Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF

Read this post in English: For a Digital Archaeology of Coins? A RTI project on Celtic coins kept at the BnF

Avant-propos, par Dominique Hollard (chargé du fonds des monnaies celtiques de la BnF)

Le projet de recherche initié par Adriene Baron Tacla de l’Universidade Federal Fluminense (Rio de Janeiro) a immédiatement attiré notre attention. La technologie utilisée (RTI) semble en effet particulièrement bien adaptée aux monnayages celtiques, qui se distinguent par une iconographie assez complexe ainsi que par le grand nombre de types non figuratifs. Les flans sont généralement plus petits que les coins (matrices) gravés et utilisés pour frapper les monnaies. La technique RTI apparaît donc comme un moyen privilégié pour mieux comprendre ces objets, notamment les fonds conservés à la BnF – la plus importante collection de monnaies celtiques au monde avec 11 000 pièces.

Statère de billon Curiosolites, 6,40g (BnF, MMA, 6586)

En novembre-décembre 2017, j’ai eu l’occasion de travailler à la BnF afin de collecter des données pour mon projet consacré aux monnaies de l’âge du fer. Ce projet a pour objet l’application de la méthode Reflectance Transformation Imaging (RTI) aux pièces de l’âge du fer conservées au Musée Historique National du Brésil (MHN). J’ai commencé ces travaux en me demandant si de nouvelles techniques pouvaient être utilisées pour l’étude des monnayages de cette époque. La visualisation numérique, et en particulier les technologies 3D nous offrent les moyens non seulement d’enregistrer, de conserver et d’afficher des objets et des images, mais aussi de les analyser, de les comparer et de les restaurer. C1, 3D">ontrairement à ce que certains chercheurs croyaient2, les technologies 3D ne nous induisent pas en erreur, mais nous aident plutôt à tester des hypothèses de travail et à mieux comprendre les découvertes archéologiques.

Il serait naïf de considérer que les modèles 3D fournissent une réplique exacte des structures, objets ou environnements du passé. 3, as it is usually done in any historical or archaeological research.">STANLEY, D. J. 2003. Computers, Visualization, and History: how new technology will transform our understanding of the past. Armonk, New York: M.E. Sharpe)), comme c’est généralement le cas dans toute recherche historique ou archéologique. Le niveau de détail et le type de rendu pris en compte dans un modèle dépendent directement des objectifs de recherche. Par exemple, les modèles 3D peuvent être utilisés comme outils pour les historiens et les archéologues pour comprendre les possibilités de perception sensorielle de l’espace, avec des simulations variées de mouvements et de perspectives visuelles, voire pour comprendre l’interaction entre objets et structures. Les objets numérisés peuvent aussi être visualisés, présentés et conservés avec un niveau de détail jamais vu auparavant. Pour les objets corrodés, les technologies 3D peuvent contribuer à leur préservation, ainsi qu’à l’étude de leur utilisation et de leur usure au fil du temps. De plus, les objets numérisés peuvent être « manipulés » de différentes manières. Non seulement ils peuvent être tournés et vus dans des positions différentes, mais aussi avec différentes orientations de la lumière, ce qui peut, par exemple, mettre en évidence des détails sur la surface des objets imperceptibles autrement. Ces technologies peuvent même dévoiler des détails importants pour la compréhension des techniques des artisans du passé et des modes de consommation. Pour tous ces cas, la RTI est un outil précieux.

H-RTI à la BnF

Lors de mon séjour à la BnF, je me suis principalement intéressée au fonds des monnaies celtiques. J‘ai utilisé la technique dite « Highlighted-RTI » (H-RTI), une méthode développée par Mark Mudge, Marlin Lum et Carla Schroer ((MUDGE, M. ; MALZBENDER T. ; SCHROER, C. ; LUM, M. 2006. New reflection transformation imaging methods for rock art and multiple viewpoint display. In: VAST’06: Proc.7th Int. Symp. Virtual Reality, Archaeology and Cultural Heritage, Cyprus, 2006. Eurographics Association, p. 195–202 ; DUFFY, S. ; BRYAN, P. ; EARL, G. ; BEALE, G. ; PAGI, H. ; KOTOULA, E. 2013. Multi-light Imaging for Heritage Applications. Swindon: English Heritage. Consulté le 10/01/2017)), du Cultural Heritage Imaging. La H-RTI est une méthode très accessible, qui nécessite un équipement photographique de base – un appareil photo reflex numérique, un flash, un flash radio, une télécommande, une carte Kodak Gray 18 % et un trépied – un bout de ficelle et une balle réfléchissante noire ou rouge.

L’installation H-RTI au département des Monnaies, médailles et antiques, BnF

Les photos ont été prises à partir d’une position stationnaire et j’ai déplacé le flash autour de l’objet pour obtenir une multitude d’orientations de la lumière. Pour mes travaux, j’ai décidé de travailler avec 48 images par pièce prises à partir de 12 positions différentes  à environ 0 °, 30 °, 65 ° et 90 ° degrés par rapport à l’objet. Les photos ont été obtenues au format RAW ; elles ont ensuite été converties en JPEG pour traitement dans le logiciel RTIBuilder, qui compile les données des images dans un fichier PTM ou RTI. Après le traitement, l’image peut être visualisée dans le logiciel RTIViewer. L’étape suivante consistera à annoter les images dans CHER-OB, un logiciel créé par l’équipe informatique de Yale. Le logiciel est gratuit et résulte de la recherche académique dans le domaine de l’informatique appliquée au patrimoine culturel.

Les intérêts de la méthode RTI

La RTI est une méthode de photographie informatique créée en 2001 par Tom Malzbender et Dan Gelb, chercheurs au Laboratoire HP. Initialement appelé Polynomial Texture Mapping (PTM), RTI capture l’image et la couleur d’un objet dans différentes positions de lumière. Il permet de créer un éclairage mobile et interactif des objets et d’exécuter des simulations mathématiques d’amélioration de la surface et des couleurs dans le but d’une meilleure visualisation de la surface de l’objet et pour mieux appréhender sa forme.

Quinaire d’argent Séquane, type Q. DOCI SAN.F, 1,97g (BnF, MMA, 5410)

La méthode RTI est devenue assez répandue parmi les archéologues, notamment chez les numismates, parce qu’elle est particulièrement intéressante pour travailler avec des surfaces presque plates, comme celles des monnaies. Néanmoins, la RTI ne crée pas d’images 3D en soi, mais une simulation 3D basée sur le calcul de la variation de l’incidence de la lumière par pixel pour chaque photo ((Bentkowska-Kafel, A. ; del Hoyo Melendez, J. M. ; MacDonald, L. W. ; Mathys, A.; de Almeida, V.M. 2016. Colour and Space in Cultural Heritage in 6Ds : The Interdisciplinary Connections. In: Campana, S. ; Scopigno, R. ; Carpentiero, G. ; Cirillo, m. (eds) CAA2015: Keep the Revolution Going: Proceedings of the 43rd Annual Conference on Computer Applications and Quantitative Methods in Archaeology. Oxford: ArchaeoPress, p. 958-959)).

Cette méthode a  suscité beaucoup d’intérêt, notamment car elle permet d’avoir une meilleure compréhension et une visualisation unique de la forme, des matériaux utilisés, en plus des motifs, de la coloration et du dessin appliqués aux objets. En effet, elle met en évidence des éventuels changements de la surface, indiquant ainsi des réparations ou d’autres modifications intervenues sur la monnaie. Ce sont souvent des changements et des détails qui ne peuvent pas être observés sur les photographies classiques et qui pourraient être pertinents pour l’analyse. 

Applications

Notre utilisation des technologies 3D doit être guidée par nos problématiques de recherche. Par exemple, les technologies numériques peuvent nous aider à mieux comprendre les métiers d’art anciens. En numismatique, la RTI a contribué à la poursuite du développement des axes de recherche traditionnels, tels que :

  • l’identification et la classification des types monétaires ;
  • les études de coins ;
  • la reconstruction de séries ;
  • la restitution, voire la restauration de pièces brisées.

La technique RTI a également été largement utilisée pour numériser des collections qui sont ainsi mises à la disposition du public, comme celle du Pallazzo Blu. De plus, la RTI convient également aux études de corrosion, car on peut facilement observer l’état d’usure et de corrosion de l’image et de la surface de la pièce, ainsi que l’identification des dommages de surface. Je m’intéresse particulièrement à cela. Au final, la RTI peut largement contribuer à une meilleure compréhension de la composition et des techniques de l’image sur les monnayages de l’âge du fer4, ou dans le cas des illusions 3D trouvées sur les types monétaires Curiosolites.

Adriene BARON TACLA

Citer ce billet : abarontacla, "Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 19/02/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1974, [consulté le 21/08/2018].
  1. EITELJORG, H. 1998. Photorealistic Visualizations May Be Too Good. Computer Technologies for Archaeologists and Architectural Historians (CSA) Newsletter 11 (2). Last access: 08/04/15. []
  2. EITELJORG, H. 1998.  Photorealistic Visualizations May Be Too Good. Computer Technologies for Archaeologists and Architectural Historians, CSA, Newsletter 11, 2. Consulté le 08/04/17 []
  3. STANLEY, DJ 2003. Computers, Visualization, and History: how new technology will transform our understanding of the past. Armonk, New York: ME Sharpe.">Ce sont des interprétations du passé basées sur des données extraites de sources primaires et secondaires ((↩]
  4. OLIVIER, L. 2014. Les codes de représentation visuelle dans l´art celtique ancien. In:  GOSDEN, C. ; CRAWFORD, S. ; ULMSCHNEIDER, K. (eds.) Celtic Art in Europe Making Connections. Oxford: Oxbow Books, p. 39-55 []

Une réflexion sur « Pour une archéologie numérique des monnaies ? Un projet RTI sur les collections celtiques de la BnF »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.