Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !

Archive: Image du mois de juin 2022

L’année 2022 est largement consacrée, au sein des manifestations de la BnF, à l’archéologie des écritures anciennes, l’aspect le plus spectaculaire de ce programme étant naturellement l’importante exposition L’Aventure Champollion, consacrée à l’œuvre de Jean-François Champollion sur le site François-Mitterrand jusqu’au 24 juillet. Il n’est donc pas inutile de rappeler que des documents bien plus modestes que les temples, statues et stèles ou papyrus égyptiens, telles de simples monnaies peuvent constituer de précieux supports pour des inscriptions, en particulier concernant des civilisations qui n’ont que peu ou pas laissé de textes. C’est le cas des Celtes continentaux de l’Antiquité, leur usage quasi-intégral de matériaux périssables (bois, écorces, peaux…) ainsi que le refus de leur classe sacerdotale de confier à l’écrit les doctrines religieuses et les spéculations philosophiques, privent la recherche moderne de sources de première main.

Les monnaies gauloises (au sens large du terme) apparaissent alors ici comme un précieux recours. En effet, les Celtes ont en premier lieu copié servilement des modèles grecs tels le statère de Philippe II de Macédoine dont la légende ΦΙΛΙΠΠΟΥ orne les plus anciennes productions indigènes dans les années précédant l’an 300 av. J.-C. (voir la figure ci-dessous)1. Très rapidement toutefois, les images helléniques furent adaptées, « celtisées » et l’écriture disparut pour cependant réapparaître rapidement en Italie du nord, où les Gaulois cisalpins copièrent et détournèrent des types monétaires de Massalia/Marseille en créant des types originaux associés à une écriture dérivée de l’alphabet étrusque, dite lépontique, à laquelle nous avons consacré un billet en ouverture de cette année2.

Statère d’or gaulois du trésor de Gironde (BnF, MMA, 2010.45).

Ici, nous souhaitons nous projeter à l’autre bout de l’arc chronologique de l’Indépendance gauloise en évoquant des monnaies fort tardives puisqu’elles sont postérieures à la guerre des Gaules (58-50 av. J.-C.). En effet, ce n’est pas le moindre paradoxe que les espèces indigènes ne furent jamais aussi nombreuses en variétés et en légendes que durant et après l’affrontement avec les armées de conquête menées par César. Dans le cas présent, où le recours à l’alphabet latin remplace logiquement celui aux écritures grecques, étrusques voire ibériques – cette dernière étant confinée au Languedoc –, nous avons choisi la série gauloise qui porte l’inscription la plus développée sur une monnaie celtique de l’Antiquité. Il s’agit en l’occurrence d’un bronze attribuable aux Lexoviens (peuple de la région de Lisieux) produit au cours des années 30 à 20 av. J.-C. D’un côté, nous pouvons y lire SIMISSOS PVPLICOS LIXOVIO autour d’une fleur stylisée et, de l’autre, CISIAMBOS CATTOS VERGOBRETO entourant un aigle éployé vu de trois quarts. Ces 48 lettres composent la plus longue inscription monétaire connue en langue gauloise et celle-ci apparaît riche d’informations.

Bronze lourd (simissos) des Levoxiens, 30 à 20 av. J.-C. (BnF, MMA, BNF 7163)

En premier lieu, ce bronze se présente clairement comme produit par la cité des Lexoviens (lixovio(s) : « des Lexoviens ») laquelle, dans cette période de romanisation débutante positionne son espèce –  fort lourde pour un bronze gaulois (plus de 7 g) – dans le système monétaire romain en la désignant par le nom Simissos. Il s’agit en effet d’une reprise littérale du semis, c’est-à-dire du demi-as du monnayage de la République romaine3 et, qui plus est, un semis puplicos (sic) comprendre ici publicus « public », terme transcrit fautivement par un graveur ne maîtrisant pas le latin. Cet adjectif permet de préciser que c’est bien l’autorité dirigeante des Lexoviens qui a émis ces espèces et non pas, comme c’est en réalité le plus souvent le cas, un notable civil, un chef militaire ou bien encore une petite communauté territoriale : un pagus (à l’origine du terme « pays » au sens restreint en français). Cette monnaie vise donc à s’intégrer pleinement au nouveau numéraire romain en cours de réforme sous l’impulsion d’Auguste et qui, peu à peu, va s’imposer dans les régions conquises.

En second lieu, l’inscription nous donne l’identité d’un magistrat gaulois, Cisiambos Cattos qui est qualifié de Vergobreto(s). Il s’agit-là d’un seul et même personnage : Cisiambos avec son surnom Cattos « le chat »4, un peu à la manière romaine des tria nomina où un citoyen portait un prénom (par exemple Marcus) un nom de lignée familiale (par exemple Tullius) et un surnom (par exemple Cicéron). Ce personnage s’affirme ici en tant que vergobret, une magistrature suprême revêtue annuellement et que mentionne César (BG VII, 32). Cisiambos était donc en réalité le chef de l’exécutif lexovien au moment où il fit frapper plusieurs séries de bronzes, dont certains nous montrent apparemment son visage.

Bronze de Cisiambos et Maupennos (BnF, MMA, BNF 7158 reproduit dans La Tour 1892, pl. XXVII, n° 7158)

Il convient également de préciser que, sur certains exemplaires, le même Cisiambos est associé – par l’autre face de ses monnaies – à un second personnage dénommé MAVPENNOS, ce dernier portant le joli titre d’ARCANTODAN, à comprendre Arcanto-dan(nos), un composé signifiant « curateur de l’argent »5, c’est-à-dire un homme chargé de veiller aux émissions monétaires. Ces deux magistrats nous apparaissent ainsi être les auteurs conjoints d’un monnayage civique6 qui reflète fidèlement les profondes mutations en cours dans la Gaule des dernières décennies avant notre ère.

Au-delà de leur aspect strictement numismatique, ces modestes bronzes, plus bavards que la majorité des espèces gauloises tardives, nous informent donc autant sur la volonté des notables autochtones de s’intégrer dans le nouvel ordre des choses issu de la conquête césarienne, que sur leur souci de préserver l’usage de la langue gauloise, faisant d’eux les premiers véritables Gallo-romains.

Dominique HOLLARD

Citer ce billet : Dominique Hollard, "Quand les monnaies gauloises deviennent bavardes !", in L’Antiquité à la BnF, 01/07/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/15084, [consulté le 12/08/2022].

Pour aller plus loin

  1. S. Nieto-Pelletier, J. Olivier, “Les statères aux types de Philippe II de Macédoine : de l’Égée à la Gaule, des originaux aux imitations“, Revue Numismatique 2016, 171-229. []
  2. D. Hollard, “La drachme cisalpine à légende Segedū“, in L’Antiquité à la BnF, 30/12/2021. []
  3. P.-Y. Lambert, La langue gauloise, Paris, 1997, p. 52. []
  4. X. Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise. Une approche linguistique du vieux-celtique continental, 2e éd., Paris, 2003, p. 110-111. []
  5. X. Delamarre, op.cit., p. 53-54. []
  6. L.-P. Delestrée, « Les magistrats lexoviens Cisiambos et Maupennos, auteurs d’un ensemble monétaire civique à l’époque augustéenne », Revue belge de numismatique, CLXIV, 2018, p. 368-381. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.