Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)

Cet article présente les premiers résultats d’une recherche plus large, entreprise dans le cadre d’une Habilitation à diriger des recherches1, qui portera sur l’histoire des éditions des tragédies de Sénèque, depuis la princeps (Ferrare, 1478 – nous y reviendrons) jusqu’à l’édition de F. Leo (Berlin, 1878-1879). Notre corpus d’étude compte au total 29 éditions, parues sur quatre siècles, mais inégalement réparties : trois éditions pour le XVe s., dix pour le XVIe s., sept pour le XVIIe s., deux pour le XVIIIe  et sept pour le XIXe siècle.

Les éditions présentes à la BnF sont au nombre de 17, soit presque deux tiers de la documentation. Nous citons chacune d’elles dans ce qui suit, en accompagnant leur présentation d’un bref commentaire sur ce qui a retenu notre attention et constitue l’un des principaux intérêts de l’édition en question.

Princeps, 1478

Titre (de départ) : Lucii Anaei Senecae Cordubensis: || Hercules furens tragedia prima || incipit.
Éditeur scientifique : xxx
Commentateur : xxx
Imprimeur : Andreas Belfortis / André Beaufort (Gallus / Gallicus)
Libraire : Pellegrino Sillano ( ?)
Ville : Ferrare
Date : 1478
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares (RES G-YC-114)

Le magnifique exemplaire de la BnF suscite tout d’abord, certes, une certaine émotion en tant que princeps, mais cette édition stimule aussi le questionnement des chercheurs en histoire du livre, en histoire de l’édition, et en histoire littéraire.

L’historien du livre pourra y étudier la présentation soignée (alignement des répliques, police en caractères de Rusch très lisible) des pages très aérées, débarrassées de toute note ou presque. En effet, on ne trouve en marge que quelques indications métriques, des didascalies de personnages et plusieurs manicules. Or ces indications, peintes en rouge, sont manuscrites, de même que les titres courants, légèrement variables dans leur forme, et les lettrines, fréquentes mais non omniprésentes. On appréciera donc le mélange de l’imprimé et du manuscrit fréquent à l’âge des incunables, témoins du lent passage d’une technique à l’autre.

Qui s’est chargé d’enrichir le texte de ces indications ? Quand ont-elles été apportées ? En l’absence de toute mention explicite, l’historien de l’édition en est réduit aux hypothèses, comme celles qu’il émettra à propos de la date de publication, des « éditeurs scientifiques » et libraires responsables de cette édition. En croisant les éléments du paratexte (colophon), les arguments historiques et les arguments documentaires, nous arrivons à proposer la date de 1478 (au lieu des années 1481 ou 1485 généralement avancées), quand l’imprimeur Andreas Belfortis / André Beaufort travaillait à Ferrare et qu’il avait passé un contrat avec le libraire Pellegrino Sillano.

Les chercheurs en littérature ou en histoire du théâtre s’arrêteront sur les didascalies de personnages, parfois difficiles à interpréter en raison de leur nombre, quand l’interlocution est heurtée (voir par exemple les vers 170-171 de Médée, partagés entre la nourrice et l’héroïne), de leur emplacement, inhabituel pour l’œil moderne, à la fin du vers. Mais elles ont le mérite d’être là et d’être lisibles, alors que les manuscrits des éditions théâtrales comme celles de Térence ne donnaient que des initiales intercalées à l’intérieur des lignes. Le nom des vers, quand il est précisé, marque la conscience que l’on a eue d’un changement de vers ou d’un vers rare. Enfin les manicules désignent de leur index des vers en effet remarquables, porteurs d’une vérité générale exprimée sous la forme d’une maxime bien frappée, destinée à être apprise par les écoliers ou à être extraite et réinsérée dans un recueil parémiologique. Sont ainsi déjà programmés un sage scolaire, une lecture moralisante, des tragédies, mais qui ne sont pas exclusifs d’une lecture érudite qui voudrait retrouver, dépouillé, le texte de ces tragédies assez récemment redécouvertes.

Fernand-Balbus, 1485-1491

image sous droits

Titre (de départ) : Lucii Anaei Senecae Corduben-||sis Hercules furens tragedia || prima incipit.
Éditeur scientifique : Carolus Fernandus ; Hieronymus Balbus / Girolamo Balbi
Commentateur : Carolus Fernandus ; Hieronymus Balbus / Girolamo Balbi
Imprimeur : Johannes Higman
Libraires : Guillaume Prévôt et Wolfgang Hopyl / Hopilius
Ville : Paris
Date : entre 1485 et 1491
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares (RES M-YC-560). Document numérisé accessible dans Gallica intra muros (sur place)

Cet autre incunable n’est pas très différent de la princeps pour sa présentation et son allure générale (dépouillement du texte, clarté et lisibilité de la page, lettres d’attente ou lettrines), si ce n’est que le texte n’est plus bicolore mais entièrement monochrome. Les interventions manuscrites disparaissent quasiment, hormis telle lettrine grossièrement tracée, marquant le début d’Hercule Furieux, première tragédie du volume.

Il a l’intérêt de comprendre un registre de mots (l’un des trois de notre corpus total), signe de la familiarisation avec les pratiques d’impression et en même temps de la volonté de les améliorer.

Les parties les plus importantes sont pour nous l’épître dédicatoire de Carolus Fernandus et les argumenta en vers de Hieronymus Balbus. Ces premiers éléments paratextuels donnent des indications sur la lecture que l’on faisait alors des tragédies de Sénèque : leur sens, leur finalité, leur intérêt. Les arguments versifiés connaîtront une longue histoire ; ils introduisent le lecteur au mythe dont il est question, et au texte de la tragédie qui les suit, en séparant plus nettement chaque pièce l’une de l’autre.

Benedictus ‘Philologus’ Riccardinus 1506

Titre : Senecae tragoe||diae
Éditeur scientifique : Benedictus Philologus / Benedetto Riccardini
Commentateur : sans objet
Imprimeur : Philippus de Giunta / Philippo Giunta
Ville : Florence
Date : 1506
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares : RES P-YC-775, (1506) et RES 8-Z ADLER-102 (1513, photo)

Après l’édition parisienne de C. Fernandus, celle de Benedetto Riccardini, dit « Philologus », est à nouveau éditée en Italie, mais à Florence, chez le célèbre imprimeur F. Giunta. Elle témoigne de recherches typographiques et d’organisation de la page nouvelle, en insérant un colophon en cul-de-lampe et en pratiquant les italiques. Le texte est bien plus serré, sans doute destiné à une lecture plus assidue, par un public plus nombreux, d’autant que l’exemplaire adopte un format réduit.

On y retrouve des arguments, mais dans une nouvelle version : ils sont en prose et assez développés (si bien que la seconde édition Juntine, de 1513, en proposera une version abrégée). Les autres éléments du paratexte sont fondamentaux pour comprendre l’histoire du genre tragique (essais intitulés de tragoedia et de partibus tragoediae) et sur l’histoire de la « question sénéquienne » (extraits du troisième livre de Petrus Crinitus De poetis latinis : ex libro tertio Petri Criniti de poetis latinis sur la vie et l’œuvre de Sénèque) : qui est « Sénèque » ? Qui a écrit les tragédies ? Autrement dit, qui sont Sénèque le Philosophe, Sénèque le Rhéteur, Sénèque le Dramaturge, les uns par rapport aux autres, et éventuellement lesquels faut-il confondre en une seule personne ?

De Maizières / Masier / Desmares, 1511 (Variorum)

image sous droits

Titre : Lucii Annei Senece poetae clarissimi || Decem tragediae figuris antea non || impressis annotamentisque || admodum necessa||riis insignite || [marque] ||
Éditeur scientifique : Egidius (Aegidius) Maseriensis / Gilles de Maizières / Gilles Masier / Gilles Desmares
Commentateurs : Hieronymus Balbus / Girolamo Balbi (argumenta en hexamètres latins)
Imprimeur : Johannes Mercator / Jean Marchant
Libraires : Jean Petit et Michel Le Noir
Ville : Paris
Date : 1511
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares, RES M-YC-1008. Document numérisé accessible depuis la BnF sur Gallica intra muros et en partie sur Gallica (11 gravures sur bois)

Cette édition de Gilles de Maizières présente deux particularités intéressantes : c’est une édition partagée et elle comporte un riche paratexte, à la fois textuel et figuratif. En effet ce sont deux libraires parisiens, Jean Petit et Michel Le Noir, dont les marques propres se trouvent au titre, qui ont partagé les frais d’impression, comme il n’était pas rare alors. L’exemplaire de la BnF porte la marque de Michel Le Noir et l’on peut consulter à la bibliothèque municipale de Lyon un exemplaire avec celle de Jean Petit.

Le paratexte, qui reflète un dessein global concerté, est composé de multiples parties (épître dédicatoire, essais, poèmes), parmi lesquelles on retiendra la longue liminaire de l’éditeur scientifique au professeur Jacques du Moulin, dans laquelle il précise ses intentions, justifie son entreprise, et dresse l’éloge de l’auteur qu’il édite. L’apport le plus original est cependant celui des onze gravures sur bois (une pour le frontispice et une pour chacune des dix tragédies que l’on attribue alors à Sénèque), figurae inédites dont l’auteur n’est pas (encore ?) identifié.

Érasme-de Vercel-de Maizières, 1514

image sous droits

Titre : L. Annei Senecae Tragoe||diae, pristinae integritati restitutae per exactissimi || judici viros, post Avantium et Philologum. || D. Erasmum Roterodamum. || Gerardum Vercellanum. || Agedium Maserium. cum metrorum praesertim tra||gicorum ratione ad calcem operis posita. || explanatae diligentissime || tribus commentariis || G. Bernardino Marmita. || Daniele Gaietano. || Jodoco Badio Ascensio. || [marque] ||
Éditeurs scientifiques : D. Erasmus Roterodamus / Érasme ; Gerardus Vercellanus / Gérard de Vercel ; Agedius Maserius / Gilles de Maizières
Commentateurs : Gellius Bernardinus Marmita / Bernhard Marmitta / Gellio Bernardino Marmita ; Daniel Gaietanus / Daniel Cajétan / Daniele Gaietano / Daniel Gaétan de Crémone ; Jodocus Badius Ascensius / Josse Bade
Imprimeur-libraire : Jodoco Badio Ascensio / Josse Bade
Ville : Paris
Date : 7 décembre 1514
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares, RES G-YC-460. Document numérisé accessible depuis la BnF sur Gallica intra muros.

Autre édition parisienne qui suit de très près la précédente, l’édition Variorum due au célèbre humaniste Érasme, entouré de G. de Vercel et de G. de Maizières, que l’on retrouve ici comme éditeur scientifique. Le grand nom figurant parmi les éditeurs au titre côtoie un autre grand nom de l’imprimerie, qui n’est autre que Josse Bade. Mais le frontispice grandiose, avec une des marques bien connues du Praelum Ascensianum, illustre dans sa composition la collaboration fructueuse entre travail matériel et intellectuel.

L’intérêt majeur de cette somme réside dans la révision du texte (les tragédies ont été pristinae integritati restitutae, « rendues à leur intégrité première ») et dans le paratexte, volumineuse somme de trois commentaires dus à G. B. Marmita (qui a donné une édition personnelle en 1491), Daniel Gaietanus / Daniel Gaétan de Crémone et Josse Bade lui-même. Ces commentaires d’auteurs différents, encadrant le texte commenté jusqu’à sembler le noyer (voir le folio CLX comportant le début de Médée), mêlent des remarques d’ordre philologique, littéraire, historique. Ils sont encore complétés par des textes continus prolongeant la réflexion sur la définition de la tragédie (dans les Preambula reprenant l’essai de B. Riccardinus) et sur sa composition métrique (dans l’essai De tragici carminis metro de G. de Maizières). Les tragédies sont alors vues comme un objet d’étude si complexe qu’il doit être abordé par de multiples biais ; l’édition offre à son tour la possibilité de lectures diverses, continues ou fragmentaires, pouvant circuler entre texte, notes et essais.

Avantius, 1517

Titre : Scenecae [sic] Tra||goediae || [marque] ||
Éditeur scientifique : Hieronymus Avantius / Girolamo Avanzi
Commentateur : Hieronymus Avantius / Girolamo Avanzi
Imprimeurs : chez Alde Manuce, Andrea Torresani
Ville : Venise
Date : 1517 (mense octobri M.D.XVII)
Localisation : BnF, département de la Réserve des livres rares, YC-6983 / RES P-YC-778 (photo) / RES P-YC-1278 / RES P-YC-1281 / RES 8-Z ADLER-103 / RES 8-Z ADLER-104. Département Arts du Spectacle 8-RE-1709. Département de l’Arsenal 8-BL-4945 / Arsenal 8-BL-4946.
Disponible sur Gallica (reliure)

L’édition due à Hieronymus Avantius / Girolamo Avanzi est communément appelée l’aldine, puisqu’elle est le fruit du travail d’Andrea Torresani chez le fameux vénitien Alde Manuce dont on voit la marque au dauphin au titre. Elle pratique évidemment l’italique, ces élégants caractères semi-cursifs que l’ouvrier Francesco Griffo avait fait fondre pour Alde pour gagner de la place sur la page et donc diminuer les coûts de production. Comme celle de B. Riccardinus qui les utilisait déjà, son petit format permet une manipulation et une circulation du livre facilitées, tout autant qu’il atteste la demande de ce type d’usage du texte dramatique latin.

L’édition comprend, comme celles qui l’ont devancée, des reprises mais aussi des nouveautés. Celle qui connaîtra un des plus grands succès est intitulée Dimensiones tragoediarum Senecae, que l’on peut traduire par ou « Rythmique des tragédies de Sénèque ». En rédigeant cette typologie des mètres pratiqués par Sénèque, Avantius concourt à la compréhension de la nature de la tragédie latine : alors qu’elle était, au Moyen-Âge, considérée comme une partie de la poésie, l’identification des mètres qui lui sont propres permet de la détacher de l’épopée notamment et de la reconnaître comme un genre littéraire à part entière. Cette évolution dans le classement des genres et de leurs registres est fondamentale pour la compréhension de la tragédie latine et du théâtre antique plus généralement.

(Chez) Sébastien Gryphe, 1536

Titre : L. Annei || Senecae || Cordubensis || Tragoediae || decem || summa diligentia castigatae || [marque] ||
Éditeur scientifique : xxx
Commentateurs : Crinitus et Avantius
Imprimeur : S. Gryphe
Ville : Lyon
Date : 1536
Localisation : BnF, Département Littérature et art (YC-12360).

Faut-il parler d’édition, de réédition, ou de simple impression pour cet exemplaire datant de 1536 ? Orné de la marque au griffon du célèbre imprimeur lyonnais Sébastien Gryphe au titre, il n’est pas facile de préciser le travail accompli par rapport à des précédents, ni d’attribuer de façon avérée ce travail à des personnes précises. Les éléments paratextuels (Vie de Sénèque, index, essai) n’apportent pas de renseignements ; on est réduit à l’observation, aux recoupements, et à la réflexion.

Le texte édité suit tantôt le texte de Benedictus tantôt celui d’Avantius : on peut en conclure qu’il s’agit d’une véritable édition, établie par quelqu’un qui a opéré des choix concertés. Mais de qui s’agit-il ? L’histoire éditoriale a avancé le nom d’un Louis Curion, mais les données historiques et documentaires ne permettent pas de fonder l’hypothèse et surtout amènent à la contredire. En l’état actuel des données et de nos connaissances, nous en sommes réduits à d’autres hypothèses : soit Sébastien Gryphe lui-même a pu mettre ses compétences de philologue au service de son entreprise d’impression, soit un de ses collaborateurs a fait ce travail de révision du texte et le lui a donné à imprimer. D’autres exemples de ces pratiques et ce que nous savons de la formation des gens de métier lyonnais en ces temps rendent plausibles les deux possibilités.

Fabricius, 1566

Titre : L. Annaei || Senecae || Tragoediae. || editae emenda||tiores studio || Georgii Fabricii || Chemnicensis || [marque] ||
Éditeur scientifique : Georgius Fabricius
Commentateur : Georgius Fabricius
Imprimeur : Voegelinus Constantiensis, Ernestus / Ernst Vögelin / (ex officina E. Voegilini)
Libraire : Johannes Steinman ?
Ville : Lipsiae / Leipzig
Date : 1566
Localisation : BnF, Département Littérature et art, YC-6999

Cette édition se signale par un paratexte très fourni et très divers (Vie de Sénèque de Crinitus et le Dialogue VIII de Giraldus ; traités de métrique d’Avantius et de Fabricius ; deux index ; deux listes d’errata), mêlant des éléments repris à d’autres éditions et nouvelles pièces, morceaux destinés à une lecture suivie du texte et morceaux destinés à favoriser une consultation épisodique du livre, une circulation discontinue dans l’ouvrage.

Les deux pièces majeures résident à nos yeux dans l’épître dédicatoire de Fabricius et dans l’essai de Fabricius sur les autres mètres que le trimètre iambique, traité par Avantius. Ces deux nouveaux textes connaîtront un beau succès, réinsérés, pour la première, dans d’autres éditions sous le titre De tragoediarum usu et cité, pour le second, à la suite de celui d’Avantius.

L’épître est une sorte de défense et illustration de la tragédie latine, justifiant l’entreprise éditoriale de Fabricius et visant, au-delà, à une large diffusion de ces textes que l’éditeur juge aussi, voire davantage utiles, que les textes philosophiques.

L’exposé De reliquis carminum generibus s’accompagne de schémas soulignant son intention didactique et accompagne la redéfinition de la tragédie qui s’opère alors. Sous l’impulsion des productions théâtrales en vernaculaire, de l’impact des traités de Poétique d’Aristote, de Scaliger, du traité d’architecture théâtre de Vitruve, récemment écrits ou redécouverts, les érudits considèrent désormais la tragédie comme un genre distinct de l’épopée, au contraire des approches médiévales dans lesquelles elle ne se distinguait du grand genre que par l’usage de mètres différents du carmen heroicum, ou hexamètre dactylique.

Delrio, 1576

Titre : In L. Annaei || Senecae Cordubensis || Poetae grauissimi || Tragoedias decem ; || Scilicet || Herculem Furentem, || Herculem Œtaeum, || Medeam, || Hippolytum, || Œdipum, || Thebaidem, || Thyestem, || Troades, || Agamemnonem, || Octauiam, || Amplissima adversaria quae loco commentarii esse possunt || ex bibliotheca Martini Antonii Delrio, I. C. || [marque] ||
Éditeur scientifique : Martin Antonio Delrio
Éditeur commercial : Hieronymus / Jérôme Delrio
Imprimeur-libraire : Christophe Plantin
Ville : Antverpiae / Anvers
Date : 1576
Localisation : BnF,  Département Littérature et art (YC-780).

L’édition de Delrio de 1576 serait à étudier par comparaison avec son bien plus célèbre Syntagma, datant de 1593. Martin Antoine Delrio évolue en effet entre les deux ouvrages notamment sur la question de l’auteur des tragédies mais ne veut pas tout à fait renier son travail de jeunesse puisqu’il l’insère presque tel quel dans le Syntagma dont il forme la deuxième partie.

Les questions soulevées dans son In L. Annaei Senecae […] Tragoedias decem sont toutefois, déjà en elles-mêmes, passionnantes. Elles se trouvent à la fois dans les Adversaria, commentaire marginal entourant le texte dramatique de très nombreuses notes érudites, et dans les longs Praeludia quaedam de tragoedia, tragicis et Seneca tragoediographo précédant le texte des tragédies. Ils rassemblent les jugements ayant alors cours sur l’auteur Sénèque et sur son œuvre, par rapport auxquels Delrio prend position. Ce sont des pages d’histoire et de critique littéraires précieuses, écrites sur fond de polémique religieuse entre l’Espagne Catholique et les Pays-Bas protestants, par celui qui entrera dans la Compagnie de Jésus seulement quelques années après (à l’âge de vingt-neuf ans, soit en 1580).

Commelin, 1589

Titre : L. Annaei || Senecae || Cordubensis || Tragoediae. || Lectiones variae e MS libris || Bibliothecae Palatinae || aliisque || descriptae || Iusti Lipsi Animaduersiones || [marque] ||
Éditeur scientifique : Hieronymus Commelinus / Jérôme Commelin
Commentateurs : Hieronymus Commelinus et Lipse
Imprimeur-libraire : Hieronymus Commelinus / Jérôme Commelin
Ville : Heidelbergae / Heidelberg
Date : 1589
Localisation : BnF, Département Littérature et art (YC-6985).

La dernière édition du XVIe s. se trouvant à la BnF, paraît en 1589 à Heidelberg chez Hieronymus Commelinus. En effet, J. Commelin est à la fois l’éditeur scientifique et l’imprimeur-libraire de cette édition. Il s’inscrit dans l’héritage de libraires-imprimeurs comme S. Gryphe, qui pouvaient participer à la tâche de l’édition, par leur apport dans l’établissement du texte ou dans les notes, étant connaisseurs des langues anciennes et entourés de typographes et relecteurs de qualité. Le travail de Commelin a consisté à collationner les manuscrits qu’il avait à sa disposition ainsi qu’à s’appuyer sur les éditions critiques auxquelles il fait référence dans ses Lectiones variae ad Senecam, e M. S. L. Bibliothecae Palatinae aliisque Descriptae (page de titre) ou Variantium lectionum libellus (titre précédant le texte). Il explique ses positions, argumente ses choix, qui vont tantôt dans le sens de la tradition tantôt dans le sens de l’écart.

Gruter, 1604

Titre : L. Annaei || Senecae || Cordubensis || tragoediae || Accedunt eiusdem, || ut & || P. Syri Mimi, || Sententiae singulares, centum aliquot versibus nunc || primum auctiores ac nitidiores, || studio Iani Gruteri || [marque] || in Bibliopolio Commeliniano, 1604.

Éditeur scientifique : Janus Gruterus / Jean Gruter
Commentateur : Janus Gruterus / Jean Gruter
Libraire-imprimeur : Bibliopolus Commelinianus
Ville : Heidelbergae / Heidelberg
Date : 1604
Localisation : BnF, Département de la Réserve des livres rares (YC-6987 / YC-6988).

Gruter inclut dans son édition de 1604, elle aussi parue chez Commelin, à la fois les tragédies de Sénèque et les sentences de Publilius Syrus. La présence de cette collection du mimographe contemporain de Sénèque, souvent cité par le philosophe dans sa correspondance, ouvre sur la question épineuse, récurrente, de l’identité de Sénèque, et celle, corrélative, de son œuvre. Le consensus veut aujourd’hui que l’on attribue à celui que l’on nomme Sénèque le Fils ou Sénèque le Philosophe des dialogues et traités de philosophie morale et politique, trois Consolations, le traité de physique des Questions Naturelles, les Lettres à Lucilius, la satire intitulée Apocoloquintose, et, donc, les tragédies (huit le plus souvent, parfois neuf si on accepte Hercule sur l’Œta, voire dix avec l’Octavie). Mais des écrits apocryphes ont circulé sous le nom de Sénèque (« Sénèque Moraliste » ou Sénèque le Philosophe) : correspondance avec Saint-Paul, Carmen de moribus, Prouerbia Senecae ou Senecae Sententiae. La paternité de ces derniers, écrits sapientiaux fort en vogue au Moyen-Âge, a longtemps fait débat, de même que la façon dont ils se sont constitués en recueil et, in fine, leurs relations aux sentences de Publilius Syrus ainsi qu’aux sentences tragiques de Sénèque le Dramaturge. On peut voir en tout cas que l’éditeur a rapproché les unes et les autres : dans sa note au v. 198 de Médée (p. 385), un vers de Publilius Syrus de la collection des Sententiae est rapproché de la sentence prononcée par Créon, à la condition d’accepter la leçon adoptée (Vox et non Nox).

Scriverius 1621 (Variorum)

Titre : L. Annaeus || Seneca, || tragicus ; || ex || Recensione & Muséo || Petri Scriverii. || Quid textui seriò castigato acce||dat, aversa pagina indicabit. || [marque] ||
Éditeur scientifique : Petrus Scriverius / Peter Schrijver
Commentateurs : F. Chrestien, J. Commelin, G. Fabricius, J. Gruter, D. Heinsius, J. Lipse, J. I. Pontanus, F. Rapheleng, J. J. Scaliger, P. Scriverius, G. J. Vossius
Imprimeur : Joannes Maire / Jean Le Maire
Ville : Lugduni Batavorum / Leyde
Date : 1621
Localisation : BnF, Département de la Réserve des livres rares (YC-13510).

C’est la première édition Variorum du corpus sélectionné : Petrus Scriverius / Peter Schrijver rassemble dans cette énorme somme en quatre parties des textes de nombreux commentateurs du XVIe s. Les seules notes éditées à nouveaux frais sont celles de I. Pontanus, qui viennent s’ajouter à celles que l’érudit avait déjà livrées dans les Petri Scriverii Collectanea veterum tragicorum : L. Livii Andronici, Q. Ennii, Cn. Naevii, M. Pacuvii, L. Attii, aliorumque fragmenta et circa ipsa notae breves. Quibus accedunt singulari libello Castigationes et notae uberiores Gerardi Joannis Vossii de 1620, édition très proche parue chez le même imprimeur à Leyde. Outre la valeur documentaire de la collection de notes ici rassemblées, on pourra s’intéresser aux outils fragments des tragiques qui composent la deuxième partie ainsi qu’aux outils de recherche et de consultation que forment les testimonia, témoins sur Sénèque des Anciens à Scaliger et Muret, et le nomenclator, liste des éditeurs des tragédies, depuis un scholiaste anonyme jusqu’à lui-même, consignant les apports spécifiques de chacun (emendationes, castigationes, notae, animaduersiones…).

De Marolles, 1659-1664

Titre latin : L. Annaei Senecae || Tragoediarum || tomus prior [-alter], || cum notis || & interpretatione gallica || M. de Marolles Abb. de Villalupa. || [marque] ||
Titre français : Les || Tragedies || de || Seneque || en latin et en francois, || de la traduction de M. de Marolles || abbé de Villeloin. || Avec des remarques necessaires sur les || lieux difficiles. || tome I [tome II] || [marque] ||
Éditeur scientifique : M. de Marolles
Commentateur : M. de Marolles
Imprimeur : Antoine Chrestien
Libraire : Pierre Lamy
Dessinateur : François Chauveau
Graveur : Robert Nanteuil
Ville : Paris
Date : 1659-1664
Localisation: BnF, Département Littérature et art (YC-7017 et YC-7018) et Arts du spectacle (8-RE-1732 ).
Tome I et II disponibles sur Gallica

L’édition de l’abbé de Marolles, offrant la première traduction du corpus complet des tragédies de Sénèque en français, est déjà remarquable en cela. Le gros paratexte et les nombreuses innovations marquant tant l’histoire du livre que l’histoire littéraire constituent l’autre volet justifiant que la tradition retienne cette édition. Certes ce n’est pas une édition critique (de Marolles n’établit pas le texte) ni scientifique au sens moderne du terme, mais elle vise à transmettre et à expliquer le texte au plus grand nombre. De Marolles a conscience de l’importance de sa mission et met en scène sa personne et sa valeur dans les éléments du paratexte figuré (blason et portrait gravés par Robert Nanteuil) et textuel (nombreuses pièces honorifiques en son honneur : épigramme de M. Halle, sonnet de M. Le Marquis de Chambret, madrigal de M. de la Goute-Chappuis, poème de Gilles Ménage, Iudicium de Lucani brebouiana metaphrasi de Petit-Ville, un sonnet de M. de Iussac). Dans les écrits entourant le texte dramatique, de Marolles éclaire les buts de son entreprise, la façon dont s’est déroulée son travail et aborde des problèmes de fond sur l’auteur et l’œuvre qu’il publie : paternité des tragédies, et, ce qui est tout à fait nouveau, questions de poétique théâtrale sur la composition des pièces, la construction des personnages et l’élaboration de certaines scènes. Les développements de De Marolles permettent de situer sa pensée par rapport aux Anciens (Aristote, Horace) et aux Modernes (en particulier d’Aubignac) et ainsi de prendre la mesure des débats esthétiques de son temps, permettent enfin, ce qui est rarement le cas par ailleurs, de comprendre ses partis-pris de traduction.

Bothe, 1819

Titre : L. Annaei Senecae || Tragoediarum || volumen primum [-tertium], || quod continet… || penitus excussis membranis Florentinis adhi||bitisque codice ms. Ultraj., editione prima || Car. Fernandi et aliis spectatae fidei libris, || item Joannis Friderici et Jacobi Gronoviorum || notis ineditis, || recognovit Frid. Henr. Bothe || D. Phil. et AA. LL. M., Archiducali, quae Jenae || est, Societati latinae, Berolinensiumque || Teutonicae, Hon. C. Adscriptus ||
Éditeur scientifique : Friedrich Heinrich Bothe
Commentateurs : Bothe ; Charles Fernand ; Lipse ; Heinsius ; Pontanus
Imprimeur-libraire : Hahn
Ville : Lipsiae / Leipzig
Date : 1819
Localisation : BnF, Département  Littérature et art (YC-7004 et YC-7005, 3 tomes en 2 volumes).

Le XVIIIe s. est pauvre en éditions de Sénèque, quelque peu tombé en disgrâce à cause de la condamnation de certains critiques. Le philosophe, le fils de Sénèque le Rhéteur, est désormais considéré comme également dramaturge, auteur de huit tragédies authentiques. L’édition de Friedrich Bothe, la première d’une série de trois paraissant à Leipzig, ouvre une nouvelle ère, où le texte dramatique est dorénavant considéré comme un objet d’étude scientifique, avec des préface, annotations et outils qui destinent le livre à un public d’érudits, de scolaires, de universitaires. Ces outils formant les trois dernières parties du dernier volume – explication des signes métriques employés, index, addenda et errata – montrent les champs d’intérêt de l’éditeur que sont la métrique, le lexique, et informent sur sa façon de travailler : il se veut aussi exact et exhaustif que possible. L’exemple le plus marquant est peut-être l’index, qui mêle des entrées grammaticales, lexicales, métriques, paléographiques, et, en cela, offre un complément aux adnotationes. Il oriente, ou du moins permet, une lecture méthodique et sélective du texte des tragédies, qui peut être un support d’apprentissage de la langue latine, de découverte de la littérature latine, plus que, peut-être, un vecteur d’approche des tragédies conçues comme des textes pour la scène.

Baden, 1821

Titre : L. Annaei Senecae || Tragoediae. || Recensuit || Torkillus Baden || Mag. Art. Lib. Et D. Philos., Professor emeritus, || Arci reg. Charlottenburgensi praefectus, Aca||demiae reg., Artium elegantiorum et Societa||tis Literarum elegantiorum, quae Havniae vi||gent, Sodalis et Secretarius, nec non Socie||tati reg. Scientiarum gottingensi Litera||rum Commercio conjunctus. || Pars prior [posterior]. ||
Éditeur scientifique : Torkillus Badenius / Torkill Baden
Commentateurs : Torkillus Badenius / Torkill Baden
Éditeur commercial : Gerhardus Fleischer
Ville : Lipsiae / Leipzig
Date : 1821
Localisation : BnF, Département de la Réserve des livres rares (RES P-YC-783).

L’édition de Baden suit de près celle de Bothe et confirme sa tendance : l’approche littéraire cède le pas à l’approche philologique des tragédies. Les questions qui importent alors ne sont plus celles de l’auctorialité ou du sens des tragédies, mais surtout – on le voit dans la préface – le souci d’établir le meilleur texte possible. Baden collationne des manuscrits, travaille à partir des variantes, conjectures, notes des éditeurs précédents, même s’il ne peut, à regret, embrasser toute la matière disponible. Ses notes, infrapaginales, sont essentiellement philologiques et littéraires, et complétées par l’index aux entrées variées : lexicales, syntaxiques, stylistiques, référentielles, elles permettent de comprendre telle tournure de phrase ou telle référence mythologique devenue opaque aux yeux des Modernes.

Levée, 1822

Titre : Théatre || complet || des Latins || par J.-B. Levée, || ancien professeur de rhétorique et de littérature latine, etc. || et par Feu l’Abbé Le Monnier, || Augmenté de Dissertations, etc. par M.M. Amaury Duval, de l’Acadé||mie des Inscriptions, et Alexandre Duval, de l’Académie française. || Sénèque. – tome XII [XIII] [XIV]. || [marque] ||
Éditeurs scientifiques : Jérôme-Balthazar Levée et Abbé Guillaume Antoine Le Monnier
Commentateurs : Amaury Duval et Alexandre Duval
Libraire-éditeur : Chassériau
Ville : Paris
Date : 1822
Localisation : BnF, Département Littérature et art (YC-12376, YC-12377, YC-12378).

Levée donne une édition des tragédies en trois volumes qui s’inscrit dans la Collection du « Théâtre complet des Latins », dont elle constitue les tomes XII à XIV. Ses compatriotes Pierrot et Greslou éditeront également les tragédies respectivement en 1829-1832 et 1834 dans des collections d’envergure, visant à proposer non seulement l’ensemble du théâtre latin mais de la littérature latine, dans la Bibliotheca classica latina Sive Collectio Auctorum Classicorum Latinorum Cum notis et indicibus, éditée par Nicolas Eloi Lemaire, chez Firmin Didot, à Paris et dans la « Bibliothèque latine-française » publiée à Paris chez Panckoucke. L’édition de Levée, comme celle de Greslou, est accompagnée d’une nouvelle traduction française, après celle que Coupé a fait paraître en 1795 sous le titre de Théâtre de Sénèque. Traduction nouvelle enrichie de notes historiques, littéraires et critiques, à Paris, chez De Honnert. La pièce la plus marquante de l’énorme paratexte fourni par Levée est la « Dissertation sur M. A. Sénèque et les tragédies qui ont paru sous son nom », qui revient sur l’identité et l’œuvre des « Sénèque », c’’est-à-dire de Marcus Annaeus et Lucius Annaeus Sénèque. Levée conjugue les approches techniques (dans les « Notes philologiques » et « Notes archéologiques » figurant après chaque pièce) et littéraires (dans ses « Observations sur le théâtre de Sénèque » et son « Examen des pièces contenues dans le tome [XII-XIII-XIV] »)

Peiper-Richter, 1867

Titre : L. Annaei Senecae || Tragoediae || accedunt || incertae originis tragoediae tres || recensuerunt || Rudolfus Peiper et Gustavus Richter || [marque] ||
Éditeurs scientifiques : Rudolfus Peiper et Gustavus Richter
Commentateurs : Rudolfus Peiper et Gustavus Richter
Éditeur commercial : Teubner
Ville : Lipsiae / Leipzig
Date : 1867
Localisation : BnF, Département Littérature et art (8-Z-27 (242 BIS)

Cette édition est la dernière que nous avons incluse dans notre corpus d’études ; c’est aussi la dernière des trois parues à Leipzig en ce XIXe s., auxquelles elle ressemble par ses buts et ses méthodes : établir le texte, recenser, collationner, décrire les manuscrits et les éditions utilisés de façon systématique. La répartition du travail entre les deux éditeurs scientifiques, Peiper et Richter, est d’ailleurs précisée dans la préface (préface qui sera raccourcie et organisée en chapitres dans les éditions ultérieures dans la même prestigieuse maison Teubner, pour la fameuse collection « Bibliotheca scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana », rassemblant cette fois toute la littérature antique, grecque et latine). Outre des outils de lecture et d’étude classiques (Index nominum et rerum), c’est la première édition à présenter un apparat critique sous le texte édité, un Index orthographicus et un Index metricus divisé en deux parties : A recensus metrorum in lyricis carminibus adhibitorum ; B Conspectus eurythmiae. Ce dernier a la particularité d’utiliser un système de notation alphanumérique pour préciser la composition métrique de chaque partie (actes et chants) de chaque tragédie, qui restera un unicum et ne sera pas réutilisé par les éditeurs postérieurs, ni même cité par les critiques, sans nul doute à cause de sa grande complexité.

Citer ce billet : pascalerey, "Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.)", in L’Antiquité à la BnF, 17/01/2018, https://antiquitebnf.hypotheses.org/1643, [consulté le 21/06/2018].

Pour en savoir plus

Identification des livres imprimés anciens (XVe-XVIIIe siècle) Ressources imprimées et en ligne / Magali Vene et Annie Charon. màj 2011 en ligne

P. Paré-Rey, « À propos de quatre éditions françaises contemporaines de la Médée de Sénèque: choix de formes et effets de sens », Pan. Rivista di Filologia Latina 5, n.s., 2016, p. 135-151.

  1. titre provisoire du mémoire inédit « Relecture des tragédies de Sénèque à travers leur histoire éditoriale », garant Jean-Frédéric Chevalier, Professeur de langue et littérature latines à l’Université de Lorraine. Soutenance prévue fin 2018 []

2 réflexions sur « Les éditions des tragédies de Sénèque conservées à la Bibliothèque nationale de France (XVe-XIXe s.) »

  1. Merci pour cet intéressant compte rendu de travail en cours. Compte tenu de son périmètre il passe rapidement sur les grandes entreprises éditoriales évoquées « Bibliotheca classica latina Sive Collectio Auctorum Classicorum Latinorum Cum notis et indicibus » (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb30784248r), « Bibliothèque latine-française » (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40040969r), « Bibliotheca Scriptorum Graecorum et Romanorum Teubneriana » (http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb342405819) qui mériteraient des études spécifiques et comparées. Quel éditeur de nos jours oserait se lancer dans ce type de chantier éditorial ?

    1. Merci de votre commentaire et de la suggestion, tout à fait pertinente! il faudrait faire travailler ensemble littéraires, antiquisants et historiens du livre…

Répondre à Olivier Jacquot Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.