L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF

Le département des Monnaies, médailles et antiques de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve une collection de plus de 1000 monnaies frappées par les rois hellénistiques de Bactriane, descendants des Grecs installés à la suite des conquêtes d’Alexandre le Grand en Asie centrale1. Après une brève période de domination des Séleucides (fin du IVe-milieu du IIIe siècle), la région s’érige en royaume indépendant sous l’impulsion de souverains qui frappèrent durant un peu plus d’un siècle des monnaies de bronze, d’argent et d’or selon les canons alors en vigueur dans le reste du monde grec.
Parmi ces pièces figure à la BnF une série d’or forte de 22 monnaies : 8 pour les rois séleucides (Antiochos Ier Sôter et Antiochos II Théos), 10 pour ceux de Bactriane (Diodote, Euthydème Ier, Eucratides Ier) et 4 monnaies considérées comme des faux modernes. L’obtention d’un financement auprès du British Institute of Persian Studies a permis de mener sur ces objets un programme d’analyses élémentaires en partenariat avec le laboratoire IRAMAT-CEB (UMR 7065, CNRS-Université d’Orléans) afin de déterminer la composition de l’or monnayé dans l’Extrême-Orient grec.
Ce programme, porté par Simon Glenn de l’Ashmolean Museum , a été réalisé en collaboration avec Julien Olivier de la BnF et Maryse Blet-Lemarquand du CNRS.

Les enjeux du projet

Les monnaies sont de loin la plus importante source historique à disposition des chercheurs s’intéressant à l’histoire des rois gréco-bactriens et indo-grecs. Dans plusieurs cas ces objets sont même le seul indice de l’existence de souverains : huit sont attestés par les textes anciens contre pas moins de 40 par les monnaies ! Ces souverains régnèrent sur de vastes territoires entre Asie centrale et Penjab (Pakistan moderne) entre le milieu du IIIe siècle av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C. Très peu de choses sont connues au sujet de ces lointains royaumes car les sources littéraires et épigraphiques qui nous renseignent sur l’histoire du monde méditerranéen sont ici quasi-inexistantes. De même, à l’exception d’Aï Khanoum, très peu de sites archéologiques sont aujourd’hui connus et exploités.

Forte de 1131 exemplaires, la collection de la BnF se hisse parmi les fonds les plus conséquents au monde. Parmi ces monnaies figure une autre pièce unique, l’octodrachme d’Euthydème Ier, important pour reconstruire l’histoire de la période.

Octodrachme d’Euthydème Ier, vers 223-200/195 av. J.-C. (?). Or, 32,73 g, 31 mm. BnF, MMA, 1966.163.

Parmi les 22 monnaies d’or conservées à la BnF, une autre pièce unique et particulièrement spectaculaire doit être signalée : l’Eukratideion. Achetée en 1867 pour le Cabinet des médailles de la Bibliothèque impériale par Napoléon III lui-même, cette monnaie pesant 169,20 g demeure aujourd’hui encore la plus lourde monnaie d’or connue pour toute l’Antiquité. La pièce doit son nom au roi pour qui elle fut frappée, Eucratide Ier, qui régna au IIe siècle av. J.-C.

20 statères d’Eucratides Ier, vers 165-145 av. J.-C. Or, 169,20 g, 58 mm. BnF, MMA, E 3605.

Uniques, dépourvues de provenances archéologiques, ces deux monnaies d’or exceptionnelles ont régulièrement vue leur authenticité remise en question, ceci plus encore en raison de leur valeur marchande très élevée, attractive pour les faussaires. L’analyse élémentaire du métal des monnaies gréco-bactriennes et indo-grecques de la BnF peut être un moyen d’alimenter ce débat avec des éléments nouveaux. Ceci peut être déterminé à la fois par la comparaison des résultats obtenus avec d’autres objets d’or antiques ayant déjà fait l’objet d’analyses, mais aussi par l’identification parmi les éléments qui composent l’alliage d’éléments révélateurs d’une provenance moderne, par exemple les très fortes teneurs en palladium caractéristiques de l’or du Brésil.

C’est avec cet objectif premier qu’un projet de recherche associant la BnF, l’Ashmolean Museum, l’Université d’Oxford et le laboratoire CNRS IRAMAT-CEB a été entrepris. Outre la vérification de l’authenticité de ces monnaies, ce projet ambitionne la collecte de résultats pour réfléchir aux stocks d’or employés pour les produire. La réalisation de travaux semblables ces dernières années au sujet des grands monnayages d’or des royaumes hellénistiques de Macédoine, du Proche-Orient et d’Égypte fournissent à ce titre des jeux de données pertinents pour évaluer le degré d’intégration de l’or gréco-bactrien au sein du monde hellénistique.

Les analyses à l’IRAMAT-CEB

La réalisation de ce programme a nécessité la programmation d’une journée pour soumettre ces monnaies à l’analyse. Ces opérations se sont déroulées au laboratoire IRAMAT-CEB, avec lequel le département des Monnaies, médailles et antiques collabore depuis plusieurs décennies, principalement dans le domaine des pratiques économiques et monétaires.

Spectrométrie de masse à plasma avec prélèvement par ablation laser à l’IRAMAT-CEB © IRAMAT-CEB.

La journée a débuté par une observation minutieuse de chaque monnaie au microscope optique. L’objectif est de relever d’éventuels stigmates de la fabrication – antique ou moderne, c’est un des enjeux du programme – des pièces (traces de regravures, indices de surmoulages ou de la coulée d’objets normalement frappés au marteau, etc.), mais aussi d’interroger l’alliage monétaire. Ainsi la présence d’inclusions de platinoïdes a-t-elle été particulièrement scrutée. Ces nodules d’aspect grisâtres sont un indice de l’utilisation d’un or primaire alluvionnaire, déposé en pépites et paillettes par le mouvement de l’eau et prélevé par orpaillage.
Le principal moyen d’investigation à disposition demeure toutefois la spectrométrie de masse à plasma avec prélèvement par ablation laser (LA-ICP-MS), technique très répandue au sein des laboratoires d’archéométrie.

Étendue à l’analyse des métaux monnayés à partir du début des années 2000, cette méthode nécessite un micro-prélèvement de matière sur chaque objet, effectué à l’aide d’un laser. L’ablation ainsi réalisée est toutefois extrêmement réduite, le cratère produit n’excédant pas 50 micromètres de diamètre (soit 0,05 mm) et est donc invisible à l’œil nu. L’ablation laser présente en outre l’immense avantage de permettre le calcul de la composition métallique au fur et à mesure de sa pénétration dans l’objet. Cette dimension est extrêmement importante pour l’étude des alliages monétaires : bien souvent la surface des objets ont été perturbées par des traitements métallurgiques et/ou la corrosion (pas pour l’or) tandis que le cœur conserve les caractéristiques de l’alliage original.

Première cellule pour l’analyse par LA-ICP-MS (cliché M. Blet-Lemarquand)

Après le temps de l’analyse à proprement parler vient celui du calcul. Les données brutes enregistrées pour les monnaies sont pondérées et ajustées au regard du signal obtenu parallèlement pour une série d’étalons (en haut à gauche et à droite sur la photographie ci-dessus), dont la composition exacte est connue par ailleurs. Les résultats définitifs se présentent finalement sous la forme d’un tableur listant pour chaque monnaie analysée les concentrations pour les différents éléments recherchés, 20 au total.

Analyser des monnaies d’or, pour quoi faire ?

La multitude des éléments mesurés répond à la diversité des questionnements soulevés par l’étude des alliages monétaires, qui peuvent cependant être divisés en deux grandes catégories. L’étude des éléments majeurs – pour les monnaies d’or, évidemment l’or, associé à l’argent et le cuivre – amène à réfléchir sur les pratiques métallurgiques mises en œuvre. Ces éléments composent la quasi-totalité de la matière analysée et leurs proportions sont la conséquence des normes édictées par le pouvoir émetteur, ou du moins des traitements appliqués lors de la confection de l’alliage (purification ou au contraire abaissement du titre, etc.).
Parallèlement à cela, l’étude des éléments mineurs, voire des éléments traces2. Ces éléments présents en si petites quantités n’étaient évidemment pas connus ni même détectables pour les métallurgistes anciens. Cependant certains se comportent de manière particulière, comme par exemple le platine et le palladium qui ont l’avantage de ne jamais se dissocier de l’or dont il partage les principales caractéristiques, et qui constituent donc un traceur fiable du stock métallique employé3. Cette méthodologie a déjà été employée dans plusieurs études pour caractériser les ors monnayés dans l’Orient méditerranéen suite aux conquêtes d’Alexandre le Grand. Il est notamment apparu que le considérable monnayage d’or émis par le conquérant puis durant une grande partie de l’époque hellénistique provenait au moins pour la plus grande partie des trésors pris dans les palais des rois perses achéménides4. La relation, ou l’absence de relation entre ce stock hellénistique et l’or des rois de Bactriane constitue un des principaux enjeux du programme entrepris ici.

Statère de Diodote, vers 256/250-238/234 av. J.-C. (?). Or, 8,56 g, 18 mm. BnF, MMA, K 2825.

Des résultats à venir

La recherche nécessite du temps. Les analyses réalisées sont à présent en cours d’interprétation. Ces données nouvelles sont confrontées avec celles obtenues auparavant par les différents moyens d’investigation numismatiques déjà éprouvés sur ces objets (étude iconographique, quantification de la production, etc.), par exemple les apports récents des travaux de S. Glenn à ce sujet5. Enfin ces résultats seront confrontés avec les autres sources de l’histoire à notre disposition, principalement l’archéologie et les textes anciens, pour mieux évaluer le rôle et l’importance du medium monétaire par les rois gréco-macédoniens de Bactriane entre le milieu du IIIe et le milieu du IIe siècle avant J.-C.

Les résultats de ce programme et les conclusions qui en seront tirées seront d’abord présentés à l’occasion du XVIe congrès international de numismatique qui se tiendra au mois de septembre à Varsovie6, puis feront l’objet d’un article de fonds qui sera soumis à la Revue Numismatique pour une livraison en 2023.

S. Glenn,  J. Olivier & M. Blet-Lemarquand

Pour aller plus loin

Citer ce billet : Julien Olivier, "L’or des rois de Bactriane : un programme d’analyse de la composition métallique des monnaies de la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 09/09/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16730, [consulté le 04/10/2022].
  1. Région antique aujourd’hui partagée principalement entre l’Afghanistan, le Tadjikistan et le Pakistan []
  2. présent à hauteur de quelques à quelques milliers de parties par million : 1 ppm = 1 mg/kg. []
  3. Lire à ce sujet M. Blet-Lemarquand, S. Nieto-Pelletier, Fl. Téreygeol, « ‘Tracer’ l’or monnayé : le comportement des éléments traces de l’or au cours des opérations de refonte et d’affinage. Application à la numismatique antique », BSFN, 4, 69e, 2014, p. 90-94. []
  4. Voir à ce sujet Fr. Duyrat, J. Olivier, « Deux politiques de l’or. Séleucides et Lagides au IIIe siècle avant J.-C. », Revue Numismatique 2010, p. 71-93. []
  5. Voir S. Glenn, Money and Power in Hellenistic Bactria , (Numismatic Studies 40), New York, 2020. []
  6. S. Glenn, J. Olivier, M. Blet-Lemarquand, « Graeco-Bactrian gold: Metal analysis of the coins of the Bibliothèque nationale de France using LA-ICP-MS », XVI International Numismatic Congress, Auditorium Maximum – Hall A, 12 sept. 2022 à 09h40. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.