Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale

Archive: Image du mois d’avril 2022

Statuettes de bronze de dieux et déesses de l’Égypte antique, BnF, département des Monnaies, médailles et antiques, ancienne collection Caylus ©BnF – Dossier de presse

La préparation de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes qui s’ouvre à la Bibliothèque nationale de France le 12 avril 2022 a permis la restauration et une nouvelle couverture photographique de nombreuses œuvres dont cette série de huit bronzes provenant de l’ancienne collection Caylus.

Ils appartiennent aux antiques légués par Anne-Claude-Philippe de Tubières, de Grimoard, de Pestels, de Lévis, comte de Caylus (1692-1765) à Louis XV. Ils furent largement connus grâce à la parution du Recueil d’Antiquités entre 1752 et 1765. Cette somme considérable de la science antiquaire rassemble en sept volumes près de 2900 antiquités provenant de diverses collections, illustrées par 800 planches gravées sur cuivre.

Ces bronzes font partie des objets égyptiens que Jean-François Champollion put non seulement connaître grâce à la publication dont on retrouve quelques planches au milieu des notes laissées par le savant, mais aussi par l’observation directe.

Étudiant à Paris de septembre 1807 à octobre 1809, le futur déchiffreur des hiéroglyphes bénéficie entre autres protections de celle de Aubin-Louis Millin (1759-1818), successeur en 1795 de l’abbé Jean-Jacques Barthélemy (1716-1795) comme garde du cabinet des médailles. Millin est aussi le premier conservateur du Muséum des Antiques nouvellement créé et le fondateur du premier cours public d’archéologie, à la Bibliothèque nationale. À la Bibliothèque devenue impériale puis royale, Champollion étudie assidument les antiquités tout comme les manuscrits en langues orientales qui complètent les cours suivis au Collège de France et à l’École spéciale des langues orientales vivantes.

Les collections d’objets mais aussi de papyrus qui affluent à la Bibliothèque aux lendemains de l’expédition de Bonaparte en Égypte, sont à l’origine de nombreuses avancées dans la connaissance de l’Égypte antique par ses propres productions que Champollion appelle de ses vœux. Les volumes de notes autographes conservés au Département des Manuscrits sous la cote NAF 20309-20310 témoignent par exemple des travaux sur les rituels funéraires à partir des copies et de l’étude de Livres pour sortir au jour (ou Livres des Morts).

“Ooh, Pooh, Ohensou (le dieu lune)” [Khonsou], planche du Panthéon face à la p. 78, BnF, Arsenal, 4-H-7617 sur Gallica, où on reconnaît en 4. la statuette de prêtre offrant la Maât à Khonsou enfant, MMA, inv.53.441.

Les bronzes de la collection Caylus sont quant à eux reconnaissables dans une planche du Panthéon égyptien, collection des personnages mythologiques de l’ancienne Égypte, d’après les monuments, publication parue en fascicules à partir de 1823, en collaboration Léon-Jean-Joseph Dubois. Moins d’un an après le déchiffrement des hiéroglyphes proclamé dans la Lettre à M. Dacier, la publication veut diffuser auprès d’un large public l’image, la fonction et le nom des divinités égyptiennes telles qu’elles avaient cours à l’époque pharaonique pour les démarquer de leur réception classique et des transformations subies lors de leur intégration dans les religions grecques et romaines.

 

Statues de divinités en bronze du Ier millénaire avant J.-C. :

(bronzes Caylus reproduits dans la photographie du catalogue de l’exposition et du dossier de presse)

  • Osiris, 36 × 8,5 × 7. MMA, inv.53.124.
  • Isis allaitant Horus, 35,2 × 8 × 12,8 cm. MMA, inv.53.241.
  • Horus, 8,3 × 2,4 × 5 cm. MMA, inv.53.226.
  • Mahès, 31,5 × 14,5 × 7 cm. MMA, inv.53.446.
  • Ptah, 30 × 9 × 11,5 cm (avec socle). MMA, inv.66.486ter.
  • Imhotep, 12,8 × 4 × 8 cm. MMA, inv.65.5646.
  • Prêtre offrant la Maât à Khonsou enfant, 15,5 × 7,5 cm. MMA, inv.53.441.

Site de l’exposition L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes (12 avril – 24 juillet 2022): informations pratiques, synopsis, dossier de presse, événements associés

Guillemette Andreu-Lanoë, Vanessa Desclaux, Hélène Virenque (dir.), L’Aventure Champollion. Dans le secret des hiéroglyphes, catalogue de l’exposition, Paris, BnF, 2022.

Base Caylus. Édition numérique et commentée du Recueil d’antiquités égyptiennes, étrusques, grecques et romaines du Comte de Caylus, BnF-INHA-ANHIMA.



Citer ce billet
Vanessa Desclaux (2022, 1 mai). Champollion et les Bronzes Caylus de la Bibliothèque royale. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8qv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.