Conférence mercredi 11 mai 18 h 30 : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie

Mercredi 11 mai à 18 h 30 se tiendra la conférence : Écritures et langues en contexte savant en Assyrie et Babylonie par Philippe Clancier, maître de conférences HDR à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

Lors de sa conférence, Philippe Clancier présentera le projet « NimRoD : de Nimrud à Rome, découverte des bibliothèques antiques » en se focalisant sur la Mésopotamie, région qui compte, pour la période du Ier millénaire av. J.-C., le plus grand nombre de bibliothèques découvertes en fouilles archéologiques. La question de ce que l’on peut, ou non, appeler une bibliothèque ou une archive, la difficulté de retrouver les textes in situ et la problématique des supports périssables seront ainsi traitées. Cette conférence, en abordant ainsi à la fois l’écriture et les bibliothèques en Mésopotamie, mettra en lumière le rôle politique des savants assyro-babyloniens.

Comme le rappelle Philippe Clancier1, la bibliothèque la plus connue de Mésopotamie appartient aux rois d’Assyrie du VIIe siècle av. J.-C. : il s’agit de la bibliothèque palatiale de Ninive dite “Bibliothèque d’Assurbanipal”. Féru de lettres et de science, Assurbanipal, roi d’Assyrie entre 668 et 630 av. J.-C., complète la bibliothèque commencée par ses prédécesseurs Sennachérib (705-681) et Assarhadon (680-669), en collectant des tablettes de partout et en particulier de Babylonie.

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve la matrice d’un sceau-cyclindre, en terre cuite, d’une hauteur de 16 cm et d’un diamètre de 7.5 cm,  à inscription cunéiforme au nom d’Assurbanipal.

“Cylindre d’Aššur-bān-apli”, Assyrie, 669-627 av. J.C, BnF, MMA, inv. 65.5929

Le déroulement sur l’argile d’un cylindre permet l’impression d’un motif, d’une scène figurée, ou comme c’est le cas ici, d’une inscription relative à son détenteur. Symbole de propriété ou d’autorité, le sceau permet d’apposer sur l’argile fraîche (tablette ou autre) une marque individuelle ou administrative2.

Pour en savoir plus :

Retrouvez l’ensemble du programme “Archéologie des écritures anciennes” dans notre billet “Archéologie des écritures anciennes : cycle de conférences” in L’antiquité à la BnF, 14/12/2021

Les deux premières conférences du cycle sont en ligne :

Françoise Briquel-Chatonnet, De la Méditerranée à la Chine et à l’Inde, les multiples vies de l’écriture syriaque 

Coline Ruiz-Darasse, Ecrire chez les Gaulois

  1. La Mésopotamie : de Gilgamesh à Artaban, 3300-120 av. J.-C. p. 984. []
  2. La Mésopotamie : de Gilgamesh à Artaban, 3300-120 av. J.-C.  : Glossaire p. 999 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.