Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies

Mercredi 15 juin à 18 h 30 se tiendra la conférence : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies par Michael Langlois, maître de conférences HDR à l’université de Strasbourg.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.  

La découverte des manuscrits de la mer Morte, au milieu du XXᵉ siècle, a bouleversé nos connaissances de la Bible et des religions qui l’ont portée. Encore faut-il pouvoir déchiffrer ces rouleaux aussi fragiles que précieux. Les fouilles archéologiques récentes et les nouvelles technologies de l’information mettent en lumière l’évolution de l’écriture alphabétique employée par les scribes il y a quelque 2000 ans. Elles permettent d’améliorer le déchiffrement, la lecture et l’interprétation des plus anciens manuscrits de la Bible hébraïque.

Fragment manuscrit de la mer Morte, Qumrān (BnF, Hébreu 1427) photographié à plusieurs longueurs d’ondes. ©M. Langlois

Les manuscrits de la mer Morte considérés comme les plus anciens manuscrits de la Bible ont été découverts dans des grottes à Qûmran, sur les rives nord-ouest de la mer Morte, entre 1947 et 1956, d’abord de façon fortuite par un bédouin puis lors de fouilles menées entre autres par l’École biblique et archéologique française de Jérusalem.

Ils constituent un ensemble de parchemins et de fragments de papyrus principalement en hébreu mais aussi en araméen et en grec, copiés entre le IIIe av. J.-C. et le Ier siècle ap. J.-C., avant même que la liste définitive des livres qui composent la Bible ne soit fixée.

Ils sont le témoin du message spirituel d’une ou de communautés dont l’identité divise encore les chercheurs.

En 1953, la Bibliothèque nationale a fait l’acquisition de 377  fragments de manuscrits au Père Roland de Vaux, directeur de l’École biblique et archéologique française, qui en février 1949, après avoir été informé de l’exhumation de premiers manuscrits de la mer Morte en 1947, avait décidé d’entreprendre des fouilles. 

Ces 377 fragments conservés dans le fonds des manuscrits hébreux du département des Manuscrits sous la cote 1427 sont encore aujourd’hui conservés dans le conditionnement d’origine : fixés avec du ruban d’adhésif entre deux plaques de verre scellées. Ils ont été répartis en respectant la succession des chapitres et des versets de chaque livre biblique ainsi que l’ordre canonique des ces livres. Viennent ensuite les écrits non canoniques et les écrits “communautaires”, puis dans les plaques 5 à 8, de très petits fragments endommagés et souvent non identifiés1.

 

L’image mise en avant représente un détail de la première plaque de verre (BnF, département des Manuscrits, Hébreu 1427.)

Pour en savoir plus :

Retrouvez l’ensemble du programme “Archéologie des écritures anciennes” dans notre billet “Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences” in L’antiquité à la BnF, 14/12/2021

Les trois premières conférences du cycle sont en ligne :

Citer ce billet : Pauline Darleguy, "Conférence mercredi 15 juin 18 h 30 : L’écriture des plus anciens manuscrits de la Bible à la lumière des nouvelles technologies", in L’Antiquité à la BnF, 08/06/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15760, [consulté le 06/07/2022].
  1. L. Héricher, “Les fragments conservés par la Bibliothèque nationale de France” dans L. Héricher, M. Langlois, E. VIlleneuve (dir.), Qumrân: le secret des manuscrits de la mer Morte. Paris, Bibliothèque nationale de France, 2010, 172 p. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.