L’éclat des vases du Cabinet des médailles -4- Une poussière de vases

Pour patienter jusqu’à la réouverture du musée de la BnF, la série « L’éclat des vases du Cabinet des médailles » vous propose de découvrir quelques opérations récentes de conservation-restauration.

Vue de la future salle de Luynes © Guicciardini e Magni Architetti

De restauration à proprement parler il sera fort peu question dans ce billet ! Quoique : la conservation préventive, en améliorant les conditions de conservation des objets, et la restauration curative, en stoppant les causes de leur dégradation, concourent éminemment à leur préservation. C’est avec ce souci qu’une campagne de dépoussiérage a été menée au cours du mois de juillet 2021, dans le magasin qui a accueilli pendant cinq années la collection céramique de la BnF, sur le site François Mitterrand.

Quoique conservés en réserve dans un mobilier approprié, les vases s’empoussièrent insensiblement. Hygroscopique, la poussière est susceptible d’aggraver les effets d’une variation du taux d’humidité relative à la surface des objets en servant de substrat au développement de micro-organismes ; abrasive, elle risque également d’endommager l’épiderme de la pièce en cas d’essuyage énergique ; enfin, sa présence n’est bien entendu nullement souhaitable dans la réserve équipée de neuf qui s’apprête à accueillir la collection dans le Quadrilatère Richelieu…

Dans la perspective du déménagement des collections, la totalité des céramiques a été dépoussiérée par une équipe de trois restauratrices agréées : Marie Émile, Marie Petit et Christine Verwaerde.

Les quelque 1500 vases conservés au département des Monnaies, médailles et antiques ont été dépoussiérés à l’aide de pinceaux souples et d’un kit de micro-aspiration (aspirateur à filtre HEPA), de chiffons microfibre, voire par gommage dans les cas d’encrassement prononcé.

Fait amusant, d’anciennes cartes à jouer converties en étiquettes et porteuses d’indications diverses, insérées dans quelques uns des vases ayant tôt intégré le fonds de la Bibliothèque, ont été extraites à l’occasion de cette opération, et mises sous sachet mini-grip.

Un vase à jouer ? L’amphore-situle De Ridder.889 associée à son antique étiquette © Louise Détrez

Une évaluation sanitaire menée conjointement a conduit l’équipe à formuler des préconisations de conservation curative (dessalement, consolidations, collage), reportées à la fois dans un tableur synthétique, et sur les étiquettes à fil qui équipent les objets sous la forme de gommettes et selon un code couleur. Les fissures les plus préoccupantes, que les vibrations liées à un transport menaçaient d’aggraver, mais aussi les collages anciens qui, ayant perdu de leur fiabilité, risquaient de céder, ont été infiltrés à l’aide d’une résine acrylique par les restauratrices.

Dépoussiérée, la collection est prête à réintégrer son écrin historique de la rue de Richelieu !

Louise DETREZ

Bibliographie

La collection des vases du Cabinet des médailles :



Citer ce billet
Louise Détrez (2022, 3 mars). L’éclat des vases du Cabinet des médailles -4- Une poussière de vases. L’Antiquité à la BnF. Consulté le 25 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b8qo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.