Une lecture philologique. Deux exemplaires annotés des Moralia de Plutarque conservés à la BnF

Les livres anciens annotés sont des témoignages précieux des utilisations qu’en faisaient nos prédécesseurs. Aujourd’hui couramment étudiés, ils nous renseignent sur leurs « pratiques de la lecture »1 et leurs usages des supports imprimés – nous nous restreignons ici aux notes manuscrites contenues dans des livres imprimés. Elles donnent ainsi accès à la réception des textes qu’elles accompagnent. La Bibliothèque nationale de France possède de nombreux ouvrages annotés, et parfois même l’auteur des annotations est identifié2. La présence d’annotations et l’identité d’un ancien possesseur sont de mieux en mieux signalées dans le catalogue, permettant aux lecteur.trices et chercheur.euses de les exploiter plus facilement.

Nous nous intéresserons ici à deux humanistes célèbres : Adrien Turnèbe [fig. 1] (1512-1565) et Jacques Amyot [fig. 2] (1513-1593). Le premier a été imprimeur du roi pour le grec de 1552 à 1555 et surtout lecteur royal de grec à partir de 1547, puis de philosophie grecque et latine de 1561 à sa mort. Il a consacré tout son travail à l’édition, à l’impression et à l’interprétation des auteurs anciens.

Fig. 1 : Adrian Turnebus. Gravure de Léonard Gaultier. Archives et bibliothèques Pau Béarn Pyrénées, P.587.B-127

Le second, précepteur des enfants de Henri II, grand aumônier de France, est nommé évêque d’Auxerre en 1570. Son nom est inséparable de celui de Plutarque dont il a donné la première version intégrale en français (en 1559 pour les Vies des hommes illustres et en 1572 pour les Œuvres morales).

Fig. 2 : Jacques Amyot. BnF, département des Estampes et de la photographie, N-2

Turnèbe a également beaucoup étudié Plutarque, en particulier les Œuvres morales dont il a donné une édition bilingue grec-latin de deux opuscules – Du froid primitif (1552) et De la création de l’âme du monde (1552) – et traduit trois textes en latin – Sur la disparition des oracles (1556), Le banquet des sept sages et Du destin (1566). Nous avons l’immense chance de posséder pour chacun d’eux leur exemplaire personnel des Œuvres morales de Plutarque, annoté de leur propre main. Ces deux exemplaires sont conservés aujourd’hui à la Réserve des livres rares de la BnF. Le contenu de ces notes est principalement philologique : dans les marges, les deux humanistes corrigent le texte grec de Plutarque. Leur étude donne accès à l’intimité de leur travail et révèle à la fois leur démarche philologique et les outils sur lesquels ils s’appuient pour lire un auteur parfois difficile.

Le premier des deux ouvrages est un exemplaire de l’édition princeps3 des Œuvres morales imprimée à Venise par Alde Manuce en 1509. Il est conservé sous la cote RES-J-944. Le second est un exemplaire de l’édition grecque du même texte, imprimée à Bâle par Johann Froben en 1542. Il est conservé sous la cote RES-J-1035.

La comparaison des marginalia de Turnèbe et Amyot permet de formuler différentes remarques sur leur travail respectif. Nous nous concentrerons sur le traité Du froid primitif qui occupe les pages 617 à 626 de l’édition aldine et les pages 519 à 526 de l’édition bâloise6. L’analyse des notes que les deux humanistes ont consignées dans ces pages permet de pénétrer dans l’intimité de leur atelier7.

Amyot n’a pas consulté l’exemplaire de Turnèbe

Turnèbe a probablement fini d’annoter son Plutarque en 1552. Amyot commence, lui, sa lecture à l’été 1566 et semble l’avoir pratiquement terminée en septembre 15708. Il paraît logique de se demander si Amyot a consulté le travail de son prédécesseur. La réponse est non – compte tenu du moins des informations dont nous disposons. Le nom de Turnèbe apparaît à plusieurs reprises dans les marges du livre d’Amyot, pratiquement toutes concernent un traité édité ou commenté par Turnèbe. Amyot a certainement tiré ces mentions de sa lecture des éditions imprimées de 1552 et 15569.

L’exemple de Du froid primitif est à cet égard très éclairant. Il laisserait même entendre qu’Amyot ne corrige pas son texte à l’aide de l’édition grecque de 1552, mais des quelques notes de commentaires philologiques qui figurent à la fin de la traduction latine (p. 24). Les quatre10 mentions de Turnèbe en marge de l’exemplaire d’Amyot concernent en effet des passages qui sont discutés dans ces notes, et la formulation d’Amyot en est très proche. À la fin de l’opuscule (954 F) par exemple, les éditions vénitienne et bâloise proposent la leçon11.  κλίττα. Amyot écrit alors dans la marge [fig. 3] :

quidam manu scripti codices legunt στύγα Tornebus ἑστία (p. 526).

Certains manuscrits lisent στύγα, Turnèbe, ἑστία

Fig. 3 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 526. BnF, Réserve des livres rares, RES-J-103.

Cette correction ne peut avoir été prise dans l’exemplaire RES-J-94 où seule la variante στύγα figure dans la marge intérieure de la page 626. La source d’Amyot est bien l’édition de 1552 où Turnèbe écrit à la fin de la traduction latine :

κλίττα in Alde legitur male. in quodam manu scripto, στύγα. ἑστία legendum putaui. sequitur enim διὰ τὴν στάσιν (p. 24).

on lit κλίττα dans l’édition aldine, c’est une erreur. Dans un certain manuscrit, στύγα. J’ai considéré qu’il faut lire ἑστία. En effet, suit <l’expression> διὰ τὴν στάσιν.

Toutes les notes philologiques qui se trouvent à la fin de l’édition de 1552 sont reportées par Amyot dans les marges de son exemplaire – sans qu’il fasse systématiquement mention du nom de Turnèbe. À l’inverse, des corrections inscrites par Turnèbe dans les marges de son exemplaire et qui parfois figurent également dans son édition de 1552 ne sont pas notées par Amyot. Par exemple, en 952 F, les éditions de 1509 et 1542 proposent la leçon κάρος. L’exemplaire RES-J-94 comporte plusieurs variantes : βάθος, μέρος et φάρος (p. 624). Turnèbe adopte μέρος dans son édition de 1552 (et les éditeurs modernes, βάθος). Amyot écrit dans la marge : alii καιροῦ alii φάρος male (p. 524), ignorant ainsi de meilleures leçons qui se trouvent dans l’exemplaire de Turnèbe [fig. 4].

Fig. 4 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 624. BnF, RLR, RES-J-94.

Sur le bureau du philologue

Parmi la cinquantaine de notes marginales qui accompagnent Du froid primitif dans les deux exemplaires, on trouve 31 variantes communes et un même passage corrigé par les deux humanistes mais de façon différente. Cette forte proximité entre les deux prises de notes invite à chercher leur source commune, manuscrit(s) ou recueil(s) de variantes.

Les manuscrits

Turnèbe comme Amyot sont proches du pouvoir royal. Ils ont donc pu avoir facilement accès aux collections de la bibliothèque royale et de la bibliothèque personnelle de la Reine. Chacune possédait un manuscrit de Plutarque : l’actuel Parisinus gr. 1675 {ci-dessous] pour la bibliothèque de Fontainebleau (qui porte le sigle B dans les apparats critiques) et l’actuel Parisinus gr. 1671 pour la bibliothèque de Catherine de Médicis (aujourd’hui A dans les éditions critiques).

Parmi les trente-deux passages corrigés par les deux humanistes, il faut enlever six coquilles communes aux éditions vénitienne et bâloise. Sur les vingt-six corrections restantes, six peuvent provenir du manuscrit B, une, du manuscrit A et deux sont communes à B et à A12. Parmi les notes propres à Amyot, trois sont communes à A et à B ; dans les marges de l’exemplaire de Turnèbe, se trouvent deux variantes figurant à la fois dans A et B. S’il paraît hasardeux d’affirmer que le manuscrit A a été consulté en se fondant sur ces quelques occurrences, il semble hautement probable que le manuscrit B ait été consulté par tous les deux. Une note d’Amyot et une remarque de Turnèbe à la fin de son édition de 1552 déjà citées fournissent un argument décisif.

quidam manu scripti codices legunt στύγα (note d’Amyot p. 526 de l’exemplaire RES-J-103).

certains manuscrits lisent στύγα

in quodam manu scripto, στύγα (remarque de Turnèbe p. 24 de son édition de 1552)

dans un certain manuscrit <on lit> στύγα

Cette leçon – στύγα – figure uniquement dans le manuscrit B [fig. 5]. Le quidam manu scriptus dont parle Turnèbe serait donc très certainement ce manuscrit B, alors conservé à la bibliothèque royale de Fontainebleau. Le pluriel utilisé par Amyot peut être alors compris comme une image.

Fig. 5 : Au fol. 336 v°, l. 5 du Par. gr. 1675, on lit bien στύγα.

L’analyse des notes propres à Turnèbe révèle un autre élément intéressant. Au moins trois variantes proposées par Turnèbe figurent dans le manuscrit Pal. gr. 170 de la bibliothèque vaticane – g dans les éditions modernes. Ce manuscrit était à l’époque qui nous intéresse dans la bibliothèque de l’allemand Ulrich Fugger. Il est tout à fait possible que Turnèbe, qui fréquente des cercles proches de ce dernier, l’ait consulté. Une note de Turnèbe fournit un argument solide à cette thèse. À la page 623 (= 951 E), l’Aldine propose la leçon ψυχρὸς et Turnèbe note à côté ψΰχος (sic pour ψῦχος). Or le manuscrit g est le seul à présenter cette variante et surtout possède la même erreur d’accentuation.

Malheureusement tout n’est pas aussi simple. Si l’utilisation du manuscrit B par Amyot semble rigoureuse13, Turnèbe est moins systématique. Par exemple, Amyot ajoute dans la marge [fig. 6] un passage qui a été omis dans les deux éditions de 1509 et 1542, lacune absente des manuscrits.

Fig. 6 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 521. BnF, RLR, RES-J-103

Or, Turnèbe ne semble pas avoir repéré cette omission : aucune note ne figure dans l’exemplaire RES-J-94 et surtout l’édition de 1552 présente encore la lacune dans le texte grec comme dans la traduction. Qu’un philologue comme Turnèbe ait pu avoir un manuscrit entre les mains sans en noter toutes les leçons paraît étonnant. Doit-on conclure que le quidam manu scriptus dont il parle désigne un recueil de variantes ? On aurait alors une explication au pluriel d’Amyot : il désignerait le manuscrit B et un autre livre annoté.

Les recueils de variantes

Des exemplaires de textes grecs annotés par les plus grands philologues circulaient dans les cercles humanistes, notamment des Œuvres morales de Plutarque. Il est ainsi certain que Turnèbe comme Amyot ont puisé une partie de leurs variantes dans la consultation de tels exemplaires – on les retrouve derrière la mention alii dans les notes d’Amyot14. Leurs notes qui accompagnent Du froid primitif sont à cet égard représentatives. En 952 D, les deux éditions de 1509 et 1542 présentent la même erreur que tous les manuscrits. Les exemplaires RES-J-94 et RES-J-103 présentent la même correction manuscrite [fig. 7] :

ἀέρος : αἰθέρος

ἀέρα : αἰθέρα

Fig. 7 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 524. BnF, RLR, RES-J-103.

Cette correction est due au philologue italien Nicolò Leonico Tomeo, dont les leçons ont été recopiées par Giannotti. D’après Robert Aulotte, « l’utilisation par Amyot de la collection de Giannotti est tout à fait indiscutable »15. Ce cas montre aussi qu’il est tout à fait probable que les notes de l’exemplaire RES-J-94 [fig. 8] proviennent de Giannotti.

Fig. 8 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 623, RES-J-94.

Le caractère soigné de ces deux corrections manuscrites a conduit les spécialistes à distinguer différentes écritures dans les marges de l’exemplaire RES-J-94 – loin d’être cette écriture fine et régulière, l’écriture de Turnèbe serait grosse et irrégulière16. De fait, sur la figure 4 (cf. supra), on peut distinguer deux écritures différentes : la fine en bas serait la même que celle de la figure 8. Et pourtant, ce rapprochement lui même nous paraît discutable : la forme des ρ y est différente. Il est en réalité difficile de trancher cette question. L’exemple de la correction manuscrite « λέγεται » (p. 619) [fig. 9] est caractéristique de cette difficulté : elle semble se rapprocher de l’écriture fine et donc ne serait pas attribuable à l’humaniste. Pourtant, la graphie des lettres rappelle beaucoup celle utilisée par la « grosse » écriture attribuée à Turnèbe [fig. 10-11].

Fig. 9 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 619. BnF, RLR, RES-J-94.
Fig. 10 : « λέγειν », p. 284.
Fig. 11 : « ται », p. 763.

On a pu conclure à une impossible distinction entre deux ou trois annotateurs. Une autre possibilité nous paraît envisageable : attribuer toutes ces notes à Turnèbe. L’écriture peut varier fortement : l’encre, la plume, le support, la vitesse, la maîtrise de la langue, etc. sont autant d’éléments qui influent sur la graphie. L’écriture fine serait alors peut-être l’écriture du jeune Turnèbe qui s’applique encore dans la formation de ses lettres. Ce serait cette main débutante qui recopie avec soin les deux variantes tirées de la collection de Giannotti17. Nous avons considéré ici qu’il n’est pas exclu que les annotations qui accompagnent Du froid primitif soient de Turnèbe. Quoi qu’il en soit, cela ne nuit pas à nos remarques qui s’attachent à étudier les liens entre les deux prises de notes et leurs sources.

La tradition indirecte

La lecture de ces notes montre qu’Amyot et Turnèbe s’appuient dès qu’ils peuvent sur la tradition textuelle indirecte. Plutarque cite fréquemment d’autres auteurs grecs et ses lecteurs humanistes le voient bien. Ils vont même jusqu’à opérer des rapprochements entre certains passages de Plutarque et d’autres auteurs. C’est ainsi que Turnèbe corrige la leçon κλίττα de l’Aldine qui a déjà été mentionnée [fig. 12]. Il écrit dans la marge de son exemplaire la source de sa correction :

Fig. 12 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 626. BnF, RLR, RES-J-94.

Cette note est précieuse parce que Turnèbe y indique la page du Commentaire au Timée de Proclus à laquelle il se réfère. Il est donc possible d’identifier l’édition dans laquelle Turnèbe lisait Proclus. Il s’agit de l’édition des œuvres complètes de Platon imprimée à Bâle chez Johann Walder18. Ces marginalia se révèlent indispensables pour essayer de reconstituer la bibliothèque de travail des deux humanistes19.

Mais la mention de la source de la correction n’est pas toujours aussi explicite. Ainsi, en 949 F, les paroles d’Empédocle (fr. 21, v. 3 et 5) sont corrigées de la même façon dans les deux exemplaires [fig. 13-14] :

ὅρα (Ald. et Basil.) : ὁρᾶν (Turneb. in marg.) alii ὁρᾶν (Am. in marg.)

δνοφόεντα (Ald. et Basil.) : ζοφοέντ<α> (Turneb. in marg.) ζοφόεντα (Am. in marg.)

Fig. 13 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 621. BnF, RLR, RES-J-94
Fig. 14 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 522. BnF, RLR, RES-J-103.

La mention de ces deux variantes nous indique que ce passage a été corrigé d’après le traité d’Aristote De la génération et de la corruption – cette citation d’Empédocle y figure en 314b20 – et non d’après Simplicius. Il n’est cependant pas possible d’identifier avec certitude quelle édition Turnèbe ou Amyot utilisaient puisque l’Aldine de 1495-1498 et l’édition bâloise de 1531 (préparée par Érasme et réimprimée en 1539) présentent ici un texte identique.

Les indices d’une méthode philologique

C’est au XVIe siècle que les humanistes élaborent une méthode philologique de plus en plus rigoureuse, qui aboutira des siècles plus tard à la méthode de Lachmann20. Les humanistes français héritent des principes édictés par les Italiens avant eux, en particulier Ange Politien21. Ils ont toutefois la réputation d’être bien moins rigoureux que leurs collègues transalpins : il est vrai qu’ils semblent moins enclins à rédiger des textes théoriques sur le sujet. Leurs ouvrages annotés qui nous sont parvenus constituent pourtant des témoins précieux de leur pratique philologique. À la lecture de ces deux exemplaires, il apparaît clairement que pour Turnèbe et Amyot, la lecture et la traduction d’un auteur ancien passe d’abord par l’établissement d’un texte correct.

Si tous deux partent du texte imprimé qu’ils ont sous les yeux pour lire Plutarque, ils n’ont de cesse de le corriger en s’appuyant sur d’autres éditions. On a pu voir qu’ils collationnent, certes de façon non systématique, les variantes auxquelles ils ont accès. Leur utilisation de la tradition textuelle indirecte témoigne à la fois de leur vaste connaissance de la littérature antique et de leur conscience philologique. Un point mérite également d’être souligné. Les variantes qui sont reportées dans les marges ne sont pas toujours validées par leur auteur. Ils indiquent leurs recherches et leurs hésitations.

Par exemple, Turnèbe propose différentes leçons pour le mot « ἀνορύττοντες » (p. 621 = 949 E) [ fig. 15]:

ἀναρΰττοντες

ἀναρϋπτοντες

ἀναῤῥϋπτοντες (sur lequel le ϋ est corrigé en ϊ) ἢ

ἄνω ῥϋπτοντες

Fig. 15 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 621, BnF, RLR, RES-J-94.

La conjonction de coordination ἢ (« ou bien ») indique que le philologue hésite devant ces quatre variantes. Les marginalia d’Amyot sont eux plus précis encore. Il y indique souvent le statut qu’il donne à une leçon, si elle doit être prise comme une correction ou bien une simple variante. Par exemple à la page 523 de son exemplaire [fig. 16], on lit :

puto leg<endum> εἰ γὰρ τοῦτο deinde

οὐ μᾶλλον τῶ male

Fig. 16 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 523. BnF, RLR, RES-J-103.

Le philologue soumet à l’examen de son jugement différentes leçons qu’il a collationnées dans les manuscrits ou exemplaires annotés. Turnèbe emploie le même vocabulaire dans le bref commentaire qui suit son édition de 1552. Tous deux nuancent certaines corrections.

Fig. 17 : Plutarque, Œuvres morales, Bâle : Froben, 1542, p. 523. BnF, RLR, RES-J-103.
Fig. 18 : Plutarque, Œuvres morales, Venise : Alde Manuce, 1509, p. 626. BnF, RLR, RES-J-94.

Avec des adverbes qui expriment leur doute – ici, forte pour Amyot [fig. 17] et ἴσ<ως> pour Turnèbe [fig. 18] –, ils émettent des hypothèses, signalant ainsi les corrections qu’ils opèrent ope ingenii. Les marginalia des deux philologues signalent les corrections ope codicum comme on l’a vu plus haut avec les mentions d’éditions manuscrites ou les emprunts à d’autres auteurs. La précision alii chez Amyot indique qu’il emprunte cette leçon à un recueil de variantes, tout en la mettant à distance. Des modalisateurs – puto, uidetur, forte, ἴσως – indiquent les corrections ope ingenii. Beaucoup de marginalia ne contiennent toutefois aucune précision – cela concerne même l’immense majorité des notes de l’exemplaire RES-J-94. Il faut alors procéder au cas par cas pour déceler les corrections qui leur sont propres et celles qu’ils ont empruntées ailleurs. Cette tâche est d’autant plus infinie que l’on sait que beaucoup de recueils de variantes qui circulaient à la Renaissance ont aujourd’hui disparu.

 

Ces deux exemplaires annotés fournissent de nombreux indices quant aux outils utilisés par Turnèbe et Amyot dans leur travail philologique respectif. Tous deux ont recours aux manuscrits, aux recueils de variantes – mais ne se préoccupent pas d’en faire une recension exhaustive. Tous deux appliquent les principes de la philologie naissante, mais non de façon systématique – en particulier Turnèbe. L’étude de ces notes philologiques permet de nuancer le jugement parfois négatif porté sur les philologues français de cette époque. Il faut en outre rappeler que ces notes constituent des brouillons pour leur auteur, ce qui explique leur aspect parfois dilettante.

Pour en savoir plus

Citer ce billet : Philippine Azadian, "Une lecture philologique. Deux exemplaires annotés des Moralia de Plutarque conservés à la BnF", in L’Antiquité à la BnF, 28/04/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15174, [consulté le 27/05/2022].
  1. Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, 2003. []
  2. Racine, par exemple, a annoté quelques exemplaires de textes grecs conservés à la BnF. []
  3. L’édition princeps est la première édition imprimée d’un texte qui circulait auparavant sous forme manuscrite. []
  4. Sa numérisation est accessible sur Gallica. []
  5. Sa numérisation est aussi disponible sur Gallica. D’autres exemplaires de la même édition ayant appartenu à Donato Giannotti (RES M-J-2) ou encore François Rabelais (RES G-R-33) sont aussi conservés à la BnF. []
  6. Dans la pagination conventionnelle des œuvres de Plutarque, qui correspond à l’édition de ses œuvres complètes de 1599, ce traité occupe les pages 945 F à 955 C. []
  7. Pour des études plus approfondies sur le travail d’Amyot, nous renvoyons en particulier à l’ouvrage fondateur de Robert Aulotte, Amyot et Plutarque : la tradition des « moralia » au XVIe siècle, Genève, 1965 ainsi qu’à l’entreprise actuelle d’édition de la traduction des Œuvres morales de Plutarque par Jacques Amyot. Voir notamment F. Frazier, « Prolégomènes à une édition critique des Œuvres morales et meslées : les annotations d’Amyot au De Pythiae oraculis », Exemplaria Classica, 2004, p. 171-193). Pour une étude plus approfondie sur le travail de Turnèbe, nous renvoyons à B. Demulder, « Quot lectiones, tot Turnebi : Adrien Turnèbe in recent editions of Plutarch’s De animae procreatione », dans F. Frazier et O. Guerrier (dir.) Plutarque : Éditions, traductions, paratextes, Coimbra, 2016, p. 101-122, ainsi qu’à notre thèse en cours. []
  8. R. Aulotte, p. 166. []
  9. R. Aulotte, p. 182. []
  10. Aux pages 521, 522, 524 et 526. À la page 521, on devine seulement le nom de Turnèbe dans une note barrée par Amyot. []
  11. La leçon — du latin lectio, lecture — désigne la version du texte donné par une édition donnée, imprimée ou manuscrite. Parce que chaque copie du manuscrit implique de nouvelles erreurs et corrections apportées au texte, il existe autant de versions du texte que de manuscrits. []
  12. Nous nous appuyons sur les apparats critiques de deux éditions scientifiques de ce traité : l’édition de C. Hubert, M. Polhenz et H. Drexler dans la collection Teubner (1955) et l’édition de G. D’Ippolito et G. Nuzzo du Corpus Plutarchi Moralium (2012). []
  13. Pour un panorama des manuscrits utilisés par Amyot pour son travail, voir R. Aulotte, p. 169-175. []
  14. Sur les exemplaires des Œuvres morales annotés, voir : R. Aulotte, p. 175-183 ; M. Cuvigny, « Giannotti, Turnèbe, Amyot : résultats d’une enquête sur quelques éditions annotées des Moralia de Plutarque », Revue d’histoire des textes, 1974, p. 57-77 ; M. Manfredini, « Su alcune Aldine di Plutarco », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, 1983, p. 1-12. []
  15. R. Aulotte, p. 181. []
  16. Voir M. Cuvigny, art. cit., M. Decorps-Foulquier, « À propos des différentes écritures marginales dans l’exemplaire aldin des Moralia d’Adrien Turnèbe », Revue d’histoire des textes, 1979, p. 281-287 et B. Demulder, art. cit. []
  17. M. Cuvigny remarque d’ailleurs que les notes de l’écriture fine sont proches de la collection de Giannotti, p. 68 []
  18. L’exemplaire RES-R-9 de la BnF, abondamment annoté par Henri II Estienne, lui a servi à réaliser son édition de Platon de 1578 []
  19. Pour celle d’Amyot, voir R. Menini, « La bibliothèque du traducteur. Amyot et ses exemplaires de travail », Arts et Savoirs [En ligne], 10 | 2018, mis en ligne le 20 novembre 2018, consulté le 25 avril 2022 . []
  20. voir S. Timpanaro, La genèse de la méthode de Lachmann, Paris, 2016, trad. de l’italien. []
  21. Voir notamment A. Grafton, Joseph Scaliger : a study in the history of classical scholarship. I, Textual criticism and exegesis, New York, Oxford, 1983, en particulier p. 9-100. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.