L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir

L’impératrice Valeria Messalina (née vers l’an 25 et morte en 48 après J.-C.), plus connue sous le seul nom de Messaline, a laissé le souvenir d’une femme dépravée et cruelle. Cette image, directement issue des œuvres de Tacite, Juvénal (Ier siècle) et Cassius Dion (IIIe siècle), est réutilisée aux époques médiévale, moderne et contemporaine, à l’attention d’un public parfois friand d’anecdotes scandaleuses, censées illustrer l’incapacité des femmes à régner ou à exercer un quelconque pouvoir.

L’on sait aujourd’hui que la mémoire de Messaline a subi les effets de la condamnation dont elle fut victime au lendemain de sa mort : le Sénat décréta en effet le martèlement de son nom et l’effacement de ses images. Il est en outre probable que la personnalité haute en couleurs de sa successeuse, Agrippine la Jeune, mère de Néron1, contribua à une première métamorphose de son image, dans le sens où il était de bon ton d’accabler la mère de Britannicus, fils unique de Claude, et obstacle dans la course au pouvoir pour le futur Néron.

La figure de Messaline traversa les siècles, au point que son nom en vint à désigner une femme à la sexualité exacerbée, notamment dans l’ouvrage Femmes célèbres de toutes les nations avec leurs portraits, daté de 1788 et adressé à Louis XVI et à sa famille, où le portrait de Messaline est directement inspiré de celui élaboré par Tacite et par le satiriste Juvénal :

« Elle s’en va, fatiguée de l’homme, mais rassasiée non pas »2.

La Bibliothèque nationale de France possède dans ses collections un nombre important de documents concernant l’impératrice. La confrontation du portrait littéraire avec celui présenté sur les monnaies et camées d’époque impériale dans un premier temps, puis l’étude d’un jeu de cartes du XVIIIe siècle et d’estampes de l’époque révolutionnaire dans un second temps nous permettront d’apprécier quelques-unes des métamorphoses de la figure de Messaline.

Messaline sur les monnaies et camées antiques : épouse, mère et femme de pouvoir

Malgré les dommages inhérents à la condamnation de la mémoire de Messaline, quelques pièces et camées à son effigie ont échappé à la destruction. Les monnaies conservées par le département des Monnaies, médailles et antiques de la BnF ont été émises de son vivant et dans la partie orientale de l’Empire. Elles relaient le discours impérial quant au statut de l’impératrice, celui d’une épouse et d’une mère. En outre, elles rappellent qu’elle est la première femme de l’Empire en tant qu’épouse du Prince.

Fig. 1a : Monnaie en bronze, Cnossos, Crète. Avers : Claude. BnF, MMA, Fonds général 764  © BnF/Gallica.

Fig. 1b : Monnaie en bronze, Cnossos, Crète. Revers : Messaline. BnF, MMA, Fonds général 764  © BnF/Gallica.

C’est à ses côtés qu’elle est représentée sur une émission monétaire de Cnossos, en Crète3. À l’avers, le portrait de Claude est cerné par sa titulature (TI CLAVDIVS CAESAR AVG GERMANICUS). Au revers, l’impératrice est identifiée par son nom complet (VALERIA MESSALINA) [Fig. 1].

Une série de tétradrachmes frappés à Alexandrie4 insiste sur son statut d’épouse et de mère : à l’avers, Claude est figuré avec une couronne de laurier [Fig. 2a] ; le revers [Fig. 2b] est occupé par l’impératrice et ses enfants, Octavie et Britannicus. Identifiée en tant qu’épouse du Prince (ΜΕΣΣΑΛΙΝΑ ΚΑΙΣ ΣΕΒΑΣ : « Messaline [épouse] de César Auguste »), Messaline tient deux figurines (sans nul doute ses deux enfants) dans la main droite et des épis de blé dans la main gauche, emblème de la déesse des moissons Déméter.

Fig. 2a : Monnaie en bronze, Alexandrie. Avers : Claude. BnF, MMA, Vogüé 607 © BnF/Gallica.

Fig. 2b : Monnaie en bronze, Alexandrie. Revers : Messaline. BnF, MMA, Vogüé 607 © BnF/Gallica.

L’autorité émettrice a, par conséquent, souligné la fécondité de l’impératrice, gage de prospérité pour l’Empire. Messaline apparaît également comme un modèle de pudeur féminine à travers sa tenue vestimentaire : elle est en effet revêtue du peplos et du chiton, vêtements dissimulant le corps de la femme grecque, y compris les pieds. En outre, sa chevelure est voilée. Cette image s’est imposée fort tôt à Alexandrie puisque les premiers exemplaires datent de l’avènement de Claude, en 41 ; elle perdure jusqu’au moment de la mort de Messaline. Nous trouvons par ailleurs un écho de ce portrait dans une statue conservée au Musée du Louvre et ayant, elle aussi, échappé à la destruction, représentant la jeune mère avec son fils.

Fig. 3a : Didrachme en argent, Césarée de Cappadoce, entre 41 et 48. Avers : Messaline. BnF, MMA, IMP-6325 © BnF/Gallica

Fig. 3b : Didrachme en argent, Césarée de Cappadoce, entre 41 et 48. Revers : Octavie, Britannicus et Octavie. BnF, MMA, IMP-6325 © BnF/Gallica

Sur des didrachmes de Césarée de Cappadoce5, Messaline « monopolise », en quelque sorte, le lien avec ses enfants. À l’avers [Fig. 3a], l’impératrice, cernée par la légende MESSALINA AVGVSTI (« Messaline, épouse d’Auguste »), arbore une coiffure sophistiquée, caractéristique des principats de Caligula et de Claude. Le revers [Fig. 3b] est occupé, de gauche à droite, par Octavie (OCTAVIA), Britannicus (BRITANNICVS) et Antonia (ANTONIA), fille de Claude et d’Aelia Paetina. Sur cette monnaie, l’impératrice sert de lien entre le Prince et sa progéniture. La présence de sa belle-fille Antonia est en outre un gage de concorde, vertu très prisée dans le monde romain et hautement valorisée par les princes successifs.

Ce tableau idyllique masque en réalité les troubles survenus au sein de la famille impériale, résolus provisoirement par la condamnation à mort de deux nièces de Claude, mais aussi de son gendre, Pompeius Magnus, le propre époux d’Antonia qui sera remariée au frère utérin de Messaline.

Fig. 4a : Avers d’une monnaie de Tralles émise entre 43 et 49 avec les portraits de Claude et de Messaline. BnF, MMA, fonds général 1642 © BnF/Gallica

Fig. 4b : revers d’une monnaie de Tralles émise entre 43 et 49 avec Britannicus. BnF, MMA, fonds général 1642 © BnF/Gallica

Une monnaie émise à Tralles [Fig. 4] représente cette fois-ci le couple impérial à l’avers et le successeur du Prince au revers6. Claude, lauré, est identifié par son nom (ΤΙ ΚΛΑΥ ΚΑΙ ϹΕΒΑϹ), à l’inverse de son épouse qui lui fait face. Le nom de leur fils, représenté vêtu d’une toge, est lui aussi mentionné (ΚΑΙΖΑΡΕΩΝ ΒΡΕΤΑΝΝΙΚΟΣ).

Ces diverses monnaies ont échappé à la destruction décrétée par le Sénat après la mort de Messaline. Ni son image, ni son nom n’y ont subi d’atteintes. Bien qu’en nombre très restreint, ces quelques exemplaires constituent les traces du discours impérial tenu au sujet de l’impératrice mère Messaline et relayé dans les provinces du monde romain. Il s’agit de souligner son statut d’épouse du Prince, d’une part en l’indiquant dans la légende monétaire, d’autre part en représentant Messaline aux côtés de Claude ou au revers des monnaies à son effigie. Le discours impérial insiste également sur son statut de mère, que les auteurs anciens se sont acharnés à occulter en mettant en avant l’image d’une épouse débauchée, avide et meurtrière.

Or, cette maternité a joué un rôle essentiel dans la consolidation de son statut et de son pouvoir. Certes, elle était la première impératrice à avoir donné un fils à son époux, et sous son principat. Mais Claude s’était emparé du pouvoir dans des conditions on ne peut plus défavorables, à la suite de l’assassinat de son neveu, Caligula. À ce titre, la célébration de la fécondité de son épouse, gage de paix, devait rassurer les habitants de l’Empire et assurer une continuité avec le principat d’Auguste. La position de la jeune mère en était renforcée au sein de la Cour car nombre de femmes convoitaient sa place. Le monnayage provincial fut l’un des supports du discours impérial, élaboré dans un premier temps à Rome, mais dont il reste fort peu de traces dans le cas de Messaline. Les cités le réceptionnèrent puis le retranscrivirent.

Les camées sont un autre support de ce discours. Ces objets précieux (et particulièrement prisés par Claude) étaient détenus par des personnes privées. Il est difficile d’identifier formellement les femmes impériales représentées car leur nom n’y figure pas. L’on ne peut ainsi affirmer en toute certitude qu’il s’agit bien de Messaline sur les camées que nous allons présenter. Toutefois, s’il s’agit effectivement d’elle, alors ces quelques images ont, elles aussi, échappé à la destruction. Elles sont parvenues jusqu’à nous par l’intermédiaire de collectionneurs, tels que Rubens ou Gaston d’Orléans.

Fig. 5 : Messaline et ses enfants, camée en sardonyx, or émaillé ; 93 x79 mm. Monture 17e s. BnF, MMA, camée.277 © BnF/Gallica

Le portrait le plus célèbre de l’impératrice [Fig. 5] sur ce type d’objet la représente entourée par ses deux enfants. Sa coiffure sophistiquée et ceinte d’une couronne de laurier l’apparente à une déesse, tandis que sa tenue, composée de la stola et de la palla, évoque la matrone romaine. Le buste de l’impératrice est enserré par deux cornes d’abondance, emblème de Cérès (équivalent romain de Déméter) et de Fortuna, dont émergent Britannicus et Octavie7. Le graveur a souligné la fécondité de Messaline, mère de deux enfants, dont un fils, particulièrement mis en évidence ici. Marianne Cojannot-Le Blanc et Évelyne Prioux précisent que ce camée, entré dans la collection de Gaston d’Orléans8, a inspiré le peintre Rubens pour son tableau La Naissance du Dauphin9.

Fig. 6 : Claude et Messaline dans un char : camée en sardonyx, or émaillé ; 122 mm (hors monture 17e s.). BnF, MMA, camée.276 © BnF/Gallica

Un autre camée [Fig. 6] représente le couple impérial sur un char tiré par des dragons. Vêtue du peplos et du chiton, tête nue, tenant des épis de blé dans la main gauche, Messaline est assimilée une fois de plus à Déméter, tandis que Claude incarne Triptolème, lequel fut chargé par la déesse d’enseigner l’agriculture et la culture du blé aux humains, et fonda les Mystères d’Éleusis. L’artiste a sans doute voulu attirer l’attention sur les bienfaits dispensés par le couple impérial.

Fig. 7 : Messaline en Junon ou Vénus, camée. BnF, MMA, camée.296 © BnF/Gallica

Cérès-Déméter n’est pas la seule déesse avec laquelle l’impératrice entretint des liens privilégiés. Un camée [Fig. 7] la représente sous les traits de Junon, déesse du mariage mais également reine des dieux10. Il ne s’agit sans doute pas de souligner son statut de mère (quoique Junon ait mis quatre enfants au monde), mais plutôt celui d’épouse du Prince, ce dernier incarnant Jupiter sur terre. Junon se caractérise également par ses mœurs chastes et c’est à ce titre qu’elle est la protectrice du mariage. En outre, la chevelure de Messaline est enserrée d’un diadème, emblème royal rapprochant l’impératrice de Junon. Auparavant, la première impératrice, Livie, épouse d’Auguste, avait entretenu des liens privilégiés avec cette déesse dans le monde grec mais également sous le calame du poète Ovide11.

Cette glorieuse assimilation est reprise pour Messaline dans la glyptique, mais également sur le monnayage de la cité de Nicée, en Bithynie [Fig. 8], où elle est qualifiée de ΝΕΑ ΗΡΑ (« nouvelle Héra »)12.

Fig. 8 : Avers d’une monnaie de Nicée émise en 47-48 représentant Messaline. BnF, MMA, Hoffmann 82 © BnF/Gallica

Les camées relaient le même discours que le monnayage provincial : l’impératrice mère est associée aux notions de fécondité et de pouvoir. Nous pouvons penser que le don d’objets si précieux était destiné à susciter une certaine fidélité envers le Prince et son épouse, perpétuellement menacés par les conspirations issues de la nobilitas.

Monnaies et camées offrent un portrait de Messaline fort différent de celui à l’œuvre dans les sources littéraires parvenues jusqu’à nous. Certes, la sexualité de l’impératrice mère est une préoccupation pour le pouvoir impérial puisqu’il insiste sur sa pudeur et sur sa fécondité à travers la tenue vestimentaire, l’assimilation avec des divinités telles que Junon/Héra et Cérès/Déméter, et la présence de ses deux enfants. Ce portrait correspond, par conséquent, à celui de la matrone idéale et Messaline est chaque fois désignée comme un exemple aux autres femmes impériales et aux aristocrates romaines mais aussi provinciales.

Messaline au Moyen-Âge et à l’époque moderne, entre pitié et condamnation

Le souvenir de Messaline demeura, mais c’est une autre image que celle étudiée jusqu’alors, qui s’est imposée dans les mémoires. Si l’on trouve encore quelques allusions à son statut de mère chez Tacite et Juvénal, les abréviateurs de l’Antiquité tardive retinrent uniquement, pour leur part, sa débauche jugée exceptionnelle (et, à ce titre, digne d’être rapportée à l’attention des générations futures). C’est bien sous les traits d’une femme particulièrement impudique qu’elle est dépeinte sous les siècles suivants.

Mais la condamnation n’est pas unanime. Ainsi, Christine de Pizan dénonce-t-elle dans sa Cité des Dames (II, 47), parue en 1405, la cruauté de Claude qui alla jusqu’à ordonner l’exécution de son épouse, mère de leurs deux enfants. Elle est suivie en cela par la poétesse Lucrezia Marinella, laquelle fustige ce même comportement dans Le Nobiltà et eccellenze delle donne, et i diffetti e mancamenti de gli huomini... au début du XVIIe siècle.

La redécouverte des camées antiques offrait également un autre type de lecture du portrait de Messaline, tel qu’il avait été établi au temps de sa faveur. Et c’est de ce même portrait que s’inspira Rubens pour illustrer la mise au monde d’un successeur par Marie de Médicis. Hormis dans ce cas précis, les femmes de pouvoir ne se référaient pas à l’épouse de Claude, accablée par sa mauvaise réputation. À partir de l’époque des Lumières, leurs adversaires convoquèrent entre autres la figure de Messaline pour convaincre leur public de l’incapacité des femmes à régner13.

La BnF conserve dans ses collections un jeu de cartes, intitulé « Jeu des Reynes renommées », parmi lesquelles Messaline prend naturellement place [Fig. 9]. Ce jeu fut créé à l’instigation du cardinal Mazarin, premier ministre d’Anne d’Autriche, régente du royaume de France au nom de son fils, Louis XIV. Les reines en question sont classées selon des critères bien précis ; Messaline, elle, a été rangée parmi les « impudiques », à la suite de Julie, Faustine et Frédégonde.

Fig. 9 : Jeu des reynes renommées, (jeu de cartes) estampe, Stefano Della Bella, 1644. BnF, EST, RESERVE KH-34 (B, 26)-BOITE ECU © BnF/Gallica

Sur la carte en question, son nom est orthographié avec deux « l »14. Suit un bref résumé de sa vie : « Femme de Claude l’Empereur. Elle fut tres impudique, et vint à ce point d’insolence, a cause de la stupidité de son mary, qu’elle osa espouser en public un jeune Romain, l’Empereur s’estant allé promener hors la ville ». Aucune allusion n’est faite aux maternités de Messaline. Le portrait surmontant le texte est très différent de celui présenté sur les monnaies et camées : l’impératrice est en effet vêtue à la mode du XVIIe siècle et s’appuie nonchalamment sur un élément architectural. Elle est clairement désignée dans ce jeu comme un contre-modèle.

Un siècle plus tard, la figure de Messaline est en quelque sorte propulsée sur le devant de la scène à travers son association avec la reine de France. Marie-Antoinette d’Autriche, épouse de Louis XVI et mère de son successeur, s’était attiré bien des inimitiés au sein de la Cour de France puis dans d’autres couches de la population. Ses toilettes dispendieuses, son mépris de l’étiquette et sa coquetterie favorisèrent dans certains esprits le rapprochement avec l’épouse de Claude, plus soucieuse de ses amants que de son époux. Libelles et gravures au ton plus ou moins ordurier accablèrent la reine15, mettant ainsi l’accent sur l’impuissance de Louis XVI. Les révolutionnaires français s’engouffrèrent dans cette brèche.

Fig. 10 : Portrait de la reine Marie-Antoinette, estampe des années 1792-1793. BnF, département Estampes et photographie, RESERVE FOL-QB-201 (129) © BnF/Gallica

Sur une estampe [Fig. 10] réalisée après la chute de la monarchie, Marie-Antoinette est qualifiée d’« affreuse Messaline ». Nul doute que le graveur vise ici l’impudeur supposée de la reine, mais également sa cruauté et son avidité, trois vices reprochés à Messaline après sa mort.

Une autre estampe [Fig. 11] , réalisée par Jean-Baptiste Marie Louvion et représentant l’exécution de la reine, réitère cette association :

« Antoinette lubrique, ainsi que Messaline,

pour prix de ses forfaits gagna la guillotine ».

Fig. 11 : Jean-Baptiste Marie Louvion, estampe, 1794. BnF, département Estampes et photographie, RESERVE QB-370 (33)-FT 4) © BnF/Gallica.

Peut-être le graveur voulait-il rappeler ainsi les nombreuses injures lancées par le peuple à la reine déchue, dont celle de « Messaline », sur le chemin de la guillotine ; en outre, il soulignait leur mort commune puisque l’impératrice avait elle aussi péri la gorge tranchée. Dans les deux cas, ce n’est pas leur inconduite qui entraîna l’exécution des deux souveraines16. Elles présentèrent chacune, en leur temps, un danger. Pour la jeune République, elle était surtout l’ « Autrichienne », mais aussi le symbole d’un monde en train de s’écrouler.

Deux autres contemporaines de Marie-Antoinette furent également comparées à l’impératrice Messaline : la tsarine Catherine II de Russie et la reine d’Espagne Marie-Louise de Bourbon-Parme. La BnF conserve un livre édité en 1834 intitulé La Messaline du Nord, ou histoire secrète et véridique des amours cyniques de Catherine II. La tsarine était en effet célèbre pour ses nombreuses liaisons amoureuses qu’elle ne songeait nullement à cacher. En outre, elle était responsable de la mort de son époux, Pierre III, ce qui lui permit de gouverner à sa guise. Quant à Marie-Louise de Bourbon-Parme, elle fut, à l’instar de Marie-Antoinette, victime d’une campagne de calomnie, notamment à partir du moment où son amant, Manuel Godoy, devint le favori du couple royal.

L’examen des quelques documents présentés révèle que la figure de Messaline a subi une évolution profonde : de son vivant, épouse du Prince et mère de son successeur, elle incarne la matrone idéale. La condamnation de sa mémoire eut une influence considérable sur la métamorphose de l’impératrice mère en meretrix Augusta17.

À la fin de la période antique, Messaline incarne l’impératrice débauchée. C’est de cette figure qu’héritent les érudits dès la période médiévale. Les calomnies de Tacite, de Juvénal et de Cassius Dion relèguent Messaline parmi les galeries de contre-modèles féminins. Aucune femme de pouvoir ne s’associera à elle. Cependant, nombre d’opposants au pouvoir féminin recourront à sa figure pour attaquer des souveraines telles que Frédégonde, Catherine de Médicis ou Marie-Antoinette.

 

Pour en savoir plus

Estelle Berlaire Gues

Image en tête d’article :  Messaline et ses enfants, Octavie et Britannicus, BnF, MMA, Camée.277.

Citer ce billet : eberlairegues, "L’impératrice Messaline dans les collections de la BnF : les métamorphoses d’une femme de pouvoir", in L’Antiquité à la BnF, 29/08/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/16298, [consulté le 04/10/2022].
  1. “Apothéose de Néron et Agrippine”, BnF, MMA, camée.286 []
  2. Juvénal, Satires, VI, traduction de Pierre de Labriolle et de François Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 2002, v. 130 []
  3. Roman Provincial Coinage online, I, 1002 []
  4. Sylloge Nummorum Graecorum, France 4, 126 []
  5. Bibliothèque nationale, Cabinet des médailles/J.-B. Giard, Catalogue des monnaies de l’Empire romain…. 1, Auguste, Paris, Bibliothèque nationale, 1976, Claude 292/293 []
  6. RPC I, 2654 []
  7. Les spécialistes ne sont pas unanimes sur l’identité des personnages : certain/es y voient Agrippine, Néron et la déesse Rome, cf. Susan E. Wood, Imperial women : a study in public images, 40 B.C. – A.D. 68, Leiden ; Boston ; Köln, 1999, p. 305. []
  8. M. Cojannot-Le Blanc et É. Prioux , « Les gemmes acquises par Gaston d’Orléans : nouvelles hypothèses sur le corpus », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne] 2021, disponible en ligne. []
  9. Ce tableau fait partie d’un cycle consacré à la vie de Marie de Médicis, régente, mère de Louis XIII et de Gaston d’Orléans, pour son palais du Luxembourg et conservé au Musée du Louvre []
  10. D’après Marie-Louise Vollenweider et Mathilde Avisseau-Broustet, l’impératrice est assimilée soit à Junon, soit à Vénus : M.-L. Vollenweider et M. Avisseau-Broustet, Camées et intailles. Tome II, Les portraits romains du Cabinet des médailles : catalogue raisonné, Paris, BnF, 2003, p. 99-100. []
  11. T. Mikocki, Sub specie deae : les impératrices et princesses romaines assimilées à des déesses : étude iconologique, Rome, G. Bretschneider, 1995, p. 23 ; Ovide, Pontiques, III, 1, vers 127 et 155 []
  12. RPC I, 2038. []
  13. Voir par exemple les pages 224 à 271 dans Jacques de Roergas de Serviez, Les imperatrices romaines, ou Histoire de la vie & des intrigues secretes des femmes des douze Cesars, de celles des empereurs romains, & des princesses de leur sang. Dans laquelle l’on voit les traits les plus interessans de l’histoire romaine…. L’ouvrage de 1728 est dédicacé au Régent Philippe d’Orléans, nommé à cette fonction par Louis XIV jusqu’à la majorité de Louis XV. Il a connu un vif succès au point d’être encore réédité de nos jours. []
  14. Graphie que l’on trouvait déjà du vivant de l’impératrice []
  15. Voir par exemple : La Messaline française, Ou les nuits de la duch. . . . . de Pol. . . . .,  publié en 1789. L’œuvre vise à proprement parler la duchesse de Polignac, favorite de Marie-Antoinette accusée d’entretenir des rapports intimes avec cette dernière, au même titre que la princesse de Lamballe. Mais, à travers l’amie, c’est bien la reine de France qui est la cible de ces attaques. []
  16. Même si ce fut sans doute la raison invoquée par Claude devant le Sénat pour justifier la disparition de son épouse []
  17. Expression employée par Juvénal dans sa satire contre les femmes, qui signifie la « prostituée impériale ». Des biographies récentes, notamment publiées en 2014 et 2015, reprennent d’ailleurs un terme plus injurieux dans leurs titres. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.