« Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF

Le 21 septembre 1922, il y a un tout juste un siècle, un ouvrier travaillant sur le site d’une briqueterie dans le bourg de Beaurains près d’Arras (Pas-de-Calais) brisait de sa pioche une céramique. Il venait sans le savoir de faire une découverte sensationnelle constituée de plusieurs centaines de monnaies d’or et d’argent, de bijoux et de pièces d’argenterie d’époque romaine. A l’occasion du centenaire de la découverte, nous revenons sur l’histoire de ce trésor exceptionnel, dont plusieurs pièces majeures ont rejoint les collections de la BnF au fil des années.

De l’or sous toutes ses formes

Le trésor de Beaurains, enfoui au début du IVe siècle de notre ère (vers 315), fait partie des plus importantes découvertes de l’Antiquité tardive. Parmi les bijoux, essentiellement en or, se trouvent notamment des bracelets (figure 1), des chaînes, des bagues, des pendentifs (figure 2) ainsi qu’un spectaculaire collier monétaire formé de huit monnaies d’or montées en médaillon (voir infra, figures 11 et 12).

Figure 1 – Bracelet provenant du trésor de Beaurains (© British Museum). Source: BM, 1986,1115.1.
Figure 2 – Chaînes, pendentifs et bagues provenant du trésor de Beaurains (© British Museum). Source : Bastien & Metzger 1977, p. 176bis

Le lot monétaire est quant à lui constitué d’environ 700 monnaies en or et en argent, dont 30 à 35 exceptionnels médaillons d’or. Ces rarissimes médaillons, qui sont en réalité des multiples de l’aureus, étaient distribués par les souverains aux cadres de l’armée et de l’administration à l’occasion de célébrations impériales (anniversaires et victoires notamment). Leur présence dans le trésor laisse penser que le ou les possesseur(s) du trésor ont bénéficié de distributions impériales consenties à Rome et surtout à Trèves, résidence de l’empereur en charge des provinces d’Occident, entre 285 et 3101. Au-delà, ces spectaculaires monnaies constituent des documents de premier ordre qui nous renseignent tant sur des événements historiques (par exemple la reconquête de l’île de Bretagne après une sécession qui dura de 286 à 296) que sur l’idéologie diffusée par le pouvoir impérial pour se légitimer (figure 3).

Figure 3 – Médaillon (multiple de 10 aurei) à l’effigie de Constance Chlore illustrant au revers la reconquête de la Britannia (© Musée des Beaux-Arts d’Arras)

D’Arras à New York : un trésor dispersé

Le trésor de Beaurains a connu une histoire mouvementée2. Le dépôt à peine découvert, une large partie disparut la nuit suivante, emportée par certains des ouvriers originaires de Belgique qui repassèrent sans tarder la frontière. À l’issue d’une enquête, et grâce à l’intervention d’un prêtre qui ramena les voleurs à une certaine raison, une partie de ce qui avait été volé put être récupérée. Après divers démêlés juridiques, ce qu’il restait du trésor fut partagé entre l’inventeur (l’ouvrier qui a donné le coup de pioche) et la propriétaire du terrain, Jeanne Wartel. La part de l’inventeur fut achetée par la Ville d’Arras et échappa ainsi à la dispersion. Quant au lot de la propriétaire du terrain, il fut confié au marchand parisien Étienne Bourgey (figure 4) et vendu sur le marché. Plusieurs institutions étrangères en profitèrent pour se doter de pièces provenant du trésor. Parmi celles-ci, le British Museum fit l’acquisition d’une trentaine de monnaies d’or et d’un ensemble d’objets (bijoux, pierres gravées et chandelier en argent). Le Cabinet des Médailles de la Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles acheta 19 monnaies d’or. L’American Numismatic Society à New York reçut un don du collectionneur E.T. Newell consistant en une cinquantaine de monnaies d’or.

Figure 4 – Étienne Bourgey, 1938. Source : sabinebourgey.com

Beaurains dans les médailliers de la BnF (1931-2021)

Et la Bibliothèque nationale de France dans tout cela ? Les circonstances ont fait qu’elle n’eut alors pas la possibilité d’acquérir des éléments du trésor. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir essayé. En effet, dans les mois qui suivirent la découverte, Ernest Babelon, conservateur du Cabinet des Médailles et figure centrale de la numismatique antique dans la France d’alors, fit part, dans une lettre adressée au maire d’Arras, de son vif intérêt pour les pièces inédites du trésor et de son souhait d’acquérir pour la collection nationale « les pièces les plus importantes historiquement »3. La Ville d’Arras s’était préalablement entendue avec l’inventeur pour lui acheter sa part au prix de 35 000 francs4. La cession effective n’eut lieu que quelques années plus tard mais le Cabinet des Médailles n’avait pas abandonné l’affaire. En effet, au cours de la séance du conseil municipal du 30 décembre 1926, le maire d’Arras indique qu’« une fois que le trésor sera la propriété de la Ville, des propositions d’achat pourraient être faites par le Cabinet des Médailles à Paris. À cet égard, M. le maire informe le Conseil que 100 000 francs ont été offerts pour les seuls médaillons à l’effigie de Constantin »5. Le procès-verbal fait état d’oppositions à cette idée et le Cabinet des Médailles ne rachètera finalement pas de monnaies à la Ville d’Arras, pas plus qu’il n’en achètera auprès d’Étienne Bourgey. Il faut dire que le décès de l’influent Ernest Babelon, survenu entre temps le 3 janvier 1924, n’a pas favorisé les opérations. Maigre consolation, le Cabinet des Médailles se verra offrir par la Maison Bourgey un jeu de galvanoplasties reproduisant neuf médaillons du trésor6.

Figure 5 – Jeu de galvanoplasties édité par la maison Étienne Bourgey, exemplaire de la BnF (© Dominique Hollard)

Il faudra donc attendre les décennies suivantes pour que les conservateurs successifs du fonds numismatique romain du département des Monnaies, médailles et antiques puissent combler, au coup par coup, cette lacune. Ce n’est qu’en 1931, avec l’entrée de la prestigieuse collection Beistegui, qu’un élément remarquable du dépôt arrageois rejoint les collections nationales : un médaillon de 8 aurei représentant Constance Chlore en consul et dont le revers montre les Tétrarques sacrifiant de concert devant un temple (figure 6).

Figure 6 – Multiple de 8 aurei de Constance Chlore, Trèves, 305 (BnF-MMA, Beistegui 230 ; Bastien & Metzger 1977, n° 395)

Un aureus acquis en mai 1936 auprès du marchand parisien Pierre Ciani7 pourrait potentiellement provenir du trésor de Beaurains. Le type monétaire figure parmi ceux représentés en abondance dans le trésor. Néanmoins, aucun élément tangible ne permet d’attester sa provenance.

Au tournant des années 1950, le Cabinet récupère ensuite deux fois deux aurei auprès d’Émile Bourgey, le fils d’Étienne (figures 7 et 8)8, puis de sa sœur Juliette (figures 9 et 10)9 par le biais d’échanges, une pratique aujourd’hui révolue. La provenance des deux monnaies obtenues de Juliette Bourgey n’est pas indiquée mais le fait que ceux-ci figurent dans la publication de P. Bastien et C. Metzger atteste bien leur appartenance au trésor10. Ces quatre aurei issus de la famille Bourgey appartiennent aux séries frappées à Trèves entre 302 et 303, qui sont parmi les mieux représentées dans le trésor.

Figure 7 – Aureus de Dioclétien, Trèves, 303 (BnF-MMA, FG 1588bis = Z 2643 ; Bastien & Metzger 1977, n° 303)
Figure 8 – Aureus de Galère, Trèves, 302 (BnF-MMA, FG 1652 bis = Z 2644 ; Bastien & Metzger 1977, n° 282)
Figure 9 – Aureus de Dioclétien, Trèves, 303 (BnF-MMA, FG 1579a = Z 2709 ; Bastien & Metzger 1977, n° 292)
Figure 10 – Aureus de Maximien, Trèves, 303 (BnF-MMA, FG 1629a = Z 2710 ; Bastien & Metzger 1977, n° 298)

En 1987 puis en 1997, ce sont deux des huit monnaies montées en pendentif qui ornaient le collier monétaire qui rejoignent le fonds national (figures 11 et 12). Les monnaies, à l’effigie de Commode et d’Élagabal, remontent à la fin du IIe et au début du IIIe siècle, tandis que la pièce la plus récente du collier date de la fin des années 260.

Figure 11 – Aureus d’Élagabal monté en pendentif (BnF-MMA, 1987.212 ; Bastien & Metzger 1977, B23/7)
Figure 12 – Aureus de Commode monté en pendentif (BnF-MMA, 1997.530 ; Bastien & Metzger 1977, B23/4)

Enfin, en 2021, il a été possible d’acquérir en vente publique un aureus provenant du trésor. D’un type très rare, cette monnaie associe le portrait de l’empereur Galère César, descendant de Jupiter, à un revers représentant Hercule victorieux (figure 13). Les deux lignées jupitériennes et herculéennes sur lesquelles repose le pouvoir tétrarchique sont ainsi associées sur cette monnaie.

Figure 13 – Aureus de Galère, Trèves, 302 (BnF-MMA, 2021.1 ; Bastien & Metzger 1977, n° 244)

Un “Trésor national”

Par ailleurs, la BnF a pu récemment apporter son concours décisif lorsque cinq multiples d’or du trésor toujours conservés en France firent l’objet d’une demande de certificats d’exportation de la part de Sabine Bourgey, la petite-fille d’Étienne et elle-même numismate professionnelle. Le département des Monnaies, médailles et antiques entama alors une procédure auprès de la Commission consultative des trésors nationaux qui aboutit au classement au titre de « Trésor national » de ces pièces exceptionnelles le 12 juillet 2017, première étape vers leur acquisition par la Banque de France en 202011.

Figure 14 – Médaillons classés « Trésor national » et acquis par la Banque de France en 2020 (© Banque de France)

Afin de mettre en valeur cette acquisition majeure et à l’occasion du centenaire de la découverte, une exposition est organisée à Citéco (Paris) à partir du 17 septembre 2022. Intitulée Trésors, cette présentation réunit pour la première fois des éléments de la trouvaille dispersés il y a un siècle. Les médaillons acquis par la Banque de France sont présentés en compagnie des plus importants éléments conservés au musée des Beaux-Arts d’Arras pour retracer le destin rocambolesque de cette trouvaille exceptionnelle et la replacer dans son contexte historique. Ces objets de prestige témoignent autant de l’histoire de l’Empire romain tardif que de la richesse des élites en Gaule romaine.

V. Drost, D. Hollard

Pour aller plus loin

Ouvrages et programme de recherche BnF



Citer ce billet
Vincent Drost (2022, 16 septembre). « Le trésor du siècle » : monnaies et bijoux en or de Beaurains à la BnF. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8r9

  1. Plusieurs indices permettent de formuler des hypothèses sur les possibles possesseurs du trésor. En premier lieu, une bague de mariage portant le nom de Valerianus et de sa femme Paterna pourrait désigner le propriétaire initial. Par ailleurs, un graffito incisé sur un médaillon d’or mentionne un certain Vitalianus qui pourrait être le fils de Valerianus. Sur cette hypothèse, voir R. Tomlin, « The owners of the Beaurains (Arras) treasure », dans Constantine the Great : York’s Roman Emperor, J. Hawkes, E. Hartley, M. Henig, F. Mee (éd.), York, 2006, p. 59-64. []
  2. Sur l’histoire de la découverte et la reconstitution du trésor, voir le remarquable ouvrage de P. Bastien et C. Metzger, Le trésor de Beaurains (dit d’Arras), Numismatique romaine X, Wetteren, 1977 (cité infra Bastien & Metzger 1977). []
  3. Lettre d’Ernest Babelon du 9 février 1923 adressée au maire d’Arras (Bastien & Metzger 1977, p. 229-230). Ce document est conservé dans les Archives du secrétariat général de la Bibliothèque nationale, dans le dossier coté  2005/028/507. []
  4. Procès-verbal du Conseil municipal d’Arras, séance du 15 décembre 1922, p. 20-22 (Bastien & Metzger 1977, p. 223-224). []
  5. Procès-verbal du Conseil municipal d’Arras, séance du 30 décembre 1926, p. 9-10 (Bastien & Metzger 1977, p. 235-236). []
  6. BnF-MMA, Registre Y des dons (1909-1964), 5 janvier 1928 (Y 6575 à Y 6583). Sont reproduits les trois médaillons du Musée des Beaux-Arts d’Arras et les six médaillons alors en possession d’Étienne Bourgey. Ces copies sont en cuivre doré et numérotées sur la tranche. La série complète se vendait alors 1 250 francs et est toujours aujourd’hui prisée des collectionneurs. []
  7. BnF, MMA, N 8045 = FG 1640a. []
  8. Registre Z. Échanges (1904-1994), 5 novembre 1949. []
  9. Registre Z. Échanges (1904-1994), juillet 1951. Juliette Bourgey, née le 16 mai 1913 à Paris, est la fille puinée d’Étienne Bourgey et de sa femme Pauline, précédée par Camille, née le 12 mai 1911 à Paris et suivi d’Émile né à Aix-les-Bains le 9 novembre 1914 : Sabine Bourgey, Sous le signe du métal. Histoire d’une famille du marché de l’art, Paris, 2011, p. 100. []
  10. P. Bastien n’indique en revanche pas que ces monnaies sont conservées à la BnF. []
  11. Voir l’article de La Gazette Drouot en date du 28 janvier 2021. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.