La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque

Archive : image du mois de février 2023

Plaquette, bronze, Moderno, fin du XVe siècle (BnF, MMA, AV.2534)

Cette plaquette Renaissance en bronze conservée au département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF est ornée d’un thème célèbre de la geste d’Héraclès/Hercule : le héros en train d’étouffer le lion de Némée.

Moderno (Galeazzo Mondella ? 1467-1528) a exécuté plusieurs plaquettes qui sont autant de variations de ce motif.  Elles ont été très largement reproduites et diffusées dès le XVIe siècle, signe de leur succès.

Les plaquettes – qu’il est possible de définir comme des estampes en relief – permettent en effet la circulation, pendant la Renaissance, d’une iconographie qui fait la part belle à l’antique. Les collectionneurs de l’époque font ainsi surmouler des camées et des intailles antiques, ou de petits reliefs qui s’inspirent de l’Antiquité.

L’élément remarquable de cet Hercule est qu’il emprunte à une source grecque, alors que les humanistes et les artistes de la Renaissance italienne avaient très majoritairement accès à des sources romaines. Ainsi le modèle qui inspira Moderno est-il selon toute vraisemblance un type monétaire du tyran de Syracuse, Denys l’Ancien, frappé vers 405-400 av. J.-C.

Le fait que l’artiste ait choisi de représenter le héros imberbe, et non pas barbu comme il est coutume de le figurer à la Renaissance (suivant le modèle romain), renvoie ainsi à cette iconographie d’origine grecque.

100 litrai, or, Syracuse, Denys l’Ancien, vers 405-400 av. J.-C. (BnF, MMA, Luynes 1237)

Ce choix original s’explique toutefois sans peine. La proximité géographique de ce monnayage très abondant (12 exemplaires conservés à la BnF) – produit à Syracuse et qui a circulé dans toute la Sicile et en Italie du sud – et le goût des collectionneurs de la Renaissance pour les monnaies antiques suggèrent que Moderno a pu consulter directement une monnaie dans le nord de l’Italie à la fin du XVe siècle.

L’emprunt n’est toutefois pas servile : Moderno inscrit les deux combattants enlacés dans un décor qui complète ainsi la scène, avec la massue du héros et son arc accroché à un arbre à gauche et une grotte à droite, d’où semble sortir le fauve.

Par ailleurs, cet exemple n’est pas isolé, comme l’atteste la proposition de Molinier de reconnaître sur une autre plaquette attribuée à Moderno une iconographie provenant du monnayage d’Héraclée de Lucanie1.

Paul Froment & Julien Olivier



Citer ce billet
Paul Froment (2023, 3 mars). La Renaissance d’Héraclès : une plaquette du XVe siècle inspirée d’une monnaie grecque. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 12 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8rv

  1. E. Molinier, Les plaquettes. Catalogue raisonné, Paris, 1886, p. 146 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.