Le frigidarium des thermes de Cluny

Archive : Image du mois d’Octobre 2022

Christophe Civeton, [Palais des Thermes, réutilisé en cave par un tonnelier, avant son appropriation au musée], dessin, vers 1820, BnF, département des Estampes et de la Photographie, RESERVE VE-53 (H)-FOL
Ce dessin, un lavis à la plume et à l’encre brune, attribué à Christophe Civeton (1796 – 1831) et probablement réalisé dans les années 1810-1820, représente une tonnellerie, l’entrepôt d’un fabricant de tonneaux, installée dans une salle voûtée aux dimensions majestueuses comme en témoignent notamment la taille des personnages et du carrosse figurés.

Cette salle est le vestige du frigidarium, salle froide des « thermes du Nord » de Lutèce, plus connus sous le nom des thermes de Cluny.

Probablement édifiés entre la fin du Ier siècle ap. J.-C. et le début du IIe siècle ap. J.-C., ils auraient été en fonction au moins deux siècles. L’occupation continue du site jusqu’au XIXe siècle a permis d’en conserver plusieurs importants vestiges dont l’imposant frigidarium.

Réutilisé comme palais dès le VIe siècle, le complexe thermal connaît probablement des destructions lors des raids vikings entre le IXe et le Xe siècles. En 1340, le Palais des Thermes, alors ainsi nommé, est acheté par l’ordre de Cluny qui y construit un hôtel contre les thermes dont les pièces servent de granges. Ce premier hôtel est remplacé par l’hôtel de Cluny actuel, construit entre 1485 et 1510. Lors de la Révolution française, l’ensemble est confisqué et entre dans le domaine de l’Etat.  Les recherches d’Hervé Robert aux Archives nationales permettent de suivre l’histoire immobilière de cet ensemble entre la fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle.  On y apprend entre autres que les vestiges du “Palais des thermes” étaient baillés “à titre d’emphytéose de 99 ans depuis le 1er janvier 1781 à un maître tonnelier, Jean-Laurent Falaize, qui en laissait la jouissance à  son confrère Pierre Garnier, cessionnaire de son fonds de commerce pour la somme de 5500 livres, par sous-location consentie le 22 avril 1790″.

La prise de conscience de l’importance historique et patrimoniale de ces vestiges antiques et de cet hôtel du XVe siècle émerge au XIXe siècle et s’impose alors à la ville de Paris et à l’État. L’idée puis la volonté de les sauvegarder et de les restaurer aboutit à la création en 1843 du Musée des Thermes et de l’hôtel de Cluny dans lequel la salle du frigidarium abrite un dépôt lapidaire ouvert à la visite :

 

Entre 1820 et 1826, des premiers travaux de dégagement et de consolidation des thermes sont entrepris sous la direction entre autres de l’architecte Louis Moreau. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, Théodore Vacquer mène de nouvelles investigations dans le cadre des gigantesques travaux d’urbanisme réalisés par Rambuteau puis par Haussmann qui mettent au jour dans leur quasi-totalité les vestiges de l’édifice thermal.  De 1946 à 1957, les fouilles menées par Paul-Marie Duval apportent de nombreuses informations à la connaissance du complexe thermal. Dans les années 1980 et 1990, des études archéologiques viennent encore compléter et préciser ces données.

Les archéologues estiment aujourd’hui que cet ensemble thermal n’était pas le résultat d’une construction homogène édifiée d’un seul jet comme en témoignent de profonds remaniements dans la construction et l’organisation des salles.

Ils ont mis au jour plusieurs niveaux de fonctionnement.  Le niveau le plus enterré correspondait aux réseaux hydrauliques dont deux tronçons d’égouts perpendiculaires ont notamment été repérés. Un niveau en sous-sol devait abriter des pièces techniques pour la gestion et le personnel des thermes. Au rez-de-chaussée, les pièces des bains ainsi que plusieurs palestres, des boutiques et un portique ont été identifiés.

Couvrant une superficie d’environ 6000 m²,  les thermes de Cluny sont considérés comme les plus grands des trois thermes publics connus de Lutèce.  Implantés entre les actuels boulevards Saint-Michel (Ouest) et Saint-Germain (Nord) et les actuelles rues de Cluny (Est) et des Écoles (Sud), ils sont un des témoins de l’important développement urbanistique que connaît Lutèce avec la romanisation. Longtemps cantonnée à l’île de la Cité, elle s’étend alors sur la rive gauche de la Seine où ont été identifiés son forum, à l’emplacement de  la rue Soufflot, accompagné de thermes (les thermes du Sud), un amphithéâtre (les arènes de Lutèce), un théâtre entre le lycée Saint-Louis et la rue-Racine et un autre ensemble thermal, les thermes de l’Est (sous le Collège de France).

Plusieurs parties des thermes de Cluny ont conservé en grande partie leur élévation (la grande palestre, certaines salles chaudes). L’élément le plus majestueux et le mieux conservé reste le frigidarium, salle éclairée par quatre fenêtres hautes dont la voûte principale s’élève à plus de 14 mètres, qui classe les thermes de Cluny parmi les vestiges antiques les plus monumentaux du Nord de la France.  Tant par son volume que par ses techniques de construction, le frigidarium est un témoin spectaculaire de l’art de bâtir gallo-romain. Le décor de surface aujourd’hui perdu, alternant probablement marbre, stuc et peintures, laisse entrevoir l’appareil des murs, moellons de calcaire séparés à intervalles réguliers par des rangs de briques. Sur les arrêtes des voûtes, sont encore présentes deux consoles de pierres sculptées en forme de proues de navires, pour certains éventuel témoin de la riche confrérie des Nautes de Lutèce, armateurs et commerçants fluviaux, mais pour tous témoin du raffinement de ces thermes.

Les thermes, lieux à la fois de propreté, d’entretien de la santé, d’échanges et de convivialité, rappellent également l’importance de l’eau et de sa monumentalisation (fontaines, nymphées, aqueducs) dans la civilisation gallo-romaine.

Après plusieurs années de travaux, le Musée national du Moyen-Age a rouvert en mai 2022 : la salle du frigidarium ouvre le nouveau parcours de visite en abritant les collections antiques dont le Pilier des Nautes.

Pour en savoir plus :

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Le frigidarium des thermes de Cluny", in L’Antiquité à la BnF, 01/11/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/17015, [consulté le 06/12/2022].

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.