Conférence mercredi 8 mars 2023 18 h 30 Archéologie de la présence juive en France

Mercredi 8 mars à 18 h 30, BnF-site François-Mitterrand (Petit Auditorium), conférence Archéologie de la présence juive en France par Paul Salmona, directeur du musée d’art et d’histoire du Judaïsme – mahJ (Paris).

En 2023, la BnF consacre son cycle annuel de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » à l’archéologie de la France, en écho aux 20 ans de la loi du 17 janvier 2001 relative à l’archéologie préventive et aux 20 ans de la création de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap).

Depuis le XIXe siècle, les archéologues exhument des traces matérielles de la présence juive en France (synagogues, bains rituels, rues, cimetières, graffitis, parchemins). Dans les années 1990, le développement de l’archéologie préventive a permis de mettre au jour un patrimoine nouveau éclairant cette présence juive de l’Antiquité à nos jours. Ces vestiges enrichissent la connaissance des innombrables juiveries que comptait le royaume avant les expulsions médiévales, illustrent la vie des communautés qui subsistent (Alsace, Avignon, Comtat Venaissin) ou se reconstituent au XVIe siècle (côte aquitaine, Lorraine), et apportent des données originales sur les juifs de France de l’Émancipation au XXe siècle, contribuant à donner une visibilité nouvelle à cette « tache aveugle » dans le récit national.

Pour l’Antiquité, les archives du sol en France relatives au judaïsme sont ténues. Dans ce contexte, la mise au jour fortuite en 2009 à Arles, dans le quartier de Trinquetaille, à l’occasion de travaux de voirie, du sarcophage d’une certaine Pompeia Iudea représente une découverte importante permettant d’attester de la présence d’une communauté juive.

L’illustration en tête du billet (© Alain Genot, musée Arles antique) montre l’enlèvement de ce tombeau lors de la fouille menée par Alain Genot. La face latérale orientée à l’est porte un cartouche mentionnant les défunts :

POMPEIAE IVDEAE

ET

COSSVTIVS EVTYCLES

Comme l’explique Alain Genot, si le gentilice de la défunte, Pompeia est courant en Narbonnaise, le cognomen (surnom), Iudea, la “juive”, est très rare et ne peut renvoyer à l’origine géographique de la défunte, la province de Judée ayant disparu en 135 ap. J.-C. et le sarcophage ayant été daté du IIIe siècle ap. J.-C.

Cette inscription mentionnant Pompeia Iudea et (son mari?) Cossutius Eutycles pourrait être la plus ancienne inscription juive retrouvée sur le territoire de la France actuelle.

Pour aller plus loin :

Télécharger notre Bibliographie _ Archéologie de la présence juive en France



Citer ce billet
Pauline Darleguy (2023, 3 mars). Conférence mercredi 8 mars 2023 18 h 30 Archéologie de la présence juive en France. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8rw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.