Un livre des Morts égyptien copié par Champollion

Archive: Image du mois de juillet 2022

Jean-François Champollion et Léon-Jean-Joseph Dubois, « Manuscrit égyptien sur toile appartenant à Mr. L’abbé de Tersan copié en 1811 (octobre) » [fac-similé du Livre des Morts d’Aberuai], encre et lavis sur calque et papier, H. 42 × L. 287,5 cm. BNF, Manuscrits, Égyptien 229

L’érudit et abbé de Tersan (1736-1819) a réuni une importante collection d’estampes, de curiosités, de médailles, de manuscrits et d’antiquités. Durant ses années d’études parisiennes, Jean-François Champollion rédige des notices, en compagnie de Léon Jean Joseph Dubois. L’abbé lui ouvre les portes de l’Abbaye-aux-Bois où se trouvait son cabinet. Il procure entre autres au futur déchiffreur, par l’intermédiaire de Jean-Claude Martin, un relevé de la pierre de Rosette qu’il avait pu voir en Angleterre (lettre du 4 novembre 1812 de Martin à Jacques-Joseph Champollion, voir K. Madrigal 2022, p. 53). Il lui prête aussi des manuscrits arabes et coptes.


Champollion dit avoir gardé une toile égyptienne chez lui durant trois mois : « Dubois m’en a calqué la bande de figures au nombre de 83 à 84 » (lettre de Jean-François Champollion à son frère du 21 avril 1809, citée par B. Lüscher 2018, p. 26, qui publie les différents fragments de ce Livre des Morts). C’est vraisemblablement cette bande de calque qui se trouve au sommet du fac-similé Égyptien 229, dont le reste des inscriptions à l’encre sont de la main de Champollion, si on en croit la signature J.F.C.F. pour « Jean-François Champollion Figeac ».

Détail de la signature de Champollion sur l’Egyptien 229

La date de 1811 si elle paraît étonnante – onze ans avant la parution de la Lettre à M. Dacier annonçant les prémices du déchiffrement des hiéroglyphes – rappelle que le savant entreprit de longues années de recherches, compilant publications et copiant de nombreux monuments, avant de s’autoriser à présenter des mémoires à l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres et d’espérer une publication de ses travaux.

Champollion identifie qu’à ce Livre des Morts sur bandelette de momie fait suite celui publié par le comte de Caylus, conservé à la Bibliothèque (aujourd’hui Égyptien 89).

Livre des Morts sur bandelettes d’Aberuai, encre sur lin.BNF, Manuscrits, Egyptien 89

Cette bandelette provient d’un des premiers démaillotages de momie au Caire auquel assista Benoît de Maillet, consul de France en Égypte entre 1692 et 1708. Elle fut alors divisée en plusieurs morceaux donnés aux participants.


À voir dans l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes jusqu’au 24 juillet 2022.

Pour en savoir plus :
K. Madrigal, « Jean-François Champollion, un homme des Lumières », L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, Paris : BnF, 2022, p. 44-58.
V. Desclaux, « Quand Champollion découvre les antiquités égyptiennes de la Bibliothèque », L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, Paris : BnF, 2022, p. 148-155.
B. Lüscher, Der sogenannte “Calendrier Égyptien” oder die Mumienbinden der Aberuai (BN 89 + BN 229 / Louvre N. 3059 u.a.) : zur frühen Rezeptionsgeschichte eines späten Totenbuches, Beiträge zum Alten Ägypten ; Band 8 ; Basel : Orientverlag, 2018.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.