Conférence 22 novembre 18h30 « Les fouilles des fortins du désert Oriental en Égypte »

Le fort de Bi’r Samut, dans le désert Oriental (© MAFDO, B. Redon)

22 novembre à 18h30 : Conférence: « Les fouilles des fortins du désert Oriental en Égypte » par Mme Bérangère Redon, chargée de recherche au CNRS, UMR 5189, HiSoMA, directrice de la MAFDO

Découvrez comment l’Histoire s’élabore au fil des fouilles, de l’étude des objets ou des textes à travers la rencontre avec ceux qui l’enrichissent chaque jour par leurs recherches. Ce nouveau rendez-vous est consacré à l’actualité de la recherche archéologique de la Guerre.

Repérage de la zone des fortins du désert oriental sur la Carte generale de l’Egypte et de la Nubie par Frédéric Cailliaud. Département Cartes et plans, GE D-13381

Créée en 1994 par Hélène Cuvigny, la mission archéologique française du désert Oriental (Égypte) explore une région en marge de l’Égypte, située à l’interface entre la vallée du Nil et la mer Rouge. Dès l’origine, la mission a été conçue comme une association étroite entre papyrologues et archéologues. Il s’agit de mettre à profit la particularité du désert Oriental, dont les vestiges, extrêmement bien préservés, peuvent être étudiés au regard des nombreux ostraca (tessons de poterie inscrits) que l’on peut exhumer des sites étudiés et notamment de leurs dépotoirs.

Le but de la mission est d’étudier l’occupation humaine du désert Oriental, l’exploitation de ses ressources, le développement de ses infrastructures (routes, fortins, stations) aux époques ptolémaïque (331-30 av. J.-C.) et romaine (30 av. J.-C.-IVe s. ap. J.-C.), en se concentrant d’une part sur l’exploitation des carrières et mines de la région, et d’autre part sur l’aménagement et la surveillance des grandes pistes caravanières qui traversaient le désert jusqu’aux ports de Bérénice et Myos Hormos.

Variétés de porphyre repérées dans le désert oriental par l’Expédition d’Egypte, dessin de P. Ringuet. [Recueil. Dessins pour l’ouvrage de la Commission d’Egypte]. [Minéralogie]. Tome II ter sur Gallica

Depuis 25 ans, une dizaine de forts, extrêmement bien préservés, ont été explorés (trois datant de l’époque ptolémaïque et une demi-douzaine de la période romaine). Ils ont livré un matériel exceptionnel, dont plusieurs milliers d’ostraca. Le croisement des données écrites et des données archéologiques tirées de la fouille de ces fortins a livré des informations essentielles sur l’administration de la région, la composition des garnisons campées dans les fortins, les relations des habitants des fortins avec les populations bédouines ou encore les expéditions qui l’ont traversée. Surtout ces découvertes renseignent l’historien sur la vie quotidienne de la petite société des fortins, qui ont accueilli une population mêlée et complexe, composée de soldats et de civils, de femmes et d’hommes, et même d’enfants, d’origine très diverses, dont les préoccupations quotidiennes sont très primaires.

Pour suivre les travaux de la mission archéologique: https://desorient.hypotheses.org/

Cycle de conférences : « Archéologie de la Guerre : de la fouille à l’écriture de l’Histoire » – les mercredis, à 18h30, site François-Mitterrand, salle 70 (entrée libre).
En savoir plus : notre programmenotre bibliographie.


3 réflexions sur « Conférence 22 novembre 18h30 « Les fouilles des fortins du désert Oriental en Égypte » »

  1. Je n’ai jamais trop su si l’Égypte et la Nubie étaient en Afrique de l’Est ou en Afrique du Nord , du point de vue géographique?

    1. Il n’y a pas à proprement parler un point de vue géographique mais « des » points de vue géographiques. Le « découpage » de l’Afrique (comme des autres continents, voire des continents eux-mêmes) en aires géographiques est souvent conventionnel et peut dépendre de différents facteurs (géographie physique, politique, administrative…) et de l’époque. Cela peut aussi plus simplement dépendre de l’étendue géographique que l’on choisit de représenter sur une carte : une carte de 1855 de l’Afrique orientale, n’intègre pas l’Egypte, alors qu’une autre de 1863 la place en Afrique orientale. En revanche cette carte de 1886 de Régnauld de Lannoy de Bissy place Assouan en Afrique, région septentrionale.
      La solution adoptée par Egypt a country study semble mettre fin à cette interrogation : « The country is located in northeastern Africa » même si la suite soulève un autre problème : « and includes the Sinai Peninsula (also seen as sinai), which is often considerated part of Asia » !
      Bertrand Tassou, chargé de collection géographie

      1. Très intéressant ! donc situation de l’Égypte dans le Nord-est, donc comme l’est la Lorraine en France, sauf que la Lorraine a une symétrie qui est le nord-ouest genre « Normandie-Bretagne », et effectivement en France pour la météo par exemple on dit bien Nord-Ouest et Nord-Est. Il n’est pas sûr que le nord-ouest de l’Afrique soit très parlant même du point de vue géographique et pas du tout du point de vue géopolitique, me semble-t-il ? je ne sais pas comment dit la presse anglophone : en attendant, on dira que le port de Bérénice se trouve au nord-est de l’Afrique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.