Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C. (BnF, MMA, Beistegui 233)

L’un des fleurons de la collection Carlos de Beistegui (n° 233) pour la période de l’Empire romain est un multiple d’or, unique en son genre, frappé à l’atelier de Ticinum (auj. Pavie en Lombardie) en 313 ap. J.-.C. Ce magnifique vestige des distributions impériales fut produit à l’occasion de « l’entrevue de Milan » entre Constantin Ier, souverain de l’Occident romain après sa victoire sur Maxence le 28 octobre 312 à la bataille du Pont Milvius, et Licinius Ier, maître des provinces d’Orient.

Si cet épisode de l’histoire politique romaine est avant tout connu pour la décision de tolérance religieuse que prirent alors les Princes, improprement appelé « Édit de Milan », cette monnaie fascinante nous fournit des informations aussi remarquables qu’authentiques sur la réalité religieuse de l’Empire au moment du basculement d’une partie de ses élites vers le christianisme.

Au droit, Constantin lauré et cuirassé et Sol radié marchent, épaule contre épaule, vers la gauche. L’empereur tient une lance sur l’épaule droite et, du bras gauche, un bouclier orné sur lequel le Soleil s’élance dans le ciel en quadrige entre une étoile (image miniature de l’astre diurne) et un croissant de lune. Sous les chevaux, posés sur les flots, la Terre et l’Océan. La légende célèbre « Constantin Invaincu, très grand empereur ». Au revers, Constantin à cheval tenant un sceptre et le bras levé en salutation, s’apprête à rentrer dans la Cité, précédé de la Victoire et suivi d’un soldat porte-enseigne. La légende indique « l’heureuse entrée de nos Augustes » en référence également à Licinius. À l’exergue la marque SMT indiquant l’atelier d’origine (Sacra Moneta Ticinensis).

Multiple de 8 solidi de Ticinum, 313 ap. J.-C., détail du bouclier au droit (BnF, MMA, Beistegui 233)

Le terme d’« Invaincu » – ou « Invincible – (Invictus) appartient au registre religieux du culte solaire dont il est inséparable. L’astre du jour ne doit nullement au hasard son compagnonnage guerrier avec Constantin sur ce médaillon en métal étincelant. En effet, depuis 310 ap. J.-C., pour se démarquer de la religion officielle de la Tétrarchie centrée sur Jupiter et Hercule, Constantin a choisi Sol pour patron, le présentant comme son Compagnon (comes) attitré sur de vastes séries de monnaies à la légende SOL INVICTO COMITI « à Sol Invaincu [mon] compagnon ». Sa conversion à la religion du Christ en octobre 312 n’endiguera en rien cet enthousiasme héliaque et Constantin va continuer à rendre le Soleil comptable de ses victoires au-delà de 320.

Mais il y a plus. Constantin accéda illégalement au pouvoir le 25 juillet 306, élevé empereur contre les règles de succession tétrarchiques à Eburacum (York) par des troupes inconsolables de la mort prématurée de son père très aimé, Constance Chlore. Ce dernier fut divinisé (Divus Constantius) et les textes officiels dépeignent sa montée au firmament dans un char conduit par le Soleil (Pan. Lat., VI, 14, 3) Constantin, pour rendre son pouvoir moins illégitime, se contenta dans un premier temps du titre de César (héritier impérial). Puis, ayant épousé en mars 307 Fausta, la fille du Tétrarque Maximien Hercule, il revêt enfin le 25 décembre 307 le titre d’Auguste (empereur de plein exercice) et fixe sa date d’avènement à ce jour. Or, le 25 décembre, les Romains célèbrent traditionnellement la (re)naissance de Sol (dies natalis solis invicti), l’astre amorçant sa remontée après le point bas solsticial du 21 décembre.

L’anniversaire régnal de Constantin devint dès lors l’occasion de festivités l’assimilant au dieu Soleil, une confusion de plus en plus intolérable pour l’Église au fil des années. La connexion intime entre le premier empereur chrétien et Sol, dieu principal du paganisme tardif, conduisit finalement les évêques à placer à cette date la naissance du Christ, « Soleil de Justice ». La Nativité du Sauveur vint ainsi recouvrir l’aveuglante présence de celui que Constantin ne cessera en réalité jamais de considérer comme son protecteur personnel. D’ailleurs, à la mort de Constantin, ce dernier fut divinisé dans la tradition païenne et des monnaies le montrent s’élevant au ciel en quadrige comme l’astre divinisé dont il a pris la place, rejoignant les nues d’où sort la main du dieu chrétien qui l’accueille.

Solidus de consécration de Constantin Ier, Constantinople, 337 ap. J.-C. (BnF, MMA, Fonds général 1680A)

Le multiple de Ticinum, chef d’œuvre de la collection Beistegui, est désormais visible dans la vitrine centrale de la Salle Barthélemy du musée de la BnF.

Dominique HOLLARD

Citer ce billet : Dominique Hollard, "Pourquoi fête-t-on Noël le 25 décembre ? Ce qu’en disent Constantin et Sol", in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2023, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17890, [consulté le 01/02/2023].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.