L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition

1822-2022: l’année du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, deux cents ans après la parution de la Lettre à M. Dacier par Jean-François Champollion, célèbre le compréhension des écritures et langue égyptiennes, et bien au-delà, la redécouverte du monde pharaonique grâce à ses textes. L’exposition de la Bibliothèque nationale de France ouverte du 12 avril au 24 juillet inaugure une année riche d’événements en France et à l’international. De la conception à l’installation, nous vous conduisons dans les coulisses de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (commissariat: Vanessa Desclaux, Hélène Virenque et Guillemette Andre-Lanoë).

Pourquoi une exposition “Champollion” à la Bibliothèque nationale de France?

En 1833, les archives scientifiques de Jean-François Champollion rejoignent les collections de la Bibliothèque alors royale, suite au décès prématuré du savant (1790-1832). Son frère aîné Jacques-Joseph, conservateur au Cabinet des Manuscrits, a en effet plaidé auprès de l’État pour l’achat de ce témoignage exceptionnel du travail acharné qui aboutit à ce qui fut considéré comme un exploit et devint une source de fierté nationale. Ces milliers de notes, dessins, brouillons, estampages, planches annotées sont au cœur du propos de l’exposition.

Manuscrits de Jean-François Champollion, BnF, Département des Manuscrits, cliché de la BnF pour le catalogue de l’exposition

Quelle fut la méthode Champollion? En quoi est-elle exemplaire de la recherche sur les écritures antiques et orientales du début du 19e siècle et encore de nos jours? Comment nourrit-elle notre réflexion sur le patrimoine écrit? Voici les questions qui guidèrent notre réflexion pour l’élaboration du parcours.

L’exposition retrace aussi l’histoire de la Bibliothèque, au carrefour des réseaux savants héritiers des Lumières, dans une France refondant ses institutions depuis la Révolution Française jusqu’à la Monarchie de Juillet.


Évocation des cours publics d’archéologie à la Bibliothèque, dans l’exposition en cours de montage, scénographie Joris LIPSCH et graphisme Floriane LIPSCH-PIC – Studio Matters, cliché Vanessa Desclaux

Enfin nous avons souhaité une visite agréable et didactique, accessible au plus grand nombre: des stations jeune public et public universel, des bornes multimédia, une atmosphère colorée et graphique immersive, des ressources en ligne invitent à vivre et prolonger l’expérience de la visite à des rythmes différents.

Station jeune public autour du cercueil de Padiimenipet provenant de la tombe thébaine TT32, règne de Trajan (vers 110 apr. J.-C.), bois peint, Paris, musée du Louvre, DAE, E 13048, rapporté par Frédéric Cailliaud et acquis pour le cabinet des Antiques de la Bibliothèque royale, cliché BnF

 

Le parcours de l’exposition

Préambule: Les lendemains de l’Expédition de Bonaparte

Le déchiffrement des hiéroglyphes est rendu possible dans les années 1820 grâce à l’entreprise de campagne militaire et savante que constitua l’Expédition d’Égypte (1798-1801). Les centaines de dessins publiés dans le monument éditorial en 23 volumes qu’est la Description de l’Égypte sont le véritable trésor de cette aventure, et dont la Bibliothèque conserve plus de huit cents aquarelles préparatoires, numérisées sur Gallica. Et bien sûr, la découverte de la Pierre de Rosette en 1799 et les multiples copies réalisées afin de diffuser cette inscription en trois écritures, assez longue pour offrir l’espoir que la mise en concordance du texte grec et des deux versions égyptiennes permette de percer le mystère de ces signes devenus muets depuis près de 1500 ans.

Empreinte réalisée sur la Pierre de Rosette ayant appartenu à Jean-Antoine Letronne, directeur de la Bibliothèque royale de 1832 à 1840, successeur de Champollion à la chaire d’archéologie au Collège de France en 1837, et auteur d’une traduction de l’inscription grecque de la Pierre de Rosette en 1840, plâtre, 117 × 80 × 31 cm. BnF, MMA, reg.73.1837.4 , cliché Vanessa Desclaux

I. L’énigme des hiéroglyphes

Le 24 août 394 est gravée la dernière inscription datée en hiéroglyphes sur la porte d’Hadrien, dans le temple de Philæ. À la suite de la christianisation de l’Égypte, l’ancienne écriture désormais uniquement connue de quelques prêtres est abandonnée. Dès l’Antiquité, les images égyptiennes se diffusent hors d’Égypte, adoptant une iconographie et un sens différents. Des auteurs grecs, latins et arabes considèrent les hiéroglyphes comme des symboles païens et magiques. Ainsi se forge la légende d’un code-rébus, proche d’une écriture universelle réservée à des initiés, consignant un savoir destiné à rester secret. 

Anonyme, Kitâb mafâtih asrâr ulûm al-anbiyâ [« Clefs des secrets des connaissances des prophètes »], écrit en 703 (Hégire) / 1303-1304, copié en 1596-1597.
BnF, Département des Manuscrits, Arabe 2675, f. 9 v (détail)

Au 17e siècle, le jésuite Kircher écrit sur la parenté du copte et de l’égyptien, grâce au savoir transmis par les lexiques copte-arabe. Au milieu du 18 e siècle, l’abbé Barthélemy identifie plusieurs signes dont la boucle tressée servant à entourer les noms de pharaons, appelée plus tard “cartouche”. Si Champollion a des prédécesseurs dans les premières percées sur l’inscription de la pierre, il est celui qui apporter la preuve que les hiéroglyphes écrivent véritablement une langue en arrivant à identifier cette dernière, grâce à sa maîtrise du copte.

Analyse du texte démotique de l’inscription de Rosette par Champollion, 1821-1822, BnF, Département Manuscrits, NAF 20314, f. 15 v (210) (détail): le déchiffreur recopie les passages en démotique et en grec, propose une traduction en copte et en français avant de noter le texte en hiéroglyphes

En plus d’un Précis du système hiéroglyphique et d’une grammaire égyptienne, Champollion peut donc écrire une nouvelle histoire de l’Égypte à partir de ses propres textes: il comprend la fonction des objets, propose une interprétation des rituels funéraires, reconstitue la succession des rois à partir des annales égyptiennes et redonnent aux dieux égyptiens leurs noms: Hermès-Thot des auteurs classiques est Djéhouty, Aphrodite-Isis est Aset. Chacun se pare des nuances des épiclèses l’associant à un lieu de culte ou à une qualité, tel que publié dans le Panthéon égyptien à partir de 1823. 

II. La quête des textes

Notes, lettres, dessins, calques, planches issues de publications françaises et étrangères… le contenu des manuscrits de Jean-François Champollion dessine une cartographie du travail de l’égyptologue avec ce qu’il comporte de tâtonnements, d’hypothèses et d’idées lumineuses. Champollion peut compter aussi sur une correspondance nourrie avec des savants ayant voyagé en Égypte.  

J.-Fr. Champollion et Nestor L’Hôte, relevé du registre médian de la paroi sud de la chambre funéraire (Livre de la terre), tombe de Ramsès VI, 1829. BnF, Département des Manuscrits, NAF 20308, f. 64

Entre 1824 et 1826, il voyage en Europe pour étudier les collections de Cambridge, Turin, Florence, Naples, Rome, Genève ou Lyon, et enfin, en 1828-1829, en Égypte, recopiant des centaines d’inscriptions sur des stèles, statues, momies ou papyrus. 

Sept ans après la mort de Champollion, les égyptologues bénéficient de l’invention de la photographie pour documenter plus efficacement monuments et objets aussi bien dans les musées que sur le terrain. En parallèle, grâce à l’invention d’une fonte par l’Imprimerie nationale, il devient plus aisé de reproduire les hiéroglyphes et de favoriser la diffusion du savoir académique sur l’Égypte antique. 

Fumés des poinçons gravés par Delafond et Ramé fils, signés Dubois, de Rougé et Burnouf, 1841-1847, 10 × 8 cm pour chaque fiche. Archives de l’Imprimerie nationale

De nos jours, les progrès numériques ont vu la transformation de ces fontes en polices informatisées jusqu’aux recherches récentes qui poussent jusqu’à reproduire des particularités paléographiques.

III. Apprendre et voir l’Orient avant et après Champollion

Très jeune, Champollion comprend que pour déchiffrer l’égyptien il lui faut apprendre d’autres écritures dont le nombre et la diversité sont impressionnants.

Champollion, Remarques sur La Fable des Géants “composé en 1804” “ou ma première bêtise, 1814”, BnF, Département des Manuscrits, NAF 20327, f. 12 (détail), essai précoce de Champollion s’intéressant aux étymologies araméennes des noms des Peuples de la Bible, à peine âgé de 14 ans

À Paris entre 1807 et 1809, il fréquente le Collège de France, l’École spéciale des langues orientales vivantes, les collections du Muséum des Antiques de la Bibliothèque impériale et les cours d’archéologie de Louis Aubin Millin.

Champollion sait que sa découverte ne gagnera sa notoriété qu’en la transmettant par l’enseignement. Dès 1823 il plaide pour la création d’une chaire au Collège de France qu’il n’obtient qu’en 1831.

Papyrus mythologique de Tanytamon, Thèbes, 1069-943 av.n.è., encre sur papyrus, 20,5 × 317,5 cm. BnF, Département des Manuscrits, Égyptien 170-173, le papyrus fut étudié par Champollion qui copia des divinités pour son Panthéon égyptien

Il contribue à l’enrichissement des collections égyptiennes de la Bibliothèque, signalant notamment nombre de papyrus dignes d’intérêt parmi ceux qu’il voit passer sur le marché de l’art. En 1826, il prend la tête de la section des Monuments égyptiens au Louvre nouvellement créée, participant à la reconnaissance de l’art égyptien et en publie le catalogue. Les collections égyptologiques nationales s’exposent désormais au Louvre, et celles de la Bibliothèque ne s’enrichissent guère les années suivantes. La majorité des pièces de la Bibliothèque est aujourd’hui désormais conservée au Louvre. Une des dernières grandes entrées est le papyrus conservant les enseignements de Gemnikai et de Ptahhotep, donné par Émile Prisse d’Avennes, le plus ancien texte littéraire conservé complet au monde.

Épilogue: la postérité de Champollion

À sa mort, le 4 mars 1832, Champollion a réussi à installer la division des monuments égyptien au musée du Louvre, à enseigner sa discipline au Collège de France  et à entrer à l’Académie, reconnaissance tant espérée de ses travaux.  Son frère Jacques-Joseph l’aida beaucoup pour ces nominations. Pendant une trentaine d’années encore, il œuvre pour la carrière posthume de son cadet : il fait publier sa Grammaire égyptienne, son Dictionnaire égyptien et les Monuments d’Égypte et de Nubie. Il bataille pour la protection de ses manuscrits et favorise leur acquisition par l’État. Enfin, il répond régulièrement aux détracteurs des théories de son frère dans des revues, jusqu’à sa mort en 1867.

Émile Thomas, Jean-François Champollion, égyptologue (1790-1832) en habit de membre de l’Institut, 1850, marbre, H. 90 cm. Château de Versailles, MV 1662, cliché BnF. Les signes gravés sur le piédestal reproduisent les « hiéroglyphes phonétiques » tels qu’ils sont dessinés dans les publications de Champollion

À la fin du 19e siècle, toutefois, une Allemande passionnée d’Égypte ancienne, Hermine Hartleben, s’étonne que le centenaire de la naissance du déchiffreur en 1890 n’ait pas fait l’objet de réels hommages en France, alors que celui-ci a intégré les manuels scolaires, le programme de 1880 rendant obligatoire l’étude des « découvertes de Champollion et de Mariette ».  La biographie de référence qu’elle publie en 1906 permet de réparer cet oubli et relance les recherches sur le savant et ses archives réparties entre la Bibliothèque nationale et la maison familiale de Vif, près de Grenoble. Le centenaire du déchiffrement en 1922 signe le consensus du milieu égyptologique, ouvrant la voie à une reconnaissance européenne des travaux de Champollion. En 1972, les commémorations sont l’occasion  d’obtenir le prêt auprès du British Museum de la Pierre de Rosette, qui est exposée un temps au Musée du Louvre.

Après avoir été un héros national, Champollion devient progressivement un substantif qu’on accole à toute personne qui fait une grande découverte, scientifique ou littéraire. Figure du détective-archéologue dans la littérature jeunesse, il est aussi un génie mélancolique chez Gérard Macé tandis que les héros paillards de San Antonio mènent l’enquête à Figeac, sa ville natale, où le conservateur du musée Champollion s’appelle Pierre Derhozaite…

Construire l’exposition

de gauche à droite: Hélène Virenque, Vanessa Desclaux et Guillemette Andreu-Lanoë

Le projet démarra à l’automne 2020, en période de confinements et de réduction des présences sur site. Comme pour beaucoup, les réunions se tinrent essentiellement en visioconférence. Les séances de dépouillement en salle de lecture pour feuilleter les manuscrits de Champollion furent vécues avec d’autant plus d’enthousiasme.

Dépouillement des notes de Champollion en salle de lecture du Département des Manuscrits, cliché Guillemette Andreu-Lanoë

La découverte de documents moins connus nous a incitées à entreprendre une description plus détaillée du contenu des volumes, que nous versons régulièrement sur le catalogue “Archives et Manuscrits“. Nous avons été très entourées de l’ensemble des égyptologues et collègues pour certaines identifications, notamment d’objets du Musée des Beaux-Arts de Lyon1 et du Muse egizio de Turin2. Le département des Manuscrits a consacré une grande part de sa programmation 2021 à la numérisation d’une vingtaine de volumes supplémentaires de Champollion (environ 4100 pages), grâce à l’ensemble des collègues œuvrant à l’enrichissement de Gallica

Au fur et à mesure, se dessinait les pièces maîtresses qui nous guideraient pour faire découvrir la méthode Champollion. Il est ainsi très vite apparu que nous souhaitions mettre en regard les sculptures antiques avec les dessins ou publication s’y rapportant:

Ostracon au bélier d’Amon provenant de Deir el-Médina, XIXe -XXe dynastie (1295-1069 avant
notre ère), calcaire, H. 11 × l. 14,5 Turin, Museo Egizio, Cat. 7359 et son relevé dessin par Champollion et Dubois pour le Panthéon égyptien, 1824, BnF, Département des Manuscrits, NAF 20323, f. 237

Dans le souhait de traduire la richesse de la démarche de Champollion et de la réinscrire dans la perspective plus large de l’étude des langues orientales, il a été souhaité de ponctuer le parcours de vitrines “Écritures d’Orient et d’aujourd’hui”. Elles mettent en relation des productions contemporaines et des manuscrits orientaux avec les recherches du Déchiffreur, qui, dans une quête incessante, lut et chercha dans moult directions. 

Vitrine Écritures d’Orient et d’aujourd’hui, “dans les pas d’un déchiffreur”, cliché Vanessa Desclaux

Une étape décisive dans la sélection des pièces est l'”aller-voir”, moment où une première sélection de pièces ayant été opérée, les commissaires se confrontent à la matérialité de l’œuvre et dialoguent avec le responsable de leur conservation sur la possibilité de les exposer. Ceci fut en partie possible pour les œuvres parisiennes, en se glissant dans les périodes où le contexte sanitaire fut plus favorable, pour les autres pièces, nous avions la chance à nous trois de les connaître déjà.

Vitrine des dieux d’Égypte contenant les bronzes de la BnF restaurés pour l’exposition, dont les bronzes Caylus étudiés par Champollion, cliché BnF

Huit bronzes, le moulage de la Pierre de Rosette, deux papyrus, les monnaies, plusieurs volumes de la Description de l’Égypte des collections de la BnF ont été ainsi sélectionnés pour être restaurés ou nettoyés en prévision de l’exposition.

La scénographie et la médiation

Vitre de vitrine dans les stocks de la BnF réservée pour l’exposition Champollion, cliché Vanessa Desclaux

Les concours sont lancés pour la scénographie avec un nouveau pari à la BnF: aller plus loin dans l’effort éco-responsable. Au-delà du remploi des stocks de vitrines et mobiliers, il s’agit de tester la mutualisation de la scénographie entre plusieurs expositions. L’Aventure Champollion et Proust, à la rentrée 2022, partageront leurs cimaises et vitrines.

Mur des écritures dans l’exposition en cours de montage, scénographie Joris LIPSCH et graphisme Floriane LIPSCH-PIC – Studio Matters, cliché BnF

L’ingéniosité des scénographes pensant la circulation et le graphisme s’ajouta au propos pour personnaliser le parcours.

En parallèle des réunions de scénographie, se préparent aussi le catalogue, le contenu des stations et du livret jeune public avec la Direction des Publics et enfin, les contenus en ligne, avec le service Multimédia: les Essentiels sur les écritures de l’Égypte et Champollion, avec les chargées de collections ; en parallèle, une sélection Gallica sur le déchiffrement des écritures est créée. De bons moments aussi avec le fonds Khéops pour l’archéologie et Past&Curious pour la création de l’animation “comment déchiffrer les hiéroglyphes” comme avec l’équipe du programme de recherche Écritures pilotée par Chloé Ragazzoli pour la borne sur le papyrus Prisse.

Campagne d’affichage dans le métro, station Montparnasse, les  affiches sont inspirées des planches du Panthéon égyptien de Champollion et Dubois, conçues par la cellule graphique de la BnF, cliché Vanessa Desclaux

Dans le même temps, le service communication travaille sur l’identité visuelle de l’exposition et le plan de communication qui accompagnera L’Aventure Champollion

L’installation des œuvres

Deux semaines sont prévues pour installer presque 350 œuvres et une semaine pour les réglages lumières. En amont, il a fallu préparer le soclage des pièces complexes, comme pour les intailles, les monnaies et les médailles, petits objets demandant d’être placés au plus près de la vitre pour pouvoir être observés tout en assurant leur stabilité:

Soclage des monnaies par l’atelier de préparation des expositions de la BnF, cliché Vanessa Desclaux

Les lutrins des manuscrits ont été fabriqués aussi en amont. 

Détermination de la disposition avant l’accrochage du mur de photographies, cliché Vanessa Desclaux
Mur de photographies d’Égypte 1850-1865, cliché BnF

Sur place, il reste cependant à organiser certains accrochages et vitrines, tel le mur de photographies, encadrées pour l’exposition.

Boîte pour le transport du temple d’Anubis, Set Lego System 5988 Lego Group, 1998 – Collection de Laurent Bièvre-Perrin, cliché Vanessa Desclaux

Certaines pièces sont transportées à l’avance, d’autres sont convoyées sur l’espace d’exposition par les prêteurs. L’Aventure Champollion a bénéficié des prêts du Museo Egizio de Turin, du Musée du Louvre (Département des Antiquités égyptiennes et Département des Objets d’art), de l’Imprimerie nationale, du Musée Denon à Chalon-sur-Saône, du Musée national des châteaux de Malmaison et de Bois-Préau à Rueil-Malmaison, du Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon à Versailles et de collections particulières.

Il faut alors prévoir le temps et la place pour les constat d’état au déballage:

Constat d’état pour les œuvres MMA de la vitrine “écritures”, cliché Vanessa Desclaux

L’éclairage est réglé la semaine précédant l’ouverture au public.

Photographie du zodiaque de Dendara rétroéclairé pour souligner les douze signes du zodiaque, station public universel comportant une médiation tactile et une médiation jeune public à droite, cliché BnF

Tout est prêt, il ne reste plus qu’à visiter…

Entrée de l’exposition “L’aventure Champollion”, cliché BnF

Autour de l’exposition

Les communications du colloque international (16-20 mai) en partenariat avec l’Académie des Inscriptions et Belles Lettres, Sorbonne Université et la Société française d’égyptologie qui se sont tenues à la BnF sont disponibles en ligne:

Le site internet de l’exposition (livrets de visite, le dossier de presse, podcast): https://www.bnf.fr/fr/agenda/laventure-champollion

Une sélection Gallica sur le déchiffrement des écritures égyptiennes

Des billets de blog autour du bicentennaire du déchiffrement des hiéroglyphes :

Les billets #Champollion sur le carnet l’Antiquité à la BnF:

Les ressources en ligne de la BnF, collection “les Essentiels”: “Champollion”, “écritures dans l’Égypte et la Nubie antiques” (avec une vidéo sur comment déchiffrer les hiéroglyphes, une interview de Claude Rilly sur le méroïtique, une lecture de l’Enseignement de Ptahhotep du Papyrus Prisse…)

Le site Bibliothèques d’Orient: https://heritage.bnf.fr/bibliothequesorient/fr/champollion-article

Les événements Champollion de l’année 2022 sont recensés et régulièrement mis à jour sur le site de la Société française d’égyptologie: à suivre via ce lien.

Citer ce billet : Vanessa Desclaux, "L’aventure Champollion. Dans le secret d’une exposition", in L’Antiquité à la BnF, 18/07/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15880, [consulté le 12/08/2022].
  1. merci à G. Galliano, V. Gay, J.-Cl. Goyon et K. Madrigal []
  2. merci à  F. Poole, S. Connor et S. Einaudi []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.