L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes

L’ouverture en septembre 2022 du tout nouveau musée de la BnF est l’occasion de se remémorer la richesse des collections antiques conservées parfois depuis des siècles à la Bibliothèque. Ce billet ouvre une série de publications consacrée aux œuvres antiques exposées dans chacune des salles ouvertes au public ayant fait l’objet d’une publication en ligne sur ce carnet de recherches ou sur une autre plateforme de la BnF.   

source: site bnf.fr

Le jardin Vivienne

Façade de l’entrée Vivienne © Élie Ludwig / BnF

Aller au musée de la BnF implique pour nombre de visiteurs de longer les façades de l’aile du Quadrilatère longeant la rue Vivienne depuis l’angle de la rue Colbert. Le bâtiment fut conçu et bâti au tout début du XXe siècle par l’architecte Jean-Louis Pascal. Pour la décoration des façades, il choisit de faire reproduire sous forme de larges médaillons de pierre des monnaies antiques et des médailles de la collection du Cabinet des médailles.

Julien Olivier, “« Le métal pétrifié »: les médaillons sculptés de la façade du département des Monnaies, médailles et antiques”, in L’Antiquité à la BnF, 01/04/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/2303.

Plus surprenant encore, l’Antiquité rôde aussi sur le nouveau jardin Vivienne, où les palmiers font comme un écho à la légende persistante voulant que la momie de la reine Cléopâtre y ait été enfouie en 1870, après qu’elle ait pourri dans les caves de la Bibliothèque. 

Julien Olivier, “Cléopâtre dort-elle sous les géraniums de la « Nationale » ? Autopsie d’une légende tenace”, in L’Antiquité à la BnF, 18/03/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/7790.

La salle des colonnes – salle Fondation Leon Levy 

Salle des Colonnes © Guillaume Murat / BnF

Conçue par Pascal pour accueillir les collections du Cabinet des médailles, la salle des Colonnes restituée dans toute sa hauteur accueille les visiteurs du musée de la BnF. Cet espace est dédié à la Passion de l’Antiquité et comprend neuf vitrines thématiques où se mêlent des objets d’horizons divers : égyptiens, mésopotamiens, étrusques, grecs, celtes, romains et sassanides. 

Les thématiques sélectionnées ont pour objectif de donner un aperçu de la vie quotidienne et des croyances des sociétés antiques à travers des œuvres très diverses : statues, urnes, vases, bijoux, camées, médailles,  etc. 

Héraclès

Héraclès est sans aucun doute le plus célèbre et le plus populaire des héros du monde gréco-romain, ce dès l’Antiquité. La sélection d’intailles, statuettes, portraits aux attributs faisant allusion aux exploits du héros et les vases narratifs soulignent la riche production autour d’Héraclès/Hercule.

La geste d’Héraclès a été détaillée dans une exposition virtuelle Mythes et images au Cabinet des médailles1. On y retrouve la plupart des œuvres de cette vitrine insérées à leur juste place dans le récit mythique et commentées, notamment la tête colossale du héros  et l’amphore le montrant attaquant le triple Géryon.

Exposition virtuelle “Mythes et images au Cabinet des médailles, in L’Antiquité à la BnF, 12/06/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8145.

Hybrides et monstres

Satyres, sirènes, chimères, centaures, griffons, les récits mythologiques de l’Antiquité sont remplis de monstres et d’êtres hybrides. Cette vitrine donne un aperçu de la diversité de ces créatures sur des objets très variés : vases, plats, gourdes, lampe à huile, statuettes de bronze ou monnaies. 

Un parcours dédié à été consacré à ces êtres dans l’exposition virtuelle Mythes et images au Cabinet des médailles (voir ci-dessus). On y retrouve presque tous les objets exposés à présent dans cette vitrine, entre autres le grand plat au sphinx, l’amphore figurant Thésée combattant le Minotaure, ou la gourde montrant Scylla dans une attitude particulièrement agressive. D’autres œuvres comme la statuette de satyre ont fait l’objet de présentations séparées, par exemple dans ce carnet de recherche. 

Hélène Virenque, “Statuette de satyre étrusque”, in L’Antiquité à la BnF, 01/08/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1158.

Naissance et enfance

Cette vitrine s’intéresse aux prémices de la vie dans l’Antiqutié : depuis l’accouchement à l’enfance. Le bracelet dit “d’accouchée” porte l’inscription grecque – ευτοκι “accouche heureusement” –  pour protéger la future mère.

Vanessa Desclaux, “Bracelet romain d’accouchée avec Isis et Harpocrate”, in L’Antiquité à la BnF, 01/01/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/972.

A côté du bracelet, la maternité est évoquée à travers un grand camée romain représentant l’impératrice Messaline environnée des portraits de ses deux enfants émergeant de cornes d’abondance. 

Estelle Berlaire Gues, “L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir”, in L’Antiquité à la BnF, 29/08/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16298.

Le vêtement féminin, accessoires de toilette

Les dernières vitrines à droite de la salle des colonnes nous font pénétrer dans l’intimité des hommes et femmes antiques et ce que outils, accessoires, iconographie laissent percevoir de leurs parures, préoccupations dans la préparation des corps au quotidien comme pour le domaine funéraire. Le petit vase figurant Eros jouant de la double-flûte illustre bien la porosité de pratiques communes aux deux mondes.

 Hélène Virenque, “Alabastre avec Eros ailé”, in L’Antiquité à la BnF, 01/11/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1580.

Rites et coutumes funéraires

Comme un pendant à la précédente vitrine, celle dédiée aux rites et coutumes funéraires rassemble des objets qui tous ont accompagné un défunt dans la tombe ou à proximité : buste funéraire de Modius Asiaticus, masque de momie, couronne d’or, assiettes peintes par Epictète, etc. 

Le spectacle et le sport

Le spectacle et le sport dans l’Antiquité gréco-romaine avaient presque toujours une dimension religieuse. Les épreuves, les succès et même souvent les récompenses constituent des marques de déférences offertes aux puissances divines dans le cadre de célébrations qui pouvaient attirer les habitants de toute une cité, toute une région, voire de tout le monde hellénique pour les plus prestigieuses. La grande amphore panathénaïque rappelle la matérialité du prix que recevaient les vainqueurs – ici pour l’épreuve de course hippique – des jeux organisés à Athènes en l’honneur d’Athéna : jusqu’à plusieurs dizaines d’amphores d’huile d’olive sacrée provenant des vergers de la divinité. 

 Louise Détrez, “L’éclat des vases du Cabinet des médailles -1- Victoire ! L’amphore panathénaïque DR.244”, in L’Antiquité à la BnF, 18/08/2021, https://antiquitebnf.hypotheses.org/13396.

Témoignage à la fois plus modeste et plus intime, la bague ornée d’une intaille au gladiateur évoque le monde romain des jeux. 

 Mathilde Avisseau-Broustet, “Une intaille au gladiateur”, in L’Antiquité à la BnF, 26/10/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1443.

Les médaillons dits contorniates, fabriqués à Rome aux IVe et Ve siècle ap. J.-C., sont également une source iconographique de premier plan pour l’histoire de jeux, particulièrement les courses qui se tenaient au sein du Circus Maximus

Dominique Hollard, “Les médaillons contorniates et l’univers du Circus Maximus (Rome, 350-430 ap. J.-C.)”, in L’Antiquité à la BnF, 21/11/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/5870.

Les écritures

Le déchiffrement du phénicien et du palmyrénien, les premières découvertes sur les papyrus égyptiens ont eu lieu dans les murs de la Bibliothèque grâce à la richesses des collections voulant représenter la diversité des écritures et de leurs supports.

Hélène Virenque, “Livre des Morts d’Ankhesenaset”, in L’Antiquité à la BnF, 01/09/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/4309.

La vitrine réunit des œuvres qui marquèrent l’histoire de la recherche comme le Caillou Michaux, première inscription cunéiforme complète entrée dans une collection européenne  ou l’alabastre quadrilingue au nom de Xerxès Ier.

Hélène Virenque, “Dessiner avant de déchiffrer : le Caillou Michaux et l’écriture cunéiforme”, in L’Antiquité à la BnF,  03/08/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/3481.

Sépideh Qahéri, “Alabastres royaux d’époque achéménide”, in L’Antiquité à la BnF, 04/05/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/11185.

Les écritures antiques dans son apprentissage et ses usages y sont également exposées: tablette d’écolier en grec et copte, sceaux-cylindres proches-orientaux,  monnaie à inscription gauloise ou la phalère d’Arélius Cervianus légendée en latin…

Hélène Virenque, “Une tablette d’ecolier bilingue grec-copte”, in L’Antiquité à la BnF, 01/02/2020, https://antiquitebnf.hypotheses.org/10520.

Bertrand Lafont, “Sceaux-cylindres du Proche-Orient ancien et projet SESPOA”, in L’Antiquité à la BnF, 28/10/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8752.

Dominique Hollard, “Phalère d’Aurelius Cervanius, IIIe siècle ap. J.-C.”, in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2017, https://antiquitebnf.hypotheses.org/663.

La magie

De nombreux objets antiques nous transmettent le rôle important qu’a pu tenir la magie – blanche ou noire – dans la vie des anciens. Au milieu des intailles magiques illustrant une synthèse romaine qui puise dans des traditions anciennes et diverses, une stèle d’Horus sur les crocodiles témoigne d’une iconographie égyptienne qui frappa maints esprits des hommes de l’Antiquité aux premiers collectionneurs européens.

Vanessa Desclaux, “Scorpions, crocodiles et serpents : autour de quelques stèles égyptiennes du département des Monnaies, Médailles et Antiques”, in L’Antiquité à la BnF, 14/08/2019, https://antiquitebnf.hypotheses.org/8379.

Et d’autres thématiques à découvrir…

Pour venir voir la salle des colonnes:

L’accès au musée se fait par le 5 rue Vivienne 75002,  ouverture tous les jours 10h-18h (nocturne jusqu’à 20h le mardi), sauf le lundi et les jours fériés.

Pour découvrir la suite du parcours, rendez-vous au prochain billet rassemblant les liens aux œuvres présentées dans le cabinet précieux. 


Les collections du département des Monnaies, médailles et antiques sont accessibles à travers plusieurs catalogues en ligne à retrouver ici.

Citer ce billet : Antiquité BnF, "L’Antiquité dans le musée de la BnF, 1. Le jardin et la salle des colonnes", in L’Antiquité à la BnF, 31/10/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17210, [consulté le 06/12/2022].

 

  1. Expositions réalisée dans le cadre d’un programme, soutenu par le LabEx Les passés dans le présent (ANR-11-LABX-0026-01), associant la BnF, le LIMC (ArScAn-UMR7041) et l’USR3225 de la MSH MAE. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.