Les arènes de Nîmes photographiées en 1857

Archive : Image du mois d’avril 2023

Frères Bisson, Arènes de Nîmes. Extérieur, 1857. BnF, dpt des Estampes et de la photographie, EO-14 (5)-BOITE FT 4

Cette vue photographique (tirage sur papier albuminé d’après un négatif sur verre au collodion humide) représente l’amphithéâtre de Nîmes dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Elle porte deux cachets, l’un à l’encre noire « Bisson frères », l’autre sec « Bisson frères // Photographes de S.M. l’Empereur».

Louis-Auguste et Auguste-Rosalie Bisson fondent leur entreprise photographique en 1852 peu de temps après le déclin du daguerréotype et la montée en puissance des procédés négatif-positif. Une partie de leur activité est consacrée à la photographie d’architecture qui, dans le sillage de la mission héliographique, s’impose alors comme un genre important. À partir de 1854, les frères Bisson déposent à la Bibliothèque impériale leurs tirages photographiques par livraisons regroupées sous le titre : Reproductions photographiques des plus beaux types d’architecture et de sculpture d’après les monuments les plus remarquables de l’Antiquité, du Moyen-Age et de la Renaissance.

La vue des arènes de Nîmes aurait été réalisée lors d’une mission des frères Bisson entre 1857 et 1858 dans le Midi à la demande du duc de Luynes souhaitant des clichés de monuments historiques. L’amphithéâtre avait déjà été immortalisé par Edouard Baldus quelques années auparavant. En effet, l’édifice antique, transformé en forteresse  à partir du VIe puis en quartier d’habitation à partir du XIVe a retrouvé au début du XIXe siècle sa première monumentalité après avoir été dégagé des constructions postérieures et sa première fonction en accueillant à nouveau des spectacles. Les frères Bisson sont ainsi les premiers à en réaliser une vue de l’intérieur pendant un rassemblement.

Nemausus, devenue colonie romaine en 28 av. J.-C., connaît un important développement urbain grâce notamment aux largesses d’Auguste (construction de l’Augusteum, d’un temple dédié à ses deux petits-fils fameux sous le nom de Maison-Carrée, élévation d’une enceinte). Grâce à l’évergétisme d’un notable dont le nom n’est pas parvenu jusqu’à nos jours, la cité se dote d’un amphithéâtre au début du IIe siècle ap. J.C. Construit en 25 ans, 20 ans après celui de Rome, de forme elliptique, il mesure 130 mètres de long sur 101 mètres de large et 21 mètres de hauteur répartis sur 2 niveaux d’arcades superposés et un attique. 34 rangées de gradins (3 volées de 10 gradins et 4 gradins d’honneur) permettent d’accueillir 24 000 spectateurs. Combats de gladiateurs, combats d’animaux ou chasses reconstituées se déroulaient sur une arène de 69 mètres de long sur un peu plus de 38 de large.

Amphithéâtre en pierre de taille le mieux conservé du monde romain, il connaît depuis 2009, une campagne de restauration doublée d’une étude archéologique menée par l’Inrap. Ces travaux renouvellent les connaissances sur le bâtiment en déterminant les phases de construction, en précisant l’organisation du chantier ou en éclairant certains procédés techniques utilisés. Les archéologues ont travaillé avec Jean-Claude Golvin pour mettre en images les propositions de restitution du monument basées sur les nouvelles connaissances acquises.

Cette collaboration qui dépasse le seul amphithéâtre a donné lieu à une exposition au Musée de la Romanité à Nîmes « Dévoiler Nemausus. Jean-Claude Golvin, un architecte et des archéologues », la publication de l’ouvrage Portraits de Nîmes antique et a alimenté le Centre d’interprétation et d’architecture du patrimoine de Nîmes récemment mis en ligne.

Pour en savoir plus :



Citer ce billet
Pauline Darleguy (2023, 1 mai). Les arènes de Nîmes photographiées en 1857. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8s4

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.