A propos d’un carnet de dessins inédit sur un voyage de Jane et Marcel Dieulafoy en Perse

Le département des Estampes et de la Photographie de la Bibliothèque nationale de France (BnF) conserve un carnet de croquis inédit décrit dans le Catalogue général comme ayant pour « auteur / dessinateur » Jane Dieulafoy (1851-1916) Le document est non daté et identifié comme ayant pour sujet l’Égypte.

Nous présentons ici les résultats d’une recherche ayant permis de réattribuer ce carnet à Marcel Dieulafoy (1844-1920), son époux, et de le rattacher à leur voyage en Perse de 18851.

Ce mince cahier de 24 feuilles de format allongé (34 x 12,5 cm) a été constitué à partir de feuilles de papier à dessin pliées dans le sens de la longueur et cousues (fig. 1). Sur le recto de la première page qui fait office de couverture, outre quelques noms et croquis apparemment griffonnés pour mémoire par l’auteur, est écrit au crayon bleu « J. Dieulafoy dessinatrice française fin 19 ». Au verso de la page, outre la mention « don 6029 »2, est collé un ex-libris3 et de nouveau précisé, de la même main, « Dessins de Mme Dieulafoy ».

Fig. 1 : le carnet conservé à la Réserve du département des Estampes et de la photographie, BnF (RESERVE UB-314-4) © BnF.

Quant aux sujets représentés – berges d’un fleuve où poussent quelques palmiers, frêles embarcations, campements de nomades, petits mausolées et monuments plus ou moins ruinés, ponts et éléments d’architecture, personnages aux vêtements exotiques… – ils évoquent sans conteste l’Orient. Toutefois, après ce rapide examen, trois questions se posent : le pays représenté par ces dessins est-il bien l’Égypte comme l’indique la notice ? À quelle occasion ces croquis ont-ils été exécutés ? Jane Dieulafoy en est-elle l’auteur ?

Les voyages de Jane et Marcel Dieulafoy en Orient

Depuis quelques années, Jane Dieulafoy (fig. 2) – bien connue du monde scientifique et littéraire de la fin du XIXe siècle – est une figure dont originalité et le rôle ont été révélés dans de nombreux ouvrages et articles4. Il n’y a guère de publication sur l’orientalisme où son nom n’est pas cité tant il est attaché avec celui de son mari Marcel Dieulafoy (fig. 3) à l’une des découvertes archéologiques parmi les plus retentissantes de la fin du XIXe siècle : la découverte du palais de Darius à Suse et la reconstitution de son décor de briques à glaçures présenté au département des Antiquités orientales du musée du Louvre5.

Fig. 2 : « Madame Dieulafoy ». Dessin d’É. Bayard, d’après une photographie. « La Perse, la Chaldée, la Susiane », Le Tour du Monde, 1883, II, p. 187. © Gallica/BnF
 

Dès les premières années de son mariage, Jane Dieulafoy avait eu l’occasion de développer son attirance pour les voyages et son intérêt pour l’Orient en particulier. Avec son mari qui avait étudié les monuments antiques en Algérie où il avait débuté sa carrière d’ingénieur des Ponts-et-chaussées, elle avait voyagé, entre 1873 et 1878, en Égypte6 et au Maroc, partageant ainsi avec lui son goût pour l’Orient et l’archéologie.

Fig. 3 : Eugène Pirou, Auguste Marcel Dieulafoy, 1884, BnF, département des cartes et plans, SG PORTRAIT-1457

De retour en France, tout en poursuivant sa carrière, notamment au service des Monuments Historiques où il travaille sous les ordres de Viollet-le-Duc, Marcel Dieulafoy développe ses idées sur les rapports de l’art oriental et de l’art occidental et ses théories sur les origines de l’art gothique et les influences de l’art oriental sur l’architecture. Au sujet de l’origine de l’architecture musulmane, il est convaincu du rôle prépondérant de la Perse sassanide et juge essentielle l’étude de ses monuments. Ainsi s’était formé son projet d’un voyage en Perse qu’il concrétise, après bien des difficultés, au début de l’année 1881.

Malgré les dangers prévisibles, Jane l’accompagne dans cette expédition de quatorze mois (février 1881 à avril 1882) pendant laquelle les deux voyageurs parcourent, jusqu’aux limites de leurs forces, près de 6000 kilomètres7. Pendant ce périple, tandis que Marcel se consacre à l’étude des monuments – principalement achéménides, perses et sassanides -, Jane se charge de relater leur voyage et assume également le rôle de photographe8.

Fig. 4 : « Carte pour servir à l’intelligence du voyage de Mme Dieulafoy de Tiflis à Bagdad, Suse et Mohammeré », (Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit. p. 713), © Gallica/BnF

Après avoir traversé la Géorgie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan, les deux voyageurs ont pour projet de gagner Téhéran et de poursuivre à travers la Perse en passant par Qom, Kashan, Ispahan, Persépolis, Shiraz….Ils se proposent également de pénétrer par le sud en Mésopotamie, alors province de l’Empire ottoman, pour remonter la vallée du Tigre et de l’Euphrate jusqu’à Bagdad afin d’explorer les ruines de Ctésiphon, Séleucie et Babylone… Surtout, Marcel Dieulafoy veut rejoindre la Susiane, une région dangereuse livrée aux exactions de nombreuses tribus, et qu’aucun voyageur français n’avait pu jusque-là visiter (fig. 4)9. Or, concernant Suse – une des capitales de l’Empire perse – sa connaissance s’était longtemps limitée aux sources grecques et bibliques, mais elle avait récemment progressé grâce à la brève exploration effectuée, entre 1850 et 1852, par le Britannique William Kennett Loftus (1820-1858)10. Pour Marcel Dieulafoy, l’exploration de ce site est le but ultime de leur voyage et, une fois en France, il fera tout pour y entreprendre des fouilles. C’est ainsi qu’après avoir vaincu tous les obstacles, tant financiers que diplomatiques, à la fin du mois de février 1885 le couple Dieulafoy et leurs collaborateurs sont à pied d’œuvre pour entreprendre, entre autres, le dégagement du palais achéménide11.

Pendant les trois mois de la première campagne de fouilles, les difficultés s’accumulent. A la rigueur du climat, aux difficultés de communications et d’approvisionnement, s’ajoute l’hostilité des populations locales qui pousse le Shah à exiger la suspension des travaux. Ainsi, au milieu du mois de mai 1885, les explorateurs rentrent en France et s’ils peuvent, après de difficiles négociations de l’ambassade de France, repartir à la fin de l’année, c’est pour une ultime campagne qu’ils poursuivent jusqu’à la fin du mois de mars 1886.

Fig. 5 : « Les nouvelles salles du musée Dieulafoy au Louvre », Le Monde illustré, 30 juin 1888

Malgré les difficultés, les résultats sont spectaculaires. Parmi les multiples découvertes : le colossal chapiteau formé de deux avant-trains de taureaux accroupis, les panneaux en briques à glaçure représentant des archers et des lions… Le 6 juin 1888, la collection exposée au Louvre (fig. 5) est inaugurée par le Président de la République et livrée à l’appréciation du monde savant et des artistes ainsi qu’à la curiosité du public12. A cette occasion, le rôle de Jane qui vient de recevoir la Légion d’honneur est particulièrement souligné par la presse13, parfois au détriment de Marcel Dieulafoy comme le note l’écrivain belge Georges Rodenbach dans ses « Lettres parisiennes » :

« Au retour de leur mission, on fit grand bruit autour de ces hardis explorateurs, un couple vaillant qui avait poursuivi son but à travers d’innombrables obstacles et de réels dangers […]. On s’enthousiasma à bon droit pour cette vaillante jeune femme d’apparence frêle, de petite taille, d’une grâce de blonde, qui avait mené avec un pareil entrain les fouilles de la ville morte, en son désert oublié. Aussi fut-elle décorée de la Légion d’honneur, dont elle arbore le ruban sur son élégante redingote noire, car elle continue à porter le costume masculin. […] Cet engouement pour la femme fit un peu oublier le mari, à tort sans doute, car c’est un ingénieur brillant, un érudit sagace qui a certainement dirigé tout le côté scientifique des fouilles14. »

 

À la suite de leur voyage puis de leurs fouilles, Marcel Dieulafoy – sans compter les nombreuses communications faites à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, les conférences devant ses confrères ingénieurs et les articles parus dans la Revue archéologique – rédige les cinq volumes de L’Art antique de la Perse qui paraissent entre 1884 et 1889. Puis, entre 1890 et 1892, il publie L’Acropole de Suse, la synthèse de ses deux campagnes de fouilles15.

Quant à Jane, elle s’adresse à un public plus large en rapportant dans La Perse, la Chaldée et la Susiane les étapes et les péripéties de leur expédition ; d’abord de 1883 à 1886 dans Le Tour du Monde, la revue de voyages d’Édouard Charton16. Ces récits sont ensuite publiés par la « Librairie Hachette et Cie » à la fin de l’année 188617 ; une publication qui fut saluée par les scientifiques, notamment par Ernest Babelon dans la Gazette archéologique :

« […] nous sommes heureux d’avoir l’occasion de présenter le magnifique ouvrage que Madame Dieulafoy vient d’écrire sur des pays qu’elle a explorés avec une intrépidité rare et qu’elle a su en compagnie de M. Dieulafoy, observer et apprécier avec une expérience et une sagacité qu’on voudrait rencontrer toujours chez les explorateurs. Ce volume, sans doute, n’est pas consacré exclusivement à l’archéologie et à la description des ruines et des fouilles : il est rempli d’anecdotes pittoresques, de scènes de mœurs originales ;  c’est en un mot le récit au jour le jour, d’un voyage des plus périlleux, des plus mouvementés et des plus intéressants […]. En résumé, l’ouvrage de Mme Dieulafoy, en dehors de l’intérêt pittoresque qu’il offre à tous ceux qui aiment les récits de voyage, est d’une importance exceptionnelle pour l’histoire archéologique et artistique de l’Iran18. »

Enfin cette relation est complétée, entre 1887 et 1888, toujours dans Le Tour du Monde par A Suse, Journal de fouilles, un récit publié également chez Hachette en 1888 dans lequel Jane Dieulafoy rapporte l’avancée des travaux et la vie de la mission. Là encore, l’ouvrage est abondamment illustré19.

Identification des lieux

De ses voyages, à part ceux accomplis en Perse, il ne semble pas que Jane Dieulafoy ait laissé de témoignages sur ses premiers contacts avec l’Orient que ce soit le Maroc ou l’Égypte ; reste le carnet de dessins conservé à la BnF qui serait, en quelque-sorte – si on se réfère à la notice -, une épave de sa découverte de la vallée du Nil !

Toutefois, un rapide examen du document montre que, de toute évidence, il est nullement question de l’Égypte mais de la Perse ; plus précisément du Sud-Ouest de l’Arabistan (ou Khouzistan) – province ouvrant sur le golfe Persique et frontalière avec le sud de l’Irak, alors province de l’Empire ottoman -, comme l’indique la mention de certaines villes de la province telles « Awas », « Chouster » et « Dizfoul ». Enfin, si on tient compte de la chronologie des dessins, on constate que la plupart ont été exécutés au cours de la remontée d’un cours d’eau : de toute évidence le Karoun20.

Fig. 6 : « Shaboucha (?) 9h30 R.G. », BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 2, verso : « Les rives du Karoun s’élèvent d’aplomb au-dessus du fleuve ; la plaine s’étend à perte de vue, plate et unie comme les polders de la Hollande. […] et les Arabes nomades, plus terribles que les fauves, au dire de l’équipage, guettent tout imprudent qui s’éloigne de sa barque. » (Dieulafoy Jane, ibid., p. 537-538)

Néanmoins la confusion avec l’Égypte peut s’expliquer notamment avec les premiers croquis qui représentent les rives assez hautes d’un fleuve et ses embarcations pouvant évoquer des felouques sur le Nil (fig. 6). Lorsqu’en 1913, l’architecte Maurice Pillet qui travailla longtemps en Égypte, prend le chemin de Suse afin de rejoindre la mission archéologique dirigée alors par Roland de Mecquenem, il écrit dans ses mémoires : « […] l’antique bateau se mit à remonter péniblement le courant des eaux jaunâtres du Karoun […] : il coule entre deux berges de limon noirâtre, hautes de 3 à 4 mètres, assez voisines de celles du Nil en Moyen Égypte. […] De temps à autre, un campement de nomades laisse voir le haut de ses grandes tentes noires ou quelques bêtes, broutant auprès des berges21. » (Maurice Pillet, « Mémoires »)

Fig. 7 : carnet, BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 3, verso : « A la longue gandourah, à l’abba, à la couffè qui retient sur la tête une volumineuse corde de poil de chameau, on reconnaît immédiatement les Arabes du Hedjaz. » (Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., p. 522)

De façon générale les dessins, rapidement exécutés au crayon, sont rarement ou sommairement légendés et donnent des indications souvent peu utilisables : horaire de passage devant certains lieux, localités dont le nom est rapidement griffonné qui ne sont probablement que des lieux-dits difficiles à identifier, nom d’un habitant dont le voyageur détaille le costume…

Toutefois l’identification est parfois assurée dans la mesure où quelques-uns de ces croquis ont été reproduits par Jane dans La Perse, la Chaldée, la Susiane – certains en l’état (fig. 8-9) -, mais le plus souvent sous la forme de gravures exécutées, notamment pour les monuments, à partir de photographies prises par Jane et représentant le même sujet (fig. 9-10 )22.

Fig. 8 : BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 4, recto.
Dieulafoy Jane, Ibid., p. 693 © Gallica/BnF

« Veïs est le seul village important que nous ayons rencontré depuis Chouster. […] Des barques, utilisées au transport des blés, sillonnent le Karoun, bordé de maisons assez proprement bâties et surmontées de terrasses ; de nombreux troupeaux de moutons et de vaches témoignent de l’aisance des villageois. »

Fig. 9 : BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 4, verso.
Dieulafoy, Jane, Ibid., p. 697, ill. p. 694 © Gallica/BnF

« Une heure plus tard nous prenions possession d’un canot si étroit que des coudes on heurtait les bordages, si petit que le moindre mouvement l’eût fait chavirer. Deux rameurs, munis d’avirons en forme de cuillers, se plaçaient l’un à l’avant l’autre à l’arrière, et le léger esquif, lancé en plein courant, laissait bientôt dans la brume Ahwas, son barrage et son cheikh maudit. »

 

Fig. 10 : BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 12, recto
Fig. 11 : Village de Konah. « Dessin de Taylor d’après photographie ». Dieulafoy Jane, Ibid., p. 673, ill. p. 672 (c) Gallica/BnF

 « Le joli village de Konak m’est apparu environné de jardins, situé au milieu d’une plaine verdoyante, entouré d’innombrables troupeaux de moutons et de vaches. »

On constate que les dessins publiés, notamment ceux reproduits tels quels, concernent l’extrême fin du voyage et que l’un d’eux – Imam Zadé Neïzan – a été publié dans A Suse. Journal de fouilles, alors que la mission est encore sur le chemin de Suse afin de débuter sa première campagne de fouilles (fig. 12-13).

Fig. 12 : Imam Zadé Neizan, BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 8, verso
Fig. 13 : Imam Zadé Neizan, « Dessin de G. Vuillier d’après photographie » (Dieulafoy, Jane, A Suse, op. cit., p. 63, ill. p. 51) © Gallica/BnF

« La chasse avait retardé la marche du convoi; le soleil se couchait qu’on n’avait pas aperçu Chouster. Nous avons attendu le jour chez des nomades ; l’aurore nous trouvait en selle. A midi la caravane atteignait l’imam-zadé Neïzan, bâti dans les faubourgs de la ville ; une demi-heure plus tard, elle passait devant un tombeau de saint adossé aux premières maisons. »

La présence de certains dessins du carnet dans les derniers chapitres de La Perse, la Chaldée et la Susiane laisse naturellement supposer qu’ils ont été exécutés à la fin du voyage d’exploration de Marcel et Jane Dieulafoy, au moment où le couple d’explorateurs, après avoir visité Suse du 14 au 16 janvier 1882, prend la route vers le golfe Persique pour regagner la France.

Toutefois, si l’on tient compte de la chronologie des dessins telle qu’elle apparait dans le carnet : un cours d’eau qu’on peut identifier avec le fleuve Karoun avec ses hautes berges, sa rare végétation de palmiers, les petits imam-zadé (tombeaux), les bateaux, les tentes de nomades, les habitants dans différentes attitudes et occupations – en train de tisser, danser, jouer d’un instrument, se reposer – et dont le vêtement, la coiffure et les bijoux attestent de la diversité des populations… et les quelques notations géographiques, il est évident que les voyageurs remontent le fleuve.

Fig. 14 : « Kout Abdallah, 2 h aval Awas, R.G. (et) Kout Ismaïlieh – 5h R.G. » et « Chacoura. R.G. 1 Aval Awas », BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 5 verso et f. 6, recto

« Le paysage se transforme dès qu’on s’éloigne de Mohammereh. Aux sombres et paisibles bois de dattiers succèdent des rives inhabitées, plates, couvertes d’efflorescences salines. Je reconnais la coupole de l’imam-zadè Ali Ben lloussein entouré de quelques arbres, le campement de Salounieh, les palmiers de Sabali,  […] palmiers que l’on aperçoit plusieurs heures avant de les atteindre et qui paraissent changer sans cesse de position, tant le cours du fleuve est sinueux. Nous passons devant le petit village d’Ismaïliah […]. Voisines du fleuve, se dressent les tentes brunes des nomades. » (Dieulafoy Jane, Ibid., p. 57-58).

Probablement partis de Felieh, un village construit sur les bords du Chat el-Arab, les croquis montrent que les voyageurs remontent alors le Karoun. Si on se fie aux quelques mentions écrites du carnet, ils passent successivement par Kout Abdallah ; Kout Ismaïlieh ; Chakoura : de petites agglomérations en aval d’Ahwas (fig. 14). Ensuite ils se dirigent probablement en caravane vers Chouster et après avoir traversé les faubourgs et être passés devant l’Iman-zadè-Neïzan et avoir franchi les ponts (fig. 15), ils gagnent enfin le village de Konah, bâti sur la rivière du même nom, avant d’arriver à Dizfoul23.

Fig. 15 : « Pont de Chouster », BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 10, recto.

« Le pont de Chouster sert aussi de barrage. Il n’est point bâti en ligne droite : les fondations, jetées de façon à profiter d’affleurements de rochers, décrivent des courbes fantaisistes. N’en déplaise à Marcel, j’aime assez cette façon de rompre en visière avec les vieilles coutumes. » (Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., p. 674).

Datation du carnet

Reste à déterminer quand ces dessins ont été exécutés. Rappelons qu’un des objectifs principaux du voyage de Marcel Dieulafoy est de visiter Suse. A cette fin, la voie la plus commode était, à partir du Chat el-Arab, de gagner Mohammerah puis, de Felieh, remonter en bateau le Karoun jusqu’à Chouster et de là, par voie terrestre, après être passés par Konak et Dizfoul, de rejoindre Suse (fig. 15). C’est ainsi que le 25 novembre 1881, les voyageurs avaient emprunté la voie du Karoun mais avaient dû rebrousser chemin : leur bateau étant tombé en panne24. Aussi, même si la voie du Karoun avait leur préférence, c’est à l’issue de leur excursion dans la vallée du Tigre et de l’Euphrate qu’ils remontèrent jusqu’à Bagdad pour visiter les sites de Ctésiphon, Séleucie et Babylone, qu’à leur retour, après s’être arrêtés à Amara, ils gagnaient Suse en traversant la zone marécageuse du Hor. Ce n’est qu’au retour de leur visite du site qu’ils empruntent la voie du Karoun, descendu pour regagner Mohammerah et le golfe Persique, d’où ils devaient embarquer pour regagner la France.

Fig. 16 : Carte de la région de Suse (Dieulafoy Jane, A Suse, op. cit., p. 367) © Gallica/BnF

Certains des dessins du carnet ayant été publiés par Jane dans La Perse, la Chaldée et la Susiane, la logique voudrait que ces croquis aient été exécutés pendant leur voyage d’exploration : au moment où, après avoir visité Suse, les deux explorateurs gagnent le golfe Persique pour rentrer en France. Toutefois, il faut noter qu’à cette occasion, s’ils empruntent effectivement un chemin identique à celui retracé dans le carnet de dessins de la BnF, il est accompli en sens inverse. En effet, si à la fin du document il est précisé que le 24 février – seule date mentionnée dans le carnet – les voyageurs sont arrivés à Konah – c’est à dire entre Chouster et Dizfoul-, Jane Dieulafoy dans la relation de leur voyage écrit que le 25 février 1882, ils étaient sur la mer Rouge à bord de l'”Escombrera”25 ! Il est donc évident que les dessins ont été exécutés ultérieurement ; plus précisément pendant le mois de février 1885, lorsque Jane et Marcel Dieulafoy, investis par le gouvernement français d’une mission archéologique à Suse, gagnent le théâtre des opérations en empruntant cette fois la voie du Karoun.

Enfin, l’utilisation par Jane Dieulafoy de ces dessins pour illustrer son premier récit s’explique du fait que, pendant tout le voyage de retour pour rejoindre le golfe Persique, elle est malade et dans l’incapacité d’assumer son rôle de reporter de la mission :

« Les rives du Karoun ne m’avaient point parues belles à notre premier passage ; ont-elles changé d’aspect ? Je serais bien empêchée d’avoir une opinion à ce sujet. Couchée au fond du batelet, couverte d’un caoutchouc assez large pour déverser l’eau de pluie à droite et à gauche des bordages, j’ai passé deux nuits insensible, immobile et en proie à un accès des plus violents26 »

Il faut également préciser que l’utilisation de ces dessins exécutés postérieurement a été rendue possible dans la mesure où, le 13 mai 1885, Jane et Marcel Dieulafoy ont dû clore leur première campagne de fouilles pour rentrer en France et ne sont repartis pour la Perse que le 15 décembre afin d’accomplir leur seconde et ultime campagne. Or pendant cet intermède, la relation de leur premier voyage dans la revue Le Tour du monde est en cours – la dernière livraison a lieu au début de l’année 1886 – ; l’utilisation de ces croquis exécutés a posteriori était donc possible. Enfin on peut supposer que si certains dessins ne furent pas publiés, ils servirent à compléter le récit de la fin de leur voyage ; ainsi à propos de leur passage à Veïs où ils assistèrent à un mariage (fig. 17).

Fig. 17 : « Fête à Veïs ». (BnF, EST, Réserve UB-314-4, p. 7, recto)

« J’ai eu […] la visite d’un jeune danseur, charmant enfant qu’a sa robe flottante, à ses longues manches, semblables, quand il tournoyait, aux ailes d’un papillon, à ses longs cheveux bouclés, aux bijoux répandus sur toute sa personne à ses poses alanguies, on aurait plutôt pris pour une fille que pour un garçon. » (Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., p. 693-694).

        L’auteur des dessins

« J’en suis encore à me demander comment j’ai pu, dans l’état où je me trouvais en quittant Chouster, faire quatre étapes à cheval, recevant tous les jours de la pluie, pataugeant au milieu des marais et n’ayant pas même le courage de manger. Peu de souvenir de ce voyage, si ce n’est celui de mes souffrances, sont restés gravés dans ma mémoire. L’esprit inerte, j’ai traversé tout le sud-ouest de la Susiane sans regarder, sans voir, et c’est à la mémoire de mon mari que je dois la description du pays compris entre Chouster et Mohamméreh27. »

La chronologie des dessins éclairée, reste à savoir si ceux-ci ont été exécutés par Jane Dieulafoy ? En effet, si l’on se reporte à la « Table des gravures » de la publication définitive La Perse, la Chaldée et la Susiane on constate qu’il est spécifié que toutes ont été faites d’après « les photographies et les dessins de M. et de Mme Dieulafoy »28. De plus, pour chaque illustration, outre la légende, est précisé le nom de l’artiste qui a exécuté la reproduction, le plus souvent « d’après une photographie de Mme Dieulafoy »29. On constate également que Marcel Dieulafoy a contribué à l’illustration de l’ouvrage en fournissant une quarantaine de dessins identifiés comme « Dessin de M. Dieulafoy, d’après nature » ou comme « Croquis de M. Dieulafoy, d’après nature. » Déjà dans le Tour du Monde, sous le titre de chacun des épisodes parus entre 1883 et 1886, avait été indiqué que « Tous les dessins de ce voyage ont été faits d’après des photographies exécutées par Mme Dieulafoy ou des croquis de M. Dieulafoy ». Ainsi pour Konah (fig. 11) il est précisé : « Village de Konah […].- Dessin de Taylor, d’après une photographie de Mme Dieulafoy »30. En revanche pour « Habitant du village de Veïs » (fig. 8), il est mentionné qu’il s’agit d’une héliogravure réalisée « d’après un croquis de M. Dieulafoy » ((Ibid., p. 106)); un croquis parfaitement identique au dessin du carnet de la BnF et repris tel quel dans la publication finale31. Il en est de même pour le « Batelier d’Ahwas » (fig. 9) et « Femme d’Ahwas32. » Enfin pour « Un lion sur le bord du Karoun » (fig. 19), il est évident qu’il s’agit d’une composition exécutée à partir d’un dessin représentant l’Imam-zadé Ali ben Houssein (fig. 18) devant lequel Marcel et Jane avaient passé une nuit troublée par le visite du félin (fig. 19)33.

Fig. 18 : Imam-zadé Ali ben Houssein », BnF, EST, Réserve UB-314-4, f. 2, recto.

« La pluie a cessé, le vent a dispersé les nuages noirs, la lune éclaire la rive et me permet d’apercevoir, se détachant comme une ombre chinoise sur un fond clair, un magnifique lion à la crinière fournie, aux membres énormes. L’animal se promène ; s’il nous a vus, il ne paraît éprouver aucune envie de nous goûter. »

Fig. 19 : Dieulafoy Jane, Ibid., p 698, ill. p. 697 et A Suse, op. cit., p. 57-58. © Gallica/BnF

Au terme de cette enquête, on peut affirmer que les dessins du carnet de la BnF concernent la Perse et illustrent plus précisément la région comprise entre le Chat el-Arab et la ville de Dizfoul. Il semble assuré, si on se fie à leur chronologie et à celle fournie par le Journal de fouilles publié par Jane Dieulafoy, qu’ils ont été exécutés entre le 10 février 1885 – date du départ de la mission Dieulafoy de Felieh -, et le 24 février – date où elle est à Dizfoul. Le 26 février, la mission est arrivée à Suse. Enfin, on peut avancer, si on tient compte des informations fournies par les légendes de l’illustration des différentes publications, que ces dessins n’ont pas été exécutés par Jane mais plutôt par Marcel Dieulafoy.

 Pour en savoir plus

Nicole Chevalier

Citer ce billet : nchevalier, "A propos d’un carnet de dessins inédit sur un voyage de Jane et Marcel Dieulafoy en Perse", in L’Antiquité à la BnF, 30/03/2022, https://antiquitebnf.hypotheses.org/14749, [consulté le 04/10/2022].
  1. Nous remercions Hélène Virenque, chargée de collections au Département Littérature et art et Pauline Chougnet, chargée de collections, département des Estampes et de la photographie, toutes deux à la Bibliothèque nationale de France, de nous avoir proposé d’étudier ce document []
  2. D’après le registre du département des Estampes et de la photographie consulté par Pauline Chougnet, le carnet a rejoint les collections en 1946, par transfert depuis le département des Manuscrits. La provenance précédente reste inconnue. []
  3. Cet ex-libris semble être celui d’un avocat, Jaques Daliphard, mais il n’a pas été possible de trouver de liens avec le couple Dieulafoy []
  4. Gran-Aymerich, Eve et Jean, Jane Dieulafoy, une vie d’homme, Paris, Perrin, 1991. Gran-Aymerich, Eve « Dieulafoy Jane… et Marcel », in François Pouillon (éd.) Dictionnaire des orientalistes de langue française, éditions Karthala, Paris, 2012, p. 325-327 []
  5. Chevalier N., « Les découvreurs du palais de Suse », in Jean Perrot (dir.), Le palais de Darius à Suse. Une résidence royale sur la route de Persépolis à Babylone, Paris, PUPS, 2010, p. 74-115 ; London-New York : I.B. Tauris &Co Ltd, 2013, p. 53-91 et « Du chantier au musée : l’impact des découvertes des fouilles Dieulafoy à Suse dans l’opinion publique française à la fin du XIXe siècle », Arta, 2020 []
  6. Quelques photographies qui pourraient correspondre à ce voyage se trouvent dans un album conservé à l’INHA et disponible en ligne []
  7. À cette occasion, pour plus de commodité, elle coupe ses cheveux et revêt le costume masculin qu’elle adopta définitivement une fois de retour en France, faisant d’elle une figure originale des salons parisiens. Il est à noter que pour la guerre en 1870, elle avait revêtu l’uniforme de franc-tireur afin d’accompagner son mari pendant la campagne de la Loire. []
  8. Péron Ambre, « Les albums de Marcel et Jane Dieulafoy ». Ces photographies serviront non seulement à illustrer sa propre relation de voyage mais surtout l’ouvrage de son mari : L’Art antique de la Perse Achéménides, Parthes, Sassanides (1884-1885) dont les photographies de monuments furent particulièrement saluées par les scientifiques, voir Chevalier Nicole, « Du chantier au musée… », op. cit., 2020, p. 7 []
  9. Cette région frontalière de l’Empire ottoman était peuplée par un certain nombre de tribus arabes tels les Beni Lam de Turquie mais aussi iraniennes tels les Seghvends, les Bakhtiars et les Lours []
  10. Loftus, William-Kennet, Travels and researches in Chaldea and Susiana with an account of excavations at Warka, the « Erech » of Nimrod and Sush « Shushan the Palace of Esther » in 1849-1852. London, Nisbet and C°. Loftus, William-Kennet, 1857 []
  11. Chevalier Nicole, La recherche archéologique française au Moyen-Orient 1842-1947, Centre de Recherche d’Archéologie Orientale, Université de Paris I, n° 14, Paris, ERC, 2002, p. 118-125 []
  12. En 1891, une seconde salle est ouverte où est exposée, entre autres, une imposante reconstitution de la salle à colonnes du palais perse réalisée sous la direction de Marcel Dieulafoy []
  13. Par décret du 15 octobre 1886, Jane est nommée Chevalier de la Légion d’honneur ; cette décoration lui est remise par le ministre de l’Instruction publique le 21 octobre suivant dans les salles du Louvre []
  14. Rodenbach Georges, « Lettres parisiennes », Journal de Bruxelles, mercredi 13 juin 1888, n° 165 []
  15. Dieulafoy Marcel, L’Art antique de la Perse Achéménides, Parthes, Sassanides. vol. 1-5, Paris, Des Fossez, 1884-1885 et L’Acropole de Suse d’après les fouilles exécutées en 1884, 1885, 1886 sous les auspices du musée du Louvre, Paris, Hachette, 1890-1892 []
  16. Dieulafoy Jane, « La Perse, la Chaldée, la Susiane », Le Tour du Monde, 1883, I, p. 1-80, II, p. 81-160 ; 1884, I, p. 145-224, II, p. 97-144 ; 1885, I, p. 81-160 ; 1886, I, p. 49-112. []
  17. « La Perse, la Chaldée et la Susiane. Voyages effectués en 1884-1886 (sic) par Mme Jane Dieulafoy, chevalier de la Légion d’honneur. – Un magnifique volume grand in-4°, illustré de 300 (sic) gravures dessinées sur bois, d’après les photographies de l’auteur. Broché, 50 francs. – Richement cartonné, avec fers spéciaux, tranches dorées, 65 francs » (Univers illustré, 18 décembre 1886, p. 810 []
  18. Babelon Ernest, « La Perse, la Chaldée et la Susiane de Jane Dieulafoy ». Compte-rendu, Gazette archéologique, 1886a, p. 322 []
  19. Dieulafoy Jane, « À Suse (1884-1886). Journal des fouilles ». Le Tour du Monde, 1887, II : 1-96 ; 1888, I p. 1-80 et Hachette, 1888 []
  20. Le Karoun prend sa source dans les montagnes du Zagros et se jette dans le Chat el-Arab []
  21. Archives familiales Maurice Pillet. Texte inédit []
  22. Dieulafoy Jane, La Perse, la Chaldée, la Susiane, Paris, Hachette, 1887. « Le village de Konah », p. 671 ; « Le pont de Chouster, p. 675 ; « Imam-zaddé Abdoulla Banou » p. 685 ; « Pont Lachgiar à Chouster » p. 689 []
  23. Il est à noter que Marcel Dieulafoy s’intéressa tout particulièrement aux ponts de Dizfoul et de Chouster qui remontaient aux Sassanides et dont il publia les belles photographies exécutées par son épouse dans le vol. 5 de L’Art antique de la Perse. Achéménides, Parthes, Sassanides, pl. 10 à 15 []
  24. Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., p. 535-538. []
  25. Dieulafoy Jane, ibid., p. 686. []
  26. Dieulafoy Jane, ibid., p. 697 []
  27. Dieulafoy Jane, Ibid., p. 689 []
  28. Dieulafoy Jane, ibid., p. 727 []
  29. Au recto de la dernière page est indiqué le nom et l’adresse d’Achille Sirouy artiste peintre et lithographe. Nous remercions Pauline Chougnet pour cette information trouvée dans Tout-Paris. France, A. La Fare, 1882 []
  30. Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., 1886 I, p. 88 []
  31. Dieulafoy Jane, La Perse, op. cit., 1888, p. 693 []
  32. Ibid., p. 694 et 698 []
  33. Ibid., p. 697 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.