Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze

À l’été 2022, lors d’une visite de l’exposition L’aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes à la BnF-François Mitterrand, une question a été posée à l’une des personnes chargées des visites : à partir de quelles sources Jean-François Champollion a-t-il pu étudier les éléments de gaulois mentionnés sur le mur des langues présent dans l’exposition ?

Contactée par l’une des commissaires de cette exposition, je me plongeai dans les notes du plus célèbre des égyptologues, disponibles sur Gallica.

Les « inscriptions gauloises » constituent un petit dossier qui occupe les 18 premiers feuillets d’une liasse de 210 pages (département des Manuscrits, NAF 20365). L’ensemble des notes de Champollion sont à situer évidemment avant 1832, date du décès de l’égyptologue, et peut-être pour les notes sur le gaulois, autour de 1816 qui est la date mentionnée dans la liasse pour les monnaies celtibériennes situées quelques feuillets après les « antiquités gauloises ». Cette date correspond au début de la phase de l’« exil » figeacois des frères Champollion, moment où Jacques Joseph Champollion-Figeac, le frère aîné, s’intéresse de très près aux Gaulois, ce qui donnera lieu à la fouille d’Uxellodunum à Capdenac-le-Haut en 18201 [fig. 1]. Retenus dans le Sud-Ouest, les deux frères sont en contact très étroit avec des érudits locaux, notamment le baron Chaudruc de Crazannes, sous-préfet de Figeac au début du XIXe siècle et personnage important dans notre enquête.

Fig. 1 : Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur la ville gauloise d’Uxellodunum, assiégée et prise par J. César, Paris, 1820 © Numelyo.

La réponse exacte à la question des sources des notes de Champollion était relativement simple. Les connaissances de Champollion le Jeune sont essentiellement livresques. Il s’agit de notes rapides sur les textes eux-mêmes : en premier lieu la Géographie de Strabon (principalement le livre IV, et renvoyant à tous les auteurs qui ont aidé Strabon à composer son texte, par exemple Posidonios). Il lit également César (p. 11 on trouve la célèbre division en trois parties de la Gaule qui ouvre les Commentaires de la Guerre des Gaules) et Pline l’Ancien (à propos du seigle p. 12, Histoire Naturelle, XVIII, 8) mais aussi Tacite (p. 13, Vie d’Agricola, XI), Pomponius Mela (Description de la terre, III, 6) ou encore Maxime de Tyr (Dissertations, VIII). On remarquera la variété des sujets qui retiennent l’attention de Champollion : l’agriculture, les femmes, les colonies, la cueillette du gui, etc. Les notes commencent par des considérations sur les Galates en Phrygie et de leurs liens avec les Tectosages. Il est possible sur ce point que Champollion prenne des notes à partir d’un ouvrage d’Alexandre du Mège sur les Monuments religieux des Volques Tectosages (1814) [fig. 2], car la progression des notes correspond plutôt bien au début de cet ouvrage et sa date de parution est cohérente avec la chronologie de la liasse.

Fig. 2 : Alexandre du Mège, Monumens religieux des Volces-Tectosages, des Garumni…, Paris, 1814 © Tolosana

Enfin, les derniers feuillets de cet ensemble, à partir du f. 14, sont un brouillon de rapport à propos d’un prix de l’Académie (des Inscriptions et Belles-Lettres de Paris) sur un mémoire traitant de l’histoire et de la géographie des Allobroges et des Voconces, deux peuples gaulois du sud-est de la Gaule. Les remarques de Champollion, même si elles ne sont pas complètes car le manuscrit s’interrompt de manière abrupte, laissent supposer que ce mémoire n’a pas remporté le prix.

En dehors de ses notes de lectures, l’égyptologue reproduit des inscriptions, parfois à partir d’ouvrages qu’il a pu consulter, comme celui de Paul Petau (dont le nom est mentionné en bas du dessin, f. 4). Il s’agit de la pl. 9 de l’Explication de plusieurs antiquités, recueillies par Paul Petau (1757). Le dessin original [fig. 3] est assez proche du croquis de Champollion. Il ne s’agit toutefois pas d’une inscription gauloise à proprement parler : on peut lire sans trop de difficulté LATINI en alphabet latin – avec quelques curiosités graphiques. Cette inscription n’a pu être identifiée, pas plus qu’une seconde reproduite juste en dessous (f. 5), probable autel à la Fortune si l’on en croit le début de la première ligne dessinée (c’est-à-dire une dédicace assez commune). Ce genre de documents, souvent qualifiés de « gaulois » par les Antiquaires (Pereisc ou Calvet en premier lieu) sont bien souvent en réalité des antiquités romaines2.

Fig. 3 : J.-Fr. Champollion, inscriptions gauloises. BnF, département des Manuscrits, NAF 20365, f. 4 © BnF/Gallica

Un clair attrait de Champollion pour les antiquités gauloises se dégage de l’ensemble de ces notes et de ces feuillets : son esprit curieux se combine à la variété de ses sources, littéraires comme iconographiques, et à la diversité de ses centres d’intérêt.

C’est au milieu de cette liasse que l’égyptologue mentionne une mystérieuse inscription présentée comme « gauloise » et provenant de la ville d’Eauze dans le Gers (f. 6-7) [fig. 4]. C’est elle qui va nous intéresser en priorité ici, car son identification exacte est problématique.

Fig. 4 : J.-Fr. Champollion, Inscription d’Eauze. BnF, département des Manuscrits, NAF 20365, f. 6 © BnF/Gallica.

Implantée à quelques kilomètres de l’ancien chef-lieu des Élusates, un peuple aquitain défait en 56 avant l’ère chrétienne par Publius Crassus au cours de la Guerre des Gaules, la ville d’Eauze a été fondée au Ier s. av. J.-C. pour devenir une civitas gallo-romaine d’importance majeure. Forte d’un passé aquitain et gaulois, elle affichera à partir de ce moment une identité latine évidente.

La présence dans ces notes d’un document issu du Sud-Ouest de la Gaule semble logique si l’on considère que Champollion était en train de lire des ouvrages à propos des Tectosages, peuple localisé par les sources classiques autour de Toulouse. L’ensemble de ses recherches est également lié à celles de son frère pour la localisation du site d’Uxellodunum, qui a fait depuis couler beaucoup d’encre.

Fig. 5 : J.-Fr. Champollion, Inscription d’Eauze. BnF, département des Manuscrits, NAF 20365, f. 9 © BnF/Gallica

Le dessin de l’inscription se trouve au f. 9 [fig. 5]. On ne peut douter du talent de Champollion pour la transcription des inscriptions, ni suspecter une quelconque supercherie dans sa copie. S’il reproduit des signes, c’est qu’ils devaient être présentés de la sorte sur le document qui lui a été soumis ou qu’il a peut-être vu lui-même directement. On supposera ici qu’il s’agit d’une pierre, même si rien n’est dit nulle part dans les notes sur le support de l’inscription.

Champollion donne immédiatement en dessous la translittération en alphabet latin qu’il en a fait, à partir d’un système d’équivalence établi aux f. 7, 8 et 10 [fig. 6]. Il met en effet en regard l’alphabet grec classique et un alphabet dit « gaulois » dont 16 lettres sont présentes dans l’inscription d’Elusa. Ce procédé est tout à fait habituel pour une étude épigraphique et l’édition d’une inscription encore inconnue. Il est remarquable que Champollion choisisse de comparer les signes disponibles avec ceux de l’alphabet grec : sans doute connaissait-il déjà les inscriptions gallo-grecques collectées par Pereisc en son temps.

Fig. 6 : J.-Fr. Champollion, Inscription d’Eauze. BnF, département des Manuscrits, NAF 20365, f. 10 © BnF/Gallica

La copie des signes rappelle cependant par leur graphie des légendes monétaires locales (caractérisées par des petites excroissances globulaires aux extrémités des signes), voire des inscriptions ibériques (si l’on considère la forme du E, du S ou du N). Champollion connaît bien les deux dossiers puisque ses notes comportent, en date de 1816, tout une étude des « médailles celtibériennes » (f. 111 -129), qui mélange d’ailleurs frappes monétaires celtibères et ibères. Penser à un texte présentant des traits ibères dans la région n’est pas hors de propos : le nom antique d’Auch, ville située à 50 km au sud-est d’Eauze et mentionnée dans l’Itinéraire antonin, est Elimberris, avec une claire consonance ibérique.

De surcroît, dans la marge de la retranscription de « l’alphabet gaulois d’Elusa », Champollion note (f. 10) : « résultat remarquable : Cet alphabet est le même absolument que celui des peuples du nord appelé “Runique” ».

Dans le reste de ses notes, il y a en effet un chapitre assez détaillé sur les runes (f. 130-141) [fig. 7]. Or, il arrive fréquemment (mais de manière tout à fait inexacte) que les inscriptions paléohispaniques soient rapprochées des runes scandinaves, à cause de leur caractère très géométrique : traits verticaux, croix et formes géométriques simples (triangles, ronds, carrés) sont en effet largement communs aux deux ensembles.

Fig. 7 : J.-Fr. Champollion, runes. BnF, département des Manuscrits, NAF 20365, f. 131 © BnF/Gallica

La retranscription et la lecture que fait Champollion de l’inscription d’Eauze est très surprenante. La première ligne suggère une dédicace à Jupiter (IOU PATER OP[time maxime]), la seconde donne à lire le nom du peuple local des ELUSAT[es]. Le reste est plus lacunaire et plus confus : noms à connotation grecque ? ; suite de lettres désespérées… La découverte d’une inscription en caractères ibériques mentionnant le peuple des Élusates dans le Gers, plus encore dans une dédicace votive à un dieu latin, serait une découverte tout à fait extraordinaire.

En cherchant à mieux lire cette inscription, un vaste jeu de pistes s’est ouvert pour l’identifier correctement. Tout d’abord, malgré la dédicace à Iovis Pater, l’inscription n’est pas clairement à comprendre comme une inscription latine et elle n’est d’ailleurs pas connue dans les Corpus Inscriptionum Latinarum, III, XII ou XIII, au demeurant postérieurs à la période d’activité de Champollion, ni dans les Inscriptions Latines d’Aquitaine (ILA Elusa/Turba). Il ne s’agit pas non plus d’une inscription gauloise (c’est-à-dire en langue gauloise) précisément à cause de la dédicace votive initiale. À l’époque où Champollion travaille, il n’y a de toute façon que très peu de véritables inscriptions gauloises connues et surtout identifiées.

Il y a eu beaucoup de confusions avec une autre inscription trouvée également à Eauze au début du XIXe siècle, l’épitaphe de C. Julius Tarros, qui comporte des noms aquitains en alphabet latin (CIL XIII, 555) [fig. 8]. Étudiée par le baron Chaudruc de Crazannes, elle a parfois été interprétée comme « bilingue », ce qui n’est pourtant pas le cas, car les noms inscrits sont clairement pris dans une logique et un texte latins. L’incertitude de la langue présente dans l’inscription mystérieuse d’Eauze a clairement entretenu la confusion entre les deux textes. Pourtant, les deux inscriptions sont évoquées et clairement distinguées dans le Résumé complet d’archéologie de Champollion-Figeac paru en 1825-1826, tome 2, p. 209.

Fig. 8 : Épitaphe de C. Iul(ius) Tarros et de sa famille. Eauze, Musée archéologique, Inv. : E.0. XVIII, 148 (dépôt du musée d’Auch), Elusa 12 © Petrae/Ausonius

Comme l’évoque le passage de cet ouvrage du frère de Champollion, l’inscription mystérieuse d’Eauze a été collectée par le même baron Chaudruc de Crazannes sans doute lors d’une mission de l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres qui, dans une circulaire de juin 1810, avait demandé aux préfets « des renseignements sur les vieux châteaux, les abbayes, les inscriptions, et en général sur les monuments du moyen âge ». Dans le mémoire de 1824, le secrétaire perpétuel de l’Académie royale des Inscriptions, le célèbre Dacier, rappelle les instructions données en vue du rapport, dont le premier point demande de rechercher et décrire «  tous les monumens en pierre simplement posées ou superposées, connus du vulgaire, dans divers endroits, sous les noms de pierres aux fées, de pierres levées, &c. et auxquels on a attribué la dénomination de monumens Celtiques ». Cette circulaire a été suivie de mémoires et de rapports (signalés p. 20 du texte de 1824) dont certains ont été distingués par des médailles et des prix, notamment ceux de Du Mège pour la Haute-Garonne et de Chaudruc de Crazannes pour la Charente-Inférieure.

Toutefois, Chaudruc travaille également sur le Gers dès 1807 en tant que correspondant de l’Académie royale et des sciences, inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse (où il a été officiellement nommé au cours de la séance du 26 août 1819 selon le relevé des séances, p. 113). Les mémoires de cette société savante indiquent que Chaudruc de Crazannes « fait connaître divers monumens que possède encore le département du Gers » (Mémoire de 1807, p. 59) dans les notes de son mémoire de 1808 intitulé Dissertation sur un tombeau antique et présenté à l’Académie par Alexandre du Mège. Il s’agit du tombeau d’Ædunnia Hermiones (CIL XIII, 552), conservé à Mazères dans l’ancienne maison de campagne des archevêques d’Auch, déjà publié par l’abbé Nicaise en 1689 (Explication d’un ancien monument trouvé en Guienne dans le diocèse d’Ausch). Ce sarcophage en marbre très original est actuellement conservé et exposé au musée archéologique – dit « du Trésor » – d’Eauze. Les archives de l’Institut de France conservent le dossier du département du Gers dans la sous-série 3 H (commission des Antiquités de la France, dossier 3 H 51) ainsi que la correspondance de Chaudruc de Crazannes adressée au secrétaire perpétuel (toujours M. Dacier).

Chaudruc envoie son mémoire à l’Institut, et sa présentation est évoquée lors de la séance du 23 août 1822 [fig. 9]. Malheureusement les papiers relatifs à la préparation de la séance ne conservent pas les mémoires remis ce jour-là, pas plus que le reste de la correspondance de Chaudruc, conservée aux Archives départementales de la Charente-Maritime à La Rochelle.

Fig. 9 : Académie des inscriptions et belles lettres, séance du 23 août 1822, Bibliothèque de l’Institut de France © Institut de France.

Qu’en est-il de la pierre « gauloise » qui nous intéresse et où est-elle passée ?

C’est ce que se demandait Philippe Lauzun dès 1918, date à laquelle cette pierre était déjà portée disparue. Dans une lettre à la Société archéologique du Gers, il signale qu’il a fait en vain le tour des publications de Chaudruc de Crazannes pour trouver la trace de cette inscription. Il y relate ses échanges avec Georges Dottin, qui mettait pour sa part la dernière main à son ouvrage sur la Langue gauloise paru en 1918, et considère que la pierre était vraisemblablement un faux, peut-être œuvre de Chrétin ou de Du Mège lui-même. On sait leur complicité à cause du faux bas-relief de Nérac (Musée Saint-Raymond de Toulouse, MSR 2000.33.1), une affaire de 1834 qui a fait grand bruit à l’Institut. L’inscription d’Eauze pourrait être une forgerie similaire : la mention des Élusates dans un texte latin dont les signes sont proches des caractères ibériques est en effet exceptionnelle.

La présence d’Alexandre Du Mège, dans les différents échanges et comme intermédiaire à tous les niveaux avec Chaudruc et les sociétés savantes, est particulièrement nette. Il y a d’ailleurs clairement un enjeu dans la société savante toulousaine. En effet, au cours de la séance du jeudi 5 août 1819, l’Académie des inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse fixe en ces termes dans son procès-verbal le sujet du prix qui sera donné par l’Académie en 1822 : « Déterminer l’état politique, civil et religieux de la Gaule avant l’entrée des Romains dans cette partie de l’Europe ; fixer d’après les auteurs et les monumens les connaissances que les Gaulois avaient déjà acquises dans les sciences et les arts » (Relevé des délibérations, p. 110).

Dans les Notes à son Archéologie Pyrénéenne de 1858, Alexandre Du Mège indique qu’« en 1819, un faussaire annonça qu’il avait découvert, dans une bourgade nommée Montesquieu-Volvestre, une inscription en caractères celtibériens. Il en envoya des copies à l’Institut et à un grand nombre de savants. L’intérêt de cette découverte, en la supposant vraie, ne pouvait être douteux, et beaucoup d’écrivains essayèrent une explication au texte soumis à leur sagacité ». Même si Eauze n’est pas Montesquieu-Volvestre, la chronologie est la même et l’on sent un bouillonnement autour de la collecte d’inscriptions peut-être en vue du prix de 1822 : l’inscription « gauloise » du Gers pourrait bien appartenir à cette même vague. Dans une des lettres envoyée quelques années plus tard à l’Académie de Toulouse (Résumption des travaux de la classe des Inscriptions et Belles-Lettres 1829 [80160, IV-V-11], p. 15) [fig. 10], Du Mège en fait presque l’aveu en écrivant que « par ces recherches nous avons préparé des matériaux pour ceux qui dans l’avenir voudraient consacrer leurs veilles à l’histoire de ces vastes contrées que domine le pic de Néthon et que bordent les deux Golfes Gaulois ». La formulation est ambiguë : les « matériaux préparés » sont-ils des données issues de l’observation et de l’étude des textes ou la création même de nouveaux textes ?

Fig. 10 : Lettre d’Alexandre du Mège à l’Académie de Toulouse, 1829 (détail), cliché de l’auteure © Académie de Toulouse.

Le mieux serait bien évidemment de retrouver l’inscription elle-même. Elle n’est pourtant pas dans les collections d’Eauze, ni dans celles du musée Saint-Raymond de Toulouse. En effet, comme l’indique David Darnaude, responsable du site d’Elusa, au début du XIXe siècle, quelques familles de notables se constituent de petits cabinets de curiosités, mais la plupart des découvertes élusates partaient enrichir les collections du musée de Toulouse.

Une piste se dessine peut-être à partir d’un passage du Bulletin de la Société nationale des antiquaires de France de 1881 (n°16, p. 96-97), où il est fait mention d’une pierre « dit-on consacrée à Jupiter », qui a disparu car en remploi à Eauze même, dans la muraille d’une maison de l’avenue Saint-July. Peut-être pourrait-il s’agir de notre pierre puisque la transcription de Champollion laissait supposer que la première ligne se lisait : IOU PATER OP[—]. L’identification de la maison à laquelle aurait été intégrée cette pierre ne sera sans doute pas certaine car l’urbanisme a, bien sûr, évolué depuis le début du XIXe siècle. En fonction du plan de 1777 et du plan du cadastre établi en 1831 [fig. 11], « l’avant-dernière maison de l’avenue Saint-July en partant, côté sud, lorsqu’on sort d’Eauze », pourrait actuellement correspondre à la parcelle 193 (c’est-à-dire n°44 ou 46 de la rue Saint-July) — soit à une soixantaine de mètres à peine de l’actuel musée d’Eauze… Des recherches sont en cours dans les archives et sur place grâce à l’AAME (Association des Amis du Musée d’Eauze).

Fig. 11 : Plan du cadastre d’Eauze, 1831 © Archives départementales du Gers.

Fausse ou non, l’inscription mystérieuse d’Eauze révèle un paysage intellectuel complexe et érudit dans le Sud-Ouest de la France du début du XIXe siècle, émaillé de personnages hauts en couleur.

Affaire à suivre…

 

Pour en savoir plus

  • Coline Ruiz Darasse, “Écrire chez les Gaulois”, conférence donnée à la BnF le 9 février 2022, disponible en ligne.
  • Dominique Garcia, “On ne naît pas Gaulois, on le devient : les données de l’archéologie”, conférence donnée à la BnF le 1er février 2023, dans le cadre du Cycle “Archéologie de la France”, disponible en ligne.
  • Sur l’histoire des fouilles à Uxellodunum.
  • Actualités de l’INRAP : une saison antique en 2023 consacrée à la Gaule romaine.

Un très grand merci à toutes celles et ceux qui m’ont accompagnée dans cette enquête : Mmes Pauline Darleguy, Vanessa Desclaux, Hélène Virenque (BnF) ; Béatrice Robert-Boissier (Académie des inscriptions et Belles-Lettres) ; Valérie Salle (DRAC Occitanie) ; Évelyne Ugaglia (Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse) ; M. le Secrétaire perpétuel Nicolas Grimal et M. le Secrétaire général Hervé Danesi (Académie des inscriptions et Belles-Lettres) ;  MM. Stéphane Benzerrouck (Institut de France) ; Pascal Capus (Musée Saint-Raymond, Toulouse) ; David Darnaude (Musée d’Eauze) ; Yves Le Pestipon (Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse).

  1. Jacques-Joseph Champollion-Figeac, Nouvelles recherches sur la ville gauloise d’Uxellodunum, assiégée et prise par J. César, Paris, 1820 []
  2. Voir sur ce point par exemple, les travaux d’Odile Cavalier []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Coline Ruiz Darasse (28 février 2023). Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 15 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8ru


4 réflexions sur « Champollion et le gaulois. Sur une mystérieuse inscription d’Eauze »

  1. Les travaux des frères Champollion sont remarquables.
    Le travail réalisé sur Uxellodunum est le plus complet .C’est le seul qui étudie tous les sites prétendants à être Uxellodunum en se basant sur le texte latin de la guerre des Gaules

  2. On découvre une autre facette de ce grand chercheur que fut Champollion mais aussi toute la complexité des recherches actuelles de grandes spécialistes comme Madame Ruiz-Darasse sur les écritures anciennes, gauloise, ibère, rune etc. Passionnant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.