguste divinisé et couronné de rayons y trône impassible, accompagné d’un personnage volant en costume oriental qui peut être identifié comme Iule (ou Iulus) fils du prince troyen Énée et ancêtre mythique de la gens Iulia, dont Jules César, puis Auguste et les autres protagonistes du camée sont les descendants à des degrés divers. Un Éros fils de Vénus confirme cette lecture, la déesse de l’Amour, elle-même mère d’Énée, étant à l’origine divine de la dynastie. Deux personnages venus du registre terrestre escaladent les cieux. À droite sur Pégase, Germanicus, général glorieux et populaire, neveu et héritier de l’empereur Tibère jusqu’à sa mort en 19 ap. J.-C. À gauche, portant un bouclier, c’est Drusus le propre fils de Tibère, décédé en 23, victime d’un crime ourdi par son épouse, qui ne sera dévoilé que bien plus tard.

Registre central

Dans le registre central (ci-dessus), nous entrons au cœur du sujet de cette mise en scène. L’acteur essentiel en est l’empereur régnant Tibère, qui trône tel Jupiter. À sa droite est assise Livie sa mère, veuve d’Auguste et prêtresse de son culte, alors qu’une autre femme se tient debout devant lui : Antonia, nièce d’Auguste et mère de Germanicus. Autour de celle-ci un enfant et deux adolescents en tenue militaire qui ne sont autres que ses petits-fils : Caligula, Nero et Drusus, tous issus de Germanicus. Ici se situe le cœur du message que porte le grand camée. Après la mort prématuré de ses héritiers naturels qui rejoignent le  firmament, Tibère se doit de choisir un nouveau successeur parmi la descendance d’Antonia. Deux femmes complètent le tableau familial, Agrippine veuve de Germanicus et mère des princes et Livilla, fille d’Antonia et veuve meurtrière de Drusus, le défunt fils de Tibère.

Registre inférieur

Enfin, le registre inférieur (ci-dessus) montre des barbares germains et orientaux, réduits au rang de figurants passifs écrasés par la domination de Rome, dont Germanicus et Drusus furent les instruments.

Le périple d’un objet exceptionnel

Conservé dans le trésor impérial romain au Palatin, ce vestige inégalable fut transféré au IVe s. dans la nouvelle capitale, Constantinople, fondée par le premier souverain chrétien du Bas-Empire. Propriété des basileîs byzantins, il passa aux rois latins qui s’emparèrent de la cité en 1204 à l’occasion du détournement de la Quatrième Croisade. Tout laisse penser qu’il fut ensuite offert à Saint-Louis par Baudoin II, l’ultime empereur latin de Constantinople. Son histoire fut parfois mouvementée. Philippe VI l’envoya en 1343 au pape Clément VI en Avignon en échange d’une aide financière et il ne revint à la Sainte-Chapelle qu’en 1379. Ensuite, il passa à travers les périls : pillages des Guerres de religion, incendies accidentels et destruction durant la Révolution française. Volé en 1804 avec d’autres chefs d’œuvre antiques par un cambrioleur audacieux mais imprudent qui tenta de le vendre à Amsterdam, il fut récupéré avant d’être finalement replacé au cœur des collections les plus prestigieuses du Cabinet des Médailles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Dominique Hollard (5 juin 2023). Le Grand Camée de France. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8s8


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.