Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022

L’image que la publicité télévisuelle véhicule de César, depuis 1968 et la diffusion de la première annonce publicitaire sur les écrans français, sert de point de départ à la réflexion sur la place du dirigeant romain dans l’imaginaire récent. Pour atteindre ses objectifs commerciaux, la publicité télévisuelle exploite les stéréotypes de l’imaginaire collectif, sa cible de communication étant le grand public au sens le plus large qu’il soit. Elle s’emploie à exploiter des images et un langage les plus accessibles possible. Afin de limiter au maximum les incompréhensions, les publicitaires utilisent souvent ce qu’ils considèrent être le plus petit dénominateur culturel commun, une stratégie d’autant plus importante lorsqu’elle recourt à l’Histoire pour étayer son argumentaire, le risque que le public ne saisisse pas une référence historique pointue étant grand.

Jeudi 20 octobre

Présidence : François de Callataÿ

14h | Introduction Antonio Gonzales, directeur ISTA Besançon

14h10 | César et la publicité : reflet de notre vision contemporaine de César ? Claire Mercier, doctorante, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Claire Mercier proposera en introduction de voir comment ce processus s’est appliqué au mythe de Jules César, et à quoi cette essentialisation publicitaire a réduit le grand dirigeant romain, puis, avant d’aborder l’image de César dans la culture de masse récente et afin de mieux la comprendre, les premières communications du colloque retraceront l’évolution de la figure de Jules César au fil du temps, de l’Antiquité aux années 1960.

César, de l’Antiquité aux années 1960

Le Panthéon populaire illustré. 4e série, livraison 68, Pompée : tragédie en cinq actes / Corneille ; illustré par Pauquet, BnF, Z-9669, source: Gallica

14h40 | La réception de César durant l’Antiquité Thomas Guard, maître de conférences, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Homme politique de premier plan, personnage paradoxal, tyran pour les uns, héros pour les autres, Jules César suscite les polémiques de son vivant, mais plus encore après sa mort ! À travers l’étude des portraits littéraires établis par des contemporains comme Cicéron ou Salluste, puis des jugements laissés par la postérité, depuis les poètes augustéens jusqu’aux historiens de la dynastie antonine, nous tenterons de cerner les contours d’une figure complexe, que l’on a souvent tenté de s’approprier, non sans arrière-pensée politique.

15h | La réception de César à l’époque médiévale Bernard Ribémont, professeur des universités, CESFiMA, Université d’Orléans

Les figures emblématiques d’Alexandre, d’Arthur et de Charlemagne occupent le premier rang dans la représentation du pouvoir au Moyen Âge et elles sont toutes trois inscrites dans une solide tradition littéraire. À côté d’elles, Jules César fait pâle figure. César connaît toutefois un regain d’intérêt à la fin du Moyen Âge qui offre de lui une figure contrastée, négative dans le Viollier des histoires romaines, plus exemplaire chez une Christine de Pizan. Même si l’orgueil du personnage est déploré, il demeure positif et son classement, après Jacques de Longuyon, dans la liste des neuf preux est un topos souvent repris.

Notre exposé présentera un rapide panorama de ces aspects de la réception médiévale du personnage de Jules César.

16h | La réception de César à l’époque moderne Rudy Chaulet, maître de conférences émérite, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Tenter de rendre compte de la réception à l’époque moderne d’un personnage de l’Antiquité qui, tel Jules César, a acquis une grande célébrité, n’est pas une mince affaire. En effet, le nom, l’image et le personnage de César ont laissé dans plus d’un pays d’Europe occidentale (pour se limiter à cette zone géographique), entre Renaissance et Lumières, d’innombrables traces. Il conviendra à partir d’exemples forcément partiels (et partiaux) de distinguer les différentes « réceptions » et les usages qui en sont faits : réception des sources (essentiellement Suétone et Plutarque) réceptions de facta dictaque memorabilia du grand homme, dans les différents genres (l’homme de guerre, le politique, l’écrivain, pour le moins) les interprétations et reconstructions dont il pouvait faire l’objet et les perceptions plus ou moins positives ou négatives que ces images produisaient dans l’imaginaire collectif et particulier.

16h20 | La réception de César à l’époque contemporaine aux années 1960 Fabien Bièvre-Perrin, maître de conférences, HisCAnt-MA, Université de Lorraine – Antiquipop

La période contemporaine s’ouvre par des révolutions, notamment en France, qui valorisent plutôt Brutus que César, mais cela ne fait que lancer le général romain dans une alternance incessante, entre modèle et anti-modèle : Napoléon Bonaparte et Napoléon III tentent en effet de réhabiliter le dictateur et de prennent la Rome impériale pour modèle plutôt que la Rome républicaine. L’équation se complexifie avec la montée en puissance de Vercingétorix comme icone nationale, notamment sous la Troisième République… Au XXe siècle, ce sont ensuite les fascismes, en Italie et en Allemagne, qui font émerger de nouvelles facettes du dictateur, dont les années 1950 ne sauront tout à fait se défaire. Chaque étape de ce périple nous montre César sous deux visages, l’officiel et celui des opposants, l’un et l’autres s’immisçant dans la culture populaire sous des formes sans cesses renouvelées, de la gravure au cinéma, de l’image d’Épinal à la bande dessinée.

Vendredi 21 octobre

Présidence : Rudy Chaulet

César aujourd’hui

La Petite lucarne : le chemin des écoliers télé CNDP école élémentaire, 30 septembre 1989 source: Réseau Canopé, 2016-59806 / Gallica

9h30 | César et les Gaulois : une vision croisée France / Belgique François de Callataÿ, professeur à l’Université Libre de Bruxelles ; chef de département à la Bibliothèque royale de Belgique Bruxelles

“De tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves” : Jules César occupe une place majeure et bien spécifique dans l’historiographie belge. En une phrase (dont on a généralement omis la suite : “parce qu’ils se tiennent le plus à l’écart de la civilisation”), César confère aux Belges leur nom tout en leur décernant un brevet de bravoure. L’historiographie de la Belgique allait forcément fortement capitaliser sur cette déclaration lapidaire. Il en résulte une construction du personnage assez différente de celle pratiquée en France où, vainqueur de Vercingétorix promu depuis longtemps héros national, César ne s’éloigne jamais beaucoup de son statut de chef de guerre victorieux. On verra comment, de la récupération lors des deux Grandes Guerres aux bisbrouilles internes entre Flamands et Wallons, en passant par l’iconique Grand Jojo, l’image de Jules César a été instrumentalisée dans le plat pays.

Qui est le vainqueur d’Alésia ? Muséoparc Alésia, Mathilde Le Piolot-Ville, responsable de l’action culturelle

Finalement qui est le vainqueur d’Alésia ? Qui a gagné la bataille de la notoriété ? Nous verrons comment le général romain a été représenté au fil des différentes scénographies, mais aussi quelle place il occupe face à Vercingétorix dans l’imaginaire des visiteurs et des habitants d’Alice Sainte Reine.

10h50 | César séducteur Julien Olivier, chargé de collection des monnaies grecques à la Bibliothèque nationale de France

Séducteur ? Ce terme n’est sans doute pas le premier qui vient à l’esprit lorsque l’on évoque Jules César. Pourtant dès son vivant l’homme semblait affublé d’une solide réputation de coureur, comme l’atteste par exemple le mot de Caius Scribonius Curio rapporté par Suétone, décrivant l’homme comme “mari de toutes les femmes et femme de tous les maris” (Vie de César, 52). L’image contemporaine de César telle qu’elle est perçue à travers les différents médias de masse semble pourtant avoir largement éclipsé cette part de sa personnalité, ce malgré son association amoureuse avec Cléopâtre. Avant tout défini comme un chef militaire, un stratège et un homme de pouvoir, César est bien plus fréquemment présenté comme un objet de séduction : un moyen pour s’attirer ses grâces ou pour le manipuler. Cela n’empêche cependant pas la mise à contribution ponctuelle du personnage de César dans certains débats politiques ou de société, par exemple comme modèle pour Donald Trump ou bien comme figure emblématique homosexuelle. 

11h10 | César chef de guerre Gaëlle Perrot, doctorante, HiSoMA, Université Jean Moulin Lyon III ; ATER au Centre Camille Jullian, Aix-Marseille Université

La représentation la plus classique de César dans la pop culture est celle du général victorieux et vertueux. Pétri des canons antiques comme de l’esthétique des péplums, le corps de l’imperator nous apparaît aujourd’hui sculpté par et pour les années de conquête et de triomphe. Il incarne ainsi la uirtus militaris romaine. Mais César est aussi à l’écran ou dans l’iconographie populaire un meneur d’hommes qui insuffle l’esprit de corps à ses troupes et, bien souvent, restaure la moralité dans les camps. En ce sens, le général n’est pas exempt des topoi antiques sur la licence du simple soldat sans encadrement. Enfin, Jules César semble adopter dans la culture vidéoludique, où il se cantonne presque uniquement aux jeux de gestion militaires, une représentation hégémonique de tacticien sur les champs de bataille. Cette dernière révèle que sa mémoire culturelle s’est fixée dans ce médium sous la forme d’un génie de la stratégie, d’un légat expérimenté mais aussi d’une figure lointaine et exemplaire que l’on ne peut jamais incarner à la première personne.

Présidence : Julien Olivier

13h50 | César et ses opposants Thomas Guard, maître de conférences, ISTA, Université de Franche-Comté Besançon

Marcus Iunius Brutus : un antihéros. Parmi les adversaires de César, nous examinerons la figure de Marcus Iunius Brutus, seul membre de la conspiration ourdie contre César dont le nom reste aujourd’hui évocateur de cet événement majeur. Nous observerons à quel point le grossissement et la simplification propres à la caricature ont nui à la réputation de ce personnage desservi par l’histoire, dans la culture populaire contemporaine, notamment à travers des exemples issus de la bande dessinée, du cinéma, de la télévision et de la presse.

Les Grandes épées de France / illustrations de N. Grand’Aigle, B. Sirven (Toulouse), source: Bibliothèque municipale de Toulouse, FCJ B 1320 / Gallica

Informations pratiques

Le colloque « Jules César et ses réceptions » est organisé par Claire Mercier (claire.mercier@univ-fcomte.fr) et Fabien Bièvre-Perrin (fabien.bievre-perrin@univ-lorraine.fr). Il se tiendra à l’Université de Besançon les 20 et 21 octobre 2022 et sera ouvert au public.



Citer ce billet
cmercier (2022, 18 octobre). Colloque : Jules César dans la culture de masse, construction d’une image de l’Antiquité à nos jours, Besançon, 20-21 octobre 2022. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 21 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8rb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.