2022 : retour sur une année de prêts « Champollion »

Archive: image du mois de janvier 2023

tombe de Séthi Ier, NAF 20307, f. 132, sur Gallica

Alors que s’achève l’année de célébration du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, il est encore temps de voir quelques-unes des expositions phares comme Champollion la voie des hiéroglyphes au Louvre Lens prolongée jusqu’au 23 janvier, Hieroglyphs : unlocking ancient Egypt au British Museum de Londres jusqu’au 19 février.

Tout au long de l’année, dans sa mission de diffusion de la connaissance autour des collections nationales, la BnF numérisa, exposa, prêta des œuvres pour rendre hommage non seulement à la figure du savant mais aussi à la naissance d’une discipline, l’égyptologie.

Pour celles et ceux qui souhaiteraient lire ce que la recherche a produit récemment sur cette période de l’histoire de l’égyptologie et des collections, voici un rapide tour d’horizon des pièces conservées à la BnF reliées aux expositions s’étant tenues hors les murs :

Pharaons superstars, MUCEM, Marseille (22 juin-17 octobre 2022): “Khéops, Néfertiti, Toutankhamon, Ramsès et Cléopâtre sont des noms qui nous sont familiers, des milliers d’années après la mort des souverains qui les ont portés. Mais qui se souvient aujourd’hui de Téti, des Sésostris ou de Nectanebo ?”

salle hypostyle de Louqsor, NAF 20305, f. 9-10, sur Gallica

C’est grâce à Champollion que les premières listes de noms de rois purent être obtenues directement à partir des documents égyptiens. Le prêt de deux volumes de relevés effectués durant le voyage en Égypte, illustrent l’un la lecture des cartouches dans le temple de Louqsor (NAF 20305), l’autre l’étude de la tombe de Séthi Ier . Les deux portent les annotations au crayon de Champollion Figeac au moment de la publication posthume des Monuments de l’Égypte et de la Nubie (NAF 20307, image en entête de ce billet).

Champollion 1822. Et l’Égypte ancienne retrouva la parole, Collège de France, Paris (17 septembre-25 octobre 2022)  avec un cycle de conférences disponible en ligne. L’exposition  fête “la mémoire du déchiffreur dans les lieux mêmes où il donna les premiers cours d’égyptologie” et “les liens historiquement indissociables entre Champollion et cette institution”.

Pouvaient ainsi s’y voir ses notes préparatoires au cours qu’il y donna (NAF 20343, f. 70v-71r), celles de la main de son étudiant Francesco Salvolini (NAF 20405, f. 195) ou encore l’affiche annonçant les enseignements du Collège (NAF 20343, f. 58). Elle remettait aussi en contexte la découverte de Champollion depuis les considérations sur l’écriture pharaonique, chez les auteurs classiques antiques (NAF 20342, f. 29r) comme chez les auteurs arabes médiévaux (Arabe 2676, f. 18r) jusqu’aux tentatives de déchiffrements. L’étendue des recherches précédant sa nomination au Collège de France y était représentée par ses premiers travaux sur des documents égyptiens obtenus par copie (un moulage ancien de la Pierre de Rosette), ou observés directement grâce à leur arrivée récente dans les collections de la BnF (Papyrus Cadet Egyptien 3, le contrat bilingue, en démotique et en grec Egyptien 224, ou le papyrus de Padiamenope analysé dans le NAF 20309, f. 185), dans toutes ses déclinaisons d’écritures, en commençant par le copte (NAF 20368, f. 1-2), jusqu’au voyage en Égypte grâce à une équipe efficace de collaborateurs (Papiers de Nestor Lhôte, NAF 20396, f. 359).

À la recherche des hiéroglyphes oubliés Jean-François Champollion – François Artaud (1er octobre-31 décembre 2022), au Musée des Beaux-Arts de Lyon, avec la mise en ligne de la transcription de lettres échangées entre les deux hommes.” L’exposition retrace le rôle du premier directeur du musée de Lyon, François Artaud tout au long de la vie de Jean-François Champollion. Elle met aussi l’accent sur l’importance de l’Égypte antique à Lyon dès le XVIIe siècle”. 

François Artaud (?), Dessin sur calque d’un détail du cercueil de Padikonsou, 1823 (?), NAF 20324, f. 354 sur Gallica

Le travail sur la correspondance, publiée par Karine Madrigal, a permis l’identification de dessins conservés à la BnF dans les archives Champollion, soit envoyés par Artaud (NAF 20324 f. 354) soit recopiés par le jeune chercheur de passage à Lyon (NAF 20322 f. 33sq).

Égypte : éternelle passion au Musée royal de Mariemont jusqu’au 16 avril 2023 ” explore la fascination exercée par l’Égypte ancienne sur l’imaginaire occidental. Le visiteur n’y trouvera donc pas des antiquités égyptiennes, mais des œuvres de diverses époques qui reflètent les fantasmes générés par la terre des Pharaons”.

NAF 20388, p. 30 (f. 14v) annotations de Champollion sur Gallica

Le déchiffrement des hiéroglyphes comme clef d’accès à la connaissance de la civilisation antique y est présenté par les annotations manuscrites de Champollion en marge de la publication d’Ameilhon sur la traduction du texte grec de la Pierre de Rosette (NAF 20388, p. 30-31). Champollion y esquisse la concordance de certains passages en démotique en passant par le copte.

Champollion la voie des hiéroglyphes (du 28 septembre au 23 janvier 2023) au Louvre Lens . “L’exposition propose de décrypter l’histoire de Jean-François Champollion et le contexte – intellectuel, scientifique, culturel, archéologique mais aussi politique – qui a permis à ce savant de percer le secret millénaire des hiéroglyphes.”

Papyrus Casati Egyptien 218 sur Gallica

Avec 34 prêts, l’exposition “Champollion” du Louvre Lens est celle où la BnF contribua le plus dans cette année de commémoration. A côté des ouvrages édités et des estampes, cinq volumes d’archives du déchiffreur, dont un des tomes du dernier manuscrit de sa précieuse Grammaire (NAF 20321, f. 262), deux papyrus et un manuscrit copte, ponctuent le parcours des moments-clefs dans la découverte de l’écriture égyptienne par le savant: son étude acharnée du copte pour la compréhension de la langue égyptienne dans son état le plus récent (NAF 20317, f. 67-67bis et Copte 44, f. 30-31), l’étude de l’évolution des signes d’écritures de leur version la plus figurative (les hiéroglyphes) à la plus cursive (le démotique), en passant par le hiératique (NAF 20311, f. 17) et en s’appuyant sur l’inscription de Rosette (NAF 20313, f. 121), la compréhension de l’usage des unlitères pour les noms de pharaons grecs, notamment celui de Cléopâtre sur le Papyrus Casati (Egyptien 218), la collation des différentes orthographes du nom de Ramsès qui devait le conduire à la compréhension des noms de rois égyptiens (NAF 20339, f. 59-60).

Hieroglyphs : unlocking ancient Egypt (13 octobre 2022-19 février 2023) au British Museum de Londres. “Durant des siècles, la vie des Anciens Égyptiens demeurait un mystère. La découverte de la Pierre de Rosette et le déchiffrement des hiéroglyphes ouvrit une brèche de 3000 ans dans l’histoire de l’humanité.”

Notes de Salvolini recopiant un manuscrit de Champollion sur l’inscription de Rosette, NAF 20352, f. 12 sur Gallica

Les trois manuscrits issus des archives Champollion illustrent des épisodes décisifs dans le déchiffrement, redonnant accès à cette connaissance perdue: le travail sur l’inscription de Rosette (NAF 20352, f. 12), la compréhension des cartouches de pharaons égyptiens tels Ramsès ou Thoutmosis (NAF 20337, f. 244) avant d’arriver à la rédaction d’une grammaire (NAF 20345, f. 99).

Sans oublier bien sûr l’exposition et les événements associés à la BnF, à retrouver dans ce billet récapitulatif: “L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition“. 



Citer ce billet
Vanessa Desclaux (2023, 1 février). 2022 : retour sur une année de prêts « Champollion ». L’Antiquité à la BnF. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://antiquitebnf.hypotheses.org/18183

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.