Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier »

Si les trésors de monnaies antiques sont nombreux en France, la très grande majorité d’entre eux concerne la période gallo-romaine, à travers le numéraire tardif de la République et surtout celui de l’époque impériale1. Bien moins fréquents – et d’autant plus précieux sur le plan historique – sont les dépôts composés de séries celtiques pourtant produites sur le territoire national. Or, seuls de tels ensembles sont à même de permettre l’avancée des études, non seulement concernant la monnaie gauloise, mais sur l’histoire même des peuples qui occupaient la Gaule avant la conquête césarienne, le numéraire indigène étant notre source majeure en l’absence de textes attribuables à des auteurs autochtones.

Cela souligne l’importance et la singularité du volume qui vient de paraître dans la collection des Trésors Monétaires, éditée par la BnF depuis 19792. Cet ouvrage de 230 pages, publié sous la direction scientifique de P.-M. Guihard et abondamment illustré est, pour la première fois, consacré exclusivement à des ensembles monétaires gaulois. Il s’agit plus précisément d’espèces en argent appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler la « zone du denier », qui furent produites et circulèrent entre le dernier tiers du IIe siècle avant notre ère et l’époque augustéenne.

Plusieurs dépôts significatifs de tels quinaires d’argent sont ici rassemblés et étudiés selon diverses approches : numismatique et historique en premier lieu, mais aussi archéologique et archéométrique à travers des analyses de composition métallique. Le premier, Bassing (Moselle, 1111 exemplaires, terminus 30-20 av. J.-C.) bénéficie d’un contexte archéologique précis, celui d’une demeure aristocratique. Celui de Laignes (Côte-d’Or, au moins 2131 exemplaires), a été découvert manière illicite et non déclaré aux autorités compétentes. Il a cependant était préservé pour l’essentiel et fournit un précieux point d’appui pour comprendre les pratiques monétaires dans le Centre-Est à la fin de l’âge du Fer.

Par ailleurs, les reliquats de l’immense trésor de Lavilleneuve-au-Roi (Haute-Marne), découvert en 1866, sont ici précisément étudiés. Composé à l’origine de plus de 13 148 exemplaires, moins de 2 % de ses monnaies sont actuellement conservées dans les collections publiques, essentiellement au Musée d’Archéologie Nationale. Similaire dans son faciès au dépôt de Laignes, des liaisons de coins avec ce dernier ont pu être mises en évidence dans cette étude.

Enfin, trois petits ensembles normands découverts aux Andelys (Eure), à Lyons-la-Forêt (Eure) et à Limésy (Seine-Maritime) et publiés jusqu’à présent de manière partielle, posent la question du rôle de l’armée dans la diffusion de ce numéraire à travers la Gaule, après la conquête et jusqu’au début de la période augustéenne.

C’est précisément vers une destination foncièrement militaire des « quinaires gaulois » que pointe la synthèse des données exposée dans la postface du volume. Cet emploi essentiel pour solder des contingents a pu tout d’abord s’exprimer dans un cadre indigène, avant de s’épanouir dans celui des troupes auxiliaires de l’exercitus durant et après la guerre des Gaules. On constate d’ailleurs que les « quinaires » sur lesquels est centré ce volume, ne peuvent en réalité se dissocier de numéraires d’argent d’autres zones celtisées, comme les séries dites « au cavalier » de la Vallée du Rhône et les deniers similaires produits par les cités celtibériques qui fournirent des troupes montées à l’armée romaine.

Ce trentième opus des Trésors monétaires représente ainsi un apport des plus significatifs à la compréhension d’un monnayage jusqu’alors mal appréhendé, des frappes dont la situation historique à l’articulation des monnayages de l’Indépendance gauloise et de ceux de la Gaule pleinement romanisée, souligne la spécificité et la richesse.

Dominique Hollard

Sommaire

  • Pierre-Marie Guihard, « Introduction », p. XXV-XXVIII ;
  • Pierre-Marie Guihard (dir.), Jean-Denis Laffite, Laurent Thomashausen, Sylvia Nieto-Pelletier, C. Miks, Camille Bossavit, « Le dépôt de quinaires gaulois de Bassing (Moselle). Une encaisse à vocation militaire du début de la période augustéenne », p. 1-142 ;
  • Camille Bossavit, Sylvia Nieto-Pelletier, « Le dépôt monétaire de Laignes (Côte-d’Or) : 2113 exemplaires en argent du Centre-Est de la Gaule », p. 143-172 ;
  • Camille Bossavit, « Le dépôt monétaire de Lavilleneuve-au-Roi (Haute-Marne) », p. 173-180 ;
  • Pierre-Marie Guihard, « Les dépôts de quinaires gaulois des Andelys (Eure), de Lyons-la-Forêt (Eure) et de Limésy (Seine-Maritime) : marqueurs numismatiques d’une présence militaire post-césarienne dans la basse vallée de la Seine ? », p. 181-188 ;
  • Pierre-Marie Guihard, « Les découvertes de quinaires gaulois à travers un inventaire des dépôts monétaires », p. 189-216 ;
  • Dominique Hollard, « Postface», p. 221-225.

Pour aller plus loin

Billets de blog

Conférences en ligne et vidéos

Ressources

Ouvrages et programme de recherche BnF



Citer ce billet
Dominique Hollard (2023, 23 février). Publication : L’argent gaulois. Dépôts monétaires de la « zone du denier ». L’Antiquité à la BnF. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8rt

  1. Voir à ce sujet V. Drost, “Les trésors au Cabinet des Médailles et le programme “Trouvailles Monétaires”“, in L’Antiquité à la BnF, 06/08/2019 []
  2. Sur la série Trésors Monétaires, voir le billet de  L. Trommenschlager, “45 années, 30 volumes : la série Trésors monétaires de la BnF“, in L’Antiquité à la BnF, 31/12/2022 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.