C’est pas faux ! Une imitation radiée au nom d’Arturus ?

On a trouvé le Graal !

C’est à Grand (88) que la monnaie étudiée a été découverte. Ce site est surtout connu pour son probable sanctuaire d’Apollon Grannus où Constantin aurait eu sa célèbre vision1. Lors de la fouille programmée au lieu-dit du « trône de l’ogre » par l’archéologue Fr. Pitiot débutée en 2005 et terminée en 2009 portant sur une possible résurgence lié au temple, l’équipe a découvert une monnaie qui au premier abord aurait été classée dans les imitations radiées habituelles de la fin du IIIe siècle2.

Imitation radiée au nom d’Arturus découverte à Grand (88)

Cette découverte, déposée pour étude à la BnF, pourrait pourtant être le Graal du site antique en fournissant le possible nom d’un nouvel usurpateur resté inconnu jusque-là. Nous avons pu ainsi découvrir avec grande surprise en légende du droit IMP ARTVRVS P F [AVG] ou [REX]. Cette légende demeure lisible malgré une certaine schématisation des lettres. Le profil de l’empereur se rapproche de celui des empereurs gaulois avec une barbe fournie. Le type du revers correspond à une FIDES un peu dégradée et plus spécifiquement semble s’apparenter à la FIDES MILITVM de Tétricus Ier3 et dont on en a gros[sit] les traits. Cette monnaie pourrait ainsi être la preuve de la présence d’un usurpateur gaulois supplémentaire dans les années 260-274 ap. J-C.

Arturus était probablement un général gaulois voire germain en tenant compte de son nom atypique, qui a tenté de prendre le pouvoir, mais qui semble avoir été oublié de l’Histoire. Il pourrait également être à l’origine de la légende arthurienne médiévale. Cette découverte d’une imitation d’un antoninien d’Arturus le 1er avril 2005 de la fouille de F. Pitiot fera donc date pour sûr dans le domaine numismatique romain.

Dies irae : les chercheurs prennent les armes

Suite à l’apparition de la monnaie de Sponsianus/Sponsien, qui a fait débat ces derniers mois, nous pouvons nous poser la question de la véracité des légendes des imitations radiées durant l’Antiquité. Cette imitation a été considérée par certains comme la preuve de l’existence d’un nouvel usurpateur du IIIe siècle du nom de Sponsianus4. Alors que les chercheurs étaient prêts à crier « Révolte ! », un droit de réponse a permis d’expliquer que la monnaie était plus probablement une copie moderne imitant ces imitations (!) radiées antiques5. Elle aurait probablement été fabriquée pour une occasion spéciale. Mais, le débat demeure. L’absence de contexte de découverte empêche évidemment de s’assurer de l’authenticité de cette légende, malgré les analyses.

Les imitations : il faut plutôt voir ça comme une évolution

Imitation radiée du type PAX découverte en 2012 au théâtre du Vieil-Evreux

Pour autant, sur les millions d’imitations radiées découvertes en contexte antique6, il n’est pas toujours aisé de vérifier la véracité des légendes inscrites et des types. Les types sont normalement imités de monnaies officielles et les monétaires ne cherchent pas à faire dans l’originalité, ce qui permet de découvrir ponctuellement des types rares de monnaies officielles encore inconnues. C’est le cas de l’imitation de Postume au type « à l’arc de triomphe » pour un sesterce7 et un autre type aux enseignes pour une imitation radiée8. Certaines légendes sur des imitations n’ont pas pu être inventées et permettent de connaître également des légendes de monnaies officielles encore ignorées grâce à celles-ci. Nous pouvons citer la VICTORIA POSTVMI AVG9. Néanmoins, un grand nombre d’imitations sont tellement dégradées qu’elles en deviennent une schématisation plus ou moins reconnaissable d’un type connu. Nous pouvons citer les classiques imitations de PAX des empereurs gaulois par exemple (figure, ci-dessus). Les légendes peuvent également être dégradées devenant systématiquement débiles, mais toujours inattendues (figure, ci-dessous).

Imitation radiée découvert lors de la fouille de la villa de Grigy en 2011

Prouver de façon péremptoire qu’un usurpateur a existé

Les imitations radiées ont cependant permis de faire connaître des usurpateurs inconnus par les textes. Ainsi, les pièces de Domitien II sont passées du statut de possible fausse monnaie moderne à celui de véritables imitations radiées antiques grâce à la découverte d’une monnaie en contexte archéologique10. Il semble donc évident que cet usurpateur a existé, malgré l’absence de monnaie officielle connue et qu’il faut aujourd’hui le considérer en tant que tel.

Piscis Aprilis

Nous vous souhaitons un bon poisson d’avril numismatique et d’excellents épisodes de Kaamelott ! Ci-dessous, la monnaie en question avant retouche : une imitation radiée de Tetricus.

Bibliographie

  • Bursche et Myzgin 2022 : https://coinsweekly.com/an-expert-opinion-on-sponsianus/, une réponse des auteurs d’articles scientifiques sur la question (Bursche A., «  Złote medaliony rzymskie w Barbaricum Symbolika prestiżu i władzy społeczeństw barbarzyńskich u schyłku starożytności », Warsaw: Instytut Archeologii Uniwesytetu Warszawskiego, 1998) reviennent sur la question dans un droit de réponse.
  • Callegher 2019 : Bruno Callegher, Too Big to Study? Troppo grandi da studiare?, Polymnia: Numismatica antica e medievale. Studi, 2019.
  • Drost et Hollard 2020 : Vincent Drost et Domique Hollard, « Troisième partie : Saint-Germain-lès-Arpajon et les trésors géants », dans Le trésor de Saint-Germain-lès-Arpajon (Essonne), un dépôt géant du IIIe siècle après J.-C., Vincent Drost (dir.), Trésors monétaires, Tome XXIX, 2020, p. 93-120.
  • Estiot et Salaün 2004 : Sylviane Estiot et Gildas Salaün, «  L’usurpateur Domitianus  », Revue numismatique, t. 160,‎ 2004, p. 201-218.
  • Guichard, Gutsfeld et Richard 2016 : Lauren Guichard, Andreas Gutsfled et François Richard (éd.), Constantin et la Gaule. Autour de la vision de Grand, A.D.R.A, Boccard, 2016.
  • Hollard 1994 : Dominique Hollard, « VICTORIA POSTVMI AVG : un type inédit de Postume attesté par un faux antique », Bulletin de la Société française de numismatique, 49, 1994, pp. 768-772.
  • Hollard 1997 : Dominique Hollard, « Le prototype des bronzes « à l’arc de triomphe » de Postume enfin retrouvé », Bulletin de la Société française de numismatique, 52, 1997, pp. 71-75.
  • Hollard 2006 : Dominique Hollard en collaboration avec Fabien Pilon, « Pri(n)cipia aug(usti) : un revers monétaire aux enseignes inédit de Postume», dans D. Hollard (dir.), L’armée et la monnaie. Actes de la journée d’études au 10 décembre 2005 à la Monnaie de Paris (Recherches et Travaux de la Société d’études numismatiques et archéologiques), I, Paris, 2006, pp. 27-35 et pl. III.
  • Pearson et alii 2022 : Paul N. Pearson, Michela Botticelli, Jesper Ericsson, Jacek Olender, Liene Spruženiece, « Authenticating coins of the ‘Roman emperor’ Sponsian », PLOS ONE, 2022, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0274285.
  • Pitiot et alii 2020 : Franck Pitiot, Jean-Christophe Hembert, Alexandre Astier et Ludovicus Magnus Trommenschlagerus, Rapport de la fouille du « trône de l’ogre ». Une résurgence karstique à caractère rituel ? », FAUX rapport final d’opération programmée, SRA de Lorraine, 2020.
  • RIC : Webb (P.H.), Roman Imperial Coinage – Vol. V-1 : Valerian to Florian, Londres, 1927.


Citer ce billet
Ludovic Trommenschlager (2023, 1 avril). C’est pas faux ! Une imitation radiée au nom d’Arturus ? L’Antiquité à la BnF. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8s0

  1. Guichard, Gutsfeld et Richard 2016 []
  2. Pitiot et alii 2020 []
  3. RIC 72 []
  4. Pearson et alii 2022 []
  5. Bursche et Myzgin 2022 []
  6. Drost et Hollard 2020 ; Callegher 2019 []
  7. Hollard 1997 []
  8. Hollard 2006 []
  9. Hollard 1994 []
  10. Estiot et Salaün 2004 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.