Conférence mercredi 16 mars 18 h 30 : L’écriture et la langue étrusques : histoire d’un déchiffrement et d’une conquête scientifique en cours

Statuette “Apollon de Ferrare”, 2e quart 4e siècle av. J.-C, BnF, département des Monnaies, médailles et antique (bronze.101) ©Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Mercredi 16 mars à 18h30 se tiendra la conférence : L’écriture et la langue étrusques : histoire d’un déchiffrement et d’une conquête scientifique en cours par Gilles van Heems, maître de conférences de langue et littérature latines, université Lumière-Lyon 2 / laboratoire HISoMA .

En 2022, le cycle de conférences « De la fouille à l’écriture de l’histoire » s’intéresse à l’archéologie des écritures anciennes. Six conférences au cours desquelles archéologues, historiens, épigraphistes présentent leurs recherches en cours, revenant sur l’histoire des déchiffrements et racontant l’histoire et l’évolution de ces écritures et ce qu’elles peuvent dire sur les sociétés qui les ont inventées et utilisées.

L’étrusque fait figure de cas particulier dans l’histoire des « déchiffrements » antiques : son écriture a été très tôt décryptée, mais la langue, apparentée à aucune langue ancienne connue, et les textes qu’elle note, continuent de poser de grandes difficultés d’interprétation. Cette conférence sera l’occasion de comprendre comment le déchiffrement de l’écriture a pu aider les étruscologues à avancer dans leur compréhension des nombreux documents écrits parvenus jusqu’à nos jours, mais aussi comment il a permis de mieux comprendre les dynamiques « culturelles » de l’Italie préromaine.

Le département des Monnaies, médailles et antiques conserve dans ses collections d’antiques, une statuette en bronze de 27, 2 cm dite l’« Apollon de Ferrare », datée du deuxième quart du IVe siècle av. J.-C., qui porte le long de sa jambe gauche une inscription dans l’alphabet de l’Étrurie du Nord :

mi : flereś : spulare : aritimi

fasti : ruifriś : trce : clen : ceχa :

Détail : Inscription dans l’alphabet de l’Étrurie du Nord courant le long de la jambe gauche de la statuette dite l’Apollon de Ferrare, BnF, département des monnaies médailles et antiques (bronze.101) ©Serge Oboukhoff ; © BnF-CNRS-Maison Archéologie & Ethnologie, René-Ginouvès

Les mots flereś, spulare et aritimi ont été souvent analysés et controversés. Le déchiffrement des lettres et donc la lecture de l’inscription est aisée, en revanche l’interprétation du sens des mots  interroge. La signification exacte du terme spulare est encore inconnue.

Dominique Briquel propose comme traduction :

« Je (suis la propriété) de la divinité, ô Artémis Spulare, Fasti (épouse de) Ruifri (m’)a donné pour son fils »

Comme le rappelle Gilles van Heems1, l’élite étrusque était fascinée par l’écriture qu’elle découvre et adopte grâce à ses contacts avec les Eubéens installés en Campanie (Pithécusses et Cumes) à partir de la deuxième moitié du VIIIe siècle av. J.-C.  Elle adapte, en quelques générations, l’alphabet eubéen pour créer le sien et aime exhiber sa maîtrise de l’écriture à travers les objets qu’elle offre.

La statuette représente Apollon debout, nu, la tête couronnée de laurier, les cheveux bouclés sur le front et sur la nuque, la main droite appuyée sur sa hanche, les pieds chaussés de bottines souples. Il porte plusieurs bijoux : un collier auquel sont suspendus des bulles et des pendentifs allongés,  et, au bras gauche, un bracelet orné de cinq bulles rondes . Une étoffe mutilée est drapée autour de l’avant-bras droit. Selon les experts, la statuette comporte à la fois des éléments d’influence grecque (étoffe drapée, musculature, proportions allongées) et d’autres typiquement étrusques (bottines, bijoux, coiffure).

La provenance exacte de ce bronze n’est pas connue. Au XVIe siècle, il fait partie de la collection du duc de Ferrare, Alphonse II d’Este (1533-1597), d’où son appellation. Au XVIIIe siècle, il est attesté en Hollande dans la collection du comte de Thoms. Celle-ci ayant été acquise par le prince Guillaume IV d’Orange, le bronze serait peut-être arrivé à Paris avec les saisies révolutionnaires des biens de la Maison d’Orange à la Haye en 1795.

Pour en savoir plus :

Retrouvez l’ensemble du programme “Archéologie des écritures anciennes” sur le site de la BnF

Vous pouvez (ré)écouter la conférence de Gilles van Heems sur le site de la BnF.

  1. Gilles van Heems, « De l’étrusque au latin. Les alphabets en Italie préromaine » dans Dossiers d’archéologie, 402, Novembre/Décembre 2020, pp. 41-45 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.