Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte

Archive : Image du mois de Novembre 2022

NaPoleone Bonaparte Mummia, 1798-1799 © Bibliothèque municipale de Valenciennes, N-I18ANO0001/Gallica.

Bien avant qu’il ne devienne empereur, Napoléon Bonaparte est le sujet de nombreuses caricatures aussi bien en France qu’à l’étranger. Seules quelques rares estampes traitent toutefois de l’Expédition d’Égypte (1798-1801) qu’il a menée contre les Ottomans alliés aux Anglais. Cette eau-forte aquarellée comporte la légende : “NaPoleone Bonaparte Mummia” (“Napoléon Bonaparte (comme) momie”). D’après Broadley (p. 147-148) elle date de fin 1798-début 1799 et a été imprimée en Italie, qui avait été le champ de bataille précédent du jeune général lors de la Campagne d’Italie (1796-1797). Dans cette caricature, les ennemis ne sont pas les contemporains de Bonaparte, mais des anciens Égyptiens qui se chargent de lui infliger les rites funéraires et de stopper ainsi son ambition dévorante.

Le général est au centre de la scène, debout dans un cercueil en bois : arborant un teint verdâtre, il porte un bicorne bordé d’un galon doré, orné d’une cocarde et de trois plumets bleu-blanc-rouge. Son air malheureux s’explique car il est momifié, enveloppé dans une résille de perles recouverte de deux larges bandes ornées de hiéroglyphes fantaisistes. Sept personnages s’activent autour du général : à droite, l’un s’apprête à poser le couvercle, tandis que devant lui, un autre présente divers attributs évoquant l’idée qu’on pouvait se faire d’un ancien Égyptien. Il est vêtu d’un pagne et coiffé d’un large tissu rayé avec une extrémité dressée (à la manière d’un uraeus ?) et présente son postérieur à Bonaparte (?) tout en lui tirant la langue et en faisant de sa main droite un geste à rapprocher peut-être des “corna“, répandu en Italie pour repousser le mauvais œil. A gauche, deux “anciens Égyptiens” prennent à témoin deux généraux identifiables à leur bicorne simple orné d’une cocarde et d’un plumet. Chacun porte un sabre, dont l’un orné d’une tête de lion fait probablement allusion à l’armement de luxe des généraux. Le soldat de droite paraît effrayé à la vue de son chef momifié ou craint qu’on ne lui réserve le même sort. L’Égyptien qui lui saisit l’épaule est reconnaissable à sa coiffe associant les pans en tissu du némès à la coiffe conique de la couronne blanche pharaonique, ici légèrement modifiée. Il est vêtu d’un pagne et porte une barbe postiche comme son compagnon moqueur de droite.

La scène se tient dans un décor sobre, égayé par un palmier sur le côté droit, qui évoque le désert égyptien.  Il est parsemé d’éléments architecturaux égyptisants iconiques : à l’arrière plan, deux pyramides et un obélisque couvert de hiéroglyphes fantaisistes. Celui-ci repose sur un socle, détail qui fait écho aux obélisques antiques qui se dressent à Rome, au Vatican ou dans d’autres villes de la péninsule. Au premier plan à droite, on reconnaît une statue-cube et une statuette du dieu Osiris momiforme, peut-être une allusion au destin funeste du général…

J. Gillray, “Buonaparte leaving Egypt”, 1800. BnF, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (53)-FT4 © BnF/Gallica

Parmi les autres estampes évoquant l’Expédition d’Égypte, on peut  citer également la caricature anglaise de “Buonaparte leaving Egypt” (1800) qui fait écho à son départ secret pour la Syrie en février 1799. Pas d’éléments égyptisants ici mais la charge est plus marquée notamment dans le traitement des visages.  L’artiste dénonce l’indifférence du général pour son armée laissée aux bons soins du général Kléber, tandis que la trompette de la Renommée l’appelle sous d’autres cieux et que ses comparses l’attendent sur le bateau avec des sacs remplis d’argent (Mathis, p. 178-179).

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Hélène Virenque, "Une caricature italienne de l’Expédition d’Égypte", in L’Antiquité à la BnF, 01/12/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17667, [consulté le 01/02/2023].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.