Une tête inscrite au nom de Sappho

Archive : image du mois de mars 2023

Tête de femme, époque romaine, IIe siècle, marbre, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, inv.57.12 © BnF/Gallica.

Cette tête féminine, datée du début du IIe siècle de notre ère, est une copie romaine d’un original grec du Ve siècle. Elle est actuellement visible dans la première salle du Musée de la BnF-Richelieu.

Elle est souvent décrite comme une représentation de la poétesse grecque Sappho en raison notamment de deux lettres gravées sur le côté de la tête : « SM » pour « Sappho de Mytilène », Mytilène étant la capitale de l’île de Lesbos où elle vécut.

Sa coiffure est composée d’une longue bande de tissu, plus large à l’arrière pour retenir les cheveux, nommée « opisthosphendone » et  aux extrémités habituellement nouées au niveau du front. Cette iconographie est à rapprocher d’autres représentations  en ronde bosse anépigraphes attribuées à Sappho : une tête romaine également en marbre conservée au British Museum ainsi qu’une copie de l’époque moderne en bronze du Musée du Louvre.

[Jean-Baptiste Muret], [Recueil. Monuments antiques]. vol. 11, 1830-1866 © BnF/Gallica.
Notre tête, dont la provenance est inconnue, est présente dans les collections de la Bibliothèque au moins depuis le XIXe siècle puisqu’elle figure dans le Recueil des monuments antiques (1830-1866) de Jean-Baptiste Muret, dans la partie consacrée aux objets du Cabinet des médailles.

Sappho (fin VIIe siècle-début VIe siècle) est connue pour ses chants d’hyménée et ses compositions pour la lyre. Issue de l’aristocratie, elle dirige à Lesbos un cercle pour l’éducation des jeunes filles grâce à la musique et au travail manuel, appelé Maison des Muses. Elle est une figure importante de la poésie lyrique grecque même si ses œuvres nous sont connues uniquement via des fragments. Sa réputation est telle dans la Grèce classique, que Platon, dans les épigrammes funéraires qui lui sont attribués, l’aurait qualifiée de « Dixième muse ».

Pour en savoir plus



Citer ce billet
Hélène Virenque (2023, 3 avril). Une tête inscrite au nom de Sappho. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8s1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.